Abdelmadjid Tebboune: «Partenaires de l'UE mais pas au détriment de notre économie»    COLERES ET ENTORSES    Les importateurs face à leur destin    Mines: Vers la création de 95 petites entreprises d'exploration d'or    Entretiens marathons de Boukadoum à Bamako: L'Algérie au chevet du Mali    Retrouver la grandeur américaine    El-Bayadh: Un nouveau complexe sportif bientôt en chantier    US Biskra: Une instabilité chronique    Ain El Kerma: Découverte d'un troisième cadavre rejeté par la mer    Tlemcen: Trois SG de daïra et un ex-médiateur de wilaya promus    Tébessa: Trois morts dans une collision    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    «Khayrek sbaq»    Communiqué du Conseil des ministres    L'Algérie a opté pour "la protection du citoyen"    Les contaminations sous la barre des 200    La cause palestinienne est "sacrée pour le peuple algérien"    Tebboune annonce des législatives anticipées    Un ramassis de clichés et de mensonges    Real : Une offre à venir pour Cavani ?    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    Ces quatre nouveaux joueurs convoqués par Belmadi pour le prochain stage de l'EN    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Ighil prolonge d'une année    Le timing se précise    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Une opportunité de relance économique du secteur    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    Boukaroum exclu de l'AG    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouteflika, candidat du FLN ou officiellement candidat ?
Quand Amar Saadani s'embrouille
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 01 - 2014

La nuance est de taille. Le patron du FLN y ajoute un brin de confusion en annonçant que le président Bouteflika est officiellement candidat sans toutefois apporter une certaine précision qui sied dans ce cas. Qu'est-ce qui fait courir le Sg du vieux parti ? A-t-il peur d'être débordé par ses opposants qui veulent sa tête ?
La nuance est de taille. Le patron du FLN y ajoute un brin de confusion en annonçant que le président Bouteflika est officiellement candidat sans toutefois apporter une certaine précision qui sied dans ce cas. Qu'est-ce qui fait courir le Sg du vieux parti ? A-t-il peur d'être débordé par ses opposants qui veulent sa tête ?
«Le président Bouteflika est officiellement candidat ». Le doute n'est plus permis. Amar Saâdani, secrétaire général du Front de Libération nationale (FLN) l'a annoncé, mercredi après-midi lors de la réunion, tenue au siège du parti, des secrétaires de mouhafadhas, consacrée uniquement au sujet de la prochaine présidentielle. Argument présenté par le patron du FLN pour le choix du président sortant. Le FLN a tranché cette question.
Le comité central et les structures de base ont répondu favorablement au
« plébiscite » de la base. « Bouteflika, qui est président du parti, est notre candidat », a souligné Amar Saïdani dans un entretien sur un site électronique algérien. Le Sg du FLN a été-t-il mandaté pour faire cette annonce ? Ses sources sont-elles crédibles.
Ou bien, le patron du FLN est si sûr des ses sources disant que le chef de l'Etat rempilera pour un 4ème mandat qu'il ne prend plus la précaution d'avancer sur ce terrain. Le Sg du vieux parti s'embrouille les pattes. Bouteflika est officiellement candidat du FLN ? Pour Amar Saïdani, Bouteflika est candidat : « C'est le plus important ». Le premier responsable du FLN n'en dira pas plus. Certainement qu'il n'est pas dans les « secrets » du candidat Bouteflika, car il ne répond pas à la question de savoir « Quand et comment le président sortant fera l'annonce de sa candidature ? ».
Il avoue que « la décision finale revient au premier concerné », justifiant son ignorance du timing de l'annonce de la candidature de Bouteflika par le fait que « ce n'est pas important aussi de s'étaler sur mes sources d'information ». Le patron du FLN peut-il être cru sur parole ? Le président de la République garde pour lui ses intentions pour les présidentielles de 2014.
Il devrait les rendre publiques au plus tard le 2 mars à minuit. Jusqu'à cette date, beaucoup d'eau aura coulé sous les ponts. Cette annonce surprise d'Amar Saïdani ajoute au flou et à l'incertitude qui plane sur les intentions du Président sortant. Pas plus qu'elle ne met fin à la polémique et à la confusion sur ce candidat bien particulier à la candidature à l'élection présidentielle d'avril 2014.
