El Mou'amara !    La consule générale bientôt rappelée    Vers une marche de huit jours vers le siège de l'ONU à Genève    Le verdict rendu le 9 août prochain    Effacement des pénalités et rééchelonnement des dettes    Révision du calendrier des demi-finales    Marche des supporters de l'ES Sétif    8 décès et 507 nouveaux cas en 24 heures    Accident de la route : 23 morts et 1311 blessés en une semaine    Stéréotypes stériles ou regard objectif    Un hommage aux musulmans morts pendant les deux guerres mondiales : «Leur sacrifice nous engage tous»    Artisan de la réconciliation en Irlande du Nord : John Hume est mort    Barrage éthiopien sur le Nil: le Soudan, l'Egypte et l'Ethiopie reprennent leurs pourparlers    Le Président Tebboune nomme le général Gouasmia commandant de la Gendarmerie nationale    Covid-19 et Toufik-34    US Tébessa : Le club victime de son propre entourage    Affaire COA – membres remplacés : Le TARLS déboute les trois plaignants    Arbitrage : Djamel Haïmoudi en convalescence à Paris    Nouvelles de Tiaret    Marché des assurances : Marco Cuneo, nommé CEO d'AXA en Algérie    Sidi Bel Abbès : Perturbation de l'alimentation en eau durant l'Aïd    Circonscription administrative de Rouiba : Plus de 13 000 peaux de mouton collectées    Brèves d'Alger    Relations franco-algériennes : Confrontation des mémoires    Les obsèques de Gisèle Halimi célébrées le 6 août à Paris : «Je veux crier fort pour ces voix qui se sont tues et celles que l'on ne veut pas entendre»    Nouvel Ouvrage de Ammara Bekkouche édité par le CRASC : Une réflexion originale sur comment cultiver l'urbain à Oran    Lancement du concours de lecture créative par l'ONUDC : Le conteur Mahi Seddik parmi le jury de sélection des lauréats    Décès du Dr Cherifi Mohamed, un des fondateurs de l'ONEC    Mascara: Des pannes de courant qui irritent    Chlef: Le nouveau chef de la sûreté de wilaya installé    Boulevard «Emir Abdelkader»: Un immeuble menaçant ruine suspend un arrêt du tramway    Rachat et matières essentielles: Le ministère de l'Education dément les rumeurs sur le bac    Des départs plus grands !    DECOMPTE ET ANNIHILATION    Djerad parle d'"actions préméditées"    Le Doyen vise la Ligue des champions    Draoui, Bouguelmouna et Ferhani partants    Six maîtres de conférences promus au grade de professeur    Les plaisanciers autorisés à reprendre la mer    Mandi à Liverpool ?    Le périmètre irrigable a augmenté à Souk Ahras    Ankara dénonce un contrat pétrolier américano-kurde en Syrie    Verdict pour quatre suspects    Le Liban s'enferre dans une crise multiforme    Pour un élargissement des domaines de compétences    "La pensée d'Albert Memmi est sans compromission"    L'émergence du monothéisme en Afrique du Nord    18 civils tués dans une attaque du groupe terroriste Boko Haram    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition dit non
Intégration au nouveau gouvernement
Publié dans Le Midi Libre le 05 - 05 - 2014

Apparemment, la composante du nouveau gouvernement que s'apprête à former le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ne comprendra pas de figures des partis d'opposition.
Apparemment, la composante du nouveau gouvernement que s'apprête à former le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, ne comprendra pas de figures des partis d'opposition.
La volonté affichée par le pouvoir d'associer l'opposition au nouvel exécutif n'a pas, pour le moment, trouvé un écho favorable. En effet, sollicités, deux partis politiques ont décliné l'offre présentée par Abdelmalek Sellal. Il s'agit, en effet, du Front des forces socialistes (FFS) et du Parti des travailleurs (PT). On ne sait si d'autres formations politiques ont été, au même titre que les deux partis cités,
sollicités pour la même fin.
C'est par le biais de ses responsables que le FFS a fait savoir qu'il déclinait l'offre du Premier ministre. Ali Laskri, membre de l'instance présidentielle, et Ahmed Betatache, premier secrétaire national, ont en effet annoncé vendredi dernier lors de la session du conseil national que le FFS a dit non à l'offre présentée par Abdelmalek Sellal. Ce dernier, selon les propos de ces deux responsables, proposé au parti deux portefeuilles ministériels.
« Nous avons d'autres préoccupations pour le moment » ont indiqué Laskri et Betatache en précisant aussi que le FFS est davantage focalisé sur la conférence du consensus national. Le plus vieux parti d'opposition a, pour rappel, lancé il y a quelques temps déjà une initiative politique en direction du pouvoir , des partis politiques, des personnalités et du monde associatif en vue d'organiser une conférence nationale, dont l'objectif premier serait la réalisation d'un nouveau consensus national.
