Trump s'attaque à la loi protégeant les espèces menacées    New York déboutée de son action contre cinq géants pétroliers    L'Iran accuse les Etats-Unis de déstabiliser le monde    MCA : Bendebka : «On a perdu à cause d'un manque de concentration dans les ultimes minutes»    CSC : Kagambiga a besoin de visa pour rentrer avec le groupe au pays    CRB : La piste Cherif El Ouazzani toujours d'actualité    De l'alternance promise au pouvoir absolu.    La régularisation de la situation des jeunes de 30 ans et plus se poursuit dans de «bonnes conditions»    Des changements et des postures    Sanctions, répressions et tentations ne feront pas reculer les Palestiniens    Renvoi des demandeurs d'asile algériens: Berlin revient à la charge    Bassin gazier de Berkine: Accord entre Sonatrach et Eni    Es-Seddikia et El Menzeh (Canastel): Une vingtaine de panneaux publicitaires anarchiques démantelés    Constantine - Université d'été 2018: «Entrepreneuriat et Innovation» à l'honneur    L'étau se resserre sur Zetchi    L'ESS et le MCA en lutte pour un seul billet    ASM Oran: Les dirigeants optimistes malgré les contraintes    BAC 2018 : Un taux de réussite de 55,88%    Les pharmaciens et les assurés sensibilisés    Le certificat de capacité du permis de conduire en trois jours    Où va le pays ?    «Nécessité d'encourager les conventions et les partenariats industriels»    Le chargé d'affaires en pied de l'ambassade de la Colombie en visite à Oran: Les relations bilatérales avec l'Algérie sont «excellentes»    Une nouvelle prestation estivale à Chlef    Quand l'art fusionne avec la beauté    La "Mastercard" et la "Carte Visa" arrivent    Trump a demandé 8 fois à voir Rohani lors de l'AG de l'ONU    Les pays arabes creusent    Il tue son neveu pour un lopin de terre    Coup d'envoi demain à Chélia    Au moins 19 morts dans un naufrage au large de Chypre    Makri tire sur Ould Abbès    Ces dossiers qui paralysent le mercato    Victoire de l'Algérie devant la Jordanie    Guéguerre interne au FFS    La Jordanie, la nouvelle terre de création pour le cinéma arabe    Du nouveau pour la diaspora    Le chargé de la communication de la sûreté d'Alger limogé    Mandela : architecte international de la paix    Russie-Afrique du Sud : d'une pierre, deux coups    L'Etat poursuivra en justice les incitateurs au boycott des élections    La Sonelgaz pointée du doigt    Le RCD tiendra un Congrès extraordinaire en 2019    Fadhma N'soumer gagne la bataille de Tachkirt contre le Maréchal Randon    Ould Abbes : "L'armée ne fait pas de politique"    Le livre, le meilleur ami !    Avec la participation d'une trentaine de jeunes de différents pays: Le chantier culturel de bénévolat d'été lancé    Bouteflika procéde à un mouvement partiel dans le corps de la magistrature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les universités en grève pour 3 jours
A l'appel du CNES
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 12 - 2017

Après une période de relative stabilité, l'université est à nouveau secouée par des différentsmouvements deprotestation. Cette fois-ci, c'est le Conseil national desenseignants dusupérieur (Cnes), quirevient à la charge en appelant les siens à travers tout le territoire pour un débrayage de trois jours soit les 17, 18 et 19 décembre.
Après une période de relative stabilité, l'université est à nouveau secouée par des différentsmouvements deprotestation. Cette fois-ci, c'est le Conseil national desenseignants dusupérieur (Cnes), quirevient à la charge en appelant les siens à travers tout le territoire pour un débrayage de trois jours soit les 17, 18 et 19 décembre.
Al'origine de cette décision, explique le Cnes dans un communiqué, l'attitude du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Il est reproché au département de Tahar Hadjar d'ignorer les revendications du Cnes et de ne pas s'inscrire dans une démarche de dialogue avec le partenaire social qu'est le Cnes. Le Cnes a, en effet, pris cette décision, à l'issue d'un conseil national tenu, en présence de tous les représentants locaux de ce syndicat autonome, d'opter pour une grève qui durera trois journées durant.
Son conseil national, qui reste en session ouverte, se réunira à l'issue de ce mouvement pour décider des suites à lui donner. Il n'est pas exclu que ses membres opteront pour une grève illimitée. Le Cnes qui qualifie la situation de "catastrophique", revendique la satisfaction inconditionnelle de la plateforme de revendications pour la sauvegarde de l'université dont les principaux points sont :
La revalorisation du salaire de l'enseignant, lasuprématie du scientifique sur l'administratif, davantage dedémocratie dans la gestion des structures universitaires, la prise en charge de la question des logements de fonction, ledéveloppement et la mise enoeuvre d'un projet digne d'une université algérienne moderneet l'arrêt de la politique d'improvisation. La situation àlaquelle est arrivée l'université algérienne, de l'avis du Cnes, ne lui permet pas de former les cadres dont le pays a besoin, encore moins de fournir l'élite de demain. Les enseignants, à travers les différentes négociations, réitèrent les mêmes revendications. Le constat est en effet alarmant.
L'université algérienne se débat, en proie à un malaise profond. Au-delà du fait que l'université ne peut être appréhendée en dehors ducadre sociopolitique général et de la qualité d'enseignement dans les paliers inférieurs, del'avis de nombreux observateurs, les choses empirent. Et ce ne sont certainement pas lesclassements mondiaux danslesquels les universités algériennesfigurent parmi les dernières en Afrique qui viendrontcontredire ce constat.
Al'origine de cette décision, explique le Cnes dans un communiqué, l'attitude du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Il est reproché au département de Tahar Hadjar d'ignorer les revendications du Cnes et de ne pas s'inscrire dans une démarche de dialogue avec le partenaire social qu'est le Cnes. Le Cnes a, en effet, pris cette décision, à l'issue d'un conseil national tenu, en présence de tous les représentants locaux de ce syndicat autonome, d'opter pour une grève qui durera trois journées durant.
Son conseil national, qui reste en session ouverte, se réunira à l'issue de ce mouvement pour décider des suites à lui donner. Il n'est pas exclu que ses membres opteront pour une grève illimitée. Le Cnes qui qualifie la situation de "catastrophique", revendique la satisfaction inconditionnelle de la plateforme de revendications pour la sauvegarde de l'université dont les principaux points sont :
La revalorisation du salaire de l'enseignant, lasuprématie du scientifique sur l'administratif, davantage dedémocratie dans la gestion des structures universitaires, la prise en charge de la question des logements de fonction, ledéveloppement et la mise enoeuvre d'un projet digne d'une université algérienne moderneet l'arrêt de la politique d'improvisation. La situation àlaquelle est arrivée l'université algérienne, de l'avis du Cnes, ne lui permet pas de former les cadres dont le pays a besoin, encore moins de fournir l'élite de demain. Les enseignants, à travers les différentes négociations, réitèrent les mêmes revendications. Le constat est en effet alarmant.
L'université algérienne se débat, en proie à un malaise profond. Au-delà du fait que l'université ne peut être appréhendée en dehors ducadre sociopolitique général et de la qualité d'enseignement dans les paliers inférieurs, del'avis de nombreux observateurs, les choses empirent. Et ce ne sont certainement pas lesclassements mondiaux danslesquels les universités algériennesfigurent parmi les dernières en Afrique qui viendrontcontredire ce constat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.