«Les autorités publiques appelées à prendre les mesures nécessaires»    La Déclaration du patrimoine escamotée    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    ELLE OUVRE LA VOIE A TOUTES LES INITIATIVES : L'alliance présidentielle change de cap    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    Soins en France, rien de nouveau    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Tayeb Meziani, trois ans à l'ES Tunis    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Stérilet : ce qu'il faut savoir    Les gilets jaunes voient rouge    El Partiya, un spectacle d'improvisation avec le public    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Une vingtaine de point retenus sur la route de la corniche supérieure: Des panneaux publicitaires pour renflouer les caisses des communes    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Un réseau de dealers démantelé près de Sidi Maarouf    Un deal à consolider    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    USM Bel-Abbès: Le wali promet de débloquer la situation    Oran: 17 harraga, dont des Marocains et des Yéménites interceptés    Tailleur de pierres, un métier ancestral    G5 Sahel : L'UE et la France, principaux bailleurs de projets de développement    France : Couacs ou désaccords, la fiscalité fait débat au gouvernement    Prévue pour l'exercice 2018/2019 : Augmentation de la production céréalière à 90 millions de quintaux    Tentatives visant à discréditer l'action humanitaire Les médias appelés à y faire face    Industrie pharmaceutique: L'évolution du secteur se poursuit avec plus de 350 projets en cours de réalisation    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Huawei Nouveau coup dur pour le géant chinois des télécoms    Durant les 9 premiers mois de 2018 : Les exportations agricoles algériennes ont dépassé les 57 millions de dollars    AT offre 1 mois de connexion gratuit pour tout rechargement de 3 mois ou plus    "Doki Doki'' menace la vie des adolescents    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    11.000 actions de protestation populaire    Divergences au sommet    Le Forum économique mondial relève les "progrès" de l'Algérie en matière des TIC    Tirage au sort aujourd'hui à Alger    Béatification de 19 religieux catholiques à Oran    Elections sénatoriales: Huit candidatures validées à Boumerdès    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public    Lettre à Moad Bouchareb    Conseil des droits de l'Homme: Plus de 1300 plaintes reçues en deux ans    Tlemcen: Hommage aux invalides de la guerre de libération    Des missiles air-sol antichars saisis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FLN : Ould Abbès "débarqué"
Mouad Bouchareb prend l'intérim
Publié dans Le Midi Libre le 15 - 11 - 2018

L'information constitue une surprise qui a pris de courtmême les plus prochescollaborateurs du désormaisex-secrétaire général du FLN.Beaucoup de zones d'ombres,cela dit, entourent cetteffaire. A qui Ould Abbès a-t-ilprésenté sa démission ?
L'information constitue une surprise qui a pris de courtmême les plus prochescollaborateurs du désormaisex-secrétaire général du FLN.Beaucoup de zones d'ombres,cela dit, entourent cetteffaire. A qui Ould Abbès a-t-ilprésenté sa démission ?
C'est un véritable séisme au sein du parti du FLN. Djamal Ould Abbès n'est plus, en effet, secrétairegénéral du parti. Le tout nouveau président de l'assemblée populaire nationale (APN),Mouad Bouchareb, prend sa succession demanière intérimaire.C'est sa santé chancelante qui serait àl'origine de son départ de la tête du plus grand parti politique du pays. Ainsi, selonl'APS, qui cite une source officielle, cesont des "soucis de santé" qui lui imposentun congé de "longue durée". L'agence depresse gouvernementale confirme aussique c'est Mouad Bouchaareb qui le remplaceen attendant que les instances duparti habilitées ne décident du nom de sonsuccesseur. Selon certaines informationsOuld Abbès a subi, dans la matinée d'hier et suite à un malaise cardiaque, des examensapprofondis à l'hôpital militaire de
Aïn Naâdja. Et c'est suite à ces examensmédicaux qu'il aurait décidé de passer la main en présentant sa démission.Personne ne se doutait que Djamal Ould
Abbès allait quitter son poste même si denombreux analystes le prédisaient depuisun temps déjà. C'est dire que cette informationconstitue une surprise qui a pris decourt même les plus proches collaborateursdu désormais ex-secrétaire général duLN. Beaucoup de zones d'ombres, celadit, entourent cette affaire. A qui OuldAbbès a-t-il présenté sa démission ? Al'heure où nous mettons sous presse ladirection du parti n'a pas encore réagi. Enparlant de "source officielle" l'APS ne faitque conforter les supputations url ce quis'est réellement passé et les raisons decette démission.Pourquoi c'est Mouad Bouchareb, avec l'aide dit-on d'une direction collégiale, qui le remplace ?
