La déclaration de politique générale du gouvernement n'est pas programmée : Une autre violation de la Constitution !    Les Rouge et Noir éliminés à Khartoum    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Le FLN part en favori    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    La revanche des riches    Défaitisme    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tayeb Louh, publiquement désavoué par Ould Abbès
Aprés ses attaques contre Ouyahia
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 11 - 2018

Les accusations portées par Tayeb Louh contre le Premier ministre, Ahmed Ouyahia,prennent une nouvelletournure, mais pas là où on s'y attendait. Hier, le secrétaire général du FLN, Djamel OuldAbbès, s'est désolidarisépubliquement des attaques duministre de la Justice etmembre du Comité central duparti à l'encontre du Premier ministre.
Les accusations portées par Tayeb Louh contre le Premier ministre, Ahmed Ouyahia,prennent une nouvelletournure, mais pas là où on s'y attendait. Hier, le secrétaire général du FLN, Djamel OuldAbbès, s'est désolidarisépubliquement des attaques duministre de la Justice etmembre du Comité central duparti à l'encontre du Premier ministre.
"Les propos du ministre de la Justice n'engagent en rien le FLN", a tenu à préciser DjamelOuld Abbès, dans une déclaration à nos confrères de Liberté. "Il a agi en tant que ministre et non comme militant du FLN", a-t-il précisé. Avant d'insister : "Le FLN n'est pas du tout concerné par cette histoire. Nous sommes concentrés sur les élections sénatoriales, à travers la tenuedes assemblées dans les wilayas pour désignernos candidats".
Contentieux
Une démarche surprenante de la part de Djamel Ouled Abbes, quand on sait que personne n'a soupçonné le ministre de la Justice d'être en service commandé pour le FLN. Mieux : en matière d'attaques contre Ahmed Ouyahia, le chef du FLN a un lourd passif en la matière. Si le partiaffirme aujourd'hui, soutenir le Premier ministre et qu'il a "une confiance totale en AhmedOuyahia", cela n'a pas toujours été le cas.
Depuis son arrivée à la tête du FLN, Djamel OuldAbbès a passé plus de tempsà attaquer Ahmed Ouyahia qu'à le ménager. Il l'a accusé de lorgner la place du présidentde la République, sans doute l'accusationla plus grave qui puisse être portée contre un Premier ministre en exercice. Il l'a critiqué publiquement, pour avoir déclaré qu'il croyait à l'innocence de l'ancien ministre de l'Energie, Chakib Khelil. Il a organisé une tripartite parallèle avec le patronat et l'UGTA sur le partenariat public-privé, pour court-circuiter celle tenue par le Premier ministre Ahmed Ouyahia… Pourquoi dans ces conditions, Djamel Ould Abbes tient-il à manifester son désaccord avec le ministre de la Justice, dans cette histoire et de rappeler que son parti"n'est pas habilité à évaluer un gouvernement, en dehors du président de la République" ?
En réalité, cette affaire offre la possibilitéau chef du FLN, de régler ses comptes avec celui qu'il considère comme un sérieux adversaire au sein du parti. Djamel OuldAbbès et Tayeb Louh ne s'aiment pas, et cela est un secret de polichinelle au FLN. Depuis quelques temps, le ministre de la Justice installe ses hommes dans les structures du parti, en prévision de sa candidature éventuelle à la direction du FLN. "Tayeb Louh tisse sa toile au sein du parti. Il installe ses hommes et garde unoeil sur le FLN", reconnait un membre dela direction du parti, proche du ministre dela Justice. Pour illustrer cet antagonisme entre les deux hommes,
il faut revenir à la confection des listes pour les élections législativesde 2017. A la veille de la publication des listes et alors que le chef du FLN,entouré de son équipe, se trouve à l'hôtel Moncada, le ministre de la Justice va, à la demande de la présidence, revoir celles-ciet opérer plusieurs changements dans lesnoms des candidats retenus. "Cela a étévécu comme un affront de la part de Ould Abbes, qui était en plus en pleine tempête médiatique avec les accusations portées contre ses enfants, sur le business des listes électorales", explique un membre duCC, sous couvert de l'anonymat.
"Les propos du ministre de la Justice n'engagent en rien le FLN", a tenu à préciser DjamelOuld Abbès, dans une déclaration à nos confrères de Liberté. "Il a agi en tant que ministre et non comme militant du FLN", a-t-il précisé. Avant d'insister : "Le FLN n'est pas du tout concerné par cette histoire. Nous sommes concentrés sur les élections sénatoriales, à travers la tenuedes assemblées dans les wilayas pour désignernos candidats".
Contentieux
Une démarche surprenante de la part de Djamel Ouled Abbes, quand on sait que personne n'a soupçonné le ministre de la Justice d'être en service commandé pour le FLN. Mieux : en matière d'attaques contre Ahmed Ouyahia, le chef du FLN a un lourd passif en la matière. Si le partiaffirme aujourd'hui, soutenir le Premier ministre et qu'il a "une confiance totale en AhmedOuyahia", cela n'a pas toujours été le cas.
Depuis son arrivée à la tête du FLN, Djamel OuldAbbès a passé plus de tempsà attaquer Ahmed Ouyahia qu'à le ménager. Il l'a accusé de lorgner la place du présidentde la République, sans doute l'accusationla plus grave qui puisse être portée contre un Premier ministre en exercice. Il l'a critiqué publiquement, pour avoir déclaré qu'il croyait à l'innocence de l'ancien ministre de l'Energie, Chakib Khelil. Il a organisé une tripartite parallèle avec le patronat et l'UGTA sur le partenariat public-privé, pour court-circuiter celle tenue par le Premier ministre Ahmed Ouyahia… Pourquoi dans ces conditions, Djamel Ould Abbes tient-il à manifester son désaccord avec le ministre de la Justice, dans cette histoire et de rappeler que son parti"n'est pas habilité à évaluer un gouvernement, en dehors du président de la République" ?
En réalité, cette affaire offre la possibilitéau chef du FLN, de régler ses comptes avec celui qu'il considère comme un sérieux adversaire au sein du parti. Djamel OuldAbbès et Tayeb Louh ne s'aiment pas, et cela est un secret de polichinelle au FLN. Depuis quelques temps, le ministre de la Justice installe ses hommes dans les structures du parti, en prévision de sa candidature éventuelle à la direction du FLN. "Tayeb Louh tisse sa toile au sein du parti. Il installe ses hommes et garde unoeil sur le FLN", reconnait un membre dela direction du parti, proche du ministre dela Justice. Pour illustrer cet antagonisme entre les deux hommes,
il faut revenir à la confection des listes pour les élections législativesde 2017. A la veille de la publication des listes et alors que le chef du FLN,entouré de son équipe, se trouve à l'hôtel Moncada, le ministre de la Justice va, à la demande de la présidence, revoir celles-ciet opérer plusieurs changements dans lesnoms des candidats retenus. "Cela a étévécu comme un affront de la part de Ould Abbes, qui était en plus en pleine tempête médiatique avec les accusations portées contre ses enfants, sur le business des listes électorales", explique un membre duCC, sous couvert de l'anonymat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.