Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Après l'accord entre l'Opep et ses alliés : Le pétrole achève la semaine en hausse    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    CAN 2019 : Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    Tizi-Ouzou : La recherche des harraga disparus au large de Tigzirt se poursuit    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Le marché, couvert à 53% de ses besoins    Les autorités algériennes appelées à les respecter    L'Algérie incapable d'abriter une compétition majeure    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    Leurs corps sans vie repêchées de oued Mendès    Les dispositions expliquées par l'ambassade de France    La viande saisie achetée par un jeune "inconnu"    Le prix Mohia d'or institutionnalisé    Les Français ont eu vraiment peur…    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    «Al Capone le faussaire», dans les filets de la police de sougueur    L'instance de coordination s'est réunie hier au siège du RND: Alliance pour… la stabilité    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public, présenté à Alger    Une programmation qui a tenu toutes ses promesses    Semences de pomme de terre: L'autosuffisance en 2021    Déclaration de patrimoine: 54 000 élus et 6000 hauts fonctionnaires concernés    CHLEF: Journée de sensibilisation sur «El Harga»    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Brahimi buteur face à Portimonense    «La France est «reconnaissante» à l'Algérie»    Soins en France, rien de nouveau    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Le coût du transport réduit la compétitivité    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Boca débouté    Oran Stage hivernal à Oran    Ah'chem chouia !    Une sacrée «derdba» en hommage au maâlem Benaïssa    Un concours de pièces de théâtre radiophoniques l'année prochaine    La CJUE inébranlable sur la primauté du droit    Un deal à consolider    Tailleur de pierres, un métier ancestral    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Divergences au sommet    Les conservateurs allemands élisent le successeur d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi les Algériens sont les derniers de la classe?
Maîtrise de l'Anglais dans le monde
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 11 - 2018

L'Algérie s'est classée à la 8e place sur 88 pays, dansl'English Proficiency Index(EPI), "plus grande étudemondiale sur les compétencesen anglais", établie par lamultinationale del'enseignement des langues etdu séjour linguistique,Education First (EF).
L'Algérie s'est classée à la 8e place sur 88 pays, dansl'English Proficiency Index(EPI), "plus grande étudemondiale sur les compétencesen anglais", établie par lamultinationale del'enseignement des langues etdu séjour linguistique,Education First (EF).
Une contre-performance que Flora Stienne, ancienne présidente deCampus France Algérie et actuelledirectrice d'Education First Algérie,explique par plusieurs facteurs, dont leplus important, d'après elle, est le peud'intérêt que portent les Algériens pourcette langue."Le principal souci de
l'Algérie est qu'ellene fait pas assez la promotion des languesétrangères, en particulier de l'anglais",explique-t-elle, ajoutant qu'"il n'y a pasencore de volonté assez forte, de former desbilingues ou des trilingues, à la sortie del'école". Ce manque d'intérêt pour l'anglais,se reflète dans l'âge auquel un enfantalgérien commence à apprendre cettelangue. L'enseignement de celle-ci n'étant"pas systématique au primaire", ce quiempêche les jeunes Algériens de progresserrapidement car, d'après Mme Stienne,"plus on apprend l'anglais jeune, mieuxon le maîtrise mais, malheureusement, cen'est pas le cas en Algérie".
Des méthodes et des programmes en mal d'actualisation
La méthodologie et les techniques d'enseignement, de l'anglais, laissent elles aussià désirer, selon notre interlocutrice. "Lescours d'anglais en Algérie, sont basés surl'écrit et l'apprentissage par coeur", note-telleà ce sujet, en donnant comme exemple,les étudiants reçus à EF Algérie. Cesderniers ont eu "des formations dont la méthodologie tournait autour de l'apprentissagepar coeur, de la grammaire et duvocabulaire, et qui était éloignée de l'anglais parlé de tous les jours", explique-telle.Ce système, dans lequel "on n'insiste pas assez sur l'oral", permet "d'apprendreles règles de grammaire", ce qui n'est passuffisant, pour "parler dans la rue, pourdemander son chemin à Londres, par exemple",estime la directrice d'EF Algérie.
