Après la déclaration de vacance du poste de son président: Ould Abbès écarte la dissolution de l'APN    Refusant la médiation de deux députés pour rétablir Salima Ghezali: Le FFS plaide pour un changement du système    Bedoui à propos de la mauvaise gestion: «L'administration doit se libérer des obstacles bureaucratiques»    Un baril à 100 dollars: Goldman Sachs juge le scénario «peu probable»    Une occasion pour faire connaitre les atouts touristiques des régions du sud    Six plaintes déposées par le Front Polisario contre des groupes français    Jamal Khashoggi tué au consulat d'Istanbul: Le crime d'Etat de l'Arabie saoudite    Cherchell (Tipasa): Distribution prochaine de plus de 1100 logements    220 logements sociaux de Sebdou (Tlemcen): Le wali ordonne la révision de la liste des bénéficiaires    Pluies à Boumerdès: Risques d'inondation dans plusieurs communes    Bouhani sérieusement touchée à la cheville    L'importance du rôle de la presse dans la consécration de la culture de la paix mise en exergue    «Ghaza est en train d'imploser»    La JS Saoura accrochée par le Paradou AC    Défilé de mode algérien, maghrébin et palestinien    Saaâdoune succédera à El Morro    Chaque année, des dizaines de personnes meurent de cancers liés à l'amiante    Perpétuité pour le terroriste «Yasser Abou Kouthaïma»    Zetchi optimiste    L'OPGI peine à se faire payer    Six mois de suspension pour le président    Arrabal, l'Egyptien    Les massacres du 17 Octobre 61 commémorés à El-Biodh    Nouvelles d'Oran    Une vingtaine d'handicapés placés par l'ANEM en un mois: Une initiative louable... mais beaucoup reste à faire    Constantine - Plaidoyer pour un soutien à l'exportation    MC Alger: La Fédération libyenne « menace » Adel Amrouche    Le trafic des psychotropes prend de l'ampleur    Escroquerie au logement, cinq arrestations    Equipe nationale: Belmadi établit le même constat que Rajevak    L'affreuse excommunication    Pour qui paye Bouhadja ?    253 affaires traitées en septembre dernier    Une application mobile pour impliquer les citoyens dans la protection de l'environnement    Défaite de Charles Quint à Alger    Sommet Erdogan-Poutine-Macron-Merkel à Istanbul    Dernière tribune de Jamal Khashoggi parue dans le Washington Post : «Ce dont le monde arabe a besoin, c'est la liberté d'expression»    Règlement de la crise syrienne : La Russie et la Turquie à l'épreuve du terrain    L'Algérie est-elle à l'abri d'un nouveau krach ?    139e Assemblée générale de l'UIP : M. Bensalah prend part à Genève à la clôture des travaux    L'instance olympique célèbre ses 55 ans d'existence    Abane Ramdane a lutté «de toutes ses forces» contre la division    Premier percussionniste du célèbre Cheikh Amar Ezzahi : Boulifa Messaoud n'est plus    CRASC : Un ouvrage collectif dédié à Abdelkader Alloula    L'écrivaine colombienne Piedad Bonnett présente son livre à Oran : Une intervention captivante autour de “Ce qui n'a pas de nom”    Ouyahia ordonne aux ministres et walis d'interdire le port du niqab    L'armée pilonne les dernières poches terroristes    Un saoudien tué dans un accident de voiture à Riyad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La douceur de l'Orient aux inflexions des touaregs et de la langue berbère
Homeland, le nouvel album de Hindi Zahra
Publié dans Le Midi Libre le 27 - 04 - 2015

Hindi Zahra, est une artiste complète, avec des chansons très personnelles, emplies de cette chaleur berbère et portées par une voix frémissante.
Hindi Zahra, est une artiste complète, avec des chansons très personnelles, emplies de cette chaleur berbère et portées par une voix frémissante.