Avec ce refus, le FFS met certainement un terme aux spéculations, selon lesquelles il serait, suite à un prétendu deal conclu avec le pouvoir, sur le point de rejoindre le gouvernement. Cette hypothèse est évoquée depuis deux années maintenant. En effet, depuis sa participation aux élections législatives de mai 2012, les spéculations portant sur un deal FFS-pouvoir n'ont pas cessé. Mais ces spéculations ne se sont, cela dit, jamais confirmées.
Le PT, que d'aucuns considèrent comme un allié du pouvoir et ne faisant donc pas partie de l'opposition, a lui aussi dit non à l'offre de Abdelmalek Sellal et n'intégrera pas, par voie de conséquence, le gouvernement. La secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune, a réitéré avant-hier la position traditionnelle de son parti sur cette question. Mme Hanoune a précisé lors d'une conférence de presse que son parti ne rejoindra pas le gouvernement étant donné qu'il n'a pas la majorité à l'APN.
C'est une position constante qu'elle a toujours mis en avant. Apparemment l'opposition, toutes tendances confondues, n'est pas prête à répondre favorablement aux sollicitations du pouvoir. Le MSP s'inscrit dans la même logique que le FFS puisque son président, Abderazak Mokri, a lui aussi catégoriquement rejeté toute idée d'intégrer le gouvernement. « Nous n'attendons ni fauteuils, ni ministères » a souligné le chef de file du MSP vendredi passé. Une façon de dire que son parti n'est pas intéressé par la perspective de rejoindre le gouvernement.
Les partis membres de la coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique, dont fait partie le MSP, sont focalisés sur la préparation de la conférence nationale sur la transition démocratique. Il est donc certain qu'aucun parti de l'opposition ne siégera dans le nouveau cabinet que s'apprête à former Sellal. Car pour l'heure il semble que seul le Front El Moustakbal a fait montre de sa disponibilité à faire partie du gouvernement.
La volonté affichée par le pouvoir d'associer l'opposition au nouvel exécutif n'a pas, pour le moment, trouvé un écho favorable. En effet, sollicités, deux partis politiques ont décliné l'offre présentée par Abdelmalek Sellal. Il s'agit, en effet, du Front des forces socialistes (FFS) et du Parti des travailleurs (PT). On ne sait si d'autres formations politiques ont été, au même titre que les deux partis cités,
sollicités pour la même fin.
C'est par le biais de ses responsables que le FFS a fait savoir qu'il déclinait l'offre du Premier ministre. Ali Laskri, membre de l'instance présidentielle, et Ahmed Betatache, premier secrétaire national, ont en effet annoncé vendredi dernier lors de la session du conseil national que le FFS a dit non à l'offre présentée par Abdelmalek Sellal. Ce dernier, selon les propos de ces deux responsables, proposé au parti deux portefeuilles ministériels.
« Nous avons d'autres préoccupations pour le moment » ont indiqué Laskri et Betatache en précisant aussi que le FFS est davantage focalisé sur la conférence du consensus national. Le plus vieux parti d'opposition a, pour rappel, lancé il y a quelques temps déjà une initiative politique en direction du pouvoir , des partis politiques, des personnalités et du monde associatif en vue d'organiser une conférence nationale, dont l'objectif premier serait la réalisation d'un nouveau consensus national.
Avec ce refus, le FFS met certainement un terme aux spéculations, selon lesquelles il serait, suite à un prétendu deal conclu avec le pouvoir, sur le point de rejoindre le gouvernement. Cette hypothèse est évoquée depuis deux années maintenant. En effet, depuis sa participation aux élections législatives de mai 2012, les spéculations portant sur un deal FFS-pouvoir n'ont pas cessé. Mais ces spéculations ne se sont, cela dit, jamais confirmées.
Le PT, que d'aucuns considèrent comme un allié du pouvoir et ne faisant donc pas partie de l'opposition, a lui aussi dit non à l'offre de Abdelmalek Sellal et n'intégrera pas, par voie de conséquence, le gouvernement. La secrétaire générale du PT, Louisa Hanoune, a réitéré avant-hier la position traditionnelle de son parti sur cette question. Mme Hanoune a précisé lors d'une conférence de presse que son parti ne rejoindra pas le gouvernement étant donné qu'il n'a pas la majorité à l'APN.
C'est une position constante qu'elle a toujours mis en avant. Apparemment l'opposition, toutes tendances confondues, n'est pas prête à répondre favorablement aux sollicitations du pouvoir. Le MSP s'inscrit dans la même logique que le FFS puisque son président, Abderazak Mokri, a lui aussi catégoriquement rejeté toute idée d'intégrer le gouvernement. « Nous n'attendons ni fauteuils, ni ministères » a souligné le chef de file du MSP vendredi passé. Une façon de dire que son parti n'est pas intéressé par la perspective de rejoindre le gouvernement.
Les partis membres de la coordination nationale pour les libertés et la transition démocratique, dont fait partie le MSP, sont focalisés sur la préparation de la conférence nationale sur la transition démocratique. Il est donc certain qu'aucun parti de l'opposition ne siégera dans le nouveau cabinet que s'apprête à former Sellal. Car pour l'heure il semble que seul le Front El Moustakbal a fait montre de sa disponibilité à faire partie du gouvernement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.