Trophée The Best : Messi devance Van Djik pour le titre de joueur de l'année    L'heure d'assumer de lourdes responsabilités a sonné    Tribunal militaire de Blida (Urgent) : Saïd Bouteflika se retire de l'audience    Les victimes protestent et réclament leur argent    Démission de Salima Ghezali de l'APN    Mohamed Charfi rassure les Algériens    La participation de Karoui évoquée    80 Palestiniens dont un enfant blessé par des tirs israéliens à l'est de Ghaza    Examen demain de la demande de levée d'immunité de Tliba et de Benhamadi    Bien négocier la manche aller    Encore buteur, Benzema se retrouve porté en triomphe à Madrid    Le Gouvernement tiendra-t-il ses promesses ?    Un espace pour préserver l'histoire de cette forme d'expression populaire    Une fresque murale en hommage au défunt Cheikh Atallah    BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : Installation d'une Commission pour l'examen du dossier    MASCARA : 8 individus arrêtés pour vol de véhicule    ELECTION PRESIDENTIELLE : Le parti de Makri garde le suspense    AIN TEMOUCHENT : 3 ‘'harraga'' interceptés à Oulhaça    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Résultats    Batelli critique le rendement des joueurs    Bouchar risque 4 matches de suspension    Le temps des incertitudes    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Près de 300 manifestants arrêtés depuis vendredi    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Lancement de la campagne à Naâma    Un Plan national climat pour bientôt    Les magistrats confirment et dénoncent    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Le ministère s'explique    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle alerte de la Banque d'Algérie
Fragilité de l'économie nationale
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 02 - 2018

La Banque d'Algérie s'inquiète de la fragilité de l'économie nationale. Cette nouvelle mise en garde du gouverneur de la Banque d'Algérie alerte sur la vulnérabilité d'une économie qui peut être mise en péril par les chocs pétroliers.
La Banque d'Algérie s'inquiète de la fragilité de l'économie nationale. Cette nouvelle mise en garde du gouverneur de la Banque d'Algérie alerte sur la vulnérabilité d'une économie qui peut être mise en péril par les chocs pétroliers.
La forte "baisse des réserves de change observée en 2017 réduit la marge de résilience face aux chocs externes", a averti Mohamed Loukal en présentant aux députés le rapport sur l'évolution économique et monétaire de l'Algérie en 2016 et 2017.
Les réserves de change du pays qui permettent d'absorber les chocs des marchés internationaux ont reculé de 16,8 milliards (mds) de dollars en 2017 passant de 114,1 mds de dollars à fin 2016 à 97,3 mds de dollars à fin 2017. Mohamed Loukal a expliqué cette baisse par à une baisse effective de la balance des paiements mais aussi par "les variations des taux de change du dollar et de l'euro".
Il a fait savoir que le taux de change de la monnaie nationale a reculé de 15,36 % par rapport à la monnaie européenne en 2017 contre une croissance de 0,59 % en 2016. "En réalité, ce n'est pas la valeur du dinar qui a baissé mais c'est l'euro qui a fortement progressé face au dollar en 2017", at- il expliqué aux députés. L'année 2017 a enregistré une croissance économique de 2,2 % en 2017 (contre 3,3 % en 2016) en dépit d'un recul important de la cadence de croissance du secteur des hydrocarbures.
Le déficit global de la balance des paiements a été quant à lui de 23,3 mds usd en 2017 contre 26,3 mds usd en 2016. Le prix moyen du baril de pétrole algérien est passé de 45 dollars en 2016 à 53,97 dollars en 2017. Revenant sur les efforts consentis par la BA ainsi que par les banques de la place pour renforcer le financement de l'économie nationale, Mohamed Loukal a noté que les crédits à l'économie ont progressé de 12,3 % en 2017 par rapport à 2016, passant à 8.883 milliards de DA. Par ailleurs, la masse monétaire circulant hors circuit bancaire a reculé en 2017 par rapport à 2016.
