Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Le sort du RAJ connu ce mercredi    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    La recette du Président    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Belmadi en mode mondial    Mbappé - Neymar, soirée de mésententes    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Trois semaines pour convaincre
Début aujourd'hui de la campagne électorale
Publié dans Le Midi Libre le 29 - 10 - 2017

La bataille des locales du 23 novembre prochain commencera officiellement aujourd'hui avec une campagne qui s'annonce des plus chaudes pour les partis en lice sans oublier les Indépendants. Les candidats auront trois semaines pour convaincre les électeurs. Deux défis majeurs vont devoir être relevés par les partis et les candidats indépendants.
La bataille des locales du 23 novembre prochain commencera officiellement aujourd'hui avec une campagne qui s'annonce des plus chaudes pour les partis en lice sans oublier les Indépendants. Les candidats auront trois semaines pour convaincre les électeurs. Deux défis majeurs vont devoir être relevés par les partis et les candidats indépendants.
ContenuLe premier, et pas des moindres, consiste à convaincre les Algériens d'aller aux urnes. L'abstention est en effet la hantise aussi bien des pouvoirs publics que de la classe politique. Pour le deuxième défi, il s'agit pour les partis d'expliquer et de susciter l'adhésion autour de leurs programmes politiques.
D'ailleurs, à cet effet, les partis ont déjà enclenché une précampagne, en arborant des slogans divers, notamment sur les réseaux sociaux. Les formations en lice pour ces échéances et autres candidats indépendants, tentent tant bien que mal d'élaborer une stratégie de communication opérante en vue de convaincre l'électorat de se rendre aux urnes et voter pour eux. Et ce, vu la conjoncture dictée par le désintérêt affiché par les Algériens quant à ce genre de rendez-vous électoral. Une mission qui ne sera pas du tout facile, selon les observateurs. Mais les candidats déjà avertis, ne comptent pas baisser les bras.
Au contraire, ils sont sur le terrain, tout en usant de tous les moyens - légaux - afin de convaincre les citoyens à se présenter ce fameux jeudi 23 novembre aux bureaux de vote, et surtout espérer arracher le maximum de voix le jour - J -. Pour ce faire, les places publiques, comme à l'accoutumée, ont changé de décor. Les panneaux d'affichage conçus pour la circonstance sont visibles à chaque coin de rues, quoique la campagne officieuse ait débuté depuis déjà quelques jours. Dès lors, la scène politique a connu une effervescence sans précédent.
C'est unevéritable course contre la montre qui est engagée, notamment pour les formations dites "petites", mettent les bouchées doubles pour être prêts le jour "J" et répondre de manière convaincante auxpréoccupations des citoyens. Pour ce quiest des formations, dites "gros calibre", même s'ils se disent confiants, la participation de nombreuses formations politiques accentue la compétition pour l'obtention du plus grand nombre possible de sièges à l'Assemblée populaire communale.
Par ailleurs, les pouvoirs publiques, ont mis tous les moyens humains et logistiques, tout en réitérant leur entière "engagement" à garantir la transparence et l'impartialité de l'administration pour la réussite de ce rendez-vous électoral, en application des dispositions de la Constitution et en consécration des réformes politiques initiées par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. 50 partis politiques en courseUne cinquantaine de partis politiques vont à entamer, dès aujourd'hui, la campagne électorale en prévision des élections locales du 23 novembre, en licepour remporter les 48 sièges des Assemblées populaires de wilayas(APW) et les 1.541 sièges desAssemblées populaires communales (APC) à travers le pays.
Lors de ces échéances qui verront la participation de 51 partis politiques, 4alliances et un groupe d'indépendants, le parti du Front de libération nationale (FLN) compte sur son déploiement géographique et sa base populaire pourconforter sa présence au sein des APC et APW. Il est l'unique parti à participer dans toutes les APC et APW. Pour les APC, le nombre des listes du parti a augmenté de 5 communes par rapportaux élections locales de 2012.
Le Rassemblement national démocratique (RND) constitue le concurrent le plus fort du FLN concernant les siègesdes APW à travers le territoire nationalvu qu'il participera avec 48 listes pour les APW et 1.521 listes pour les APC. Suite à l'examen des listes du Rassemblement déposées auprès des servicesde wilayas compétents, 549 candidatures ont été rejetées dont 51 recoursde candidats jugés recevables par la justice. Quant au Mouvement populaire algérin(MPA), il présentera 850 listes électorales dans 46 wilayas.