Le manque d'actualisation des programmes et techniques d'enseignement de l'anglais est une autre entrave au développement de la langue, dans le pays, d'après Flora Stienne, pour qui l'apprentissage de cette langue se fait de plus en plus sur des supports nouveaux, comme les applicationset appareils électroniques. Les écoles de langues privées sont de plusen plus nombreuses, mais toutes n'offrent pas une bonne qualité d'enseignement de l'anglais. "Il y a de plus en plus d'écolesde langues ouvertes, mais pour quelle qualité ?", s'interroge Mme Stienne, constatantque dans nombre de ces écoles, les professeurs n'ont pas le niveau requis pour enseigner. "J'ai vu des écoles avec des professeursqui ont le niveau A1 ou A2, quicorrespondent à un niveau débutant, aveclequel on ne peut pas enseigner", déploret-elle.
Le français et l'anglais en concurrence directe
La piètre maîtrise de l'anglais par les Algériens est, en partie, due à la "grande place" qu'occupe la langue française dansle pays, selon la directrice d'EF Algérie."Une bonne partie de la population est francophone, et les parents transmettent cette langue à leurs enfants", explique-telle,rappelant la "nécessité" qu'ont lesAlgériens, de maîtriser le français, notamment dans les universités.Les places, toutes aussi mauvaises, occupéespar les pays voisins dans le classement EPI est un argument en faveur de cette hypothèse, pour notre interlocutrice qui y voit la manifestation du "même phénomène". "Ce sont des pays naturellement tournés vers le français, et où cette langueprend beaucoup de place, alors que l'apprentissagede l'anglais n'y est pas systématiquedans le primaire", détaille-t-elle.
Les jeunes et les habitantsdu sud, meilleurs en anglaisToutefois, "le français perd déjà du terrain au profit des autres langues et à l'avenir, les Algériens parleront plus anglais", préditFlora Stienne, se basant sur son constat concernant les nouvelles générations. Celles-ci sont, d'après elle, "de plusen plus connectées, et de plus en plus enimmersion, dans le monde anglophone", ce qui en fait de meilleurs locuteurs del'anglais."Les jeunes, appartenant à latranche d'âge 18-25 ans, parlent mieuxanglais et s'y intéressent plus", avance Mme Stienne.
Un constat "personnel", quia besoin d'être confirmé par des étudesplus poussées, selon elle.En plus de ces disparités générationnellesdans la maîtrise de l'anglais par lesAlgériens, d'autres, géographiques, sont signalées par Mme Stienne. "Les habitantsdes wilayas du sud parlent mieuxanglais, car ils sont en contact avec denombreuses compagnies étrangères, gazières et pétrolières notamment, et qui ont besoin d'anglophones", affirme-t-elle. Dans ces wilayas, "l'anglais gagne du terrainaux dépens du français", pour la directriced'EF Algérie, qui voit en l'existenced'un "American corner" (Centre culturelaméricain), une preuve de l'intérêt des habitants de la région, pour l'anglais et de la volonté de l'ambassade américaine d'y promouvoir cette langue.
Une contre-performance que Flora Stienne, ancienne présidente deCampus France Algérie et actuelledirectrice d'Education First Algérie,explique par plusieurs facteurs, dont leplus important, d'après elle, est le peud'intérêt que portent les Algériens pourcette langue."Le principal souci de
l'Algérie est qu'ellene fait pas assez la promotion des languesétrangères, en particulier de l'anglais",explique-t-elle, ajoutant qu'"il n'y a pasencore de volonté assez forte, de former desbilingues ou des trilingues, à la sortie del'école". Ce manque d'intérêt pour l'anglais,se reflète dans l'âge auquel un enfantalgérien commence à apprendre cettelangue. L'enseignement de celle-ci n'étant"pas systématique au primaire", ce quiempêche les jeunes Algériens de progresserrapidement car, d'après Mme Stienne,"plus on apprend l'anglais jeune, mieuxon le maîtrise mais, malheureusement, cen'est pas le cas en Algérie".
