Cité Benboulaïd à Constantine : Les demandeurs de logements sociaux bloquent la ville    Zeghmati : La prochaine présidentielle, "une bouée de sauvetage" offerte au peuple algérien    Selon le ministre du Travail, Tidjani Hassan : "Le droit des litiges autorise le recours à la justice si le conflit n'est pas réglé"    Présidentielle Rabehi met en garde les professionnels de l'information contre les "fake news"    Sétif: A la recherche des modalités pour harmoniser et réduire les inégalités entre les territoires    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    USA: Trump déclare son amour aux russes    Députée syrienne: L'armée turque encerclée quitterait Ras-al-Aïn    Ballon d'or 2019: Rapinoe, Mbappé et Van Dijk en têtes d'affiche    Le décathlonien Bouraâda: "Les Mondiaux 2020 en salle, mon premier objectif avant les JO"    Equipement sportif : Adidas perd l'un des inspirateurs de son rebond américain    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    Omnisports : Signature d'un accord-programme de pratique sportive au sein des universités    Libye SOS Méditerranée cherche de nouveau un port sûr pour 104 migran    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    13ème édition des journées du court-métrage d'Annaba : 26 films en compétition    Nouvelle marche des étudiants    Lakhdar Bouregaa refuse d'être auditionné    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    Refonte prochaine du système fiscal    Le taux à 2,4 % en septembre 2019    7 postulants fins prêts    16 oeuvres de jeunes cinéastes en compétition    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    LDC : Les résultats de la soirée du mardi    TRIBUNAL MILITAIRE DE BLIDA : Le général Mehena Djebbar incarcéré    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dépose son dossier aujourd'hui    COUR D'APPEL D'ORAN : 5 ans de prison requis contre 04 passeurs de harraga    DES CHANTIERS DE LOGEMENTS A L'ARRET A ORAN : Des entreprises étrangères réclament 160 milliards à l'OPGI    Choc de mal classés à Mohammadia    La trêve turco-américaine expire ce soir    Manifestation à Kinshasa contre la corruption    Islam Slimani dans l'équipe-type de la 10e journée    La LFP avance à pas de tortue !    Synapse de Noureddine Zerrouki au Festival du court-métrage de Nouakchott    Lancement du centenaire de la naissance de Mohammed Dib en février prochain    Le HCA présent avec une vingtaine d'ouvrages    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce mardi    Forêts : Lancement d'une vaste campagne de reboisement    Alger: Le procès de deux détenus du Hirak s'ouvre aujourd'hui    Bouira: Grève des enseignants du primaire    Tirage au sort pour le choix des blocs et des étages: Attribution prochaine de 300 logements sociaux à Boutlelis    Belgaid et Cap Falcon: Deux morts et quatre blessés dans des accidents de la route    Tlemcen: Des foyers qui «boudent» le gaz naturel    Que peut apporter la diaspora pour le pays ?    Jean-Pierre Fabre désigné candidat de l'ANC à la présidentielle 2020    Mazda : nouveau teaser de son futur véhicule électrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition dit non
Intégration au nouveau gouvernement
Publié dans Le Midi Libre le 05 - 05 - 2014

Apparemment, la composante du nouveau gouvernement que s'apprête à former le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ne comprendra pas de figures des partis d'opposition.
Apparemment, la composante du nouveau gouvernement que s'apprête à former le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ne comprendra pas de figures des partis d'opposition.
La volonté affichée par le pouvoir d'associer l'opposition au nouvel exécutif n'a pas, pour le moment, trouvé un écho favorable. En effet, sollicités, deux partis politiques ont décliné l'offre présentée par Abdelmalek Sellal. Il s'agit, en effet, du Front des forces socialistes (FFS) et du Parti des travailleurs (PT). On ne sait si d'autres formations politiques ont été, au même titre que les deux partis cités,
sollicités pour la même fin.
C'est par le biais de ses responsables que le FFS a fait savoir qu'il déclinait l'offre du Premier ministre. Ali Laskri, membre de l'instance présidentielle, et Ahmed Betatache, premier secrétaire national, ont en effet annoncé vendredi dernier lors de la session du conseil national que le FFS a dit non à l'offre présentée par Abdelmalek Sellal. Ce dernier, selon les propos de ces deux responsables, proposé au parti deux portefeuilles ministériels.
« Nous avons d'autres préoccupations pour le moment » ont indiqué Laskri et Betatache en précisant aussi que le FFS est davantage focalisé sur la conférence du consensus national. Le plus vieux parti d'opposition a, pour rappel, lancé il y a quelques temps déjà une initiative politique en direction du pouvoir , des partis politiques, des personnalités et du monde associatif en vue d'organiser une conférence nationale, dont l'objectif premier serait la réalisation d'un nouveau consensus national.
