L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Alger et l'équation africaine    "Le Monde" apporte de nouveaux éléments confirmant l'implication du Maroc    La course au titre s'intensifie    Une autre journée riche en échec !    Messaoudi creuse l'écart en tête    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    L'urgence de numériser le secteur de la santé    Deux femmes retrouvées calcinées dans leur domicile    Le deux poids, deux mesures de Paris    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Retrouvailles inédites Alassane Ouattara-Laurent Gbagbo    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    La chanteuse franco-algérienne Lolo Zouaï interprète son nouveau single dans la série Ctrl de Vevo    Henri Vernes, père de l'aventurier Bob Morane    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    Fermeture des plages et des lieux de détente    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sidi Bel-Abbès - Manque d'oxygène : le pire évité de justesse    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Grandiose mobilisation à Tizi Ouzou    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    La Champions League s'éloigne    Une feuille de route pour la Tunisie    Si seulement on avait écouté le professeur    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



18 migrants morts et 9 disparus dans un naufrage en mer Egée
Immigration clandestine
Publié dans Le Temps d'Algérie le 15 - 12 - 2012

Environ 500 migrants subsahariens, qui étaient à bord de deux embarcations à la dérive, ont été secourus par les garde-côtes italiens dans la nuit de vendredi à samedi au large des côtes de Lampedusa, selon les autorités italiennes.
La première embarcation de fortune, secourue à l'aube, avait à son bord 218 personnes, dont sept femmes, tous originaires d'Afrique
subsaharienne.
Quelques heures plus tard et suite à un appel à l'aide, les garde-côtes ont intercepté un autre bateau qui était sur le point de couler à 60 miles au large de Lampedusa. Il transportait 220 personnes dont 20 femmes, selon ces sources.
Ces demandeurs d'asile ayant embarqué des côtes libyennes ont été transférés au centre d'accueil de l'île où l'on dénombre plus de 900 clandestins arrivés au cours de ces dernières semaines.
En raison du nombre limité de places dans le centre, les autorités italiennes ont prévu d'entreprendre, dans la journée de samedi, les premiers transferts de migrants vers la Sicile et le continent, selon les médias italiens. Il est à noter qu'en dépit des mauvaises conditions climatiques qui caractérisent la région méditerranéenne ces jours-ci, les clandestins, au risque de leur vie, embarquent pour ce qu'ils pensent être l'eldorado italien, en payant le prix fort aux passeurs.
En outre, les drames de l'immigration clandestine se suivent et se ressemblent. Samedi dernier, dix-huit personnes ont péri dans le naufrage de leur embarcation au large de l'île de Lesbos (Mytilène) en mer Egée, tandis que neuf sont portées disparues, selon un nouveau bilan de la police portuaire grecque.
Le drame s'est produit à environ deux milles marins, au large de Lesbos dans la nuit de jeudi à vendredi. Les autorités ont alors repêché le seul survivant du naufrage, un homme de 20 ans, qui a aussitôt été hospitalisé à Mytilène, chef-lieu de l'île, située dans le nord-est de la mer Egée.
Les seize premiers corps de migrants ont été découverts samedi matin sur la plage Thermi de l'île avant que les autorités ne retrouvent dans l'après-midi les corps de deux autres victimes, selon la même source.
La nationalité des migrants n'a pas encore été révélée. Selon le témoignage de l'unique survivant, 28 personnes se trouvaient sur l'embarcation, dont des enfants. La police portuaire a débuté les recherches pendant toute la journée de vendredi au large de l'île et hier également et ce, afin de retrouver les personnes disparues.
Les victimes auraient appareillé depuis les côtes occidentales turques jeudi dernier mais en raison du mauvais temps, leur barque aurait fait naufrage selon les premières informations de la police portuaire.
Aux confins de l'Europe du sud-est et avec des frontières maritimes étendues, la Grèce fait face, depuis plusieurs années, à un afflux de migrants venant d'Asie, d'Afrique ou du Moyen-Orient.
L'île de Lesbos comme plusieurs îles à l'est de la mer Egée, est très près des côtes occidentales turques, d'où plusieurs migrants tentent de passer en Grèce à destination de l'Europe occidentale.
De nombreux migrants, à bord de petites embarcations de fortune, tentant l'exil, surtout en hiver, se noient ou disparaissent pendant leur voyage vers la Grèce, brisant les rêves et les destins de tous ceux qui s'endettent pour un ailleurs convoité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.