Ryad veut un "cadre de coopération" Opep/non Opep à long terme    La Russie retire ses militaires d'Afrine, en Syrie    Mahrez signe son 8e but en Premier League !    Ils revendiquent de meilleures conditions de vie: Des retraités de l'ANP bloqués aux portes d'Alger    Paiement en ligne: Algérie Poste lance sa nouvelle plateforme monétique    Présidentielle, trafic de drogue, montage de véhicules…: Les réponses d'Ouyahia    Le syndrome de Stockholm appliqué à la politique    Selon The Guardian: Al-Qaïda recrute au sein des affiliés de Daech    Chlef: L'affichage sauvage irrite le wali    FAF - Réunion du Bureau fédéral: Un face-à-face décisif entre Zetchi et Kerbadj    USM Harrach: La victoire de l'espoir    Alger: Vol de véhicules, 5 arrestations    Sour El Ghozlane: Quatre personnes sauvées d'une asphyxie au gaz    Boat-people    La Turquie "va" attaquer l'enclave kurde d'Afrine    Contraintes et réalité du terrain    Exposition photographique chinoise    L'envoyé de l'ONU met en garde contre un statu quo    Des crimes de guerre sont commis par les depuis trois ans    Le logement promotionnel aidé (LPA) très convoité    La Poste doit jouer un rôle «central» dans la vie économique des nations africaines    Concert-anniversaire d'El Mossiliya    Voyage sous tension pour Mike Pence    L'accord n'est pas viable sans les Etats-Unis    La maintenance du parc roulant sera assurée    67 investisseurs mis en demeure    «Je ne serai pas candidat à la présidentielle de 2019 contre le président Bouteflika»    Derby maghrébin à haute facture    Main-mise des lutteurs des Ligues d'Alger et d'Oran    La bonne opération de l'USB et l'USMH    L'ASAM et le MOB s'imposent, le CABBA sur le podium    Mourinho ne veut pas de Ronaldo    Du kif à peu de frais    Le parti de Djaballah craint de disparaître    C'est le pourrissement    Les paramédicaux reconduisent leur grève    Deux éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés à Oran et Sétif    Sept mairies toujours bloquées à Tizi Ouzou    Le wali écarte tout recours à la force publique    Ouyahia pour l'application de la peine de mort aux narcotrafiquants    Zahir Ihaddaden est décédé à 89 ans    La classe politique est appelée à changer les mentalités    La commission chargée d'élaborer la liste installée    La musique classique contemporaine s'invite à Alger    Les ambitions cachées de Luc Besson en Algérie    Exposition de mangas à la galerie Ezzou'Art    Visiter la Casbah à dos d'âne    Zahir Iheddaden tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les universités en grève pour 3 jours
A l'appel du CNES
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 12 - 2017

Après une période de relative stabilité, l'université est à nouveau secouée par des différentsmouvements deprotestation. Cette fois-ci, c'est le Conseil national desenseignants dusupérieur (Cnes), quirevient à la charge en appelant les siens à travers tout le territoire pour un débrayage de trois jours soit les 17, 18 et 19 décembre.
Après une période de relative stabilité, l'université est à nouveau secouée par des différentsmouvements deprotestation. Cette fois-ci, c'est le Conseil national desenseignants dusupérieur (Cnes), quirevient à la charge en appelant les siens à travers tout le territoire pour un débrayage de trois jours soit les 17, 18 et 19 décembre.
Al'origine de cette décision, explique le Cnes dans un communiqué, l'attitude du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Il est reproché au département de Tahar Hadjar d'ignorer les revendications du Cnes et de ne pas s'inscrire dans une démarche de dialogue avec le partenaire social qu'est le Cnes. Le Cnes a, en effet, pris cette décision, à l'issue d'un conseil national tenu, en présence de tous les représentants locaux de ce syndicat autonome, d'opter pour une grève qui durera trois journées durant.
Son conseil national, qui reste en session ouverte, se réunira à l'issue de ce mouvement pour décider des suites à lui donner. Il n'est pas exclu que ses membres opteront pour une grève illimitée. Le Cnes qui qualifie la situation de "catastrophique", revendique la satisfaction inconditionnelle de la plateforme de revendications pour la sauvegarde de l'université dont les principaux points sont :
La revalorisation du salaire de l'enseignant, lasuprématie du scientifique sur l'administratif, davantage dedémocratie dans la gestion des structures universitaires, la prise en charge de la question des logements de fonction, ledéveloppement et la mise enoeuvre d'un projet digne d'une université algérienne moderneet l'arrêt de la politique d'improvisation. La situation àlaquelle est arrivée l'université algérienne, de l'avis du Cnes, ne lui permet pas de former les cadres dont le pays a besoin, encore moins de fournir l'élite de demain. Les enseignants, à travers les différentes négociations, réitèrent les mêmes revendications. Le constat est en effet alarmant.
L'université algérienne se débat, en proie à un malaise profond. Au-delà du fait que l'université ne peut être appréhendée en dehors ducadre sociopolitique général et de la qualité d'enseignement dans les paliers inférieurs, del'avis de nombreux observateurs, les choses empirent. Et ce ne sont certainement pas lesclassements mondiaux danslesquels les universités algériennesfigurent parmi les dernières en Afrique qui viendrontcontredire ce constat.
Al'origine de cette décision, explique le Cnes dans un communiqué, l'attitude du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Il est reproché au département de Tahar Hadjar d'ignorer les revendications du Cnes et de ne pas s'inscrire dans une démarche de dialogue avec le partenaire social qu'est le Cnes. Le Cnes a, en effet, pris cette décision, à l'issue d'un conseil national tenu, en présence de tous les représentants locaux de ce syndicat autonome, d'opter pour une grève qui durera trois journées durant.
Son conseil national, qui reste en session ouverte, se réunira à l'issue de ce mouvement pour décider des suites à lui donner. Il n'est pas exclu que ses membres opteront pour une grève illimitée. Le Cnes qui qualifie la situation de "catastrophique", revendique la satisfaction inconditionnelle de la plateforme de revendications pour la sauvegarde de l'université dont les principaux points sont :
La revalorisation du salaire de l'enseignant, lasuprématie du scientifique sur l'administratif, davantage dedémocratie dans la gestion des structures universitaires, la prise en charge de la question des logements de fonction, ledéveloppement et la mise enoeuvre d'un projet digne d'une université algérienne moderneet l'arrêt de la politique d'improvisation. La situation àlaquelle est arrivée l'université algérienne, de l'avis du Cnes, ne lui permet pas de former les cadres dont le pays a besoin, encore moins de fournir l'élite de demain. Les enseignants, à travers les différentes négociations, réitèrent les mêmes revendications. Le constat est en effet alarmant.
L'université algérienne se débat, en proie à un malaise profond. Au-delà du fait que l'université ne peut être appréhendée en dehors ducadre sociopolitique général et de la qualité d'enseignement dans les paliers inférieurs, del'avis de nombreux observateurs, les choses empirent. Et ce ne sont certainement pas lesclassements mondiaux danslesquels les universités algériennesfigurent parmi les dernières en Afrique qui viendrontcontredire ce constat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.