À quand le vrai bonheur?    Une autoroute qui a emporté d'indélicats cadres...    Les raisons du processus inflationniste    La carte de la transition    Le président Saïed prend «des mesures exceptionnelles»    Une vingtaine de pays de l'UE proposent de reconduire Tedros    Les violences des supporters s'accumulent    Brèves Omnisports    Nouvelle enveloppe pour l'achèvement des travaux    Les films hollywoodiens à l'affiche    La meilleure résidence d'accompagnement à l'écriture!    Du chant chaâbi à Dar Abdellatif    Huit grands brûlés transférés à l'étranger    40 Nouveaux forages fonctionnels dans 20 jours    Trois morts sur les routes    La presse en deuil    Ali Ghediri condamné à 4 ans de prison ferme    Les milliards pleuvent...    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Une inauguration, puis rien !    Solidarité made in Ooredoo L'opérateur qatari a offert    Halte au grignotage la nuit !    Chien de mer en sauce    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Vers une hausse des salaires    Pétrole : le juste prix ?    Formation en écriture cinématographique    Réouverture des cinémathèques aujourd'hui    Avoir le minaret aux trousses    Le FFS reporte son 6e congrès national à une date ultérieure    L'offre se resserre    "Je paie ma candidature à la présidentielle"    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    La France déchirée?    La montée des extrémismes    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Il sera inhumé aujourd'hui à El Alia: Abdelkader Bensalah n'est plus    Exonérations totale des pénalités et des majorations de retard: La CASNOS sensibilise    Bekkat Berkani: Une réforme du système de santé est nécessaire    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Au moins 22 morts déplorés
Maufrage de migrants en mer égée
Publié dans Le Midi Libre le 07 - 05 - 2014

Les corps de 18 victimes ont été découverts dans l'une des embarcations à bord desquelles 65 migrants de nationalité inconnue avaient tenté de gagner la Grèce.
Les corps de 18 victimes ont été découverts dans l'une des embarcations à bord desquelles 65 migrants de nationalité inconnue avaient tenté de gagner la Grèce.
Au moins vingt-deux migrants, dont des femmes et des enfants, sont morts noyés, et plusieurs candidats à l'immigration sont portés disparus après le naufrage de leurs deux embarcations en mer Egée, selon un nouveau bilan annoncé lundi par les gardes-côtes grecs. Les corps de dix-huit victimes ont été découverts, selon les gardes-côtes, en milieu de journée dans l'une des deux embarcations à bord desquelles quelque soixante-cinq migrants de nationalité inconnue avaient tenté de gagner la Grèce en provenance de Turquie avant de faire naufrage. Les victimes sont quatre enfants - trois garçons et une fille - douze femmes et six hommes. Quatre autres corps ont été retrouvés en mer lors des recherches.
Trente-six survivants, dont trois femmes et un enfant, ont également été secourus par les gardes-côtes lors de l'arrivée sur les lieux du drame, à l'aube. L'enfant a été transféré en état d'hypothermie dans un hôpital d'Athènes, selon les gardescôtes. Les raisons du naufrage du petit yacht suivi par un canot, près de l'île grecque de Samos, n'ont pas encore été déterminées. Les recherches sont menées par deux hélicoptères et plusieurs navires, dont ceux des gardescôtes, une vedette de l'agence européenne Frontex et trois bateaux de pêche.
La Grèce est l'un des principaux points d'entrée dans l'Union européenne pour les migrants qui fuient la guerre et la misère des pays d'Afrique, du Moyen-Orient et du sous-continent indien, via les îles de la mer Egée empruntées par les passeurs pour échapper aux contrôles renforcés le long des frontières de l'Europe avec la Turquie.
Au moins vingt-deux migrants, dont des femmes et des enfants, sont morts noyés, et plusieurs candidats à l'immigration sont portés disparus après le naufrage de leurs deux embarcations en mer Egée, selon un nouveau bilan annoncé lundi par les gardes-côtes grecs. Les corps de dix-huit victimes ont été découverts, selon les gardes-côtes, en milieu de journée dans l'une des deux embarcations à bord desquelles quelque soixante-cinq migrants de nationalité inconnue avaient tenté de gagner la Grèce en provenance de Turquie avant de faire naufrage. Les victimes sont quatre enfants - trois garçons et une fille - douze femmes et six hommes. Quatre autres corps ont été retrouvés en mer lors des recherches.
Trente-six survivants, dont trois femmes et un enfant, ont également été secourus par les gardes-côtes lors de l'arrivée sur les lieux du drame, à l'aube. L'enfant a été transféré en état d'hypothermie dans un hôpital d'Athènes, selon les gardescôtes. Les raisons du naufrage du petit yacht suivi par un canot, près de l'île grecque de Samos, n'ont pas encore été déterminées. Les recherches sont menées par deux hélicoptères et plusieurs navires, dont ceux des gardescôtes, une vedette de l'agence européenne Frontex et trois bateaux de pêche.
La Grèce est l'un des principaux points d'entrée dans l'Union européenne pour les migrants qui fuient la guerre et la misère des pays d'Afrique, du Moyen-Orient et du sous-continent indien, via les îles de la mer Egée empruntées par les passeurs pour échapper aux contrôles renforcés le long des frontières de l'Europe avec la Turquie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.