"La monnaie fiduciaire en circulation est estimée à environ 4.780mds DA dont 1.500 mds de DA à 2.000 mds DA représentent l'argent thésaurisé des agents économiques", a-t-il précisé."Cela montre clairement la nécessité queles banques commerciales introduisent la collecte de ces ressources considérablescirculant hors les banques comme étantune priorité", a-t-il encore préconisé.
Et en dépit d'un recul de 8 % des dépôtsdu secteur des hydrocarbures, les dépôts bancaires ont progressé dans l'ensemble en 2017 pour se situer à 9.602 mds dedinars, selon M. Loukal. Concernant la liquidité bancaire, qui a reculé de 821 mds DA à fin 2016 à 512 mds DA à la fin septembre 2017, elle a augmenté durant le dernier trimestre de l'année pour atteindre 1.400 mds DA à fin 2017.Quant à l'inflation, qui a atteint 5,6 % en2017, contre 6,4 % en 2016 et 4,8 % en2015, il a imputé sa progression à "la faiblesse de la concurrence, de l'organisation et du contrôle au niveau de plusieurs marchés de biens et de services dont certains sont marqués par des situations de monopoles"
La forte "baisse des réserves de change observée en 2017 réduit la marge de résilience face aux chocs externes", a averti Mohamed Loukal en présentant aux députés le rapport sur l'évolution économique et monétaire de l'Algérie en 2016 et 2017.
Les réserves de change du pays qui permettent d'absorber les chocs des marchés internationaux ont reculé de 16,8 milliards (mds) de dollars en 2017 passant de 114,1 mds de dollars à fin 2016 à 97,3 mds de dollars à fin 2017. Mohamed Loukal a expliqué cette baisse par à une baisse effective de la balance des paiements mais aussi par "les variations des taux de change du dollar et de l'euro".
Il a fait savoir que le taux de change de la monnaie nationale a reculé de 15,36 % par rapport à la monnaie européenne en 2017 contre une croissance de 0,59 % en 2016. "En réalité, ce n'est pas la valeur du dinar qui a baissé mais c'est l'euro qui a fortement progressé face au dollar en 2017", at- il expliqué aux députés. L'année 2017 a enregistré une croissance économique de 2,2 % en 2017 (contre 3,3 % en 2016) en dépit d'un recul important de la cadence de croissance du secteur des hydrocarbures.
Le déficit global de la balance des paiements a été quant à lui de 23,3 mds usd en 2017 contre 26,3 mds usd en 2016. Le prix moyen du baril de pétrole algérien est passé de 45 dollars en 2016 à 53,97 dollars en 2017. Revenant sur les efforts consentis par la BA ainsi que par les banques de la place pour renforcer le financement de l'économie nationale, Mohamed Loukal a noté que les crédits à l'économie ont progressé de 12,3 % en 2017 par rapport à 2016, passant à 8.883 milliards de DA. Par ailleurs, la masse monétaire circulant hors circuit bancaire a reculé en 2017 par rapport à 2016.
"La monnaie fiduciaire en circulation est estimée à environ 4.780mds DA dont 1.500 mds de DA à 2.000 mds DA représentent l'argent thésaurisé des agents économiques", a-t-il précisé."Cela montre clairement la nécessité queles banques commerciales introduisent la collecte de ces ressources considérablescirculant hors les banques comme étantune priorité", a-t-il encore préconisé.
Et en dépit d'un recul de 8 % des dépôtsdu secteur des hydrocarbures, les dépôts bancaires ont progressé dans l'ensemble en 2017 pour se situer à 9.602 mds dedinars, selon M. Loukal. Concernant la liquidité bancaire, qui a reculé de 821 mds DA à fin 2016 à 512 mds DA à la fin septembre 2017, elle a augmenté durant le dernier trimestre de l'année pour atteindre 1.400 mds DA à fin 2017.Quant à l'inflation, qui a atteint 5,6 % en2017, contre 6,4 % en 2016 et 4,8 % en2015, il a imputé sa progression à "la faiblesse de la concurrence, de l'organisation et du contrôle au niveau de plusieurs marchés de biens et de services dont certains sont marqués par des situations de monopoles"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.