L'Algérie du second souffle    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    AG extraordinaire de la Fédération algérienne de football : Adoption d'un nouveau système de compétition    Coupe arabe: Le CS Constantine éliminé par Al-Muharraq Bahreini    JM Oran-2021 : Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    Batna: Les opérateurs privés appelés à investir dans des établissements pour enfants à besoins spécifiques    Une nouvelle amnistie générale décretée    Tliba refuse de céder    Des mesures d'urgence pour El-Hadjar    Toutes les conditions "propices" réunies    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    VISITE DU MINISTRE DE LA COMMUNICATION ET DE LA CULTURE A ORAN : Rabehi appelle à mobiliser les efforts au service du pays    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Entre le souhaitable et le possible    PrAbderrahmane Mebtoul expert international : invité du jour de la radio internationale Beur/FM    Huit blessés dans une explosion de gaz butane    Les Tunisiens toujours dans l'attente des résultats préliminaires des élections présidentielles    Décès du réalisateur Moussa Haddad    Participation d'une vingtaine d'artistes    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Le Trésor public réalise une importante économie    ACTUCULT    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    L'ONU s'excuse après l'avoir attribué à l'Espagne    L'appui des syndicalistes et de la société civile à Béjaïa    La délivrance de l'agrément du ressort du wali    Le CSA menacé de paralysie    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    30ème mardi de mobilisation: Les étudiants maintiennent la pression malgré les interpellations    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    Les plus lus et les plus traduits au monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«D'importants moments de notre histoire nationale restent méconnus de notre jeunesse»
Youcef Merahi S/G du Haut Commissariat à l'amazighité à propos du royaume de Koukou :
Publié dans La Nouvelle République le 03 - 10 - 2010

Intervenant en marge des travaux de la journée d'études organisée par le HCA à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi Ouzou et, consacrée au Royaume de Koukou, dans la région des Ath Yahia (Aïn El Hammam), à l'extrême est du chef lieu de la wilaya, M Merahi a imputé cette méconnaissance des pans entiers de notre histoire nationale à «la négligence» des responsables en charge des programmes scolaires. «Ces instants de l'histoire de notre pays n'ont jamais été inclus dans les programmes scolaires y compris dans le département d'histoire de notre université», a-t-il relevé.
Au HCA, a-t-il poursuivi, nous œuvrons à dépoussiérer, un tant soit peu, certains moments de notre histoire nationale. Parce que, a-t-il poursuivi, «la flamme de 1954, le déclenchement de la Guerre de libération nationale, n'a pas été une réaction spontanée mais toute une évolution et une maturation politique et patriotique qui ont fait que nous avons réussi à arracher l'indépendance de notre pays». Aussi, a-t-il, au nom de l'institution qu'il représente, le HCA, a lancé un appel aux plus hautes instances dirigeantes du pays, à leur tête le président de la République, pour que cet aspect de l'histoire nationale, soit enseigné dans nos écoles et universités.
Le Royaume de Koukou
Sur le plan géographique, ce Royaume, pour reprendre Oulhadj Naït Djoudi, de l'Université d'Alger, l'un des nombreux intervenants, est situé sur la RN71 qui relie Aïn El Hammam à Azazga et la traverse de part en part, le village de Koukou, dans la région des Ath Yahia (Aïn El Hammam) est limité par le village Tagounits au nord et nord-est, Imsouhal à l'est, At Jbara et Ath Antar, au sud, et, le village Tafrawt à l'ouest. Ce village est constitué de plusieurs hameaux : Les Aït Haroun, Aït Bali, Bougettoul, Ighil-Hfad, Tagemount-n-Koukou, Thala Guissane et Koukou Oufella qui culmine à près de 1 000 m d'altitude, un sommet rempart qui a fait sa réputation de par sa prédominance sur toute la vallée de Messouya et Sebaou qui va de Illoula Oumalou jusqu'à Tamda.
Les Ath L Kadi, Ahmed et Amar notamment, firent de ce lieu, un Royaume, un lieu sûr et une base arrière contre l'ennemi.
Durant tout le XVIe siècle, les Ath El –Kadi, a-t-il poursuivi, jouèrent un rôle politique régional important en s'alliant avec les Espagnols contre les Turcs ou avec les Turcs contre les Espagnols, selon les opportunités politiques et les enjeux du moment.
L'un des fils de Si Ahmed A Tounsi, (de Tunisie, ndlr), qu'on surnommait Ourkho, se sépara de lui «parce que, pour satisfaire une vengeance», Si Ahmed avait violé son serment (Laanaya, une forme de protection accordée à un tiers). Le fils quitta Aourir des Ait Ghobri pour aller s'établir à Ifnayen dans l'actuelle commune Fenaya Ilmathen, en basse Kabylie, dans la wilaya de Béjaïa, sur la rive gauche de la Soummam, où il fonda le «saf» (rang) des Ourkho, appelé At Ufella, ceux d'en haut. Son propre frère, qui succéda à son père, réunissait le reste qu'il surnomma les Ath Ouada, ceux d'en Bas. Ahmed Tounsi Ben Amar Oul Kadi, fils de l'ancien chef des Ath L Kadi, Amar Ath L Kadi, détrôné et assassiné par son frère, enterré à Taqerrabt, un cimetière de Tagounits, revint s'établir en Kabylie en supplantant à son tour la lignée de son oncle paternel. Celui-ci vit le jour en Tunisie, où sa mère était réfugiée après l'assassinat de son mari. Il disposait dans la famille de ses beaux-parents, qui étaient des descendants de la dynastie des Hafsides (débuts XIIe-XVe siècle), de puissants alliés. À 16 ans, ses parents maternels lui auraient fourni «une petite armée» afin de reconquérir la tribu. Cela se passait en 1632. Si Ahmed Tounsi, après sa victoire, au lieu de s'installer à Koukou, préféra aller s'établir à Aourir, dans la tribu des Ath Ghobri. Après la déchéance des Ath El Kadi, les At Bu Khettouch finirent par s'imposer et firent éclipser définitivement les Ath L Kadi de la région mais les nouveaux «maîtres» ne cessèrent jamais d'être tiraillés par des luttes intestines. Ces luttes générèrent des conflits, des oppositions et des affrontements entre tribus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.