Maroc : Des milliers de jeunes manifestent pour la dignité    Gagner du temps    Prévu ce mercredi à Alger: Rassemblement annoncé des chercheurs permanents    Skikda: La carrière de la cimenterie de Hadjar fermée par des travailleurs    Pour un changement radical: Après les marches, des «feuilles de route»    Bedoui va-t-il ou non constituer son gouvernement ?    Equipe nationale: La préparation reprend sans Belaili    Violence dans les stades: Des mesures draconiennes s'imposent    FAF: Kheireddine Zetchi défend son bilan    Chlef: 500 arbustes plantés    Aïn Témouchent: Trois morts et 2 blessés dans un glissement de terrain    Plus de 650 morts, un désastre humanitaire    115 morts dans l'attaque d'un village    Maduro accuse Guaido de «comploter pour son assassinat»    11 000 officines touchées par une pénurie de 370 médicaments    Benmihoub recommande d'aller vers la transition avant le 28 avril    Algérie Poste poursuit l'opération d'acquisition des TPE    Les dates des trois derniers matchs fixées    Séparation à l'amiable entre Koulkheir et la JSS    La FAF a-t-elle le temps de se reconstruire ?    Plusieurs partis font des propositions    Les Assemblées populaires communales se joignent au mouvement    2 narcotrafiquants arrêtés et 52 kg de kif saisis à Ghardaïa    Une collecte prévisionnelle de 200 000 quintaux de céréales    Les atteintes à l'urbanisme en hausse    Ouverture du festival du printemps    Musique afro-américaine : John Lee Hooker    Le parcours du chahid Mustapha Benboulaïd revisité par des écoliers    Les décrets publiés au JO    Sit-in des avocats à Alger : Le corps de la justice exige "le respect de la Constitution"    Malgré une croissance en panne : Publicis signe un bénéfice record    Sahara occidental: La 2ème table-ronde se termine sans avancées    Golan syrien occupé: Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    11 morts, dont 1 vice-ministre, dans une attaque des shebab    USA: La Fed ne prévoit plus de hausse de taux en 2019    Hausse inexpliquée des prix des fruits et légumes : Les ménages désemparés    29 suspects arrêtés à Alger    Colère contre Benghabrit    Selon l'ONS : L'inflation à 4,1% sur un an en février 2019    Le FLN s'entre-déchire    Le FFS se fissure    Nouvelle pièce théâtrale à l'affiche à Oran    Alors que Mihoubi est partant.. Abdelkader Bendamèche à la tête de l'Aarc    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    L'Angola qualifiée, pas le Burkina    L'association El Rahma au chevet des femmes    CAN-2019. Algérie 1 – Gambie 1 : Les Verts accrochés dans le temps additionnel    Les «hommes» du ministre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle alerte de la Banque d'Algérie
Fragilité de l'économie nationale
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 02 - 2018

La Banque d'Algérie s'inquiète de la fragilité de l'économie nationale. Cette nouvelle mise en garde du gouverneur de la Banque d'Algérie alerte sur la vulnérabilité d'une économie qui peut être mise en péril par les chocs pétroliers.
La Banque d'Algérie s'inquiète de la fragilité de l'économie nationale. Cette nouvelle mise en garde du gouverneur de la Banque d'Algérie alerte sur la vulnérabilité d'une économie qui peut être mise en péril par les chocs pétroliers.
La forte "baisse des réserves de change observée en 2017 réduit la marge de résilience face aux chocs externes", a averti Mohamed Loukal en présentant aux députés le rapport sur l'évolution économique et monétaire de l'Algérie en 2016 et 2017.
Les réserves de change du pays qui permettent d'absorber les chocs des marchés internationaux ont reculé de 16,8 milliards (mds) de dollars en 2017 passant de 114,1 mds de dollars à fin 2016 à 97,3 mds de dollars à fin 2017. Mohamed Loukal a expliqué cette baisse par à une baisse effective de la balance des paiements mais aussi par "les variations des taux de change du dollar et de l'euro".
Il a fait savoir que le taux de change de la monnaie nationale a reculé de 15,36 % par rapport à la monnaie européenne en 2017 contre une croissance de 0,59 % en 2016. "En réalité, ce n'est pas la valeur du dinar qui a baissé mais c'est l'euro qui a fortement progressé face au dollar en 2017", at- il expliqué aux députés. L'année 2017 a enregistré une croissance économique de 2,2 % en 2017 (contre 3,3 % en 2016) en dépit d'un recul important de la cadence de croissance du secteur des hydrocarbures.
