FLN et TAJ appuient    13ème Mardi de mobilisation des étudiants : Pour une rupture radicale avec le système en place    ANP : Gaïd Salah appelle le peuple algérien à l'extrême vigilance    L'armée face aux conspirateurs    Non à l'Etat militaire    Récupération des avoirs de la corruption : Les Parquets généraux appelés à superviser minutieusement les enquêtes    Le foncier dans le viseur des enquêteurs    L'Algérie a pêché 1 437 tonnes en 2019    3 ans de prison pour les accusés    Bourses : Début de semaine difficile pour les actions    Grace aux processeurs Alpha 7 et Alpha 9 Gen 2 : Une nouvelle expérience utilisateur inédite sur les téléviseurs LG    En cinq ans de sanctions : La Russie a réduit drastiquement ses opérations en dollars    El Qods Occupée : Riyadh, Rabat et Ankara se disputent le statut de gardien des Lieux Saints    Sahara occidental : La France doit s'abstenir d'entraver les décisions du Conseil de sécurité    Le comité des sanctions de l'ONU met en garde    Maduro propose des élections législatives anticipées    La liberté d'expression à la russe!    Coopération algéro-nigérienne : Réunion du comité bilatéral frontalier au second semestre    Belmadi peaufine son programme    DRBT : Hamza Demane sanctionné de 3 matchs    Niki Lauda, miraculé de la F1 : Il décède paisiblement à 70 ans    "C'est le choix du coeur"    L'AIBA "optimiste" après son audition par le CIO    Examens de fin d'année : Le ministère de l'Education assure que toutes les conditions ont été réunies pour leur bon déroulement    Plus jamais de bidonvilles...    Les étudiants fidèles à leurs principes    Jusqu'à quand va-t-on nous raconter des salades?    Dafri filme la guerre d'Algérie en s'inspirant de Coppola    Demandeurs de fetwa, utilisez le SMS, courriel ou appelez le numéro vert    Les souffrances du jeune Ahmed...    Les shebabs fabriquent désormais eux-mêmes leurs explosifs    Le FLN favorable au report    41 morts et 1.433 blessés en une semaine    LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    On vous le dit    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    L'Opep dit non à Trump    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Gâteau de crêpes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition dit non
Intégration au nouveau gouvernement
Publié dans Le Midi Libre le 05 - 05 - 2014

Apparemment, la composante du nouveau gouvernement que s'apprête à former le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ne comprendra pas de figures des partis d'opposition.
Apparemment, la composante du nouveau gouvernement que s'apprête à former le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ne comprendra pas de figures des partis d'opposition.
La volonté affichée par le pouvoir d'associer l'opposition au nouvel exécutif n'a pas, pour le moment, trouvé un écho favorable. En effet, sollicités, deux partis politiques ont décliné l'offre présentée par Abdelmalek Sellal. Il s'agit, en effet, du Front des forces socialistes (FFS) et du Parti des travailleurs (PT). On ne sait si d'autres formations politiques ont été, au même titre que les deux partis cités,
sollicités pour la même fin.
C'est par le biais de ses responsables que le FFS a fait savoir qu'il déclinait l'offre du Premier ministre. Ali Laskri, membre de l'instance présidentielle, et Ahmed Betatache, premier secrétaire national, ont en effet annoncé vendredi dernier lors de la session du conseil national que le FFS a dit non à l'offre présentée par Abdelmalek Sellal. Ce dernier, selon les propos de ces deux responsables, proposé au parti deux portefeuilles ministériels.
« Nous avons d'autres préoccupations pour le moment » ont indiqué Laskri et Betatache en précisant aussi que le FFS est davantage focalisé sur la conférence du consensus national. Le plus vieux parti d'opposition a, pour rappel, lancé il y a quelques temps déjà une initiative politique en direction du pouvoir , des partis politiques, des personnalités et du monde associatif en vue d'organiser une conférence nationale, dont l'objectif premier serait la réalisation d'un nouveau consensus national.
Avec ce refus, le FFS met certainement un terme aux spéculations, selon lesquelles il serait, suite à un prétendu deal conclu avec le pouvoir, sur le point de rejoindre le gouvernement. Cette hypothèse est évoquée depuis deux années maintenant. En effet, depuis sa participation aux élections législatives de mai 2012, les spéculations portant sur un deal FFS-pouvoir n'ont pas cessé. Mais ces spéculations ne se sont, cela dit, jamais confirmées.
