Les journalistes appellent l'Etat à agir    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri bientôt devant la justice    Confirmer la mutation du football africain    L'appel des sept    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FLN : Ould Abbès "débarqué"
Mouad Bouchareb prend l'intérim
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 11 - 2018

L'information constitue une surprise qui a pris de courtmême les plus prochescollaborateurs du désormaisex-secrétaire général du FLN.Beaucoup de zones d'ombres,cela dit, entourent cetteffaire. A qui Ould Abbès a-t-ilprésenté sa démission ?
L'information constitue une surprise qui a pris de courtmême les plus prochescollaborateurs du désormaisex-secrétaire général du FLN.Beaucoup de zones d'ombres,cela dit, entourent cetteffaire. A qui Ould Abbès a-t-ilprésenté sa démission ?
C'est un véritable séisme au sein du parti du FLN. Djamal Ould Abbès n'est plus, en effet, secrétairegénéral du parti. Le tout nouveau président de l'assemblée populaire nationale (APN),Mouad Bouchareb, prend sa succession demanière intérimaire.C'est sa santé chancelante qui serait àl'origine de son départ de la tête du plus grand parti politique du pays. Ainsi, selonl'APS, qui cite une source officielle, cesont des "soucis de santé" qui lui imposentun congé de "longue durée". L'agence depresse gouvernementale confirme aussique c'est Mouad Bouchaareb qui le remplaceen attendant que les instances duparti habilitées ne décident du nom de sonsuccesseur. Selon certaines informationsOuld Abbès a subi, dans la matinée d'hier et suite à un malaise cardiaque, des examensapprofondis à l'hôpital militaire de
Aïn Naâdja. Et c'est suite à ces examensmédicaux qu'il aurait décidé de passer la main en présentant sa démission.Personne ne se doutait que Djamal Ould
Abbès allait quitter son poste même si denombreux analystes le prédisaient depuisun temps déjà. C'est dire que cette informationconstitue une surprise qui a pris decourt même les plus proches collaborateursdu désormais ex-secrétaire général duLN. Beaucoup de zones d'ombres, celadit, entourent cette affaire. A qui OuldAbbès a-t-il présenté sa démission ? Al'heure où nous mettons sous presse ladirection du parti n'a pas encore réagi. Enparlant de "source officielle" l'APS ne faitque conforter les supputations url ce quis'est réellement passé et les raisons decette démission.Pourquoi c'est Mouad Bouchareb, avec l'aide dit-on d'une direction collégiale, qui le remplace ?
Les textes et statuts du parti ont ils été respectés dans ce cas ? Mais qu'a cela ne tienne il était évident que le FLN vivait une crise et beaucoup de monde au sein du parti, en voulait à OuldAbbès. Il semble que la polémique opposantle Premier ministre, Ahmed Ouyahia,au ministre de la Justice, Tayeb Louh, soitla goutte d'eau qui a fait deborder le vase. Tayeb Louh, dans un discours prononcé à Oran, s'est violemment attaqué à Ahmed Ouyahia lui reprochant notamment d'avoirjeté en prison des dizaines de cadres dansles années 90 alors qu'il était chef de gouvernement. Ouyahia a, par le biais de sonparti, le RND, réfuté ces accusations. Djamal Ould Abbès, interpellé sur cette polémique, a estimé qu'elle n'engage en rien le FLN et que c'est une question interne au gouvernement qui relève du ressort exclusif du président de la République puisque c'est le seul qui peut trancher. Or, Tayeb Louh est un cadre important du parti qui s'est certainement, avec le soutien et la solidarité de nombreux cadres, senti trahi par Ould Abbès.