Le chef de l'Etat garde bien le mutisme au moment où des voix se font pressantes pour l'inviter à briguer un quatrième mandat présidentiel. Le scénario des présidentielles d'avril 2009 se met doucement et sûrement en place. Des patrons de partis politiques, d'organisations de masse et de représentants de la société civile se font fort d'appeler Bouteflika à rempiler pour un nouveau mandat.
Et c'est pour répondre à ces appels que le chef de l'Etat sortant se voit contraint à satisfaire ces demandes. Après le FLN, TAJ et le RND qui leur emboîtera le pas aujourd'hui, c'est l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) qui lance son appel au chef de l'Etat pour briguer un quatrième mandat. Depuis M'Sila, où il rencontrait, mercredi dernier, les syndicalistes de la wilaya affiliés à son organisation, Abdelmadjid Sidi Saïd a appelé le président Bouteflika à se porter candidat à la présidentielle prévue le 17 avril prochain.
« Les travailleurs algériens appellent Abdelaziz Bouteflika à se porter candidat pour un 4e mandat afin que soient consolidés les efforts considérables qu'il a consentis pour la stabilité de l'Algérie et sa sécurité », a affirmé Sidi Saïd qui explique que « Bouteflika est une garantie pour le maintien de la stabilité du pays et son épanouissement et permettra à l'Algérie d'enregistrer de nouveaux acquis pour les travailleurs algériens ».
Le même appel a été lancé par Nouria Hafsi, la secrétaire générale de l'Union nationale des femmes algériennes, lors d'un rassemblement populaire de l'UNFA à la salle du complexe olympique Mohamed -Boudiaf en présence de responsables de partis politiques et d'associations et organisations nationales. Arguments qui ont présidé au choix de l'UNFA :
« préserver les acquis réalisés depuis 1999 notamment en ce qui a trait à la consolidation de la place de la femme », a expliqué Nouria Hafsi qui encense « la politique de réconciliation nationale initiée par le chef de l'Etat » grâce à laquelle « l'Algérie a renoué avec la sécurité et la stabilité ». Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal n'en dit pas moins.
Dans une allocution prononcée, mercredi dernier, lors de sa visite de travail à Bord Bou-Arrérridj, devant les élus locaux de la wilaya et les représentants de la société civile, le Premier ministre a estimé que « ce qui a été réalisé dans divers domaines, sous la direction du président Bouteflika, grâce à la politique de la réconciliation nationale, est considéré comme un véritable défi difficile à égaler ».
Selon Sellal, l'Algérie de 2014 est « un pays qui s'est réconcilié avec lui-même, fort de ses institutions et qui envisage l'avenir avec davantage d'optimisme ». L'avenir sous la gouvernance de Bouteflika s'entend !
Les médias publics, TV et radios s'échinent quant à eux, depuis quelques jours, à mettre en exergue les réalisations à l'actif du chef de l'Etat. Infrastructures routières, aéroportuaires, maritimes, de l'éducation nationale, de la santé, bref tout ce qui a été réalisé depuis l'arrivée de Bouteflika en 1999 à la présidence de la République est mis en valeur, témoignages des citoyens à l'appui. Qui est celui qui a dit que Sellal n'est pas en campagne électorale pour le candidat Bouteflika ?
«Le président Bouteflika est officiellement candidat ». Le doute n'est plus permis. Amar Saâdani, secrétaire général du Front de Libération nationale (FLN) l'a annoncé, mercredi après-midi lors de la réunion, tenue au siège du parti, des secrétaires de mouhafadhas, consacrée uniquement au sujet de la prochaine présidentielle. Argument présenté par le patron du FLN pour le choix du président sortant. Le FLN a tranché cette question.
Le comité central et les structures de base ont répondu favorablement au
« plébiscite » de la base. « Bouteflika, qui est président du parti, est notre candidat », a souligné Amar Saïdani dans un entretien sur un site électronique algérien. Le Sg du FLN a été-t-il mandaté pour faire cette annonce ? Ses sources sont-elles crédibles.
Ou bien, le patron du FLN est si sûr des ses sources disant que le chef de l'Etat rempilera pour un 4ème mandat qu'il ne prend plus la précaution d'avancer sur ce terrain. Le Sg du vieux parti s'embrouille les pattes. Bouteflika est officiellement candidat du FLN ? Pour Amar Saïdani, Bouteflika est candidat : « C'est le plus important ». Le premier responsable du FLN n'en dira pas plus. Certainement qu'il n'est pas dans les « secrets » du candidat Bouteflika, car il ne répond pas à la question de savoir « Quand et comment le président sortant fera l'annonce de sa candidature ? ».
