Prix Nobel d'économie 2018 : tendances et espoirs    Sommet de l'Alliance présidentielle aujourd'hui    La direction du FFS poursuit sa purge    Bye-bye Monsieur le Président !    Le Salon international du bâtiment ouvert à Constantine    Cap sur l'exploration    Pas plus de 4 minutes en consultation !    Kashoggi, de placard en placards    Belle opération du WA Tlemcen    Ça nous tuerait !    Les Mouloudéens pansent leurs plaies    Malgré l'instruction de Benghabrit    Les étudiants contestent «les choix incohérents» de la plateforme numérique    3es journées médico-chirurgicales à Aïn-Témouchent    Pourquoi eux et à ce moment précis de l'histoire ?    Ratage    L'étude technique en phase d'achèvement: Entrée en vigueur du nouveau plan de circulation début 2019    Incidents à l'issue du match CABBA-MCA: Envahissement de terrain et des blessés à Bordj Bou Arreridj    Une décision anti-palestinienne occultée par le scandale de l'assassinat de Khashoggi    Plénière de validation de la vacance du poste de président de l'APN: Un report et des interrogations    Développement du tourisme: Que d'occasions ratées !    Tissemsilt: 17 éléments de soutien aux terroristes arrêtés    Annaba: Quelle gestion pour les déchets ?    Autorité de régulation de la presse écrite: «Tout est prêt» pour sa mise en place    Violence dans les stades: Passivité et impunité envers les instigateurs    Où est le bout du tunnel ?    Tlemcen: Imams contre groupes radicaux    Bouteflika rappelle le droit des médias à l'accès à l'information    Les volets sécuritaire et économique sont à l'ordre du jour    Rixe et mort de Khashoggi au consulat : Trump juge les explications de Riyad "crédibles"    «Pas moins de 60.000 unités de logement seront distribuées cette semaine»    Commerce : Près de 170 000 infractions constatées durant les 9 premiers mois    Effondrement d'un mur d'une bâtisse menaçant ruine    L'idéologie du dumper    L'école, la famille et les clubs responsabilisés    La nuisance des fake news    Baisse de 2,6% de la production industrielle    Bourses : Les places européennes finissent la semaine en ordre dispersé    Des idées et des propositions de réflexion pour relancer le secteur    Du théâtre-cabaret avec un assaisonnement italien    Le WAT rejoint le MCEE à la deuxième place    Palais de la culture «Moufdi Zakaria»    Sahara occidental: Six plaintes contre des groupes français    FFS: Un «changement de système par une approche consensuelle et pacifique»    France : Massacres d'Octobre 1961, contexte et jeux politiques    Sale temps pour les Al Saoud    Elections législatives en Afghanistan : Sous la menace des talibans    Expulsion de l'ambassadrice vénézuélienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les universités en grève pour 3 jours
A l'appel du CNES
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 12 - 2017

Après une période de relative stabilité, l'université est à nouveau secouée par des différentsmouvements deprotestation. Cette fois-ci, c'est le Conseil national desenseignants dusupérieur (Cnes), quirevient à la charge en appelant les siens à travers tout le territoire pour un débrayage de trois jours soit les 17, 18 et 19 décembre.
Après une période de relative stabilité, l'université est à nouveau secouée par des différentsmouvements deprotestation. Cette fois-ci, c'est le Conseil national desenseignants dusupérieur (Cnes), quirevient à la charge en appelant les siens à travers tout le territoire pour un débrayage de trois jours soit les 17, 18 et 19 décembre.
Al'origine de cette décision, explique le Cnes dans un communiqué, l'attitude du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Il est reproché au département de Tahar Hadjar d'ignorer les revendications du Cnes et de ne pas s'inscrire dans une démarche de dialogue avec le partenaire social qu'est le Cnes. Le Cnes a, en effet, pris cette décision, à l'issue d'un conseil national tenu, en présence de tous les représentants locaux de ce syndicat autonome, d'opter pour une grève qui durera trois journées durant.
Son conseil national, qui reste en session ouverte, se réunira à l'issue de ce mouvement pour décider des suites à lui donner. Il n'est pas exclu que ses membres opteront pour une grève illimitée. Le Cnes qui qualifie la situation de "catastrophique", revendique la satisfaction inconditionnelle de la plateforme de revendications pour la sauvegarde de l'université dont les principaux points sont :
La revalorisation du salaire de l'enseignant, lasuprématie du scientifique sur l'administratif, davantage dedémocratie dans la gestion des structures universitaires, la prise en charge de la question des logements de fonction, ledéveloppement et la mise enoeuvre d'un projet digne d'une université algérienne moderneet l'arrêt de la politique d'improvisation. La situation àlaquelle est arrivée l'université algérienne, de l'avis du Cnes, ne lui permet pas de former les cadres dont le pays a besoin, encore moins de fournir l'élite de demain. Les enseignants, à travers les différentes négociations, réitèrent les mêmes revendications. Le constat est en effet alarmant.
L'université algérienne se débat, en proie à un malaise profond. Au-delà du fait que l'université ne peut être appréhendée en dehors ducadre sociopolitique général et de la qualité d'enseignement dans les paliers inférieurs, del'avis de nombreux observateurs, les choses empirent. Et ce ne sont certainement pas lesclassements mondiaux danslesquels les universités algériennesfigurent parmi les dernières en Afrique qui viendrontcontredire ce constat.
Al'origine de cette décision, explique le Cnes dans un communiqué, l'attitude du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Il est reproché au département de Tahar Hadjar d'ignorer les revendications du Cnes et de ne pas s'inscrire dans une démarche de dialogue avec le partenaire social qu'est le Cnes. Le Cnes a, en effet, pris cette décision, à l'issue d'un conseil national tenu, en présence de tous les représentants locaux de ce syndicat autonome, d'opter pour une grève qui durera trois journées durant.
Son conseil national, qui reste en session ouverte, se réunira à l'issue de ce mouvement pour décider des suites à lui donner. Il n'est pas exclu que ses membres opteront pour une grève illimitée. Le Cnes qui qualifie la situation de "catastrophique", revendique la satisfaction inconditionnelle de la plateforme de revendications pour la sauvegarde de l'université dont les principaux points sont :
La revalorisation du salaire de l'enseignant, lasuprématie du scientifique sur l'administratif, davantage dedémocratie dans la gestion des structures universitaires, la prise en charge de la question des logements de fonction, ledéveloppement et la mise enoeuvre d'un projet digne d'une université algérienne moderneet l'arrêt de la politique d'improvisation. La situation àlaquelle est arrivée l'université algérienne, de l'avis du Cnes, ne lui permet pas de former les cadres dont le pays a besoin, encore moins de fournir l'élite de demain. Les enseignants, à travers les différentes négociations, réitèrent les mêmes revendications. Le constat est en effet alarmant.
L'université algérienne se débat, en proie à un malaise profond. Au-delà du fait que l'université ne peut être appréhendée en dehors ducadre sociopolitique général et de la qualité d'enseignement dans les paliers inférieurs, del'avis de nombreux observateurs, les choses empirent. Et ce ne sont certainement pas lesclassements mondiaux danslesquels les universités algériennesfigurent parmi les dernières en Afrique qui viendrontcontredire ce constat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.