Affaire «Tahkout»: Liberté provisoire pour le ministre du Tourisme    Quel dialogue national ?    Pour la 21ème semaine consécutive: Les étudiants poursuivent les manifestations    Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet    Tlemcen: Gendarmerie et police enquêtent à la CCLS    Une médiation morte avant de commencer    Equipe nationale: Cap sur le Sénégal    Les cinq clés de la réussite de l'Algérie    Constantine - Premier vol vers les Lieux Saints de l'Islam demain    Université «Mohamed Boudiaf»: 3.500 nouveaux bacheliers attendus    Douze accidents de la route en 48 heures    Chakib Khelil et le scandale Panama Papers    Energie nucléaire : Réalisation prochaine d'une station de production de l'électricité    Energies renouvelables : Sonelgaz possède l'expérience nécessaire pour accompagner le programme national    Les opérateurs intéressés bénéficieront de l'accompagnement public    La Tunisie toujours attractive    Karim Younes confirme sa présence    Les pays de l'UE à la recherche d'une approche commune à l'endroit de l'Iran    Al-Assad promet de poursuivre les efforts pour former un comité constitutionnel    Une guerre US contre l'Iran entraînera un déluge de missiles sur Israël    Algérie Motors annone l'arrivée du C400 X et le C400 GT    Une plateforme anticorruption contre 8.000 fonctionnaires    Italie : Les dessous du déplacement de Salvini à Washington    Algérie-Mali : Le ministre malien des AE en visite de travail à Alger    Le successeur d'Ouyahia connu ce samedi    La meilleure voie de voir l'Algérie de demain    CAN-2019: Les "Verts" droit au but    Le club NRAI El Harrach remporte le trophée    Afflux record au stade au 5 juillet    CAN-2019 : les Verts en finale    Le Real Madrid annonce la mort du frère de Zineddine Zidane    Ambiance : L'Algérie, entre liesse populaire et rêve de deuxième étoile    Cour suprême : Abdelkader Benmessaoud mis en liberté provisoire    Marches des étudiants à Alger    Baisse drastique des réserves de change    Conseil interministériel élargi : Examen des préparatifs de la prochaine rentrée sociale    Lancement d'une campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Près de 700 millions de DA de marchandises non facturées mises sur le marché    14 orpailleurs arrêtés à Tamanrasset et Bordj Badji Mokhtar    Programme d'activités estivales : Cap sur la grande bleue    Exposition collective d'arts plastiques    30 wilayas au Salon national des arts traditionnels et cultures populaires    Regain de créativité théâtrale pour enfants    Un mythe, des voyages hors du commun    Participation de plus de 20 wilayas    Exposition collective d'artistes peintres des wilayas de l'Ouest    .sortir ...sortir ...sortir ...    L'autofiction, une quête de soi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pourquoi les Algériens sont les derniers de la classe?
Maîtrise de l'Anglais dans le monde
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 11 - 2018

L'Algérie s'est classée à la 8e place sur 88 pays, dansl'English Proficiency Index(EPI), "plus grande étudemondiale sur les compétencesen anglais", établie par lamultinationale del'enseignement des langues etdu séjour linguistique,Education First (EF).
L'Algérie s'est classée à la 8e place sur 88 pays, dansl'English Proficiency Index(EPI), "plus grande étudemondiale sur les compétencesen anglais", établie par lamultinationale del'enseignement des langues etdu séjour linguistique,Education First (EF).
Une contre-performance que Flora Stienne, ancienne présidente deCampus France Algérie et actuelledirectrice d'Education First Algérie,explique par plusieurs facteurs, dont leplus important, d'après elle, est le peud'intérêt que portent les Algériens pourcette langue."Le principal souci de
l'Algérie est qu'ellene fait pas assez la promotion des languesétrangères, en particulier de l'anglais",explique-t-elle, ajoutant qu'"il n'y a pasencore de volonté assez forte, de former desbilingues ou des trilingues, à la sortie del'école". Ce manque d'intérêt pour l'anglais,se reflète dans l'âge auquel un enfantalgérien commence à apprendre cettelangue. L'enseignement de celle-ci n'étant"pas systématique au primaire", ce quiempêche les jeunes Algériens de progresserrapidement car, d'après Mme Stienne,"plus on apprend l'anglais jeune, mieuxon le maîtrise mais, malheureusement, cen'est pas le cas en Algérie".