Les textes et statuts du parti ont ils été respectés dans ce cas ? Mais qu'a cela ne tienne il était évident que le FLN vivait une crise et beaucoup de monde au sein du parti, en voulait à OuldAbbès. Il semble que la polémique opposantle Premier ministre, Ahmed Ouyahia,au ministre de la Justice, Tayeb Louh, soitla goutte d'eau qui a fait deborder le vase. Tayeb Louh, dans un discours prononcé à Oran, s'est violemment attaqué à Ahmed Ouyahia lui reprochant notamment d'avoirjeté en prison des dizaines de cadres dansles années 90 alors qu'il était chef de gouvernement. Ouyahia a, par le biais de sonparti, le RND, réfuté ces accusations. Djamal Ould Abbès, interpellé sur cette polémique, a estimé qu'elle n'engage en rien le FLN et que c'est une question interne au gouvernement qui relève du ressort exclusif du président de la République puisque c'est le seul qui peut trancher. Or, Tayeb Louh est un cadre important du parti qui s'est certainement, avec le soutien et la solidarité de nombreux cadres, senti trahi par Ould Abbès.
Cela n'aurait fait qu'exacerber les tensions au sein du FLN suscitant davantage d'animosité à l'égard du secrétaire général, Ould Abbès. Ce dernier a, en vérité, beaucoup d'adversairesau sein du FLN où il est loin d'être en odeur de sainteté. Djamal Ould Abbès, qui a remplacé AmarSaadani demissionnaire le 22 octobre 2016, n'a jamais convoqué une session ducomité central et ce en total porte à faux avec les textes du parti. En refusant de réunir le comité central il s'est aliéné beaucoupde monde qui réclamait sans cesse sa tête. Maintenant c'est désormais chose faite puisque Ould A bès est à jamais parti.
C'est un véritable séisme au sein du parti du FLN. Djamal Ould Abbès n'est plus, en effet, secrétairegénéral du parti. Le tout nouveau président de l'assemblée populaire nationale (APN),Mouad Bouchareb, prend sa succession demanière intérimaire.C'est sa santé chancelante qui serait àl'origine de son départ de la tête du plus grand parti politique du pays. Ainsi, selonl'APS, qui cite une source officielle, cesont des "soucis de santé" qui lui imposentun congé de "longue durée". L'agence depresse gouvernementale confirme aussique c'est Mouad Bouchaareb qui le remplaceen attendant que les instances duparti habilitées ne décident du nom de sonsuccesseur. Selon certaines informationsOuld Abbès a subi, dans la matinée d'hier et suite à un malaise cardiaque, des examensapprofondis à l'hôpital militaire de
Aïn Naâdja. Et c'est suite à ces examensmédicaux qu'il aurait décidé de passer la main en présentant sa démission.Personne ne se doutait que Djamal Ould
Abbès allait quitter son poste même si denombreux analystes le prédisaient depuisun temps déjà. C'est dire que cette informationconstitue une surprise qui a pris decourt même les plus proches collaborateursdu désormais ex-secrétaire général duLN. Beaucoup de zones d'ombres, celadit, entourent cette affaire. A qui OuldAbbès a-t-il présenté sa démission ? Al'heure où nous mettons sous presse ladirection du parti n'a pas encore réagi. Enparlant de "source officielle" l'APS ne faitque conforter les supputations url ce quis'est réellement passé et les raisons decette démission.Pourquoi c'est Mouad Bouchareb, avec l'aide dit-on d'une direction collégiale, qui le remplace ?
Les textes et statuts du parti ont ils été respectés dans ce cas ? Mais qu'a cela ne tienne il était évident que le FLN vivait une crise et beaucoup de monde au sein du parti, en voulait à OuldAbbès. Il semble que la polémique opposantle Premier ministre, Ahmed Ouyahia,au ministre de la Justice, Tayeb Louh, soitla goutte d'eau qui a fait deborder le vase. Tayeb Louh, dans un discours prononcé à Oran, s'est violemment attaqué à Ahmed Ouyahia lui reprochant notamment d'avoirjeté en prison des dizaines de cadres dansles années 90 alors qu'il était chef de gouvernement. Ouyahia a, par le biais de sonparti, le RND, réfuté ces accusations. Djamal Ould Abbès, interpellé sur cette polémique, a estimé qu'elle n'engage en rien le FLN et que c'est une question interne au gouvernement qui relève du ressort exclusif du président de la République puisque c'est le seul qui peut trancher. Or, Tayeb Louh est un cadre important du parti qui s'est certainement, avec le soutien et la solidarité de nombreux cadres, senti trahi par Ould Abbès.
Cela n'aurait fait qu'exacerber les tensions au sein du FLN suscitant davantage d'animosité à l'égard du secrétaire général, Ould Abbès. Ce dernier a, en vérité, beaucoup d'adversairesau sein du FLN où il est loin d'être en odeur de sainteté. Djamal Ould Abbès, qui a remplacé AmarSaadani demissionnaire le 22 octobre 2016, n'a jamais convoqué une session ducomité central et ce en total porte à faux avec les textes du parti. En refusant de réunir le comité central il s'est aliéné beaucoupde monde qui réclamait sans cesse sa tête. Maintenant c'est désormais chose faite puisque Ould A bès est à jamais parti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.