Le déficit global de la balance des paiements a été quant à lui de 23,3 mds usd en 2017 contre 26,3 mds usd en 2016. Le prix moyen du baril de pétrole algérien est passé de 45 dollars en 2016 à 53,97 dollars en 2017. Revenant sur les efforts consentis par la BA ainsi que par les banques de la place pour renforcer le financement de l'économie nationale, Mohamed Loukal a noté que les crédits à l'économie ont progressé de 12,3 % en 2017 par rapport à 2016, passant à 8.883 milliards de DA. Par ailleurs, la masse monétaire circulant hors circuit bancaire a reculé en 2017 par rapport à 2016.
"La monnaie fiduciaire en circulation est estimée à environ 4.780mds DA dont 1.500 mds de DA à 2.000 mds DA représentent l'argent thésaurisé des agents économiques", a-t-il précisé."Cela montre clairement la nécessité queles banques commerciales introduisent la collecte de ces ressources considérablescirculant hors les banques comme étantune priorité", a-t-il encore préconisé.
Et en dépit d'un recul de 8 % des dépôtsdu secteur des hydrocarbures, les dépôts bancaires ont progressé dans l'ensemble en 2017 pour se situer à 9.602 mds dedinars, selon M. Loukal. Concernant la liquidité bancaire, qui a reculé de 821 mds DA à fin 2016 à 512 mds DA à la fin septembre 2017, elle a augmenté durant le dernier trimestre de l'année pour atteindre 1.400 mds DA à fin 2017.Quant à l'inflation, qui a atteint 5,6 % en2017, contre 6,4 % en 2016 et 4,8 % en2015, il a imputé sa progression à "la faiblesse de la concurrence, de l'organisation et du contrôle au niveau de plusieurs marchés de biens et de services dont certains sont marqués par des situations de monopoles"
La forte "baisse des réserves de change observée en 2017 réduit la marge de résilience face aux chocs externes", a averti Mohamed Loukal en présentant aux députés le rapport sur l'évolution économique et monétaire de l'Algérie en 2016 et 2017.
Les réserves de change du pays qui permettent d'absorber les chocs des marchés internationaux ont reculé de 16,8 milliards (mds) de dollars en 2017 passant de 114,1 mds de dollars à fin 2016 à 97,3 mds de dollars à fin 2017. Mohamed Loukal a expliqué cette baisse par à une baisse effective de la balance des paiements mais aussi par "les variations des taux de change du dollar et de l'euro".
Il a fait savoir que le taux de change de la monnaie nationale a reculé de 15,36 % par rapport à la monnaie européenne en 2017 contre une croissance de 0,59 % en 2016. "En réalité, ce n'est pas la valeur du dinar qui a baissé mais c'est l'euro qui a fortement progressé face au dollar en 2017", at- il expliqué aux députés. L'année 2017 a enregistré une croissance économique de 2,2 % en 2017 (contre 3,3 % en 2016) en dépit d'un recul important de la cadence de croissance du secteur des hydrocarbures.
Le déficit global de la balance des paiements a été quant à lui de 23,3 mds usd en 2017 contre 26,3 mds usd en 2016. Le prix moyen du baril de pétrole algérien est passé de 45 dollars en 2016 à 53,97 dollars en 2017. Revenant sur les efforts consentis par la BA ainsi que par les banques de la place pour renforcer le financement de l'économie nationale, Mohamed Loukal a noté que les crédits à l'économie ont progressé de 12,3 % en 2017 par rapport à 2016, passant à 8.883 milliards de DA. Par ailleurs, la masse monétaire circulant hors circuit bancaire a reculé en 2017 par rapport à 2016.
"La monnaie fiduciaire en circulation est estimée à environ 4.780mds DA dont 1.500 mds de DA à 2.000 mds DA représentent l'argent thésaurisé des agents économiques", a-t-il précisé."Cela montre clairement la nécessité queles banques commerciales introduisent la collecte de ces ressources considérablescirculant hors les banques comme étantune priorité", a-t-il encore préconisé.
Et en dépit d'un recul de 8 % des dépôtsdu secteur des hydrocarbures, les dépôts bancaires ont progressé dans l'ensemble en 2017 pour se situer à 9.602 mds dedinars, selon M. Loukal. Concernant la liquidité bancaire, qui a reculé de 821 mds DA à fin 2016 à 512 mds DA à la fin septembre 2017, elle a augmenté durant le dernier trimestre de l'année pour atteindre 1.400 mds DA à fin 2017.Quant à l'inflation, qui a atteint 5,6 % en2017, contre 6,4 % en 2016 et 4,8 % en2015, il a imputé sa progression à "la faiblesse de la concurrence, de l'organisation et du contrôle au niveau de plusieurs marchés de biens et de services dont certains sont marqués par des situations de monopoles"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.