Des méthodes et des programmes en mal d'actualisation
La méthodologie et les techniques d'enseignement, de l'anglais, laissent elles aussià désirer, selon notre interlocutrice. "Lescours d'anglais en Algérie, sont basés surl'écrit et l'apprentissage par coeur", note-telleà ce sujet, en donnant comme exemple,les étudiants reçus à EF Algérie. Cesderniers ont eu "des formations dont la méthodologie tournait autour de l'apprentissagepar coeur, de la grammaire et duvocabulaire, et qui était éloignée de l'anglais parlé de tous les jours", explique-telle.Ce système, dans lequel "on n'insiste pas assez sur l'oral", permet "d'apprendreles règles de grammaire", ce qui n'est passuffisant, pour "parler dans la rue, pourdemander son chemin à Londres, par exemple",estime la directrice d'EF Algérie.
Le manque d'actualisation des programmes et techniques d'enseignement de l'anglais est une autre entrave au développement de la langue, dans le pays, d'après Flora Stienne, pour qui l'apprentissage de cette langue se fait de plus en plus sur des supports nouveaux, comme les applicationset appareils électroniques. Les écoles de langues privées sont de plusen plus nombreuses, mais toutes n'offrent pas une bonne qualité d'enseignement de l'anglais. "Il y a de plus en plus d'écolesde langues ouvertes, mais pour quelle qualité ?", s'interroge Mme Stienne, constatantque dans nombre de ces écoles, les professeurs n'ont pas le niveau requis pour enseigner. "J'ai vu des écoles avec des professeursqui ont le niveau A1 ou A2, quicorrespondent à un niveau débutant, aveclequel on ne peut pas enseigner", déploret-elle.
Le français et l'anglais en concurrence directe
La piètre maîtrise de l'anglais par les Algériens est, en partie, due à la "grande place" qu'occupe la langue française dansle pays, selon la directrice d'EF Algérie."Une bonne partie de la population est francophone, et les parents transmettent cette langue à leurs enfants", explique-telle,rappelant la "nécessité" qu'ont lesAlgériens, de maîtriser le français, notamment dans les universités.Les places, toutes aussi mauvaises, occupéespar les pays voisins dans le classement EPI est un argument en faveur de cette hypothèse, pour notre interlocutrice qui y voit la manifestation du "même phénomène". "Ce sont des pays naturellement tournés vers le français, et où cette langueprend beaucoup de place, alors que l'apprentissagede l'anglais n'y est pas systématiquedans le primaire", détaille-t-elle.
Les jeunes et les habitantsdu sud, meilleurs en anglaisToutefois, "le français perd déjà du terrain au profit des autres langues et à l'avenir, les Algériens parleront plus anglais", préditFlora Stienne, se basant sur son constat concernant les nouvelles générations. Celles-ci sont, d'après elle, "de plusen plus connectées, et de plus en plus enimmersion, dans le monde anglophone", ce qui en fait de meilleurs locuteurs del'anglais."Les jeunes, appartenant à latranche d'âge 18-25 ans, parlent mieuxanglais et s'y intéressent plus", avance Mme Stienne.
Un constat "personnel", quia besoin d'être confirmé par des étudesplus poussées, selon elle.En plus de ces disparités générationnellesdans la maîtrise de l'anglais par lesAlgériens, d'autres, géographiques, sont signalées par Mme Stienne. "Les habitantsdes wilayas du sud parlent mieuxanglais, car ils sont en contact avec denombreuses compagnies étrangères, gazières et pétrolières notamment, et qui ont besoin d'anglophones", affirme-t-elle. Dans ces wilayas, "l'anglais gagne du terrainaux dépens du français", pour la directriced'EF Algérie, qui voit en l'existenced'un "American corner" (Centre culturelaméricain), une preuve de l'intérêt des habitants de la région, pour l'anglais et de la volonté de l'ambassade américaine d'y promouvoir cette langue.
Une contre-performance que Flora Stienne, ancienne présidente deCampus France Algérie et actuelledirectrice d'Education First Algérie,explique par plusieurs facteurs, dont leplus important, d'après elle, est le peud'intérêt que portent les Algériens pourcette langue."Le principal souci de
l'Algérie est qu'ellene fait pas assez la promotion des languesétrangères, en particulier de l'anglais",explique-t-elle, ajoutant qu'"il n'y a pasencore de volonté assez forte, de former desbilingues ou des trilingues, à la sortie del'école". Ce manque d'intérêt pour l'anglais,se reflète dans l'âge auquel un enfantalgérien commence à apprendre cettelangue. L'enseignement de celle-ci n'étant"pas systématique au primaire", ce quiempêche les jeunes Algériens de progresserrapidement car, d'après Mme Stienne,"plus on apprend l'anglais jeune, mieuxon le maîtrise mais, malheureusement, cen'est pas le cas en Algérie".
