Election d'un nouveau président mercredi prochain    Perpétuité pour le terroriste «Yasser Abou Kouthaïma»    FFS    Chaque année, des dizaines de personnes meurent de cancers liés à l'amiante    Une crise majeure se profile entre Riyad et ses alliés    Ghaza est au bord du précipice, selon un responsable de l'ONU    Zetchi optimiste    Six mois de suspension pour le président    Saaâdoune succédera à El Morro    L'OPGI peine à se faire payer    Une bombe à retardement à Draâ Errich    10 cas décelés en 2 jours à Sidi-Bel-Abbès    Comme un rendez-vous amoureux !    Arrabal, l'Egyptien    Les massacres du 17 Octobre 61 commémorés à El-Biodh    Rentrée scolaire à Hassi Bahbah (Djelfa) : La surcharge des classes suscite l'inquiétude des parents d'élèves    Nouvelles d'Oran    ONU: Adoption d'une résolution pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Une vingtaine d'handicapés placés par l'ANEM en un mois: Une initiative louable... mais beaucoup reste à faire    Constantine - Plaidoyer pour un soutien à l'exportation    Pour qui paye Bouhadja ?    Le trafic des psychotropes prend de l'ampleur    MC Alger: La Fédération libyenne « menace » Adel Amrouche    Equipe nationale: Belmadi établit le même constat que Rajevak    L'affreuse excommunication    Premiere sortie du nouveau wali sur le terrain    Des collectivités locales providences aux collectivités locales entreprises/manager    Une application mobile pour impliquer les citoyens dans la protection de l'environnement    253 affaires traitées en septembre dernier    Défaite de Charles Quint à Alger    Dernière tribune de Jamal Khashoggi parue dans le Washington Post : «Ce dont le monde arabe a besoin, c'est la liberté d'expression»    Règlement de la crise syrienne : La Russie et la Turquie à l'épreuve du terrain    Salon international du tourisme et des voyages : La montagne attire les Algériens    Prix de l'or noir Le pétrole chute avec le bond des stocks américains    139e Assemblée générale de l'UIP : M. Bensalah prend part à Genève à la clôture des travaux    Kaouane appelle les journalistes à maîtriser les nouvelles technologies    L'Algérie est-elle à l'abri d'un nouveau krach ?    Le MCA veut terminer sur la lancée    L'instance olympique célèbre ses 55 ans d'existence    L'entraîneur Amrani accepte de rester    Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel à Istanbul    Abane Ramdane a lutté «de toutes ses forces» contre la division    Premier percussionniste du célèbre Cheikh Amar Ezzahi : Boulifa Messaoud n'est plus    CRASC : Un ouvrage collectif dédié à Abdelkader Alloula    L'écrivaine colombienne Piedad Bonnett présente son livre à Oran : Une intervention captivante autour de “Ce qui n'a pas de nom”    Ouyahia ordonne aux ministres et walis d'interdire le port du niqab    L'armée pilonne les dernières poches terroristes    Un saoudien tué dans un accident de voiture à Riyad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le projet de mufti de la République avorté ?
Les autorités font trainer la nomination
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 06 - 2014

Le projet d'installer le poste de grand mufti de la République traîne encore. Sa nomination nécessiterait un consensus autour duquel il y aura le feu vert des autorités.
Le projet d'installer le poste de grand mufti de la République traîne encore. Sa nomination nécessiterait un consensus autour duquel il y aura le feu vert des autorités.
Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a bien signifié récemment, qu'en l'absence d'une "personnalité consensuelle, la question de nomination du mufti de la République reste encore posée". Il laisse entendre par là qu'il n'y a pas de personnalité consensuelle pour assumer le poste de mufti de la République actuellement.
S'agit-il dès lors d'une crise de compétence ou d'un report qui ne dit rien sur les véritables motivations de cette cacophonie ? Nul ne le saura en tout cas. Le président de la République avait martelé, il y a quelques années, que l'Algérie ne tarderait pas à nommer un mufti de la République qui aura pour "charge toutes les questions se référant à la pratique religieuse, à la conformité au rite malékite et prononcer les fatwas sur les sujets qui intéressent les Algériens".
