Les journalistes appellent l'Etat à agir    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri bientôt devant la justice    Confirmer la mutation du football africain    L'appel des sept    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tayeb Louh, publiquement désavoué par Ould Abbès
Aprés ses attaques contre Ouyahia
Publié dans Le Midi Libre le 14 - 11 - 2018

Les accusations portées par Tayeb Louh contre le Premier ministre, Ahmed Ouyahia,prennent une nouvelletournure, mais pas là où on s'y attendait. Hier, le secrétaire général du FLN, Djamel OuldAbbès, s'est désolidarisépubliquement des attaques duministre de la Justice etmembre du Comité central duparti à l'encontre du Premier ministre.
Les accusations portées par Tayeb Louh contre le Premier ministre, Ahmed Ouyahia,prennent une nouvelletournure, mais pas là où on s'y attendait. Hier, le secrétaire général du FLN, Djamel OuldAbbès, s'est désolidarisépubliquement des attaques duministre de la Justice etmembre du Comité central duparti à l'encontre du Premier ministre.
"Les propos du ministre de la Justice n'engagent en rien le FLN", a tenu à préciser DjamelOuld Abbès, dans une déclaration à nos confrères de Liberté. "Il a agi en tant que ministre et non comme militant du FLN", a-t-il précisé. Avant d'insister : "Le FLN n'est pas du tout concerné par cette histoire. Nous sommes concentrés sur les élections sénatoriales, à travers la tenuedes assemblées dans les wilayas pour désignernos candidats".
Contentieux
Une démarche surprenante de la part de Djamel Ouled Abbes, quand on sait que personne n'a soupçonné le ministre de la Justice d'être en service commandé pour le FLN. Mieux : en matière d'attaques contre Ahmed Ouyahia, le chef du FLN a un lourd passif en la matière. Si le partiaffirme aujourd'hui, soutenir le Premier ministre et qu'il a "une confiance totale en AhmedOuyahia", cela n'a pas toujours été le cas.
Depuis son arrivée à la tête du FLN, Djamel OuldAbbès a passé plus de tempsà attaquer Ahmed Ouyahia qu'à le ménager. Il l'a accusé de lorgner la place du présidentde la République, sans doute l'accusationla plus grave qui puisse être portée contre un Premier ministre en exercice. Il l'a critiqué publiquement, pour avoir déclaré qu'il croyait à l'innocence de l'ancien ministre de l'Energie, Chakib Khelil. Il a organisé une tripartite parallèle avec le patronat et l'UGTA sur le partenariat public-privé, pour court-circuiter celle tenue par le Premier ministre Ahmed Ouyahia… Pourquoi dans ces conditions, Djamel Ould Abbes tient-il à manifester son désaccord avec le ministre de la Justice, dans cette histoire et de rappeler que son parti"n'est pas habilité à évaluer un gouvernement, en dehors du président de la République" ?
En réalité, cette affaire offre la possibilitéau chef du FLN, de régler ses comptes avec celui qu'il considère comme un sérieux adversaire au sein du parti. Djamel OuldAbbès et Tayeb Louh ne s'aiment pas, et cela est un secret de polichinelle au FLN. Depuis quelques temps, le ministre de la Justice installe ses hommes dans les structures du parti, en prévision de sa candidature éventuelle à la direction du FLN. "Tayeb Louh tisse sa toile au sein du parti. Il installe ses hommes et garde unoeil sur le FLN", reconnait un membre dela direction du parti, proche du ministre dela Justice. Pour illustrer cet antagonisme entre les deux hommes,
il faut revenir à la confection des listes pour les élections législativesde 2017. A la veille de la publication des listes et alors que le chef du FLN,entouré de son équipe, se trouve à l'hôtel Moncada, le ministre de la Justice va, à la demande de la présidence, revoir celles-ciet opérer plusieurs changements dans lesnoms des candidats retenus. "Cela a étévécu comme un affront de la part de Ould Abbes, qui était en plus en pleine tempête médiatique avec les accusations portées contre ses enfants, sur le business des listes électorales", explique un membre duCC, sous couvert de l'anonymat.
"Les propos du ministre de la Justice n'engagent en rien le FLN", a tenu à préciser DjamelOuld Abbès, dans une déclaration à nos confrères de Liberté. "Il a agi en tant que ministre et non comme militant du FLN", a-t-il précisé. Avant d'insister : "Le FLN n'est pas du tout concerné par cette histoire. Nous sommes concentrés sur les élections sénatoriales, à travers la tenuedes assemblées dans les wilayas pour désignernos candidats".
Contentieux
Une démarche surprenante de la part de Djamel Ouled Abbes, quand on sait que personne n'a soupçonné le ministre de la Justice d'être en service commandé pour le FLN. Mieux : en matière d'attaques contre Ahmed Ouyahia, le chef du FLN a un lourd passif en la matière. Si le partiaffirme aujourd'hui, soutenir le Premier ministre et qu'il a "une confiance totale en AhmedOuyahia", cela n'a pas toujours été le cas.
Depuis son arrivée à la tête du FLN, Djamel OuldAbbès a passé plus de tempsà attaquer Ahmed Ouyahia qu'à le ménager. Il l'a accusé de lorgner la place du présidentde la République, sans doute l'accusationla plus grave qui puisse être portée contre un Premier ministre en exercice. Il l'a critiqué publiquement, pour avoir déclaré qu'il croyait à l'innocence de l'ancien ministre de l'Energie, Chakib Khelil. Il a organisé une tripartite parallèle avec le patronat et l'UGTA sur le partenariat public-privé, pour court-circuiter celle tenue par le Premier ministre Ahmed Ouyahia… Pourquoi dans ces conditions, Djamel Ould Abbes tient-il à manifester son désaccord avec le ministre de la Justice, dans cette histoire et de rappeler que son parti"n'est pas habilité à évaluer un gouvernement, en dehors du président de la République" ?
En réalité, cette affaire offre la possibilitéau chef du FLN, de régler ses comptes avec celui qu'il considère comme un sérieux adversaire au sein du parti. Djamel OuldAbbès et Tayeb Louh ne s'aiment pas, et cela est un secret de polichinelle au FLN. Depuis quelques temps, le ministre de la Justice installe ses hommes dans les structures du parti, en prévision de sa candidature éventuelle à la direction du FLN. "Tayeb Louh tisse sa toile au sein du parti. Il installe ses hommes et garde unoeil sur le FLN", reconnait un membre dela direction du parti, proche du ministre dela Justice. Pour illustrer cet antagonisme entre les deux hommes,
il faut revenir à la confection des listes pour les élections législativesde 2017. A la veille de la publication des listes et alors que le chef du FLN,entouré de son équipe, se trouve à l'hôtel Moncada, le ministre de la Justice va, à la demande de la présidence, revoir celles-ciet opérer plusieurs changements dans lesnoms des candidats retenus. "Cela a étévécu comme un affront de la part de Ould Abbes, qui était en plus en pleine tempête médiatique avec les accusations portées contre ses enfants, sur le business des listes électorales", explique un membre duCC, sous couvert de l'anonymat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.