Le PT, que d'aucuns considèrent comme un allié du pouvoir et ne faisant donc pas partie de l'opposition, a lui aussi dit non à l'offre de Abdelmalek Sellal et n'intégrera pas, par voie de conséquence, le gouvernement. La secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune, a réitéré avant-hier la position traditionnelle de son parti sur cette question. Mme Hanoune a précisé lors d'une conférence de presse que son parti ne rejoindra pas le gouvernement étant donné qu'il n'a pas la majorité à l'APN.
C'est une position constante qu'elle a toujours mis en avant. Apparemment l'opposition, toutes tendances confondues, n'est pas prête à répondre favorablement aux sollicitations du pouvoir. Le MSP s'inscrit dans la même logique que le FFS puisque son président, Abderazak Mokri, a lui aussi catégoriquement rejeté toute idée d'intégrer le gouvernement. « Nous n'attendons ni fauteuils, ni ministères » a souligné le chef de file du MSP vendredi passé. Une façon de dire que son parti n'est pas intéressé par la perspective de rejoindre le gouvernement.
Les partis membres de la coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique, dont fait partie le MSP, sont focalisés sur la préparation de la conférence nationale sur la transition démocratique. Il est donc certain qu'aucun parti de l'opposition ne siégera dans le nouveau cabinet que s'apprête à former Sellal. Car pour l'heure il semble que seul le Front El Moustakbal a fait montre de sa disponibilité à faire partie du gouvernement.
La volonté affichée par le pouvoir d'associer l'opposition au nouvel exécutif n'a pas, pour le moment, trouvé un écho favorable. En effet, sollicités, deux partis politiques ont décliné l'offre présentée par Abdelmalek Sellal. Il s'agit, en effet, du Front des forces socialistes (FFS) et du Parti des travailleurs (PT). On ne sait si d'autres formations politiques ont été, au même titre que les deux partis cités,
sollicités pour la même fin.
C'est par le biais de ses responsables que le FFS a fait savoir qu'il déclinait l'offre du Premier ministre. Ali Laskri, membre de l'instance présidentielle, et Ahmed Betatache, premier secrétaire national, ont en effet annoncé vendredi dernier lors de la session du conseil national que le FFS a dit non à l'offre présentée par Abdelmalek Sellal. Ce dernier, selon les propos de ces deux responsables, proposé au parti deux portefeuilles ministériels.
« Nous avons d'autres préoccupations pour le moment » ont indiqué Laskri et Betatache en précisant aussi que le FFS est davantage focalisé sur la conférence du consensus national. Le plus vieux parti d'opposition a, pour rappel, lancé il y a quelques temps déjà une initiative politique en direction du pouvoir , des partis politiques, des personnalités et du monde associatif en vue d'organiser une conférence nationale, dont l'objectif premier serait la réalisation d'un nouveau consensus national.
Avec ce refus, le FFS met certainement un terme aux spéculations, selon lesquelles il serait, suite à un prétendu deal conclu avec le pouvoir, sur le point de rejoindre le gouvernement. Cette hypothèse est évoquée depuis deux années maintenant. En effet, depuis sa participation aux élections législatives de mai 2012, les spéculations portant sur un deal FFS-pouvoir n'ont pas cessé. Mais ces spéculations ne se sont, cela dit, jamais confirmées.
Le PT, que d'aucuns considèrent comme un allié du pouvoir et ne faisant donc pas partie de l'opposition, a lui aussi dit non à l'offre de Abdelmalek Sellal et n'intégrera pas, par voie de conséquence, le gouvernement. La secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune, a réitéré avant-hier la position traditionnelle de son parti sur cette question. Mme Hanoune a précisé lors d'une conférence de presse que son parti ne rejoindra pas le gouvernement étant donné qu'il n'a pas la majorité à l'APN.
C'est une position constante qu'elle a toujours mis en avant. Apparemment l'opposition, toutes tendances confondues, n'est pas prête à répondre favorablement aux sollicitations du pouvoir. Le MSP s'inscrit dans la même logique que le FFS puisque son président, Abderazak Mokri, a lui aussi catégoriquement rejeté toute idée d'intégrer le gouvernement. « Nous n'attendons ni fauteuils, ni ministères » a souligné le chef de file du MSP vendredi passé. Une façon de dire que son parti n'est pas intéressé par la perspective de rejoindre le gouvernement.
Les partis membres de la coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique, dont fait partie le MSP, sont focalisés sur la préparation de la conférence nationale sur la transition démocratique. Il est donc certain qu'aucun parti de l'opposition ne siégera dans le nouveau cabinet que s'apprête à former Sellal. Car pour l'heure il semble que seul le Front El Moustakbal a fait montre de sa disponibilité à faire partie du gouvernement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.