Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le gouvernement rappelé à l'ordre
Déclaration de politique générale devant l'APN
Publié dans Le Midi Libre le 08 - 02 - 2017

Le gouvernement rechigne apparemment à souscrire à certaines de ses obligations constitutionnelles. Une omission qui lui a été rappelée une fois encore.
Le gouvernement rechigne apparemment à souscrire à certaines de ses obligations constitutionnelles. Une omission qui lui a été rappelée une fois encore.
S'agissant de son obligation à présenter annuellement sa déclaration de politique générale à l'Assemblée populaire nationale (APN), le gouvernement a été, en effet, pris en porte à faux avec une disposition constitutionnelle. La députée du groupe parlementaire de l'Alliance de l'Algérie verte (AAV), Noura Kherbouche, a, à cet effet, adressé une question écrite au Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans laquelle elle l'interpelle sur cette omission.
Une omission, comme l'a rappelé la députée, qui s'est étalée sur les trois dernières années. Durant les années 2014, 2015 et 2016, le gouvernement n'a pas présenté devant les députés de l'APN la déclaration de politique générale s'inscrivant, ainsi, en porte à faux avec l'article 98 de la Constitution.
"Le gouvernement doit présenter annuellement à l'Assemblée populaire nationale, une déclaration de politique générale. La déclaration de politique générale donne lieu à débat sur l'action du Gouvernement. Ce débat peut s'achever par une résolution. Il peut également donner lieu au dépôt d'une motion de censure par l'Assemblée populaire nationale conformément aux dispositions des articles 153, 154 et 155 ci-dessous.
Le Premier ministre peut demander à l'Assemblée populaire nationale un vote de confiance. Si la motion de confiance n'est pas votée, le Premier ministre présente la démission du gouvernement. Dans ce cas, le président de la République peut, avant l'acceptation de la démission, faire usage des dispositions de l'article 147 ci-dessous.
Le gouvernement peut également présenter au Conseil de la nation une déclaration de politique générale" stipule, en effet, cet article de la loi fondamentale. "Quelles sont les raisons politiques, juridiques et constitutionnelles sur lesquelles vous vous basez pour enfreindre un texte constitutionnel clair ?" questionne la députée le Premier ministre.
"Quels sont les motifs politiques et le socle juridique qui vous ont autorisés d'agir en dehors de la politique générale du gouvernement adoptée par le Parlement en 2013 ?" s'interroge encore Noura Kherbouche. Dans la foulée elle lui pose encore une troisième et dernière question :
"Quelles sont les raisons qui vous ont poussés à retarder cette déclaration annuelle des années 2014, 2015 et 2016 ?" Elle reproche à Abdelmalek Sellal d'avoir initié nombre de politiques qui exigeaient l'approbation du Parlement conformément à la souveraineté populaire et la prérogative de contrôle qu'exerce le Parlement sur l'action du gouvernement.
La députée donne quelques exemples de dispositions initiées par le gouvernement et prises en dehors de la politique générale du gouvernement telle que présentée devant le Parlement en 2013. Elle cite l'exemple de la nouvelle politique économique, le gel de nombreux grands projets ainsi que le projet de loi sur la retraite.
En vérité ce n'est pas la première fois que les députés montent au créneau pour rappeler au gouvernement ses obligations constitutionnelles. Avant Abdelmalek Sellal, Ahmed Ouyahia ou Abdelaziz Belkhadem, se sont eux aussi vus signifier ce manquement à souscrire à cette obligation constitutionnelle qui les oblige à présenter, chaque année, une déclaration de politique générale devant les députés conformément à l'article 98 de la Constitution.
S'agissant de son obligation à présenter annuellement sa déclaration de politique générale à l'Assemblée populaire nationale (APN), le gouvernement a été, en effet, pris en porte à faux avec une disposition constitutionnelle. La députée du groupe parlementaire de l'Alliance de l'Algérie verte (AAV), Noura Kherbouche, a, à cet effet, adressé une question écrite au Premier ministre, Abdelmalek Sellal, dans laquelle elle l'interpelle sur cette omission.
Une omission, comme l'a rappelé la députée, qui s'est étalée sur les trois dernières années. Durant les années 2014, 2015 et 2016, le gouvernement n'a pas présenté devant les députés de l'APN la déclaration de politique générale s'inscrivant, ainsi, en porte à faux avec l'article 98 de la Constitution.
"Le gouvernement doit présenter annuellement à l'Assemblée populaire nationale, une déclaration de politique générale. La déclaration de politique générale donne lieu à débat sur l'action du Gouvernement. Ce débat peut s'achever par une résolution. Il peut également donner lieu au dépôt d'une motion de censure par l'Assemblée populaire nationale conformément aux dispositions des articles 153, 154 et 155 ci-dessous.
Le Premier ministre peut demander à l'Assemblée populaire nationale un vote de confiance. Si la motion de confiance n'est pas votée, le Premier ministre présente la démission du gouvernement. Dans ce cas, le président de la République peut, avant l'acceptation de la démission, faire usage des dispositions de l'article 147 ci-dessous.
Le gouvernement peut également présenter au Conseil de la nation une déclaration de politique générale" stipule, en effet, cet article de la loi fondamentale. "Quelles sont les raisons politiques, juridiques et constitutionnelles sur lesquelles vous vous basez pour enfreindre un texte constitutionnel clair ?" questionne la députée le Premier ministre.
"Quels sont les motifs politiques et le socle juridique qui vous ont autorisés d'agir en dehors de la politique générale du gouvernement adoptée par le Parlement en 2013 ?" s'interroge encore Noura Kherbouche. Dans la foulée elle lui pose encore une troisième et dernière question :
"Quelles sont les raisons qui vous ont poussés à retarder cette déclaration annuelle des années 2014, 2015 et 2016 ?" Elle reproche à Abdelmalek Sellal d'avoir initié nombre de politiques qui exigeaient l'approbation du Parlement conformément à la souveraineté populaire et la prérogative de contrôle qu'exerce le Parlement sur l'action du gouvernement.
La députée donne quelques exemples de dispositions initiées par le gouvernement et prises en dehors de la politique générale du gouvernement telle que présentée devant le Parlement en 2013. Elle cite l'exemple de la nouvelle politique économique, le gel de nombreux grands projets ainsi que le projet de loi sur la retraite.
En vérité ce n'est pas la première fois que les députés montent au créneau pour rappeler au gouvernement ses obligations constitutionnelles. Avant Abdelmalek Sellal, Ahmed Ouyahia ou Abdelaziz Belkhadem, se sont eux aussi vus signifier ce manquement à souscrire à cette obligation constitutionnelle qui les oblige à présenter, chaque année, une déclaration de politique générale devant les députés conformément à l'article 98 de la Constitution.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.