REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maduro lance une conférence "pour la paix"
APRÈS TROIS SEMAINES DE MANIFESTATIONS AU VENEZUELA
Publié dans L'Expression le 27 - 02 - 2014

Elu il y a 11 mois, l'héritier politique d'Hugo Chavez affirme être convaincu que «de grands accords vont être conclus» lors de cette conférence dont les modalités n'ont toutefois pas été détaillées.
Le président du Venezuela Nicolas Maduro devait lancer hier une conférence «pour la paix» pour répondre aux préoccupations des étudiants qui manifestent, depuis trois semaines, contre l'insécurité et les fréquentes pénuries de produits de première nécessité dans le pays. Confronté à une vague de manifestations massives soutenues par une partie de l'opposition, le président Maduro a expliqué qu' «il s'agit d'une conférence nationale de paix prévue mercredi avec tous les courants sociaux, politiques, corporatistes, religieux». Henrique Capriles, battu par M. Maduro lors de l'élection présidentielle d'avril 2013, a déjà annoncé qu'il ne participerait pas à cette conférence se disant lassé de ce qu'il considère comme «mensonges» du président Maduro et de la «répression» policière contre la jeunesse, une des préoccupations des étudiants protestataires.
La conférence «pour la paix» intervient au lendemain d'une nouvelle marche convoquée par des étudiants vénézuéliens et qui a faiblement mobilisé, ce qui dénote l'essoufflement du mouvement, lancé le 4 février à l'est de la capitale. Ainsi, la vie a commencé à reprendre petit à petit son cours normal mardi à Caracas où les commerces et administrations étaient ouverts, et seuls quelques rues demeuraient obstruées par les débris et poubelles posés par des grappes de jeunes masqués, selon des correspondants de presse. C'est sur les réseaux sociaux que les chefs de file du mouvement, avaient appelé leurs camarades à manifester dans le quartier de Mercedes, à l'est de la capitale.
Le mouvement était initialement focalisé sur l'insécurité avant d'étendre ses revendications aux thèmes de la crise économique, des fréquentes pénuries de produits de première nécessité et de la «répression» policière. De plus, les étudiants protestataires réclament aussi la libération des personnes arrêtées en marge des violences, dont l'opposant radical Leopoldo Lopez, écroué depuis une semaine et accusé d'incitation à la violence. Le bilan officiel de ces trois semaines de troubles s'établit à 14 morts, dont au moins huit par balles, et 140 blessés. Face à «l'inquiétude» exprimée par Washington, M. Maduro a annoncé l'envoi rapide d'un ambassadeur aux Etats-Unis, alors que les deux pays n'ont plus d'ambassadeurs respectifs depuis 2010, mais seulement des chargés d'affaires. De leur côté, les Etats-Unis ont expulsé mardi trois diplomates vénézuéliens, en représailles au renvoi la semaine dernière par Caracas de trois agents consulaires américains accusés d'avoir apporté leur soutien aux manifestants antigouvernementaux. Les troubles qui secouent le Venezuela ont, par ailleurs, suscité l'inquiétude du Panama qui a invité les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l'Organisation des Etats américains (OEA) à se réunir pour discuter de la crise politique dans ce pays. Selon le ministère panaméen des Affaires étrangères, cette proposition «a pour but de permettre aux membres de l'OEA d'échanger leurs idées et d'aider le gouvernement et les factions de l'opposition vénézuéliens à résoudre leurs différends par le biais du dialogue, afin de mettre un terme aux manifestations violentes qui secouent le pays depuis trois semaines». Pour sa part, le président uruguayen José Mujica a proposé de s'entretenir avec le Venezuela «en temps voulu» pour mettre fin aux violences. «Il importe à l'heure actuelle que la population se calme et discute de ses problèmes», a-t-il souligné.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.