Dans la foulée du succès de cet entêtant et souple "Beautiful Tango", était sorti son premier album, Handmade, évident succès critique et public qui lui vaudra le prix Constantin et une Victoire de la musique.
Son vibrato si particulier est toujours là, léger et dense à la fois. Dans Homeland, son nouvel album, on retrouve également tout l'univers musical de Hindi Zahra, rythmes blues, jazzy, capverdien, gnawa, gypsie aussi qui font au final sa signature artistique si singulière. En berbère, en anglais et en français, Hindi Zahra égrène avec grâce à travers onze morceaux sa mélancolie mélodieuse et sa nonchalance rythmée.
Elle a commencé à écrire et à enregistrer au Maroc, et ce mot, Homeland, revenait constamment dans son esprit. C'est d'autant plus étrange qu'elle voulait le réaliser dans son pays pour donner à cet album une dimension plus marocaine que le précédent, mais le résultat ne l'est pas tant que cela. Elle y a mis des influences de musiques très différentes, la musique du Cap Vert, du Brésil, de l'Iran, de Cuba, de l'Inde. Mais au final, selon l'artiste, cet album est peutêtre comme le Maroc qui porte aussi toutes sortes de traditions différentes, entre l'Afrique, l'Europe, la Méditerranée.
Sa musique est comme son pays, d'un peu partout. Cette question du Homeland, la question du "chez-soi" l'intéresse aussi beaucoup : est-ce son pays natal forcément ou est-ce que cela peut être n'importe quel pays avec lequel elle a des affinités ? Artiste complète, peintre mais aussi actrice, on a pu aussi la voir en épouse de Tahar Rahim dans le beau film du Turc Fatih Akin et elle vient de tourner dans le film de la réalisatrice irako-marocaine Tala Haddid, The Narrow Frame of Midnight.
Son premier album avait marqué par l'intensité de sa voix et la finesse de ses chansons. Véritable révélation, la chanteuse marocaine Hindi Zahra a diffusé son énergie et son charisme sur de nombreuses scènes, avant de se retirer. C'est sur ses terres d'origine qu'elle est allée peaufiner les climats de son nouveau disque. Elle s'est souvenue des inflexions touaregs, des guitares et de la langue berbère. Elle a aussi écrit des textes personnels, tant en anglais qu'en français. Habité et puissant, le disque de la jeune femme transporte dans le temps comme dans l'espace.
C'est une invitation au voyage permanente, l'album incite à une rêverie bienvenue. Qu'elle ait en main un micro, une guitare ou un pinceau, Hindi Zahra vit sa passion pleinement. « C'est la mélodie qui va trouver ses paroles. » Cette artiste complète voit l'art sous ses différentes formes et son album s'en ressent. Née le 20 janvier 1979 à Khouribgha, au Maroc. Zahra Hindi est descendante d'une grande lignée de musiciens berbères et touaregs. Elle compte parmi ses aïeux des membres du groupe Oudaden.
Ses parents et oncles initient la jeune fille à la culture amazighe et lui enseignent les rudiments de la musique traditionnelle gnaoua. En devenant chanteuse et modifiant l'ordre de son patronyme, Hindi Zahra n'a de cesse de préserver cet héritage et de le mêler à des musiques plus contemporaines comme le blues, le jazz ou le reggae, de même que sa musique emprunte au répertoire classique égyptien. Après un passage obligé par la scène, la chanteuse entre en studio pour enregistrer un premier EP 4 titres à l'automne 2009 est suivi d'un album Handmade (Deluxe Productions) le 11 janvier 2010, porté par l'acoustique « Beautiful Tango ».
L'album est une réussite qui se classe dans plusieurs pays européens et lui amène une renommée internationale. En France, Handmade reçoit le Prix Constantin en 2010 et la Victoire de la musique de meilleur album de musiques du monde en 2011. Hindi Zahra est de retour en avril 2015 avec Homeland précédé de peu par le single « Any Story »
Dans la foulée du succès de cet entêtant et souple "Beautiful Tango", était sorti son premier album, Handmade, évident succès critique et public qui lui vaudra le prix Constantin et une Victoire de la musique.