Il avoue que « la décision finale revient au premier concerné », justifiant son ignorance du timing de l'annonce de la candidature de Bouteflika par le fait que « ce n'est pas important aussi de s'étaler sur mes sources d'information ». Le patron du FLN peut-il être cru sur parole ? Le président de la République garde pour lui ses intentions pour les présidentielles de 2014.
Il devrait les rendre publiques au plus tard le 2 mars à minuit. Jusqu'à cette date, beaucoup d'eau aura coulé sous les ponts. Cette annonce surprise d'Amar Saïdani ajoute au flou et à l'incertitude qui plane sur les intentions du Président sortant. Pas plus qu'elle ne met fin à la polémique et à la confusion sur ce candidat bien particulier à la candidature à l'élection présidentielle d'avril 2014.
Le chef de l'Etat garde bien le mutisme au moment où des voix se font pressantes pour l'inviter à briguer un quatrième mandat présidentiel. Le scénario des présidentielles d'avril 2009 se met doucement et sûrement en place. Des patrons de partis politiques, d'organisations de masse et de représentants de la société civile se font fort d'appeler Bouteflika à rempiler pour un nouveau mandat.
Et c'est pour répondre à ces appels que le chef de l'Etat sortant se voit contraint à satisfaire ces demandes. Après le FLN, TAJ et le RND qui leur emboîtera le pas aujourd'hui, c'est l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) qui lance son appel au chef de l'Etat pour briguer un quatrième mandat. Depuis M'Sila, où il rencontrait, mercredi dernier, les syndicalistes de la wilaya affiliés à son organisation, Abdelmadjid Sidi Saïd a appelé le président Bouteflika à se porter candidat à la présidentielle prévue le 17 avril prochain.
« Les travailleurs algériens appellent Abdelaziz Bouteflika à se porter candidat pour un 4e mandat afin que soient consolidés les efforts considérables qu'il a consentis pour la stabilité de l'Algérie et sa sécurité », a affirmé Sidi Saïd qui explique que « Bouteflika est une garantie pour le maintien de la stabilité du pays et son épanouissement et permettra à l'Algérie d'enregistrer de nouveaux acquis pour les travailleurs algériens ».
Le même appel a été lancé par Nouria Hafsi, la secrétaire générale de l'Union nationale des femmes algériennes, lors d'un rassemblement populaire de l'UNFA à la salle du complexe olympique Mohamed -Boudiaf en présence de responsables de partis politiques et d'associations et organisations nationales. Arguments qui ont présidé au choix de l'UNFA :
« préserver les acquis réalisés depuis 1999 notamment en ce qui a trait à la consolidation de la place de la femme », a expliqué Nouria Hafsi qui encense « la politique de réconciliation nationale initiée par le chef de l'Etat » grâce à laquelle « l'Algérie a renoué avec la sécurité et la stabilité ». Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal n'en dit pas moins.
Dans une allocution prononcée, mercredi dernier, lors de sa visite de travail à Bord Bou-Arrérridj, devant les élus locaux de la wilaya et les représentants de la société civile, le Premier ministre a estimé que « ce qui a été réalisé dans divers domaines, sous la direction du président Bouteflika, grâce à la politique de la réconciliation nationale, est considéré comme un véritable défi difficile à égaler ».
Selon Sellal, l'Algérie de 2014 est « un pays qui s'est réconcilié avec lui-même, fort de ses institutions et qui envisage l'avenir avec davantage d'optimisme ». L'avenir sous la gouvernance de Bouteflika s'entend !
Les médias publics, TV et radios s'échinent quant à eux, depuis quelques jours, à mettre en exergue les réalisations à l'actif du chef de l'Etat. Infrastructures routières, aéroportuaires, maritimes, de l'éducation nationale, de la santé, bref tout ce qui a été réalisé depuis l'arrivée de Bouteflika en 1999 à la présidence de la République est mis en valeur, témoignages des citoyens à l'appui. Qui est celui qui a dit que Sellal n'est pas en campagne électorale pour le candidat Bouteflika ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.