BANQUE D'ALGERIE : De nouveaux billets de 500 et 1000 Dinars    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    ACCES DIFFICILE AUx MEDICAMENTS DU CANCER : Le ministère de la Santé pointé du doigt    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Tiasbanine, un plat convivial de saison    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    Nouvelles d'Oran    L'ornière de la violence    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Ould Abbès dégagé ?    Des témoins gênants que Ryad va promptement éliminer    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Oran: Un cadavre de migrant rejeté par la mer    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    La folie des sénatoriales    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    Consolidation de la démocratie participative    Enigme et interrogations    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Partenaires pour un hommage à Alloula    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    En bref…    Tout un programme pour l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les élèves au repos forcé
La « Dame de Fer » défie les puissants syndicats de l'éducation nationale
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 02 - 2015

Une partie de poker se joue aujourd'hui entre Nouria Benghebrit et la CSE. La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit, joue son va-tout face aux puissants syndicats de l'Education nationale, regroupés autour de la Coordination des syndicats de l'Education (CSE) qui maintient son mot d'ordre de grève nationale pour aujourd'hui et demain.
Une partie de poker se joue aujourd'hui entre Nouria Benghebrit et la CSE. La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit, joue son va-tout face aux puissants syndicats de l'Education nationale, regroupés autour de la Coordination des syndicats de l'Education (CSE) qui maintient son mot d'ordre de grève nationale pour aujourd'hui et demain.
La ministre de l'Education nationale appelle les syndicats à faire prévaloir la « raison » d'autant qu'il s'agit de l'avenir des élèves. Un avenir qui préoccupe les associations des parents d'élèves, du moins celle de Bouira, qui dénonce « le chantage » mené par l'Intersyndicale, qui a décidé de paralyser le secteur de l'Education durant les journées de demain et après-demain.
La Coordination des syndicats de l'Education (CSE, qui regroupe sept syndicat, en l'occurrence le Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest), le Conseil national élargi des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Cnapest), l'Union nationale des personnels de l'Education et de la formation (UNPEF),
le Syndicat national des travailleurs de l'Education (SNTE), le Syndicat national des travailleurs de l'Education et de la formation (Satef), le Syndicat national autonome des personnels de l'administration publique (Snapap) outre le Syndicat du conseil des lycées d'Alger (CLA-non agréé), met sa menace à exécution ! Les élèves des différents paliers de l'Education nationale seront aujourd'hui au repos forcé.
Juste après la conférence de presse de Nouria Benghebrit, les syndicalistes ruent dans les brancards et décident de maintenir leur appel à la grève nationale pour aujourd'hui et demain. La ministre de l'Education nationale a maintenu la feuille de route qu'elle s'est tracée. « La satisfaction des revendications des travailleurs se fera, mais en temps opportun ».
« La révision des statuts des travailleurs de l'Education ne doit pas se faire sous pression ou dans la précipitation », avait elle indiqué au cours de sa conférence de presse. Pour la première responsable du secteur de l'Education nationale, « la stabilité du secteur est une priorité majeure ». Il n'en fallait pas plus pour la CSE pour monter au créneau en appelant tous les travailleurs du département de Benghebrit à répondre à son appel à la grève nationale. Il ne restait à Nouria Benghebrit qu'à appeler les syndicats à faire prévaloir la « raison » d'autant qu'il s'agit de l'avenir des élèves.
Dans une déclaration publique, signée par le président de l'Association des parents d'élèves de Bouira, Rabah Tabbal, il est indiqué que les parents d'élèves de la wilaya de Bouira fustigent l'action des syndicats de l'Education. Selon cette association, « certains syndicats veulent perturber la stabilité précaire qui règne au sein du secteur, en appelant à une grève de deux jours. Les parents d'élèves, bureau de Bouira, dénoncent de telles actions qui se basent sur le chantage en prenant nos enfants en otage ». L'ANPE de Bouira se dit « surprise » par ce mouvement de grogne et n'hésite pas à y voir « des intérêts occultes ».
« Nous sommes surpris par cette action de grève, étant donné que le ministère a pris en charge une très grande partie des revendications syndicales et laisse toujours les portes ouvertes pour le dialogue. C'est pour cette raison que nous pensons qu'il y a des intérêts occultes derrière cette action et dont les seuls perdants sont les élèves et leurs enseignants». Elle dresse un tableau sombre de l'Education nationale qui a, selon cette association, « connu une régression alarmante dans son côté pédagogique et éducatif ».
Le simple citoyen peut constater, souligne-t-elle, « une baisse du niveau scolaire d'une part, et l'installation de la violence et autres fléaux telles la consommation de drogues et autres stupéfiants d'autre part ». Elle dénonce, « le manque, voire l'absence de formation des enseignants et encadreurs de l'école algérienne ayant aussi influé négativement sur celle-ci ». Autres disfonctionnements relevé par l'ANPE de Bouira influant négativement sur la qualité de l'enseignement, c'est « la surcharge et l'inadéquation des programmes dispensés surtout au niveau primaire ».