Son vibrato si particulier est toujours là, léger et dense à la fois. Dans Homeland, son nouvel album, on retrouve également tout l'univers musical de Hindi Zahra, rythmes blues, jazzy, capverdien, gnawa, gypsie aussi qui font au final sa signature artistique si singulière. En berbère, en anglais et en français, Hindi Zahra égrène avec grâce à travers onze morceaux sa mélancolie mélodieuse et sa nonchalance rythmée.
Elle a commencé à écrire et à enregistrer au Maroc, et ce mot, Homeland, revenait constamment dans son esprit. C'est d'autant plus étrange qu'elle voulait le réaliser dans son pays pour donner à cet album une dimension plus marocaine que le précédent, mais le résultat ne l'est pas tant que cela. Elle y a mis des influences de musiques très différentes, la musique du Cap Vert, du Brésil, de l'Iran, de Cuba, de l'Inde. Mais au final, selon l'artiste, cet album est peutêtre comme le Maroc qui porte aussi toutes sortes de traditions différentes, entre l'Afrique, l'Europe, la Méditerranée.
Sa musique est comme son pays, d'un peu partout. Cette question du Homeland, la question du "chez-soi" l'intéresse aussi beaucoup : est-ce son pays natal forcément ou est-ce que cela peut être n'importe quel pays avec lequel elle a des affinités ? Artiste complète, peintre mais aussi actrice, on a pu aussi la voir en épouse de Tahar Rahim dans le beau film du Turc Fatih Akin et elle vient de tourner dans le film de la réalisatrice irako-marocaine Tala Haddid, The Narrow Frame of Midnight.
Son premier album avait marqué par l'intensité de sa voix et la finesse de ses chansons. Véritable révélation, la chanteuse marocaine Hindi Zahra a diffusé son énergie et son charisme sur de nombreuses scènes, avant de se retirer. C'est sur ses terres d'origine qu'elle est allée peaufiner les climats de son nouveau disque. Elle s'est souvenue des inflexions touaregs, des guitares et de la langue berbère. Elle a aussi écrit des textes personnels, tant en anglais qu'en français. Habité et puissant, le disque de la jeune femme transporte dans le temps comme dans l'espace.
C'est une invitation au voyage permanente, l'album incite à une rêverie bienvenue. Qu'elle ait en main un micro, une guitare ou un pinceau, Hindi Zahra vit sa passion pleinement. « C'est la mélodie qui va trouver ses paroles. » Cette artiste complète voit l'art sous ses différentes formes et son album s'en ressent. Née le 20 janvier 1979 à Khouribgha, au Maroc. Zahra Hindi est descendante d'une grande lignée de musiciens berbères et touaregs. Elle compte parmi ses aïeux des membres du groupe Oudaden.
Ses parents et oncles initient la jeune fille à la culture amazighe et lui enseignent les rudiments de la musique traditionnelle gnaoua. En devenant chanteuse et modifiant l'ordre de son patronyme, Hindi Zahra n'a de cesse de préserver cet héritage et de le mêler à des musiques plus contemporaines comme le blues, le jazz ou le reggae, de même que sa musique emprunte au répertoire classique égyptien. Après un passage obligé par la scène, la chanteuse entre en studio pour enregistrer un premier EP 4 titres à l'automne 2009 est suivi d'un album Handmade (Deluxe Productions) le 11 janvier 2010, porté par l'acoustique « Beautiful Tango ».
L'album est une réussite qui se classe dans plusieurs pays européens et lui amène une renommée internationale. En France, Handmade reçoit le Prix Constantin en 2010 et la Victoire de la musique de meilleur album de musiques du monde en 2011. Hindi Zahra est de retour en avril 2015 avec Homeland précédé de peu par le single « Any Story »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.