APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Raison d'Etat    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Projets d'infrastructures sportives en souffrance à Alger    CAN 2019, Groupe C Algérie 2 - Kenya 0 : Débuts réussis pour la sélection algérienne    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Création d'une commission spécialisée en vue des JM-2021    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Côte d'Ivoire : Scandale des 18.000 tonnes de riz avarié importé de Birmanie    Secteur de l'hydraulique à Mostaganem : Une enveloppe de 5,5 milliards DA pour financer cinq projets    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Karim Ziani (Orléans) raccroche les crampons    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs, les priorités    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    La nécessaire diversification énergétique    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    Le Sénat examine le dossier Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    Les Algériens suffoquent !    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    ALGERIE TELECOM : L'ex-PDG devant le procureur jeudi prochain    ACCUSES D'ENGENDRER DE GRAVES DOMMAGES POUR LE PARTI : Ould Abbes et Bouchareb indésirables au FLN    REMISE EN LIBERTE LOUISA HANOUNE : Une nouvelle demande introduite par les avocats    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    La conjoncture impose des solutions structurelles    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Premiers incidents post-congrès    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    CAN-2019: Maroc 1 - Namibie 0 - Les Marocains ont sué    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'atemporalité d'un artiste de génie
A BARCELONE, L'INFLUENCE UNIVERSELLE DE PICASSO
Publié dans L'Expression le 09 - 03 - 2014


Des oeuvres et une mémoire
L'objectif est aussi de démontrer que «son oeuvre et sa réputation continuent de générer un dialogue et un débat fructueux avec des artistes contemporains à travers le monde», explique le Musée.
A travers 58 oeuvres signées de l'Américain Andy Warhol, du Britannique Banksy, mais aussi de peintres africains ou sud-américains, le Musée Picasso de Barcelone témoigne dans une exposition de l'influence du maître espagnol, mort il y a 41 ans, sur l'art contemporain des cinq continents. Ouverte au public jeudi dernier et programmée jusqu'au 29 juin, l'exposition «Post-Picasso, réactions contemporaines» constitue le grand événement de la saison pour le musée catalan, qui célèbre cette année son 50e anniversaire.
L'exposition ne présente pas seulement des tableaux ou sculptures de Picasso, né à Malaga, dans le sud de l'Espagne, en 1881, mort à Mougins, dans le sud de la France, en 1973. L'objectif est aussi de démontrer que «son oeuvre et sa réputation continuent de générer un dialogue et un débat fructueux avec des artistes contemporains à travers le monde», explique le musée. «Picasso est l'artiste qui m'a le plus influencé depuis l'enfance», reconnaissait le peintre turc, Bedri Baykam, à l'inauguration de l'exposition qui présente l'un de ses tableaux, Le harem d'Avignon a cent ans, une interprétation de l'une des oeuvres maîtresses de Picasso, Les demoiselles d'Avignon.
Au total, l'exposition réunit des oeuvres de 41 artistes venant des cinq continents sur une large gamme de supports: peinture, vidéo, photo, sculpture et gravure.
«C'est l'approche globale que nous voulions exprimer par cette exposition, conçue, non pas pour mettre en valeur le travail d'artistes européens ou américains, mais pour regarder bien au-delà», explique le commissaire, Michael Fitz Gerald. Les galeries du musée exposent ainsi des oeuvres du Congolais Cheri Samba ou du Sud-Africain Jantjes, de l'Irakien Dia al-Azzawi, du Brésilien Vik Muniz, de l'Indien Atul Dodiya ou des Argentins Guillermo Kuitca et Constanza Piaggio.
«La diversité était un objectif prioritaire et cela nous a permis de découvrir de nombreuses oeuvres contemporaines relativement méconnues», ajoute le commissaire. L'artiste britannique de rue Banksy a été chargé du message de bienvenue: sur une plaque de marbre est gravée la célèbre citation de Pablo Picasso: «Les mauvais artistes copient, les grands artistes volent», au-dessus de la signature, barrée, de Picasso, remplacée par celle de Bansky. S'ouvre alors un parcours en six étapes retraçant les temps forts de l'oeuvre de Picasso: le cubisme, la période bleue et la période rose, le surréalisme, les dernières oeuvres, Les Demoiselles d'Avignon et enfin l'oeuvre maîtresse, Guernica.
Dans la salle consacrée à ce tableau, cri de colère contre les atrocités de la Guerre civile espagnole, l'exposition montre comment Guernica a marqué de nombreux artistes qui ont dénoncé des violations des droits de l'homme à la fin du XXe siècle: De la critique du racisme par l'Afro-Américaine Faith Ringgold, à la guerre du Soudan dépeinte par Ibrahim el-Salahi dans L'inévitable, un tableau qu'il a peint après avoir été emprisonné dans son pays. «Picasso nous a transmis un magnifique héritage de créativité et d'originalité. Je souhaite qu'en observant son travail, il nous reste quelque chose de son génie et de son courage», déclarait l'artiste soudanais à l'inauguration.
Dans une oeuvre clairement engagée, Nid d'oiseau dans le style cubiste, le peintre chinois, Zhang Hongtu, déstructure dans le plus pur style de Picasso le stade olympique de Pékin pour revendiquer le respect des droits de l'homme.
L'exposition révèle aussi la trace de Picasso sur l'oeuvre d'artistes emblématiques comme Andy Warhol ou l'Américain d'origine haïtienne et portoricaine, Jean-Michel Basquiat, dont l'évolution du dessin à la peinture figurative témoigne clairement de l'influence du peintre espagnol.
Le dialogue noué entre Basquiat et l'oeuvre tardive de Picasso s'exprime particulièrement dans le tableau Sans titre (Pablo Picasso), portrait du peintre espagnol adolescent, dont le nez et la coiffure s'inspirent de ceux de l'Américain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.