OL : Rudi Garcia était pour la sanction contre Aouar    Maladie de Boukharouba.Extrait du livre de Pierre Accoce Dr Pierre Rentchnick « Ces malades qui nous gouvernent » Stock – 1993    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 1ère journée    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    Chanegriha préside la cérémonie de conversion d'un hôtel militaire en une structure sanitaire    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Saïd Bouhadja n'est plus    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Images d'ailleurs, regards d'ici    Entre avancées et entraves    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le décès de Maradona secoue le monde du football    L'Algérie sera présente    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle alerte de la Banque d'Algérie
Fragilité de l'économie nationale
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 02 - 2018

La Banque d'Algérie s'inquiète de la fragilité de l'économie nationale. Cette nouvelle mise en garde du gouverneur de la Banque d'Algérie alerte sur la vulnérabilité d'une économie qui peut être mise en péril par les chocs pétroliers.
La Banque d'Algérie s'inquiète de la fragilité de l'économie nationale. Cette nouvelle mise en garde du gouverneur de la Banque d'Algérie alerte sur la vulnérabilité d'une économie qui peut être mise en péril par les chocs pétroliers.
La forte "baisse des réserves de change observée en 2017 réduit la marge de résilience face aux chocs externes", a averti Mohamed Loukal en présentant aux députés le rapport sur l'évolution économique et monétaire de l'Algérie en 2016 et 2017.
Les réserves de change du pays qui permettent d'absorber les chocs des marchés internationaux ont reculé de 16,8 milliards (mds) de dollars en 2017 passant de 114,1 mds de dollars à fin 2016 à 97,3 mds de dollars à fin 2017. Mohamed Loukal a expliqué cette baisse par à une baisse effective de la balance des paiements mais aussi par "les variations des taux de change du dollar et de l'euro".
Il a fait savoir que le taux de change de la monnaie nationale a reculé de 15,36 % par rapport à la monnaie européenne en 2017 contre une croissance de 0,59 % en 2016. "En réalité, ce n'est pas la valeur du dinar qui a baissé mais c'est l'euro qui a fortement progressé face au dollar en 2017", at- il expliqué aux députés. L'année 2017 a enregistré une croissance économique de 2,2 % en 2017 (contre 3,3 % en 2016) en dépit d'un recul important de la cadence de croissance du secteur des hydrocarbures.
Le déficit global de la balance des paiements a été quant à lui de 23,3 mds usd en 2017 contre 26,3 mds usd en 2016. Le prix moyen du baril de pétrole algérien est passé de 45 dollars en 2016 à 53,97 dollars en 2017. Revenant sur les efforts consentis par la BA ainsi que par les banques de la place pour renforcer le financement de l'économie nationale, Mohamed Loukal a noté que les crédits à l'économie ont progressé de 12,3 % en 2017 par rapport à 2016, passant à 8.883 milliards de DA. Par ailleurs, la masse monétaire circulant hors circuit bancaire a reculé en 2017 par rapport à 2016.
"La monnaie fiduciaire en circulation est estimée à environ 4.780mds DA dont 1.500 mds de DA à 2.000 mds DA représentent l'argent thésaurisé des agents économiques", a-t-il précisé."Cela montre clairement la nécessité queles banques commerciales introduisent la collecte de ces ressources considérablescirculant hors les banques comme étantune priorité", a-t-il encore préconisé.
Et en dépit d'un recul de 8 % des dépôtsdu secteur des hydrocarbures, les dépôts bancaires ont progressé dans l'ensemble en 2017 pour se situer à 9.602 mds dedinars, selon M. Loukal. Concernant la liquidité bancaire, qui a reculé de 821 mds DA à fin 2016 à 512 mds DA à la fin septembre 2017, elle a augmenté durant le dernier trimestre de l'année pour atteindre 1.400 mds DA à fin 2017.Quant à l'inflation, qui a atteint 5,6 % en2017, contre 6,4 % en 2016 et 4,8 % en2015, il a imputé sa progression à "la faiblesse de la concurrence, de l'organisation et du contrôle au niveau de plusieurs marchés de biens et de services dont certains sont marqués par des situations de monopoles"
La forte "baisse des réserves de change observée en 2017 réduit la marge de résilience face aux chocs externes", a averti Mohamed Loukal en présentant aux députés le rapport sur l'évolution économique et monétaire de l'Algérie en 2016 et 2017.
Les réserves de change du pays qui permettent d'absorber les chocs des marchés internationaux ont reculé de 16,8 milliards (mds) de dollars en 2017 passant de 114,1 mds de dollars à fin 2016 à 97,3 mds de dollars à fin 2017. Mohamed Loukal a expliqué cette baisse par à une baisse effective de la balance des paiements mais aussi par "les variations des taux de change du dollar et de l'euro".
Il a fait savoir que le taux de change de la monnaie nationale a reculé de 15,36 % par rapport à la monnaie européenne en 2017 contre une croissance de 0,59 % en 2016. "En réalité, ce n'est pas la valeur du dinar qui a baissé mais c'est l'euro qui a fortement progressé face au dollar en 2017", at- il expliqué aux députés. L'année 2017 a enregistré une croissance économique de 2,2 % en 2017 (contre 3,3 % en 2016) en dépit d'un recul important de la cadence de croissance du secteur des hydrocarbures.
Le déficit global de la balance des paiements a été quant à lui de 23,3 mds usd en 2017 contre 26,3 mds usd en 2016. Le prix moyen du baril de pétrole algérien est passé de 45 dollars en 2016 à 53,97 dollars en 2017. Revenant sur les efforts consentis par la BA ainsi que par les banques de la place pour renforcer le financement de l'économie nationale, Mohamed Loukal a noté que les crédits à l'économie ont progressé de 12,3 % en 2017 par rapport à 2016, passant à 8.883 milliards de DA. Par ailleurs, la masse monétaire circulant hors circuit bancaire a reculé en 2017 par rapport à 2016.
"La monnaie fiduciaire en circulation est estimée à environ 4.780mds DA dont 1.500 mds de DA à 2.000 mds DA représentent l'argent thésaurisé des agents économiques", a-t-il précisé."Cela montre clairement la nécessité queles banques commerciales introduisent la collecte de ces ressources considérablescirculant hors les banques comme étantune priorité", a-t-il encore préconisé.
Et en dépit d'un recul de 8 % des dépôtsdu secteur des hydrocarbures, les dépôts bancaires ont progressé dans l'ensemble en 2017 pour se situer à 9.602 mds dedinars, selon M. Loukal. Concernant la liquidité bancaire, qui a reculé de 821 mds DA à fin 2016 à 512 mds DA à la fin septembre 2017, elle a augmenté durant le dernier trimestre de l'année pour atteindre 1.400 mds DA à fin 2017.Quant à l'inflation, qui a atteint 5,6 % en2017, contre 6,4 % en 2016 et 4,8 % en2015, il a imputé sa progression à "la faiblesse de la concurrence, de l'organisation et du contrôle au niveau de plusieurs marchés de biens et de services dont certains sont marqués par des situations de monopoles"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.