Fafa rénove la Casbah !!!    CONSEILS DE CLASSE : Les mentions avertissements et blâmes interdites    LOGEMENTS LPA : Les célibataires auront droit à un F2    Fin de la polémique autour du changement de statut du FCE    Retrait du marché de la poudre de jus «Amila» et gel de l'activité de la société productrice    194 projets d'investissement privé agréés par le Conseil de wilaya    Guterres juge «essentiel» qu'une enquête «crédible» soit menée    Le gouvernement espère la fin de la crise des gilets jaunes    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'entraîneur Bouzidi appelle à la mobilisation    Dix clubs présents dont la JSE Skikda et l'IC Ouargla    Bouakaz, Dob et compères poursuivent en justice Ennahar TV et son patron    3 personnes secourues après une intoxication au monoxyde de carbone    Le silence assourdissant de la sécurité sociale    L'Université de Sidi-Bel-Abbès 56e à l'échelle mondiale en 2018    Les «initiativeurs»    Dimajazz, le retour    Voyage en calligraphie arabe    Ces capitalistes qui aiment Karl Marx    Des sites archéologiques à l'abandon    Tlemcen: «La mondialisation en furie» à la librairie Alili    Politique: Mouwatana dénonce une tentative de report de la présidentielle    La symbolique plus forte que le syndicat    Tizi-Ouzou: Trois femmes membres d'un réseau de faux-monnayeurs arrêtées    Biskra: Collision entre deux camions et un bus, un mort et deux blessés    Et si les imams...    Le NA Hussein-Dey arrache un précieux nul à Lusaka    L'AS Protection Civile d'Alger (dames) et Sétif (hommes) sacrées à Biskra    L'Egypte et l'Afrique du Sud, seuls pays candidats    Hattab tire de nouveau sur les présidentsde clubs    Ryad Boudebouz : "Je suis bien au Bétis Séville, je veux rejouer"    La CNAS s'explique    L'usine fermée, les produits retirés du marché    L'opposition invisible    Le CNDH élude la presse électronique    Afin de garantir la poursuite du programme du président Bouteflika : L'alliance présidentielle ouverte aux propositions    Information arabe : Kaouane prendra part lundi à Ryad à une rencontre    Messahel réaffirme l'engagement de l'Algérie en faveur de l'Afrique    Ressources halieutiques : Les prix du poisson toujours en hausse    L'UA appelle à la retenue face à l'impasse politique    Emmanuel Macron renonce    Donald Trump menacé d'impeachment    Entre report, prolongement du mandat, révision de la Constitution… : Présidentielle 2019 des scénarios, un consensus !    Bedoui : «Le citoyen doit être au cœur des priorités»    Signature d'un contrat de sponsoring entre l'Eniem et la JSK    Une stèle d'un martyr de la Révolution profanée    Dix ans après sa disparition, un concert en hommage à Maâllem Benaïssa    FACE A L'EMIGRATION CLANDESTINE : Les partis de l'alliance plaident pour "une stratégie globale"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le village Aourir et la maison du colonel Sadek proposés au classement
Patrimoine culturel
Publié dans Le Midi Libre le 07 - 01 - 2015

Le village traditionnel Aourir, situé dans la commune d'Ifigha (daïra d'Azazga) et la maison natale du colonel Sadek (1920-2011), située au village Aït Berdjel, dans la commune des Ouadhias, ont été proposés au classement comme patrimoine national culturel et historique, a-t-on appris, lundi, auprès de la direction de la culture de Tizi-Ouzou.
Le village traditionnel Aourir, situé dans la commune d'Ifigha (daïra d'Azazga) et la maison natale du colonel Sadek (1920-2011), située au village Aït Berdjel, dans la commune des Ouadhias, ont été proposés au classement comme patrimoine national culturel et historique, a-t-on appris, lundi, auprès de la direction de la culture de Tizi-Ouzou.
Cette démarche de classement du village traditionnel Aourir, témoin de l'architecture vernaculaire et du savoir-faire local, et de la demeure du colonel Sadek, comme monument à caractère historique relatif à la lutte de libération nationale, s'inscrit dans une démarche de protection et de sauvegarde du patrimoine culturel de la wilaya, initiée par la direction de la culture, a-t-on précisé de même source.
Le village Aourir, dont le périmètre de classement s'étend sur une superficie de 7.6 ha, "fut la première capitale des Aït El-Kadi, fondateur du royaume de Koukou. En 1632, Hend Oul Kadi, fils d'Amar Oul Kadi successeur du trône de son père, préféra reprendre Aourir comme capitale de son gouvernorat", informe le dossier de classement de ce village en secteur sauvegardé déposé par la direction de la culture. S'agissant de la maison du colonel de la Révolution, Sadek (de son vrai nom Slimane Dehilès), d'une architecture traditionnelle kabyle, celle-ci est d'une superficie de 88 m2 et constituée d'un sous-sol et d'un rez-de-chaussée avec une cour. Inhabitée depuis 1983, elle s'est dégradée.
En septembre 2013 le neveu du colonel, en l'occurrence Dehiles Mouloud y a effectué quelques travaux de restauration (réparation de la toiture, renouvellement de la conduite d'eau potable et réparation de l'assainissement entre autres). Son état de conservation est moyen, selon le dossier de classement communiqué par la direction de la culture. Les dossiers de classement de ces deux sites ont été proposés le 24 décembre 2014, devant la commission de wilaya des biens culturels, qui les a approuvés. "A cet effet, ils sont inscrits sur la liste de l'inventaire supplémentaire des biens culturels de la wilaya", a-t-on observé.
Cette démarche de classement du village traditionnel Aourir, témoin de l'architecture vernaculaire et du savoir-faire local, et de la demeure du colonel Sadek, comme monument à caractère historique relatif à la lutte de libération nationale, s'inscrit dans une démarche de protection et de sauvegarde du patrimoine culturel de la wilaya, initiée par la direction de la culture, a-t-on précisé de même source.
Le village Aourir, dont le périmètre de classement s'étend sur une superficie de 7.6 ha, "fut la première capitale des Aït El-Kadi, fondateur du royaume de Koukou. En 1632, Hend Oul Kadi, fils d'Amar Oul Kadi successeur du trône de son père, préféra reprendre Aourir comme capitale de son gouvernorat", informe le dossier de classement de ce village en secteur sauvegardé déposé par la direction de la culture. S'agissant de la maison du colonel de la Révolution, Sadek (de son vrai nom Slimane Dehilès), d'une architecture traditionnelle kabyle, celle-ci est d'une superficie de 88 m2 et constituée d'un sous-sol et d'un rez-de-chaussée avec une cour. Inhabitée depuis 1983, elle s'est dégradée.
En septembre 2013 le neveu du colonel, en l'occurrence Dehiles Mouloud y a effectué quelques travaux de restauration (réparation de la toiture, renouvellement de la conduite d'eau potable et réparation de l'assainissement entre autres). Son état de conservation est moyen, selon le dossier de classement communiqué par la direction de la culture. Les dossiers de classement de ces deux sites ont été proposés le 24 décembre 2014, devant la commission de wilaya des biens culturels, qui les a approuvés. "A cet effet, ils sont inscrits sur la liste de l'inventaire supplémentaire des biens culturels de la wilaya", a-t-on observé.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.