Lutte contre la criminalité : Près de 2900 suspects interpellés en mars dernier    Nouvelles d'Oran    Rabah Bouarifi élu président jusqu'à la fin du mandat olympique en cours    Le comportement «inélégant et pitoyable» de Mohamed Raouraoua    La préparation du match de Tizi Ouzou perturbée    L'avis de trois personnalités    Hausse de plus de 17 % des recettes douanières en janvier et février 2019    Grippe saisonnière: net recul des décès par rapport à l'année précédente    Prochainement sur Google traduction    25 affaires traitées par la Gendarmerie nationale lors du 1er trimestre 2019    Explosions au Sri Lanka : le bilan s'aloudrit à 207 morts et plus de 450 blessés    Afghanistan: l'EI revendique l'attaque meurtrière contre un ministère    Un rassemblement en prévision de l'arrivée d'Ouyahia    L'US Akbou-NRB Hammamet en finale…    à quoi obéit l'activisme renaissant d'Ould Abbes ?    Début du référendum constitutionnel en Egypte    UGTA : Sidi-Saïd jetterait-il l'éponge ?    18,7 milliards de centimes octroyés    Trucs et astuces    Des remèdes complémentaires pour soulager une entorse de la cheville    Les 7 000 LPL de Draâ Errich en voie de règlement    Les ministres autorisés à déléguer leur signature    Ouaret, DG des douanes, et Hiouani, gouverneur de la BA par intérim    La progression féconde    «Le prix payé pour tamazight a été exorbitant»    Aziz Chouaki, Ulysse en mode harrachi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    Chiheb torpille Ouyahia    "Trop tard, M.Bensalah..."    Algérie - Mali, le 16 juin à Abu Dhabi    Ronaldo, la mise au point d'Allegri    Rihane éliminé au deuxième tour    50 soldats syriens tués par Daesh à Deir Ezzor    Un jeu international qui disqualifie l'ONU    700 tonnes de produits transportés vers la Mauritanie et le Sénégal    En hommage aux 126 martyrs    Expo "L'Afrique à la mode"    L'IF cherche des réalisateurs de documentaires    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Le quart de rôle de Bensalah    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    El-Oued : Pôle agricole en tête des wilayas du Sud productrices de primeurs    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le pouvoir et l'opposition en chiens de faïence
ILS SE REJETTENT LES RESPONSABILITES ET LES PROPOSITIONS
Publié dans L'Expression le 04 - 05 - 2014

Des partis de l'opposition refusent de figurer dans le gouvernement et de participer aux consultations sur la révision de la Constitution.
Après avoir acquis le 4e mandat pour le chef de l'Etat, Abdelaziz Bouteflika, le pouvoir risque de se retrouver face à lui-même pour mener ses projets politiques en chantier. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, reconduit après l'élection présidentielle du 17 avril, qui veut composer un gouvernement, où le maximum de formations politiques soient représentées, se heurte au refus des partis de l'opposition et même de ceux qui n'ont jamais critiqué le président Bouteflika. Le deuxième projet du pouvoir, à savoir l'élaboration d'une Constitution consensuelle, est également rejeté par l'opposition. Ainsi, le pouvoir risque de travailler avec les partis qui le composent, même s'il ne veut plus tourner le dos aux forces de proposition. Pour la composition du gouvernement, M.Sellal a fait déjà face au refus du FFS et du PT. Ali Laskri, membre de l'instance présidentielle du FFS, a annoncé, avant-hier, que «l'instance présidentielle du FFS a été contactée par M.Sellal pour lui proposer d'entrer au gouvernement avec deux ministres pour appliquer le programme du président.» Le FFS a opposé un refus catégorique. «La direction nationale du FFS a décliné cette proposition au motif que la priorité du FFS est la reconstruction d'un Consensus national et l'organisation d'une conférence nationale de consensus», a expliqué M. Laskri. Il ajoute que «le FFS n'envisage pas d'entrer dans un gouvernement avant l'aboutissement de ce projet qui vise à élaborer, avec l'opposition politique, la société et le pouvoir, un programme consensuel de sortie de crise». De son côté, la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a annoncé, hier, avoir été contactée par le Premier ministre pour figurer dans son gouvernement. Elle a précisé qu'elle a décliné l'offre. Ces refus interviennent au moment où une partie de la classe politique travaille sur un projet de transition démocratique. Ils interviennent aussi au moment où des acteurs de la société civile veulent un gouvernement d'union nationale. Ali Brahimi, porte-parole du Mouvement citoyen pour les libertés et le développement (Mcld), nous a déclaré qu'il souhaite la nomination d'un gouvernement de technocrates ou d'union nationale chargé de prendre à bras-le-corps les urgentes réformes politiques et économiques. «Nous espérons que le président et M.Sellal oseront éviter la reconduction des ministres qui traînent des casseroles trop bruyantes de leur très mauvaise gouvernance», a-t-il plaidé. La même opposition est observée en ce qui concerne la proposition de l'élaboration d'une Constitution consensuelle avec la participation de tous les partis. En plus du fait que le projet enterre les consultations politiques menées en 2011 par le président du Sénat, Abdelkader Bensalah, ainsi que le travail de la commission installée en 2012 à cet effet, ce projet rencontre le rejet de l'opposition.
La Coordination pour les libertés et la transition démocratique estime que le discours du pouvoir sur ce projet est une «méthode surannée dont le seul objectif est d'étouffer les revendications de l'opposition et de les vider de leur contenu». Le candidat à la présidentielle, Ali Benflis, a exprimé, lui aussi, son opposition à ce projet de Constitution consensuelle. Le président du MSP, Abderrazak Makri, a annoncé déjà que son parti ne participera pas aux consultations sur ce projet du pouvoir, accusé de vouloir adopter des revendications de l'opposition pour les diluer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.