Hydrocarbures: un régime fiscal propre au secteur encouragera l'investissement étranger    L'ex-député ‘'spécifique'' risque 6 mois de prison ferme    CAMPAGNE ELECTORALE : L'ANIE enquêtera sur la provenance des financements    POUR ATTEINTE A L'UNITE NATIONALE : Un an de prison à l'encontre de 21 détenus    Algérie - Gabon: vers la création d'un conseil économique pour les hommes d'affaires    ACCIDENTS DE LA ROUTE A OUARGLA : Trois morts et une quinzaine de blessés    L'OLP condamne l'assassinat d'un chef du Djihad islamique par Israël à Ghaza    SIDI BEL ABBES : Campagne de sensibilisation sur les risques du monoxyde de carbone    Les hauteurs de Bordj Bou-Arréridj revêtus de neige    Liverpool : Mauvaise nouvelle pour Salah ?    Belmadi évoque le retour de Soudani en sélection    Belmadi : «Cela fait un bon moment que je suis le parcours de Spano-Rahou, Halaïmia et Zorgane»    Crise en Bolivie: Morales se réfugie au Mexique, une présidentielle avant le 22 janvier    10e Fica : trois courts métrages projetés à Alger    FP: les recommandations comme feuille de route pour améliorer la performance des établissements    L'UE octroie 55 millions d'euros d'aide humanitaire    Les états de l'OCI saisissent la Cour internationale de justice    Le portrait du président Chadli parmi les objets jetés    Chlef: affectation d'un quota supplémentaire de 1.000 logements    65 projets agréés et financés par la Cnac depuis le début 2019    Le docteur Mohamed Boughlali de retour chez les Verts    Les Chipolopolo à pied d'œuvre à Alger    Où se jouera le derby MCA-CRB ?    Haddam plaide pour un contrôle plus rigoureux    Une femme se plaint d'y être inscrite à son insu    Présidentielle : les soutiens encombrants de Tebboune    La Turquie commence à renvoyer des terroristes étrangers    Les écoles primaires paralysées hier    Méli-mélo pomme-chocolat    L'UE prolonge les sanctions contre le gouvernement de Maduro    Réquisitoire imparable contre l'amnésie officialisée    Ateliers de formation cinématographique    De précieux manuscrits médiévaux divisent l'Islande et le Danemark    Festival international de danse contemporaine: l'Algérie, l'Egypte, le Maroc et la Tunisie à l'honneur    Le boulimique penchant de l'exécutif Bedoui à s'attaquer aux sensibles dossiers    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed: Ouverture du procès des 42 détenus du Hirak    DTN : nouveaux staffs des sélections nationales de jeunes: De surprenantes désignations    Vaccination contre la grippe : plus de 46.400 doses réceptionnées    Bouira: Une bouteille de gaz butane explose, un blessé grave    26 wilayas au salon des arts plastiques    Elections législatives : L'Espagne retourne aux urnes dans un climat crispé    Le courroux des producteurs    Marché pétrolier international Le panier de l'Opep établi à 61,98 dollars le baril    Para-athlétisme/Mondiaux-2019: L'Algérie provisoirement 5e au classement    Projet de loi sur les hydrocarbures Sonatrach continuera à développer le conventionnel    Les manifestations se poursuivent    Cinéma : 10e Fica: projection de "Fatwa", un film dénonçant la montée de l'extrémise en Tunisie    Oum El Bouaghi : signature d'accord pour la gestion de deux salles de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tayeb Louh, publiquement désavoué par Ould Abbès
Aprés ses attaques contre Ouyahia
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 11 - 2018

Les accusations portées par Tayeb Louh contre le Premier ministre, Ahmed Ouyahia,prennent une nouvelletournure, mais pas là où on s'y attendait. Hier, le secrétaire général du FLN, Djamel OuldAbbès, s'est désolidarisépubliquement des attaques duministre de la Justice etmembre du Comité central duparti à l'encontre du Premier ministre.
Les accusations portées par Tayeb Louh contre le Premier ministre, Ahmed Ouyahia,prennent une nouvelletournure, mais pas là où on s'y attendait. Hier, le secrétaire général du FLN, Djamel OuldAbbès, s'est désolidarisépubliquement des attaques duministre de la Justice etmembre du Comité central duparti à l'encontre du Premier ministre.
"Les propos du ministre de la Justice n'engagent en rien le FLN", a tenu à préciser DjamelOuld Abbès, dans une déclaration à nos confrères de Liberté. "Il a agi en tant que ministre et non comme militant du FLN", a-t-il précisé. Avant d'insister : "Le FLN n'est pas du tout concerné par cette histoire. Nous sommes concentrés sur les élections sénatoriales, à travers la tenuedes assemblées dans les wilayas pour désignernos candidats".
Contentieux
Une démarche surprenante de la part de Djamel Ouled Abbes, quand on sait que personne n'a soupçonné le ministre de la Justice d'être en service commandé pour le FLN. Mieux : en matière d'attaques contre Ahmed Ouyahia, le chef du FLN a un lourd passif en la matière. Si le partiaffirme aujourd'hui, soutenir le Premier ministre et qu'il a "une confiance totale en AhmedOuyahia", cela n'a pas toujours été le cas.