Le premier responsable du parti, Amara Benyounes, quin'a pas donné de détails sur le nombred'APC dans lesquelles il est candidat,s'est contenté de souligner que le but desa formation politique lors des prochaineséchéances était de "conserver la 3e place" obtenue lors des dernièreslégislatives. De son côté, le Front des forces socialistes(FFS) a décidé de se présenter avec 366 listes dans 29 wilayas, dont 18 listespour les APW et 348 pour les APC. Leparti explique le recul en nombre de saparticipation par "les dispositions de laloi organique portant régime électoral".Pour sa part le Mouvement de la société pour la paix (MSP), participera aux prochainesélections locales avec 720 listespour les APC, soit 47 % des communes,et avec 47 listes pour les APW, dont 5listes avec signatures, a affirmé le présidentdu parti qui a relevé que 30 % des candidats en lice étaient des jeunes.
Le Parti des travailleurs (PT), participera à ce rendez-vous électoral avec 520 listescomposées "de compétences scientifiques, militantes et politiques pourdéfendre les acquis remportés" dansdivers domaines et mettre en avant lesdéfis que ces assemblées doivent releverpour contribuer à la réalisation du développement local dans le cadre d'une gestion"juste et démocratique".
L'Union "Ennahda-Adala-Binaa" participera à cette échéance au niveau de 25 APW et 240 APC, y compris à Alger où elle compte 28 candidats au niveau desAPC et APW, tandis que le mouvementEl Islah, participera aux élections localesdans 22 wilayas, ainsi il a présenté prèsde 100 listes de candidature pour lesAPC et 16 pour les APW.L'Alliance nationale républicaine (ANR), a annoncé qu'elle serait en licepour les prochaines élections locales auniveau de 22 APW et 151 APC, ainsi lenombre de candidats du parti est de 1.204 au sein des APW et de 3.609 candidats ausein des APC, constitués de 45 % de femmes.
Le parti avait inclus deuxfemmes têtes de listes pour les APW dans les wilayas de Sét f et Constantine.Ce rendez-vous électoral verra également,la participation pour la premièrefoi du parti Talaie El Houriat, présidé parAli Benflis, depuis son accréditation en septembre 2015. L'annonce de la participationaux élections a été faite à l'occasionde la 4e session du Comité central du parti.
Pour ce qui est du nombre de candidats ayant postulé pour ce rendez-vous électoral,le chiffre a atteint 165.000 candidatspour les APC repartis sur 9.575listes électorales et 16.600 candidatspour les APW, répartis sur 621 listes.Sur l'ensemble des candidats en lice pourles APC, 51,5 % sont âgés de moins de40 ans, 4,5 % âgés de plus de 60 ans,25 % ont un niveau universitaire, 59%ont un niveau secondaire et 16 % ont un niveau primaire, tandis que le nombre decandidates à cette échéance électorale a atteint 18 %.Pour les APW, 48 % des candidats en liceont moins de 40 ans, 4,8 % ont plus de 60ans et 28 % sont des femmes. En matièrede formation des postulants, 34,5 % ontun niveau universitaire, 52,5 % ont unniveau secondaire et 13 % nt un niveauprimaire.
ContenuLe premier, et pas des moindres, consiste à convaincre les Algériens d'aller aux urnes. L'abstention est en effet la hantise aussi bien des pouvoirs publics que de la classe politique. Pour le deuxième défi, il s'agit pour les partis d'expliquer et de susciter l'adhésion autour de leurs programmes politiques.
D'ailleurs, à cet effet, les partis ont déjà enclenché une précampagne, en arborant des slogans divers, notamment sur les réseaux sociaux. Les formations en lice pour ces échéances et autres candidats indépendants, tentent tant bien que mal d'élaborer une stratégie de communication opérante en vue de convaincre l'électorat de se rendre aux urnes et voter pour eux. Et ce, vu la conjoncture dictée par le désintérêt affiché par les Algériens quant à ce genre de rendez-vous électoral. Une mission qui ne sera pas du tout facile, selon les observateurs. Mais les candidats déjà avertis, ne comptent pas baisser les bras.
Au contraire, ils sont sur le terrain, tout en usant de tous les moyens - légaux - afin de convaincre les citoyens à se présenter ce fameux jeudi 23 novembre aux bureaux de vote, et surtout espérer arracher le maximum de voix le jour - J -. Pour ce faire, les places publiques, comme à l'accoutumée, ont changé de décor. Les panneaux d'affichage conçus pour la circonstance sont visibles à chaque coin de rues, quoique la campagne officieuse ait débuté depuis déjà quelques jours. Dès lors, la scène politique a connu une effervescence sans précédent.
C'est unevéritable course contre la montre qui est engagée, notamment pour les formations dites "petites", mettent les bouchées doubles pour être prêts le jour "J" et répondre de manière convaincante auxpréoccupations des citoyens. Pour ce quiest des formations, dites "gros calibre", même s'ils se disent confiants, la participation de nombreuses formations politiques accentue la compétition pour l'obtention du plus grand nombre possible de sièges à l'Assemblée populaire communale.