Avec ce refus, le FFS met certainement un terme aux spéculations, selon lesquelles il serait, suite à un prétendu deal conclu avec le pouvoir, sur le point de rejoindre le gouvernement. Cette hypothèse est évoquée depuis deux années maintenant. En effet, depuis sa participation aux élections législatives de mai 2012, les spéculations portant sur un deal FFS-pouvoir n'ont pas cessé. Mais ces spéculations ne se sont, cela dit, jamais confirmées.
Le PT, que d'aucuns considèrent comme un allié du pouvoir et ne faisant donc pas partie de l'opposition, a lui aussi dit non à l'offre de Abdelmalek Sellal et n'intégrera pas, par voie de conséquence, le gouvernement. La secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune, a réitéré avant-hier la position traditionnelle de son parti sur cette question. Mme Hanoune a précisé lors d'une conférence de presse que son parti ne rejoindra pas le gouvernement étant donné qu'il n'a pas la majorité à l'APN.
C'est une position constante qu'elle a toujours mis en avant. Apparemment l'opposition, toutes tendances confondues, n'est pas prête à répondre favorablement aux sollicitations du pouvoir. Le MSP s'inscrit dans la même logique que le FFS puisque son président, Abderazak Mokri, a lui aussi catégoriquement rejeté toute idée d'intégrer le gouvernement. « Nous n'attendons ni fauteuils, ni ministères » a souligné le chef de file du MSP vendredi passé. Une façon de dire que son parti n'est pas intéressé par la perspective de rejoindre le gouvernement.
Les partis membres de la coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique, dont fait partie le MSP, sont focalisés sur la préparation de la conférence nationale sur la transition démocratique. Il est donc certain qu'aucun parti de l'opposition ne siégera dans le nouveau cabinet que s'apprête à former Sellal. Car pour l'heure il semble que seul le Front El Moustakbal a fait montre de sa disponibilité à faire partie du gouvernement.
La volonté affichée par le pouvoir d'associer l'opposition au nouvel exécutif n'a pas, pour le moment, trouvé un écho favorable. En effet, sollicités, deux partis politiques ont décliné l'offre présentée par Abdelmalek Sellal. Il s'agit, en effet, du Front des forces socialistes (FFS) et du Parti des travailleurs (PT). On ne sait si d'autres formations politiques ont été, au même titre que les deux partis cités,
sollicités pour la même fin.
C'est par le biais de ses responsables que le FFS a fait savoir qu'il déclinait l'offre du Premier ministre. Ali Laskri, membre de l'instance présidentielle, et Ahmed Betatache, premier secrétaire national, ont en effet annoncé vendredi dernier lors de la session du conseil national que le FFS a dit non à l'offre présentée par Abdelmalek Sellal. Ce dernier, selon les propos de ces deux responsables, proposé au parti deux portefeuilles ministériels.
« Nous avons d'autres préoccupations pour le moment » ont indiqué Laskri et Betatache en précisant aussi que le FFS est davantage focalisé sur la conférence du consensus national. Le plus vieux parti d'opposition a, pour rappel, lancé il y a quelques temps déjà une initiative politique en direction du pouvoir , des partis politiques, des personnalités et du monde associatif en vue d'organiser une conférence nationale, dont l'objectif premier serait la réalisation d'un nouveau consensus national.
Avec ce refus, le FFS met certainement un terme aux spéculations, selon lesquelles il serait, suite à un prétendu deal conclu avec le pouvoir, sur le point de rejoindre le gouvernement. Cette hypothèse est évoquée depuis deux années maintenant. En effet, depuis sa participation aux élections législatives de mai 2012, les spéculations portant sur un deal FFS-pouvoir n'ont pas cessé. Mais ces spéculations ne se sont, cela dit, jamais confirmées.
Le PT, que d'aucuns considèrent comme un allié du pouvoir et ne faisant donc pas partie de l'opposition, a lui aussi dit non à l'offre de Abdelmalek Sellal et n'intégrera pas, par voie de conséquence, le gouvernement. La secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune, a réitéré avant-hier la position traditionnelle de son parti sur cette question. Mme Hanoune a précisé lors d'une conférence de presse que son parti ne rejoindra pas le gouvernement étant donné qu'il n'a pas la majorité à l'APN.
C'est une position constante qu'elle a toujours mis en avant. Apparemment l'opposition, toutes tendances confondues, n'est pas prête à répondre favorablement aux sollicitations du pouvoir. Le MSP s'inscrit dans la même logique que le FFS puisque son président, Abderazak Mokri, a lui aussi catégoriquement rejeté toute idée d'intégrer le gouvernement. « Nous n'attendons ni fauteuils, ni ministères » a souligné le chef de file du MSP vendredi passé. Une façon de dire que son parti n'est pas intéressé par la perspective de rejoindre le gouvernement.
Les partis membres de la coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique, dont fait partie le MSP, sont focalisés sur la préparation de la conférence nationale sur la transition démocratique. Il est donc certain qu'aucun parti de l'opposition ne siégera dans le nouveau cabinet que s'apprête à former Sellal. Car pour l'heure il semble que seul le Front El Moustakbal a fait montre de sa disponibilité à faire partie du gouvernement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.