Des méthodes et des programmes en mal d'actualisation
La méthodologie et les techniques d'enseignement, de l'anglais, laissent elles aussià désirer, selon notre interlocutrice. "Lescours d'anglais en Algérie, sont basés surl'écrit et l'apprentissage par coeur", note-telleà ce sujet, en donnant comme exemple,les étudiants reçus à EF Algérie. Cesderniers ont eu "des formations dont la méthodologie tournait autour de l'apprentissagepar coeur, de la grammaire et duvocabulaire, et qui était éloignée de l'anglais parlé de tous les jours", explique-telle.Ce système, dans lequel "on n'insiste pas assez sur l'oral", permet "d'apprendreles règles de grammaire", ce qui n'est passuffisant, pour "parler dans la rue, pourdemander son chemin à Londres, par exemple",estime la directrice d'EF Algérie.
Le manque d'actualisation des programmes et techniques d'enseignement de l'anglais est une autre entrave au développement de la langue, dans le pays, d'après Flora Stienne, pour qui l'apprentissage de cette langue se fait de plus en plus sur des supports nouveaux, comme les applicationset appareils électroniques. Les écoles de langues privées sont de plusen plus nombreuses, mais toutes n'offrent pas une bonne qualité d'enseignement de l'anglais. "Il y a de plus en plus d'écolesde langues ouvertes, mais pour quelle qualité ?", s'interroge Mme Stienne, constatantque dans nombre de ces écoles, les professeurs n'ont pas le niveau requis pour enseigner. "J'ai vu des écoles avec des professeursqui ont le niveau A1 ou A2, quicorrespondent à un niveau débutant, aveclequel on ne peut pas enseigner", déploret-elle.
Le français et l'anglais en concurrence directe
La piètre maîtrise de l'anglais par les Algériens est, en partie, due à la "grande place" qu'occupe la langue française dansle pays, selon la directrice d'EF Algérie."Une bonne partie de la population est francophone, et les parents transmettent cette langue à leurs enfants", explique-telle,rappelant la "nécessité" qu'ont lesAlgériens, de maîtriser le français, notamment dans les universités.Les places, toutes aussi mauvaises, occupéespar les pays voisins dans le classement EPI est un argument en faveur de cette hypothèse, pour notre interlocutrice qui y voit la manifestation du "même phénomène". "Ce sont des pays naturellement tournés vers le français, et où cette langueprend beaucoup de place, alors que l'apprentissagede l'anglais n'y est pas systématiquedans le primaire", détaille-t-elle.
Les jeunes et les habitantsdu sud, meilleurs en anglaisToutefois, "le français perd déjà du terrain au profit des autres langues et à l'avenir, les Algériens parleront plus anglais", préditFlora Stienne, se basant sur son constat concernant les nouvelles générations. Celles-ci sont, d'après elle, "de plusen plus connectées, et de plus en plus enimmersion, dans le monde anglophone", ce qui en fait de meilleurs locuteurs del'anglais."Les jeunes, appartenant à latranche d'âge 18-25 ans, parlent mieuxanglais et s'y intéressent plus", avance Mme Stienne.
Un constat "personnel", quia besoin d'être confirmé par des étudesplus poussées, selon elle.En plus de ces disparités générationnellesdans la maîtrise de l'anglais par lesAlgériens, d'autres, géographiques, sont signalées par Mme Stienne. "Les habitantsdes wilayas du sud parlent mieuxanglais, car ils sont en contact avec denombreuses compagnies étrangères, gazières et pétrolières notamment, et qui ont besoin d'anglophones", affirme-t-elle. Dans ces wilayas, "l'anglais gagne du terrainaux dépens du français", pour la directriced'EF Algérie, qui voit en l'existenced'un "American corner" (Centre culturelaméricain), une preuve de l'intérêt des habitants de la région, pour l'anglais et de la volonté de l'ambassade américaine d'y promouvoir cette langue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.