REMISE EN LIBERTE LOUISA HANOUNE : Une nouvelle demande introduite par les avocats    FONCIER A ORAN : 250 investisseurs ciblés par une opération d'assainissement    ORAN : 2500 familles relogées dès septembre prochain    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    Un long combat pour l'émancipation    La conjoncture impose des solutions structurelles    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Une récolte de plus de 2 millions de quintaux attendue    Quand Bouchareb bloque le FLN    Déclaration    Le président Keïta prépare le dialogue politique inclusif    Ben Badis aurait-il été le 23e ?    Karim Ziani raccroche les crampons    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs    L'intruse    L'état interpellé à s'impliquer… dans les affaires du club    L'USM Alger fait appel    Qui a demandé à la potiche de parler ?    La procédure enclenchée à l'APN    Explosion de la consommation de gaz en Algérie    1 281 morts et 12 914 blessés en 5 mois    Un fonctionnaire arrêté en flagrant délit de corruption    Arrestation du voleur de téléphones portables qui semait la peur dans la ville    Premiers incidents post-congrès    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    EN : Bounedjah remercie les supporteurs et leur fait une promesse    Habitat: L'agrément des promoteurs immobiliers désormais du ressort des walis    Abderrahmane Hadj-Nacer: Les contours d'une sortie de crise «acceptable par l'armée et le Hirak»    Sept plaquettes de kif saisies, quatre arrestations    La commission de contrôle à pied d'œuvre dans les communes côtières: Les infrastructures touristiques passées au peigne fin    Tlemcen: «Plaidoyer» pour les personnes handicapées    Tlemcen: L'ex-PDG d'Algérie Télécom devant le parquet général jeudi    Les papys font de la résistance    Bourses : L'Europe termine en baisse avec les tensions USA-Iran    Entretien : La Tunisie et Naïm Sliti veulent "passer un cap"    Police aux frontières : Des instructions pour fournir les meilleures prestations sécuritaires au citoyen    Sahara occidental : Des eurodéputés interpellent le Maroc sur le sort de militants sahraouis    L'Algérie et la ZLECAF : Une occasion pour conquérir le marché africain    "La banqueroute de Lehman Brothers paraîtra une simple gaminerie": Deutsche Bank lutte pour sa survie ?    Reddition d'un terroriste    Mandat de dépôt pour 18 manifestants    Les Houthis affirment avoirabattu un avion militaire saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Exposition sur l'influence universelle de Picasso
Musée Picasso de Barcelone
Publié dans Le Midi Libre le 09 - 03 - 2014

A travers 58 oeuvres signées de l'Américain Andy Warhol, du Britannique Banksy, mais aussi de peintres africains ou sud-américains, le musée Picasso de Barcelone témoigne dans une exposition de l'influence du maître espagnol, mort il y a 41 ans, sur l'art contemporain des cinq continents. Ouverte au public jeudi et programmée jusqu'au 29 juin, l'exposition
A travers 58 oeuvres signées de l'Américain Andy Warhol, du Britannique Banksy, mais aussi de peintres africains ou sud-américains, le musée Picasso de Barcelone témoigne dans une exposition de l'influence du maître espagnol, mort il y a 41 ans, sur l'art contemporain des cinq continents. Ouverte au public jeudi et programmée jusqu'au 29 juin, l'exposition
"Post-Picasso, réactions contemporaines" constitue le grand événement de la saison pour le musée catalan, qui célèbre cette année son cinquantième anniversaire. L'exposition ne présente pas seulement des tableaux ou sculptures de Picasso, né à Malaga, dans le sud de l'Espagne, en 1881, mort à Mougins, dans le sud de la France, en 1973. L'objectif est aussi de démontrer que "son oeuvre et sa réputation continuent de générer un dialogue et un débat fructueux avec des artistes contemporains à travers le monde", explique le musée. "Picasso est l'artiste qui m'a le plus influencé depuis l'enfance", reconnaissait le peintre turc Bedri Baykam à l'inauguration de l'exposition, qui présente l'un de ses tableaux,
"Le harem d'Avignon a cent ans", une interprétation de l'une des œuvres maîtresses de Picasso, "Les demoiselles d'Avignon". Au total, l'exposition réunit des oeuvres de 41 artistes venant des cinq continents, sur une large gamme de supports : peinture, vidéo, photo, sculpture et gravure.
"C'est l'approche globale que nous voulions exprimer par cette exposition, conçue non pas pour mettre en valeur le travail d'artistes européens ou américains, mais pour regarder bien au-delà", explique le commissaire, Michael FitzGerald. Les galeries du musée exposent ainsi des oeuvres du Congolais Cheri Samba ou du Sud-africain Jantjes, de l'Irakien Dia al-Azzawi, du Brésilien Vik Muniz, de l'Indien Atul Dodiya ou des Argentins Guillermo Kuitca et Constanza Piaggio.
"La diversité était un objectif prioritaire et nous a permis de découvrir de nombreuses oeuvres contemporaines relativement méconnues", ajoute le commissaire. L'artiste britannique de rue Banksy a été chargé du message de bienvenue : sur une plaque de marbre est gravée la célèbre citation de Pablo Picasso : "Les mauvais artistes copient, les grands artistes volent", au-dessus de la signature, barrée, de Picasso, remplacée par celle de Bansky.