Or jusqu'à présent, Mohamed Aïssa, nouveau patron des Affaires religieuses, reste convaincu que des efforts sont déployés au niveau du ministère "pour trouver une personnalité consensuelle issue de la communauté scientifique et religieuse". Le Conseil scientifique issu du ministère pourrait devenir une « instance de fatwa », relève le ministre.
Mais aura-t-elle le poids face au développement tentaculaire des « groupes salafistes » et leurs consorts qui déploient leurs activités au sein-même des mosquées censées être des espaces de tolérance de la pratique religieuse. Le premier responsable du secteur n'omet pas de parler d'une « volonté politique » pour qu'une telle décision soit prise tout en soulignant que le président de la République a "les prérogatives de nommer le mufti de la République élu par ses pairs du Conseil scientifique national".
Il est important de rappeler que le projet de nomination du poste de grand mufti date de 2008 et n'a pas abouti pour plusieurs raisons. Selon des sources de ce dossier, les conditions exigées seraient liées à un parfait bilinguisme du préposé et doté d'une vaste érudition avec un éclectisme pour le savoir scientifique. Selon ces critères, le mufti de la République ne devrait pas être un simple imam.
De plus, le Haut conseil islamique, organe dépendant de la présidence de la République, a toujours ,défendu la thèse d'un conseil de fatwas. Pour cela, la création de Dar El Ifta (maison de fatwas) depuis quelque temps est "la seule référence en matière théologique", selon la déclaration de l'ex-ministre Bouabdellah Ghoulamalah qui, faut-il le rappeler, n'était pas en faveur de la nomination du mufti de la République. En attendant, le ministère des Affaires religieuses continuera à exercer la prérogative des prêches et leur confection selon l'actualité et le contexte de l'heure.
Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa, a bien signifié récemment, qu'en l'absence d'une "personnalité consensuelle, la question de nomination du mufti de la République reste encore posée". Il laisse entendre par là qu'il n'y a pas de personnalité consensuelle pour assumer le poste de mufti de la République actuellement.
S'agit-il dès lors d'une crise de compétence ou d'un report qui ne dit rien sur les véritables motivations de cette cacophonie ? Nul ne le saura en tout cas. Le président de la République avait martelé, il y a quelques années, que l'Algérie ne tarderait pas à nommer un mufti de la République qui aura pour "charge toutes les questions se référant à la pratique religieuse, à la conformité au rite malékite et prononcer les fatwas sur les sujets qui intéressent les Algériens".
Or jusqu'à présent, Mohamed Aïssa, nouveau patron des Affaires religieuses, reste convaincu que des efforts sont déployés au niveau du ministère "pour trouver une personnalité consensuelle issue de la communauté scientifique et religieuse". Le Conseil scientifique issu du ministère pourrait devenir une « instance de fatwa », relève le ministre.
Mais aura-t-elle le poids face au développement tentaculaire des « groupes salafistes » et leurs consorts qui déploient leurs activités au sein-même des mosquées censées être des espaces de tolérance de la pratique religieuse. Le premier responsable du secteur n'omet pas de parler d'une « volonté politique » pour qu'une telle décision soit prise tout en soulignant que le président de la République a "les prérogatives de nommer le mufti de la République élu par ses pairs du Conseil scientifique national".
Il est important de rappeler que le projet de nomination du poste de grand mufti date de 2008 et n'a pas abouti pour plusieurs raisons. Selon des sources de ce dossier, les conditions exigées seraient liées à un parfait bilinguisme du préposé et doté d'une vaste érudition avec un éclectisme pour le savoir scientifique. Selon ces critères, le mufti de la République ne devrait pas être un simple imam.
De plus, le Haut conseil islamique, organe dépendant de la présidence de la République, a toujours ,défendu la thèse d'un conseil de fatwas. Pour cela, la création de Dar El Ifta (maison de fatwas) depuis quelque temps est "la seule référence en matière théologique", selon la déclaration de l'ex-ministre Bouabdellah Ghoulamalah qui, faut-il le rappeler, n'était pas en faveur de la nomination du mufti de la République. En attendant, le ministère des Affaires religieuses continuera à exercer la prérogative des prêches et leur confection selon l'actualité et le contexte de l'heure.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.