Eniem: diversifier les produits pour un retour en force sur le marché    Covid-19: 477 nouveaux cas, 304 guérisons et 10 décès    Haddad à Tazoult et Tahkout à Babar    Fusion de quatre filiales du Groupe Sonelgaz    Investissement: recensement des actifs de production des secteurs public et privé    Accord de normalisation Emirat-Israël: plusieurs pays expriment leur rejet et indignation    Oran: sortie de 5 promotions à l'école supérieure de l'administration militaire ESAM    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    Presse: Il faut crever l'abcès !    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La famille demande que justice soit rendue
Rassemblement en hommage à Ramzi
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 05 - 2015

Des centaines de personnes du quartier d'El Biar sur les hauteurs d'Alger se sont rassemblées hier à la place Kennedy sous une surveillance policière très discrète pour rendre hommage au petit Ramzi Mostefaoui décédé après avoir été roué de coups par le père d'un de ses camarades sous le tunnel d'El Biar.
Des centaines de personnes du quartier d'El Biar sur les hauteurs d'Alger se sont rassemblées hier à la place Kennedy sous une surveillance policière très discrète pour rendre hommage au petit Ramzi Mostefaoui décédé après avoir été roué de coups par le père d'un de ses camarades sous le tunnel d'El Biar.
Ses camarades de classe venus lui rendre un hommage ont tenu à marquer leur colère en brandissant des pancartes avec le portrait du petit Ramzi. Sur d'autres banderoles on pouvait lire « Je suis Ramzi » Non à la violence » Souki assassin » Demain à qui le tour ?», "Plus jamais ça". Les parents du petit garçon, la maman la grandmère les tantes avec les camarades de classe étaient rassemblés dans l'enceinte de l'annexe des PTT et pleuraient en silence la mort de leur petit au visage d'ange.
Les enfants scandaient à gorge déployée « Ramzi ! Ramzi ! » on veut la vérité ». Dans l'assistance beaucoup de parents d'enfants de l'école Moula Henine que fréquentait le défunt Ramzi indignés pour certains, ulcérés pour d'autres réclamaient vengeance : "Nous avons tous des enfants Il faut que justice soit rendue , Nous ne nous tairons pas, nous viendrons chaque jour. L'Etat doit être au-dessus des considérations politiques, chez nous la justice s'érige en injustice" s'exclamait une dame d'un certain âge brandissant une carte de fille de chahid.
Un tonnerre d'applaudissements ponctue ses propos. Approché, un père de famille exigeait que l'assassin soit passible d'une condamnation à mort« Celui qui touche à mon enfant je le tue » dira til emporté par la colère. "Ramzi était le camarade de mon fils, un enfant adorable poli à qui on a ôté la vie pour une dispute d'enfant. L'assassin ne mérite pas de vivre ». Puis ce sera au tour de l'oncle de Ramzi les yeux embués de demander à l'assistance une minute de silence à la mémoire de son neveu.
Un moment fort en émotion, des applaudissements des you you et des Allah Akbar rompent le silence. Puis ce sera au tour de la tante très éplorée mais très digne de prendre la parole pour remercier toutes les personnes ici présentes. « Au nom de la famille je vous remercie pour votre soutien, croyez bien que nous sommes décidés à ne pas nous taire. Nous rejetons la violence c'est ce qui a nous a enlevé notre enfant, nous voulons juste que justice soit rendue ni plus ni moins" et demande à l'assistance de se disperser dans le calme. L'enquête de l'assassinat est confiée aux services de sécurité de la circonscription administrative de Bouzaréah.
Au lendemain de la mort de Ramzi âgé de neuf ans la police s'est abstenue de toutes déclarations. La génèse de ce drame remonte au 30 avril où suite à une dispute entre deux écoliers pour une histoire de cahier, le père, l'agresseur Nabil Souki, fils du chanteur chaâbi Rachid Souki l'aurait battu à mort. L'enfant se traînera jusqu'à la maison puis suite à un malaise sera admis à l'hôpital de Birtraria à 22 heures. Il rendra l'âme à 2 heures du matin. Quant au présumé assassin il a été relâché faute de preuves puis re-appréhendé après que les empreintes relevées sur la victime correspondent à celles de l'assassin puis relâché malgré tout. Alors gageons que justice sera rendue
Ses camarades de classe venus lui rendre un hommage ont tenu à marquer leur colère en brandissant des pancartes avec le portrait du petit Ramzi. Sur d'autres banderoles on pouvait lire « Je suis Ramzi » Non à la violence » Souki assassin » Demain à qui le tour ?», "Plus jamais ça". Les parents du petit garçon, la maman la grandmère les tantes avec les camarades de classe étaient rassemblés dans l'enceinte de l'annexe des PTT et pleuraient en silence la mort de leur petit au visage d'ange.
Les enfants scandaient à gorge déployée « Ramzi ! Ramzi ! » on veut la vérité ». Dans l'assistance beaucoup de parents d'enfants de l'école Moula Henine que fréquentait le défunt Ramzi indignés pour certains, ulcérés pour d'autres réclamaient vengeance : "Nous avons tous des enfants Il faut que justice soit rendue , Nous ne nous tairons pas, nous viendrons chaque jour. L'Etat doit être au-dessus des considérations politiques, chez nous la justice s'érige en injustice" s'exclamait une dame d'un certain âge brandissant une carte de fille de chahid.
Un tonnerre d'applaudissements ponctue ses propos. Approché, un père de famille exigeait que l'assassin soit passible d'une condamnation à mort« Celui qui touche à mon enfant je le tue » dira til emporté par la colère. "Ramzi était le camarade de mon fils, un enfant adorable poli à qui on a ôté la vie pour une dispute d'enfant. L'assassin ne mérite pas de vivre ». Puis ce sera au tour de l'oncle de Ramzi les yeux embués de demander à l'assistance une minute de silence à la mémoire de son neveu.
Un moment fort en émotion, des applaudissements des you you et des Allah Akbar rompent le silence. Puis ce sera au tour de la tante très éplorée mais très digne de prendre la parole pour remercier toutes les personnes ici présentes. « Au nom de la famille je vous remercie pour votre soutien, croyez bien que nous sommes décidés à ne pas nous taire. Nous rejetons la violence c'est ce qui a nous a enlevé notre enfant, nous voulons juste que justice soit rendue ni plus ni moins" et demande à l'assistance de se disperser dans le calme. L'enquête de l'assassinat est confiée aux services de sécurité de la circonscription administrative de Bouzaréah.
Au lendemain de la mort de Ramzi âgé de neuf ans la police s'est abstenue de toutes déclarations. La génèse de ce drame remonte au 30 avril où suite à une dispute entre deux écoliers pour une histoire de cahier, le père, l'agresseur Nabil Souki, fils du chanteur chaâbi Rachid Souki l'aurait battu à mort. L'enfant se traînera jusqu'à la maison puis suite à un malaise sera admis à l'hôpital de Birtraria à 22 heures. Il rendra l'âme à 2 heures du matin. Quant au présumé assassin il a été relâché faute de preuves puis re-appréhendé après que les empreintes relevées sur la victime correspondent à celles de l'assassin puis relâché malgré tout. Alors gageons que justice sera rendue


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.