S'ouvre alors un parcours en six étapes, retraçant les temps forts de l'œuvre de Picasso : le cubisme, la période bleue et la période rose, le surréalisme, les dernières oeuvres, "Les Demoiselles d'Avignon" et enfin l'oeuvre maîtresse, "Guernica". Dans la salle consacrée à ce tableau, cri de colère contre les atrocités de la Guerre civile espagnole, l'exposition montre comment Guernica a marqué de nombreux artistes qui ont dénoncé des violations des droits de l'homme à la fin du XXème siècle: De la critique du racisme par l'Afro-Américaine Faith Ringgold, à la guerre du Soudan dépeinte par Ibrahim el-Salahi dans
"L'inévitable", un tableau qu'il a peint après avoir été emprisonné dans son pays. "Picasso nous a transmis un magnifique héritage de créativité et d'originalité. Je souhaite qu'en observant son travail, il nous reste quelque chose de son génie et de son courage", déclarait l'artiste soudanais à l'inauguration.
Dans une oeuvre clairement engagée, "Nid d'oiseau dans le style cubiste", le peintre chinois Zhang Hongtu déstructure dans le plus pur style de Picasso le stade olympique de Pékin pour revendiquer le respect des droits de l'homme. L'exposition révèle aussi la trace de Picasso sur l'oeuvre d'artistes emblématiques comme Andy Warhol ou l'Américain d'origine haïtienne et portoricaine Jean-Michel Basquiat, dont l'évolution du dessin à la peinture figurative témoigne clairement de l'influence du peintre espagnol.
Le dialogue noué entre Basquiat et l'oeuvre tardive de Picasso s'exprime particulièrement dans le tableau "Sans titre (Pablo Picasso)", portrait du peintre espagnol adolescent, dont le nez et la coiffure s'inspirent de ceux de l'Américain.
"Post-Picasso, réactions contemporaines" constitue le grand événement de la saison pour le musée catalan, qui célèbre cette année son cinquantième anniversaire. L'exposition ne présente pas seulement des tableaux ou sculptures de Picasso, né à Malaga, dans le sud de l'Espagne, en 1881, mort à Mougins, dans le sud de la France, en 1973. L'objectif est aussi de démontrer que "son oeuvre et sa réputation continuent de générer un dialogue et un débat fructueux avec des artistes contemporains à travers le monde", explique le musée. "Picasso est l'artiste qui m'a le plus influencé depuis l'enfance", reconnaissait le peintre turc Bedri Baykam à l'inauguration de l'exposition, qui présente l'un de ses tableaux,
"Le harem d'Avignon a cent ans", une interprétation de l'une des œuvres maîtresses de Picasso, "Les demoiselles d'Avignon". Au total, l'exposition réunit des oeuvres de 41 artistes venant des cinq continents, sur une large gamme de supports : peinture, vidéo, photo, sculpture et gravure.
"C'est l'approche globale que nous voulions exprimer par cette exposition, conçue non pas pour mettre en valeur le travail d'artistes européens ou américains, mais pour regarder bien au-delà", explique le commissaire, Michael FitzGerald. Les galeries du musée exposent ainsi des oeuvres du Congolais Cheri Samba ou du Sud-africain Jantjes, de l'Irakien Dia al-Azzawi, du Brésilien Vik Muniz, de l'Indien Atul Dodiya ou des Argentins Guillermo Kuitca et Constanza Piaggio.
"La diversité était un objectif prioritaire et nous a permis de découvrir de nombreuses oeuvres contemporaines relativement méconnues", ajoute le commissaire. L'artiste britannique de rue Banksy a été chargé du message de bienvenue : sur une plaque de marbre est gravée la célèbre citation de Pablo Picasso : "Les mauvais artistes copient, les grands artistes volent", au-dessus de la signature, barrée, de Picasso, remplacée par celle de Bansky.
S'ouvre alors un parcours en six étapes, retraçant les temps forts de l'œuvre de Picasso : le cubisme, la période bleue et la période rose, le surréalisme, les dernières oeuvres, "Les Demoiselles d'Avignon" et enfin l'oeuvre maîtresse, "Guernica". Dans la salle consacrée à ce tableau, cri de colère contre les atrocités de la Guerre civile espagnole, l'exposition montre comment Guernica a marqué de nombreux artistes qui ont dénoncé des violations des droits de l'homme à la fin du XXème siècle: De la critique du racisme par l'Afro-Américaine Faith Ringgold, à la guerre du Soudan dépeinte par Ibrahim el-Salahi dans
"L'inévitable", un tableau qu'il a peint après avoir été emprisonné dans son pays. "Picasso nous a transmis un magnifique héritage de créativité et d'originalité. Je souhaite qu'en observant son travail, il nous reste quelque chose de son génie et de son courage", déclarait l'artiste soudanais à l'inauguration.
Dans une oeuvre clairement engagée, "Nid d'oiseau dans le style cubiste", le peintre chinois Zhang Hongtu déstructure dans le plus pur style de Picasso le stade olympique de Pékin pour revendiquer le respect des droits de l'homme. L'exposition révèle aussi la trace de Picasso sur l'oeuvre d'artistes emblématiques comme Andy Warhol ou l'Américain d'origine haïtienne et portoricaine Jean-Michel Basquiat, dont l'évolution du dessin à la peinture figurative témoigne clairement de l'influence du peintre espagnol.
Le dialogue noué entre Basquiat et l'oeuvre tardive de Picasso s'exprime particulièrement dans le tableau "Sans titre (Pablo Picasso)", portrait du peintre espagnol adolescent, dont le nez et la coiffure s'inspirent de ceux de l'Américain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.