Des méthodes et des programmes en mal d'actualisation
La méthodologie et les techniques d'enseignement, de l'anglais, laissent elles aussià désirer, selon notre interlocutrice. "Lescours d'anglais en Algérie, sont basés surl'écrit et l'apprentissage par coeur", note-telleà ce sujet, en donnant comme exemple,les étudiants reçus à EF Algérie. Cesderniers ont eu "des formations dont la méthodologie tournait autour de l'apprentissagepar coeur, de la grammaire et duvocabulaire, et qui était éloignée de l'anglais parlé de tous les jours", explique-telle.Ce système, dans lequel "on n'insiste pas assez sur l'oral", permet "d'apprendreles règles de grammaire", ce qui n'est passuffisant, pour "parler dans la rue, pourdemander son chemin à Londres, par exemple",estime la directrice d'EF Algérie.
Le manque d'actualisation des programmes et techniques d'enseignement de l'anglais est une autre entrave au développement de la langue, dans le pays, d'après Flora Stienne, pour qui l'apprentissage de cette langue se fait de plus en plus sur des supports nouveaux, comme les applicationset appareils électroniques. Les écoles de langues privées sont de plusen plus nombreuses, mais toutes n'offrent pas une bonne qualité d'enseignement de l'anglais. "Il y a de plus en plus d'écolesde langues ouvertes, mais pour quelle qualité ?", s'interroge Mme Stienne, constatantque dans nombre de ces écoles, les professeurs n'ont pas le niveau requis pour enseigner. "J'ai vu des écoles avec des professeursqui ont le niveau A1 ou A2, quicorrespondent à un niveau débutant, aveclequel on ne peut pas enseigner", déploret-elle.
Le français et l'anglais en concurrence directe
La piètre maîtrise de l'anglais par les Algériens est, en partie, due à la "grande place" qu'occupe la langue française dansle pays, selon la directrice d'EF Algérie."Une bonne partie de la population est francophone, et les parents transmettent cette langue à leurs enfants", explique-telle,rappelant la "nécessité" qu'ont lesAlgériens, de maîtriser le français, notamment dans les universités.Les places, toutes aussi mauvaises, occupéespar les pays voisins dans le classement EPI est un argument en faveur de cette hypothèse, pour notre interlocutrice qui y voit la manifestation du "même phénomène". "Ce sont des pays naturellement tournés vers le français, et où cette langueprend beaucoup de place, alors que l'apprentissagede l'anglais n'y est pas systématiquedans le primaire", détaille-t-elle.
Les jeunes et les habitantsdu sud, meilleurs en anglaisToutefois, "le français perd déjà du terrain au profit des autres langues et à l'avenir, les Algériens parleront plus anglais", préditFlora Stienne, se basant sur son constat concernant les nouvelles générations. Celles-ci sont, d'après elle, "de plusen plus connectées, et de plus en plus enimmersion, dans le monde anglophone", ce qui en fait de meilleurs locuteurs del'anglais."Les jeunes, appartenant à latranche d'âge 18-25 ans, parlent mieuxanglais et s'y intéressent plus", avance Mme Stienne.
Un constat "personnel", quia besoin d'être confirmé par des étudesplus poussées, selon elle.En plus de ces disparités générationnellesdans la maîtrise de l'anglais par lesAlgériens, d'autres, géographiques, sont signalées par Mme Stienne. "Les habitantsdes wilayas du sud parlent mieuxanglais, car ils sont en contact avec denombreuses compagnies étrangères, gazières et pétrolières notamment, et qui ont besoin d'anglophones", affirme-t-elle. Dans ces wilayas, "l'anglais gagne du terrainaux dépens du français", pour la directriced'EF Algérie, qui voit en l'existenced'un "American corner" (Centre culturelaméricain), une preuve de l'intérêt des habitants de la région, pour l'anglais et de la volonté de l'ambassade américaine d'y promouvoir cette langue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.