Le Président Tebboune s'entretient avec son homologue turc    Barrage éthiopien de la Renaissance: réunion des Etats du Nil les 28 et 29 janvier    Accidents de la circulation: 9 morts et 46 blessés en 24 heures    Secousse de magnitude 3 degrés enregistrée à Jijel (CRAAG)    Une agence nationale du numérique pour la fin du semestre en cours    Alliés pour tuer le progrès !    Pour une conférence nationale indépendante    PAD : pour un aboutissement démocratique du hirak    Déception des uns, réticences des autres…    La production en hausse, les pénuries subsistent    Les actes qui "tuent" les promesses    Première apparition publique de Lyes Fakhfakh    Les forces gouvernementales se rapprochent d'un objectif-clé    Le bilan du raid contre une base américaine en Irak s'alourdit    Irak : le pouvoir déterminé à mater la révolution    La Banque Casher de la souffrance !    L'USMA manquait d'armurerie !    Le Sept national en route vers le TQO    Nabil Alloune et Ilyas Lahouazi devant le procureur aujourd'hui    Les hirako-sceptiques et le moral du peuple    Campagne de sensibilisation de lutte contre les dangers du monoxyde de carbone    Les meilleures plantes pour purifier et désenflammer le côlon    Journée de sensibilisation dans les écoles de Belacel    La Fémis accueillera un cinéaste algérien pour son université d'été    "Les Algériens ignorent pour la plupart l'histoire de leur pays"    Des ahmadis convoqués par la justice    Le dégoût de l'Europe    Ligue 2 (16e j): le WA Tlemecen rejoint l'O. Médéa en tête du classement    Le président Tebboune procède à un mouvement dans le corps des walis    Le plan de surveillance tarde à être mis en place en Algérie    26e opération de relogement : La première étape a concerné plus de 200 familles    En bref    Transfert : Benzia en négociation avec Dijon    Assemblée Générale Extraordinaire du COA : Les cinq membres «exclus» remplacés    Real : La réponse de Zidane à Le Graët    Les procès de l'année 2019 sans aucun effet    Il fera escale les 18 et 19 février prochain: Le salon itinérant de l'étudiant s'internationalise    Libye et économie au menu: Erdogan à Alger pour deux jours    SE SOULEVER ET S'ELEVER PAR UN HIRAK AVEC SOI    Gestion d'épicerie !    Suscitant une polémique franco-française: Macron compare la guerre d'Algérie à la shoah    Zetchi réitére sa confiance envers Belmadi    Flappy Bird : le petit oiseau jaune de retour en mode battle royale    Un document relatant les ères historiques successives    Interland de Google apprend aux enfants à repérer les fake news    Microsoft propose un mash-up Minecraft Toy Story    Comme l'ombre d'un doute…    Le rendez-vous de toutes les surprises    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maduro lance une conférence "pour la paix"
APRÈS TROIS SEMAINES DE MANIFESTATIONS AU VENEZUELA
Publié dans L'Expression le 27 - 02 - 2014

Elu il y a 11 mois, l'héritier politique d'Hugo Chavez affirme être convaincu que «de grands accords vont être conclus» lors de cette conférence dont les modalités n'ont toutefois pas été détaillées.
Le président du Venezuela Nicolas Maduro devait lancer hier une conférence «pour la paix» pour répondre aux préoccupations des étudiants qui manifestent, depuis trois semaines, contre l'insécurité et les fréquentes pénuries de produits de première nécessité dans le pays. Confronté à une vague de manifestations massives soutenues par une partie de l'opposition, le président Maduro a expliqué qu' «il s'agit d'une conférence nationale de paix prévue mercredi avec tous les courants sociaux, politiques, corporatistes, religieux». Henrique Capriles, battu par M. Maduro lors de l'élection présidentielle d'avril 2013, a déjà annoncé qu'il ne participerait pas à cette conférence se disant lassé de ce qu'il considère comme «mensonges» du président Maduro et de la «répression» policière contre la jeunesse, une des préoccupations des étudiants protestataires.
La conférence «pour la paix» intervient au lendemain d'une nouvelle marche convoquée par des étudiants vénézuéliens et qui a faiblement mobilisé, ce qui dénote l'essoufflement du mouvement, lancé le 4 février à l'est de la capitale. Ainsi, la vie a commencé à reprendre petit à petit son cours normal mardi à Caracas où les commerces et administrations étaient ouverts, et seuls quelques rues demeuraient obstruées par les débris et poubelles posés par des grappes de jeunes masqués, selon des correspondants de presse. C'est sur les réseaux sociaux que les chefs de file du mouvement, avaient appelé leurs camarades à manifester dans le quartier de Mercedes, à l'est de la capitale.
Le mouvement était initialement focalisé sur l'insécurité avant d'étendre ses revendications aux thèmes de la crise économique, des fréquentes pénuries de produits de première nécessité et de la «répression» policière. De plus, les étudiants protestataires réclament aussi la libération des personnes arrêtées en marge des violences, dont l'opposant radical Leopoldo Lopez, écroué depuis une semaine et accusé d'incitation à la violence. Le bilan officiel de ces trois semaines de troubles s'établit à 14 morts, dont au moins huit par balles, et 140 blessés. Face à «l'inquiétude» exprimée par Washington, M. Maduro a annoncé l'envoi rapide d'un ambassadeur aux Etats-Unis, alors que les deux pays n'ont plus d'ambassadeurs respectifs depuis 2010, mais seulement des chargés d'affaires. De leur côté, les Etats-Unis ont expulsé mardi trois diplomates vénézuéliens, en représailles au renvoi la semaine dernière par Caracas de trois agents consulaires américains accusés d'avoir apporté leur soutien aux manifestants antigouvernementaux. Les troubles qui secouent le Venezuela ont, par ailleurs, suscité l'inquiétude du Panama qui a invité les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l'Organisation des Etats américains (OEA) à se réunir pour discuter de la crise politique dans ce pays. Selon le ministère panaméen des Affaires étrangères, cette proposition «a pour but de permettre aux membres de l'OEA d'échanger leurs idées et d'aider le gouvernement et les factions de l'opposition vénézuéliens à résoudre leurs différends par le biais du dialogue, afin de mettre un terme aux manifestations violentes qui secouent le pays depuis trois semaines». Pour sa part, le président uruguayen José Mujica a proposé de s'entretenir avec le Venezuela «en temps voulu» pour mettre fin aux violences. «Il importe à l'heure actuelle que la population se calme et discute de ses problèmes», a-t-il souligné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.