Par ailleurs, les pouvoirs publiques, ont mis tous les moyens humains et logistiques, tout en réitérant leur entière "engagement" à garantir la transparence et l'impartialité de l'administration pour la réussite de ce rendez-vous électoral, en application des dispositions de la Constitution et en consécration des réformes politiques initiées par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. 50 partis politiques en courseUne cinquantaine de partis politiques vont à entamer, dès aujourd'hui, la campagne électorale en prévision des élections locales du 23 novembre, en licepour remporter les 48 sièges des Assemblées populaires de wilayas(APW) et les 1.541 sièges desAssemblées populaires communales (APC) à travers le pays.
Lors de ces échéances qui verront la participation de 51 partis politiques, 4alliances et un groupe d'indépendants, le parti du Front de libération nationale (FLN) compte sur son déploiement géographique et sa base populaire pourconforter sa présence au sein des APC et APW. Il est l'unique parti à participer dans toutes les APC et APW. Pour les APC, le nombre des listes du parti a augmenté de 5 communes par rapportaux élections locales de 2012.
Le Rassemblement national démocratique (RND) constitue le concurrent le plus fort du FLN concernant les siègesdes APW à travers le territoire nationalvu qu'il participera avec 48 listes pour les APW et 1.521 listes pour les APC. Suite à l'examen des listes du Rassemblement déposées auprès des servicesde wilayas compétents, 549 candidatures ont été rejetées dont 51 recoursde candidats jugés recevables par la justice. Quant au Mouvement populaire algérin(MPA), il présentera 850 listes électorales dans 46 wilayas.
Le premier responsable du parti, Amara Benyounes, quin'a pas donné de détails sur le nombred'APC dans lesquelles il est candidat,s'est contenté de souligner que le but desa formation politique lors des prochaineséchéances était de "conserver la 3e place" obtenue lors des dernièreslégislatives. De son côté, le Front des forces socialistes(FFS) a décidé de se présenter avec 366 listes dans 29 wilayas, dont 18 listespour les APW et 348 pour les APC. Leparti explique le recul en nombre de saparticipation par "les dispositions de laloi organique portant régime électoral".Pour sa part le Mouvement de la société pour la paix (MSP), participera aux prochainesélections locales avec 720 listespour les APC, soit 47 % des communes,et avec 47 listes pour les APW, dont 5listes avec signatures, a affirmé le présidentdu parti qui a relevé que 30 % des candidats en lice étaient des jeunes.
Le Parti des travailleurs (PT), participera à ce rendez-vous électoral avec 520 listescomposées "de compétences scientifiques, militantes et politiques pourdéfendre les acquis remportés" dansdivers domaines et mettre en avant lesdéfis que ces assemblées doivent releverpour contribuer à la réalisation du développement local dans le cadre d'une gestion"juste et démocratique".
L'Union "Ennahda-Adala-Binaa" participera à cette échéance au niveau de 25 APW et 240 APC, y compris à Alger où elle compte 28 candidats au niveau desAPC et APW, tandis que le mouvementEl Islah, participera aux élections localesdans 22 wilayas, ainsi il a présenté prèsde 100 listes de candidature pour lesAPC et 16 pour les APW.L'Alliance nationale républicaine (ANR), a annoncé qu'elle serait en licepour les prochaines élections locales auniveau de 22 APW et 151 APC, ainsi lenombre de candidats du parti est de 1.204 au sein des APW et de 3.609 candidats ausein des APC, constitués de 45 % de femmes.
Le parti avait inclus deuxfemmes têtes de listes pour les APW dans les wilayas de Sét f et Constantine.Ce rendez-vous électoral verra également,la participation pour la premièrefoi du parti Talaie El Houriat, présidé parAli Benflis, depuis son accréditation en septembre 2015. L'annonce de la participationaux élections a été faite à l'occasionde la 4e session du Comité central du parti.
Pour ce qui est du nombre de candidats ayant postulé pour ce rendez-vous électoral,le chiffre a atteint 165.000 candidatspour les APC repartis sur 9.575listes électorales et 16.600 candidatspour les APW, répartis sur 621 listes.Sur l'ensemble des candidats en lice pourles APC, 51,5 % sont âgés de moins de40 ans, 4,5 % âgés de plus de 60 ans,25 % ont un niveau universitaire, 59%ont un niveau secondaire et 16 % ont un niveau primaire, tandis que le nombre decandidates à cette échéance électorale a atteint 18 %.Pour les APW, 48 % des candidats en liceont moins de 40 ans, 4,8 % ont plus de 60ans et 28 % sont des femmes. En matièrede formation des postulants, 34,5 % ontun niveau universitaire, 52,5 % ont unniveau secondaire et 13 % nt un niveauprimaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.