Cela n'aurait fait qu'exacerber les tensions au sein du FLN suscitant davantage d'animosité à l'égard du secrétaire général, Ould Abbès. Ce dernier a, en vérité, beaucoup d'adversairesau sein du FLN où il est loin d'être en odeur de sainteté. Djamal Ould Abbès, qui a remplacé AmarSaadani demissionnaire le 22 octobre 2016, n'a jamais convoqué une session ducomité central et ce en total porte à faux avec les textes du parti. En refusant de réunir le comité central il s'est aliéné beaucoupde monde qui réclamait sans cesse sa tête. Maintenant c'est désormais chose faite puisque Ould A bès est à jamais parti.
C'est un véritable séisme au sein du parti du FLN. Djamal Ould Abbès n'est plus, en effet, secrétairegénéral du parti. Le tout nouveau président de l'assemblée populaire nationale (APN),Mouad Bouchareb, prend sa succession demanière intérimaire.C'est sa santé chancelante qui serait àl'origine de son départ de la tête du plus grand parti politique du pays. Ainsi, selonl'APS, qui cite une source officielle, cesont des "soucis de santé" qui lui imposentun congé de "longue durée". L'agence depresse gouvernementale confirme aussique c'est Mouad Bouchaareb qui le remplaceen attendant que les instances duparti habilitées ne décident du nom de sonsuccesseur. Selon certaines informationsOuld Abbès a subi, dans la matinée d'hier et suite à un malaise cardiaque, des examensapprofondis à l'hôpital militaire de
Aïn Naâdja. Et c'est suite à ces examensmédicaux qu'il aurait décidé de passer la main en présentant sa démission.Personne ne se doutait que Djamal Ould
Abbès allait quitter son poste même si denombreux analystes le prédisaient depuisun temps déjà. C'est dire que cette informationconstitue une surprise qui a pris decourt même les plus proches collaborateursdu désormais ex-secrétaire général duLN. Beaucoup de zones d'ombres, celadit, entourent cette affaire. A qui OuldAbbès a-t-il présenté sa démission ? Al'heure où nous mettons sous presse ladirection du parti n'a pas encore réagi. Enparlant de "source officielle" l'APS ne faitque conforter les supputations url ce quis'est réellement passé et les raisons decette démission.Pourquoi c'est Mouad Bouchareb, avec l'aide dit-on d'une direction collégiale, qui le remplace ?
Les textes et statuts du parti ont ils été respectés dans ce cas ? Mais qu'a cela ne tienne il était évident que le FLN vivait une crise et beaucoup de monde au sein du parti, en voulait à OuldAbbès. Il semble que la polémique opposantle Premier ministre, Ahmed Ouyahia,au ministre de la Justice, Tayeb Louh, soitla goutte d'eau qui a fait deborder le vase. Tayeb Louh, dans un discours prononcé à Oran, s'est violemment attaqué à Ahmed Ouyahia lui reprochant notamment d'avoirjeté en prison des dizaines de cadres dansles années 90 alors qu'il était chef de gouvernement. Ouyahia a, par le biais de sonparti, le RND, réfuté ces accusations. Djamal Ould Abbès, interpellé sur cette polémique, a estimé qu'elle n'engage en rien le FLN et que c'est une question interne au gouvernement qui relève du ressort exclusif du président de la République puisque c'est le seul qui peut trancher. Or, Tayeb Louh est un cadre important du parti qui s'est certainement, avec le soutien et la solidarité de nombreux cadres, senti trahi par Ould Abbès.
Cela n'aurait fait qu'exacerber les tensions au sein du FLN suscitant davantage d'animosité à l'égard du secrétaire général, Ould Abbès. Ce dernier a, en vérité, beaucoup d'adversairesau sein du FLN où il est loin d'être en odeur de sainteté. Djamal Ould Abbès, qui a remplacé AmarSaadani demissionnaire le 22 octobre 2016, n'a jamais convoqué une session ducomité central et ce en total porte à faux avec les textes du parti. En refusant de réunir le comité central il s'est aliéné beaucoupde monde qui réclamait sans cesse sa tête. Maintenant c'est désormais chose faite puisque Ould A bès est à jamais parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.