Depuis son arrivée à la tête du FLN, Djamel OuldAbbès a passé plus de tempsà attaquer Ahmed Ouyahia qu'à le ménager. Il l'a accusé de lorgner la place du présidentde la République, sans doute l'accusationla plus grave qui puisse être portée contre un Premier ministre en exercice. Il l'a critiqué publiquement, pour avoir déclaré qu'il croyait à l'innocence de l'ancien ministre de l'Energie, Chakib Khelil. Il a organisé une tripartite parallèle avec le patronat et l'UGTA sur le partenariat public-privé, pour court-circuiter celle tenue par le Premier ministre Ahmed Ouyahia… Pourquoi dans ces conditions, Djamel Ould Abbes tient-il à manifester son désaccord avec le ministre de la Justice, dans cette histoire et de rappeler que son parti"n'est pas habilité à évaluer un gouvernement, en dehors du président de la République" ?
En réalité, cette affaire offre la possibilitéau chef du FLN, de régler ses comptes avec celui qu'il considère comme un sérieux adversaire au sein du parti. Djamel OuldAbbès et Tayeb Louh ne s'aiment pas, et cela est un secret de polichinelle au FLN. Depuis quelques temps, le ministre de la Justice installe ses hommes dans les structures du parti, en prévision de sa candidature éventuelle à la direction du FLN. "Tayeb Louh tisse sa toile au sein du parti. Il installe ses hommes et garde unoeil sur le FLN", reconnait un membre dela direction du parti, proche du ministre dela Justice. Pour illustrer cet antagonisme entre les deux hommes,
il faut revenir à la confection des listes pour les élections législativesde 2017. A la veille de la publication des listes et alors que le chef du FLN,entouré de son équipe, se trouve à l'hôtel Moncada, le ministre de la Justice va, à la demande de la présidence, revoir celles-ciet opérer plusieurs changements dans lesnoms des candidats retenus. "Cela a étévécu comme un affront de la part de Ould Abbes, qui était en plus en pleine tempête médiatique avec les accusations portées contre ses enfants, sur le business des listes électorales", explique un membre duCC, sous couvert de l'anonymat.
"Les propos du ministre de la Justice n'engagent en rien le FLN", a tenu à préciser DjamelOuld Abbès, dans une déclaration à nos confrères de Liberté. "Il a agi en tant que ministre et non comme militant du FLN", a-t-il précisé. Avant d'insister : "Le FLN n'est pas du tout concerné par cette histoire. Nous sommes concentrés sur les élections sénatoriales, à travers la tenuedes assemblées dans les wilayas pour désignernos candidats".
Contentieux
Une démarche surprenante de la part de Djamel Ouled Abbes, quand on sait que personne n'a soupçonné le ministre de la Justice d'être en service commandé pour le FLN. Mieux : en matière d'attaques contre Ahmed Ouyahia, le chef du FLN a un lourd passif en la matière. Si le partiaffirme aujourd'hui, soutenir le Premier ministre et qu'il a "une confiance totale en AhmedOuyahia", cela n'a pas toujours été le cas.
Depuis son arrivée à la tête du FLN, Djamel OuldAbbès a passé plus de tempsà attaquer Ahmed Ouyahia qu'à le ménager. Il l'a accusé de lorgner la place du présidentde la République, sans doute l'accusationla plus grave qui puisse être portée contre un Premier ministre en exercice. Il l'a critiqué publiquement, pour avoir déclaré qu'il croyait à l'innocence de l'ancien ministre de l'Energie, Chakib Khelil. Il a organisé une tripartite parallèle avec le patronat et l'UGTA sur le partenariat public-privé, pour court-circuiter celle tenue par le Premier ministre Ahmed Ouyahia… Pourquoi dans ces conditions, Djamel Ould Abbes tient-il à manifester son désaccord avec le ministre de la Justice, dans cette histoire et de rappeler que son parti"n'est pas habilité à évaluer un gouvernement, en dehors du président de la République" ?
En réalité, cette affaire offre la possibilitéau chef du FLN, de régler ses comptes avec celui qu'il considère comme un sérieux adversaire au sein du parti. Djamel OuldAbbès et Tayeb Louh ne s'aiment pas, et cela est un secret de polichinelle au FLN. Depuis quelques temps, le ministre de la Justice installe ses hommes dans les structures du parti, en prévision de sa candidature éventuelle à la direction du FLN. "Tayeb Louh tisse sa toile au sein du parti. Il installe ses hommes et garde unoeil sur le FLN", reconnait un membre dela direction du parti, proche du ministre dela Justice. Pour illustrer cet antagonisme entre les deux hommes,
il faut revenir à la confection des listes pour les élections législativesde 2017. A la veille de la publication des listes et alors que le chef du FLN,entouré de son équipe, se trouve à l'hôtel Moncada, le ministre de la Justice va, à la demande de la présidence, revoir celles-ciet opérer plusieurs changements dans lesnoms des candidats retenus. "Cela a étévécu comme un affront de la part de Ould Abbes, qui était en plus en pleine tempête médiatique avec les accusations portées contre ses enfants, sur le business des listes électorales", explique un membre duCC, sous couvert de l'anonymat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.