La fin de la récréation !    Chelsea : Abramovich offre un gros chèque à Lampard    Massimiliano Allegri va patienter jusqu'en juin    OM – Villas-Boas: «Brahimi était dans nos plans, mais…»    Mobilisation exceptionnelle à Alger    Les marches dénonçant l'ingérence étrangère,"une preuve irréfutable" de la conscience du peuple algérien    OIT: "faire du travail décent une réalité pour la jeunesse africaine"    MDN: large campagne sanitaire pour les habitants de zones enclavées à Ouargla    PROGRAMME DE LOGEMENTS LPA : Les souscripteurs d'Alger convoqués fin décembre    A TAMANRASSET : Tebboune s'engage à faire de la wilaya un pôle touristique    CAMPAGNE ELECTORALE : La campagne de Benflis visée par un plan d'infiltration    MASCARA : Création d'une zone industrielle à Mohammadia    ANSEJ MOSTAGANEM : 352 projets validés en 9 mois    TISSEMSILT : Saisie de 80 kg de viandes blanches impropres à la consommation    BECHAR : Arrestation de 4 braconniers à Beni Ounif    SURETE DE WILAYA DE TIARET : 307 permis de conduire retirés en novembre    Cancer de la prostate : des spécialistes plaident pour "un dépistage de masse précoce"    Harbi s'attaque à l'Armée    Loukal rappelle en Egypte l'engagement de l'Algérie pour l'autonomie financière de l'UA     Championnats arabes de Cyclisme sur route: deux autres médailles pour l'Algérie en clôture de la compétition    Gaïd Salah : l'Algérie mérite de la part de ses enfants qu'ils demeurent la "forteresse impénétrable"    Sonatrach "qualifiée" pour évaluer les actifs d'Anadarko en Algérie    Le projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays adopté, un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    Lutte antiterroriste: Une bombe artisanale détruite à Tlemcen    Jeux Paralympiques Tokyo-2020: l'Algérie candidate à l'organisation de deux tournois qualificatifs    La pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    JM Oran-2021 : la "nouvelle dynamique" des préparatifs de la 19e édition saluée    LOPIS: vulgarisation du contenu du guide scientifique au niveau des établissements éducatifs    Prix Assia-Djebar 2019: les noms des lauréats dévoilés    Les services de la Sûreté déjoue un plan de sabotage fomenté par le MAK    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    54 appareils distribués aux handicapés    Projecteurs braqués sur Vienne    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    ACTUCULT    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    CAF Awards 2019 : Trois Algériens dans le top 10    Sidi Bel-Abbès: Le maire dépose sa démission, son successeur connu aujourd'hui    Le procès s'est ouvert hier: Sellal et Ouyahia à la barre    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    Iran : Le chef de la diplomatie omanaise en Téhéran, après une visite à Washington    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le bilan passe à 34 morts
Nouvelles violences au Venezuela
Publié dans Le Midi Libre le 26 - 03 - 2014

De nouveaux incidents meurtriers ont éclaté samedi entre des manifestants et les forces de sécurité au Venezuela, où 34 personnes ont été tuées en près de deux mois de contestation contre le président Nicolas Maduro.
De nouveaux incidents meurtriers ont éclaté samedi entre des manifestants et les forces de sécurité au Venezuela, où 34 personnes ont été tuées en près de deux mois de contestation contre le président Nicolas Maduro.
Trois nouveaux décès ont été signalés samedi par les médias locaux et des témoins. A Valencia, dans le centre du pays, un opposant a été touché par balle à l'abdomen alors qu'il manifestait. Hospitalisé, il a succombé à ses blessures samedi matin. Un chauffeur de bus a été atteint vendredi soir par une balle perdue à San Cristobal et un homme a été victime samedi d'une fusillade entre des manifestants armés et des hommes cagoulés circulant à moto à Merida, dans les Andes.
Dans la capitale, Caracas, des incidents ont brièvement opposé les forces de sécurité à un petit groupe de manifestants qui tentaient de bloquer une des voies d'accès à un quartier riche de la ville. Les affrontements se sont produits au terme d'une manifestation qui a attiré plusieurs milliers de sympathisants de l'opposition. Les manifestants, qui imputent au pouvoir socialiste le fort taux de criminalité, les pénuries de matières premières et l'inflation, officiellement supérieure à 57 %, ont promis de poursuivre le mouvement jusqu'à la démission de Maduro.
La contestation est sans précédent depuis la mort d'Hugo Chavez le 5 mars 2013 puis l'élection de Maduro, le 14 avril. Partie début février des campus universitaires, elle a pris de l'ampleur après la mort de trois personnes le 12 février lors d'un défilé dans le centre de la capitale Caracas. Un des chefs de file du mouvement, Leopoldo Lopez, accusé d'incitation à la violence et emprisonné le mois dernier, a fait lire samedi par sa femme une lettre appelant une nouvelle fois Maduro à démissionner "pour ouvrir une voie à la paix pour les Vénézuéliens".
"La solution est entre tes mains", a-t-il ajouté. A plusieurs reprises depuis le début du mouvement, les opposants ont refusé les offres de dialogue proposées par Maduro, qui voit dans ce refus la preuve qu'il a affaire à des "putschistes, voire des descendants des nazis", ainsi qu'il l'a dit la semaine passée lors d'un rassemblement pro-gouvernemental. Les contestataires affirment eux qu'ils ne veulent pas être manipulés par le Parti socialiste au pouvoir.
Trois nouveaux décès ont été signalés samedi par les médias locaux et des témoins. A Valencia, dans le centre du pays, un opposant a été touché par balle à l'abdomen alors qu'il manifestait. Hospitalisé, il a succombé à ses blessures samedi matin. Un chauffeur de bus a été atteint vendredi soir par une balle perdue à San Cristobal et un homme a été victime samedi d'une fusillade entre des manifestants armés et des hommes cagoulés circulant à moto à Merida, dans les Andes.
Dans la capitale, Caracas, des incidents ont brièvement opposé les forces de sécurité à un petit groupe de manifestants qui tentaient de bloquer une des voies d'accès à un quartier riche de la ville. Les affrontements se sont produits au terme d'une manifestation qui a attiré plusieurs milliers de sympathisants de l'opposition. Les manifestants, qui imputent au pouvoir socialiste le fort taux de criminalité, les pénuries de matières premières et l'inflation, officiellement supérieure à 57 %, ont promis de poursuivre le mouvement jusqu'à la démission de Maduro.
La contestation est sans précédent depuis la mort d'Hugo Chavez le 5 mars 2013 puis l'élection de Maduro, le 14 avril. Partie début février des campus universitaires, elle a pris de l'ampleur après la mort de trois personnes le 12 février lors d'un défilé dans le centre de la capitale Caracas. Un des chefs de file du mouvement, Leopoldo Lopez, accusé d'incitation à la violence et emprisonné le mois dernier, a fait lire samedi par sa femme une lettre appelant une nouvelle fois Maduro à démissionner "pour ouvrir une voie à la paix pour les Vénézuéliens".
"La solution est entre tes mains", a-t-il ajouté. A plusieurs reprises depuis le début du mouvement, les opposants ont refusé les offres de dialogue proposées par Maduro, qui voit dans ce refus la preuve qu'il a affaire à des "putschistes, voire des descendants des nazis", ainsi qu'il l'a dit la semaine passée lors d'un rassemblement pro-gouvernemental. Les contestataires affirment eux qu'ils ne veulent pas être manipulés par le Parti socialiste au pouvoir.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.