Pour une sortie rapide de la crise : L'élection présidentielle est la seule issue    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Ce ne sont pas de simples mots    Bourses : L'Europe clôture en baisse, la crise italienne pèse    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Sahara occidental: Un professeur américain rejette la propagande marocaine    Yémen: Martin Griffiths met en garde contre la fragmentation du pays    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Jeux africains-2019-Foot féminin: Victoire de l'Algérie face au Mali 1-0    CAN 2019 (U23), Algérie- Ghana: La sélection algérienne en stage à Sidi Moussa    Paramédical : Plus de 300 places pédagogiques au titre de la nouvelle session de formation dans la wilaya d'Alger    Tourisme : Vers la création de pôles d'excellence en Algérie    Développement local à Illizi : Salah-Eddine Dahmoune constate le dénuement et la colère des citoyens, et annonce plusieurs mesures    Les 4 conditions de Benflis    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Le président sahraoui met en garde    "Pour qui sonne le glas"    Appel à l'investissement privé    Ness el-Khir au chevet des nécessiteux    22 pèlerins algériens décédés    Javier Bardem appelle à protéger les océans    Bonnes perspectives en gaz et électricité    «L'investissement est ouvert au privé»    Un professeur américain rejette la propagande marocaine    DEGRADATION DU SOLDE COMMERCIAL : Les experts tirent la sonnette d'alarme    COUR DE JUSTICE D'ORAN : Le président de la cour et du procureur général installés    La paire Meriem Azem-Amel Zaïdi au dessus du lot    Islam Slimani en prêt à Monaco    ACCIDENT DE LA ROUTE A SIDI BEL ABBES : Six blessés dans une collision à Sidi Khaled    «Je n'ai pas envie de poursuivre ma mission»    La hantise des conducteurs    Les ventes de voitures en baisse en juillet en Chine    Farès opéré avec succès    L'EN «messieurs» se contente de la 12e place    L'histoire convoquée pour le présent    L'ONM demande la dissolution du FLN    Serge Michel : engagement total pour la Révolution algérienne    "L'enseignement des arts a besoin d'un nouveau souffle"    Yémen : Les séparatistes s'emparent de nouvelles positions    Blida : Installation du nouveau président de la Cour et du procureur général    Haï Nour: Deux dealers arrêtés    ASM Oran: Ahmed Belhadj ne viendra pas    Marche des étudiants: Maintien de la mobilisation à Alger    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Nouvelle publication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pouvoir et l'opposition en chiens de faïence
ILS SE REJETTENT LES RESPONSABILITES ET LES PROPOSITIONS
Publié dans L'Expression le 04 - 05 - 2014

Des partis de l'opposition refusent de figurer dans le gouvernement et de participer aux consultations sur la révision de la Constitution.
Après avoir acquis le 4e mandat pour le chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika, le pouvoir risque de se retrouver face à lui-même pour mener ses projets politiques en chantier. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, reconduit après l'élection présidentielle du 17 avril, qui veut composer un gouvernement, où le maximum de formations politiques soient représentées, se heurte au refus des partis de l'opposition et même de ceux qui n'ont jamais critiqué le président Bouteflika. Le deuxième projet du pouvoir, à savoir l'élaboration d'une Constitution consensuelle, est également rejeté par l'opposition. Ainsi, le pouvoir risque de travailler avec les partis qui le composent, même s'il ne veut plus tourner le dos aux forces de proposition. Pour la composition du gouvernement, M.Sellal a fait déjà face au refus du FFS et du PT. Ali Laskri, membre de l'instance présidentielle du FFS, a annoncé, avant-hier, que «l'instance présidentielle du FFS a été contactée par M.Sellal pour lui proposer d'entrer au gouvernement avec deux ministres pour appliquer le programme du président.» Le FFS a opposé un refus catégorique. «La direction nationale du FFS a décliné cette proposition au motif que la priorité du FFS est la reconstruction d'un Consensus national et l'organisation d'une conférence nationale de consensus», a expliqué M. Laskri. Il ajoute que «le FFS n'envisage pas d'entrer dans un gouvernement avant l'aboutissement de ce projet qui vise à élaborer, avec l'opposition politique, la société et le pouvoir, un programme consensuel de sortie de crise». De son côté, la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a annoncé, hier, avoir été contactée par le Premier ministre pour figurer dans son gouvernement. Elle a précisé qu'elle a décliné l'offre. Ces refus interviennent au moment où une partie de la classe politique travaille sur un projet de transition démocratique. Ils interviennent aussi au moment où des acteurs de la société civile veulent un gouvernement d'union nationale. Ali Brahimi, porte-parole du Mouvement citoyen pour les libertés et le développement (Mcld), nous a déclaré qu'il souhaite la nomination d'un gouvernement de technocrates ou d'union nationale chargé de prendre à bras-le-corps les urgentes réformes politiques et économiques. «Nous espérons que le président et M.Sellal oseront éviter la reconduction des ministres qui traînent des casseroles trop bruyantes de leur très mauvaise gouvernance», a-t-il plaidé. La même opposition est observée en ce qui concerne la proposition de l'élaboration d'une Constitution consensuelle avec la participation de tous les partis. En plus du fait que le projet enterre les consultations politiques menées en 2011 par le président du Sénat, Abdelkader Bensalah, ainsi que le travail de la commission installée en 2012 à cet effet, ce projet rencontre le rejet de l'opposition.
La Coordination pour les libertés et la transition démocratique estime que le discours du pouvoir sur ce projet est une «méthode surannée dont le seul objectif est d'étouffer les revendications de l'opposition et de les vider de leur contenu». Le candidat à la présidentielle, Ali Benflis, a exprimé, lui aussi, son opposition à ce projet de Constitution consensuelle. Le président du MSP, Abderrazak Makri, a annoncé déjà que son parti ne participera pas aux consultations sur ce projet du pouvoir, accusé de vouloir adopter des revendications de l'opposition pour les diluer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.