Encensant la politique de dialogue initiée par la ministre de l'Education nationale à tous les partenaires sociaux, syndicats, parents d'élèves et autres structures agissant dans le domaine, l'ANPE estime que « cette démarche de Nouria Benghebrit a commencé à donner ses fruits, pour preuve, la stabilité des deux premiers trimestres ». L'ANPE se félicite de « la suppression du seuil des cours pour l'examen du baccalauréat et l'introduction de la fiche de synthèse pour les nouveaux bacheliers ainsi que la suppression de la deuxième session d'examen de fin de cycle primaire ».
La ministre de l'Education nationale appelle les syndicats à faire prévaloir la « raison » d'autant qu'il s'agit de l'avenir des élèves. Un avenir qui préoccupe les associations des parents d'élèves, du moins celle de Bouira, qui dénonce « le chantage » mené par l'Intersyndicale, qui a décidé de paralyser le secteur de l'Education durant les journées de demain et après-demain.
La Coordination des syndicats de l'Education (CSE, qui regroupe sept syndicat, en l'occurrence le Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest), le Conseil national élargi des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Cnapest), l'Union nationale des personnels de l'Education et de la formation (UNPEF),
le Syndicat national des travailleurs de l'Education (SNTE), le Syndicat national des travailleurs de l'Education et de la formation (Satef), le Syndicat national autonome des personnels de l'administration publique (Snapap) outre le Syndicat du conseil des lycées d'Alger (CLA-non agréé), met sa menace à exécution ! Les élèves des différents paliers de l'Education nationale seront aujourd'hui au repos forcé.
Juste après la conférence de presse de Nouria Benghebrit, les syndicalistes ruent dans les brancards et décident de maintenir leur appel à la grève nationale pour aujourd'hui et demain. La ministre de l'Education nationale a maintenu la feuille de route qu'elle s'est tracée. « La satisfaction des revendications des travailleurs se fera, mais en temps opportun ».
« La révision des statuts des travailleurs de l'Education ne doit pas se faire sous pression ou dans la précipitation », avait elle indiqué au cours de sa conférence de presse. Pour la première responsable du secteur de l'Education nationale, « la stabilité du secteur est une priorité majeure ». Il n'en fallait pas plus pour la CSE pour monter au créneau en appelant tous les travailleurs du département de Benghebrit à répondre à son appel à la grève nationale. Il ne restait à Nouria Benghebrit qu'à appeler les syndicats à faire prévaloir la « raison » d'autant qu'il s'agit de l'avenir des élèves.
Dans une déclaration publique, signée par le président de l'Association des parents d'élèves de Bouira, Rabah Tabbal, il est indiqué que les parents d'élèves de la wilaya de Bouira fustigent l'action des syndicats de l'Education. Selon cette association, « certains syndicats veulent perturber la stabilité précaire qui règne au sein du secteur, en appelant à une grève de deux jours. Les parents d'élèves, bureau de Bouira, dénoncent de telles actions qui se basent sur le chantage en prenant nos enfants en otage ». L'ANPE de Bouira se dit « surprise » par ce mouvement de grogne et n'hésite pas à y voir « des intérêts occultes ».
« Nous sommes surpris par cette action de grève, étant donné que le ministère a pris en charge une très grande partie des revendications syndicales et laisse toujours les portes ouvertes pour le dialogue. C'est pour cette raison que nous pensons qu'il y a des intérêts occultes derrière cette action et dont les seuls perdants sont les élèves et leurs enseignants». Elle dresse un tableau sombre de l'Education nationale qui a, selon cette association, « connu une régression alarmante dans son côté pédagogique et éducatif ».
Le simple citoyen peut constater, souligne-t-elle, « une baisse du niveau scolaire d'une part, et l'installation de la violence et autres fléaux telles la consommation de drogues et autres stupéfiants d'autre part ». Elle dénonce, « le manque, voire l'absence de formation des enseignants et encadreurs de l'école algérienne ayant aussi influé négativement sur celle-ci ». Autres disfonctionnements relevé par l'ANPE de Bouira influant négativement sur la qualité de l'enseignement, c'est « la surcharge et l'inadéquation des programmes dispensés surtout au niveau primaire ».
Encensant la politique de dialogue initiée par la ministre de l'Education nationale à tous les partenaires sociaux, syndicats, parents d'élèves et autres structures agissant dans le domaine, l'ANPE estime que « cette démarche de Nouria Benghebrit a commencé à donner ses fruits, pour preuve, la stabilité des deux premiers trimestres ». L'ANPE se félicite de « la suppression du seuil des cours pour l'examen du baccalauréat et l'introduction de la fiche de synthèse pour les nouveaux bacheliers ainsi que la suppression de la deuxième session d'examen de fin de cycle primaire ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.