Dynamiques de la Société civile: La rencontre du 24 août vise l'élaboration d'une feuille de route "consensuelle" affirme Lyes Merabet    Farida Benyahia à Bouira : La lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé, "une des priorités persistante pour la justice"    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Parc automobile : Légère hausse des immatriculations et ré-immatriculations    Une campagne vouée a l'échec    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Or noir : Les USA renforcent leur présence sur les sites pétroliers en Syrie    Brésil: Première titularisation pour Dani Alves avec Sao Paulo    Transferts: L'Algérien Guedioura rejoint Al-Gharafa pour deux saisons    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    "C'est en bonne voie"    17.200 Seat vendues en 7 mois    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    "On veut nos salaires !"    "L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité"    Transfert de contrôle à l'Agence nationale    Décès de 20 hadjis algériens    Sidi Mezghich (Skikda) : Les habitants de Boutamina bloquent la RN 85    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Judo : deux nouvelles médailles pour l'Algérie    Delort buteur, Abeid signe ses débuts avec Nantes    Le match contre ses détracteurs    Réception fin 2019 des projets annexes du barrage Ouarkis    Lutte contre la corruption et la récupération de l'argent pillé    Près de 2 millions de déplacés rentrent chez eux depuis 2015    Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats    20 AOUT 1956, LE CONGRES DE LA SOUMMAM : Le tournant décisif    Le documentaire Tideles projeté en avant-première    Anime un concert à Alger    VISA POUR LA FRANCE : Changement des délais de traitement des demandes    Le corps d'un baigneur retrouvé sur une plage près de Ouréah    Le ministère de l'Intérieur suspend ses activités à Aden    Moscou accuse Washington d'y avoir alloué des fonds    De plus en plus d'étudiants algériens dans les universités allemandes    Gratuité de transport pour 720 handicapés    La mer artistique de Mohammed Bakli    Cheba Farida priée de quitter la scène illico presto    Hassen Ferhani doublement primé au Festival de Locarno    Une marche pour réclamer le retour aux principes de la Soummam    CRB - NCM, aujourd'hui à 21h00: Tout pour une 1re victoire    En amical: NAHD-WAB, aujourd'hui à 17h: Boufarik pour préparer l'ASO    Tlemcen : 400 hectares de forêt ravagés par le feu    Jeux Africains : La sauteuse Arar accréditée à Rabat    Tébessa: L'OPGI, les loyers impayés et le reste    Embouteillages monstres aux accès de la capitale Les retraités de l'ANP empêchés d'atteindre Alger    Karim Younes: Le Panel «ne parle pas au nom peuple, du hirak ou du pouvoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouyahia face aux députés
Plan d'action du gouvernement
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 09 - 2017

Le Plan d'action du gouvernement sera, donc, présenté aujourd'hui par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, devant l'Assemblée populaire nationale (APN).
Le Plan d'action du gouvernement sera, donc, présenté aujourd'hui par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, devant l'Assemblée populaire nationale (APN).
Le Premier ministre est très confiant car il dispose d'une majorité absolue à la Chambre basse du Parlement. Les députés du FLN, du RND, du MPA et de TAJ, qui ont d'ores et déjà annoncé leur totale soutien au Premier ministre, vont voter en faveur de ce document. C'est dire que l'opposition, minoritaire, ne pourra nullement constituer un écueil.
Les députés de l'opposition auront, toutefois, l'opportunité, comme cela a toujours été le cas, de formuler leurs critiques puisqu'ils ont annoncé la couleur il y a quelques jours lorsque le plan d'action du gouvernement a été rendu public par l'Exécutif. Aujourd'hui, demain et après demain, les députés vont débattre et donner leur avis en laissant la place, jeudi prochain, à Ouyahia pour répondre aux critiques et préoccupations.
C'est jeudi aussi que le document sera adopté en séance plénière. Ce document constitue une véritable feuille de route pour la poursuite de la mise en oeuvre du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, lancé en 2014 et qui s'articule autour de plusieurs axes, notamment la consolidation de la démocratie, la préservation des acquis sociaux et la promotion d'une économie diversifiée libérée de la dépendance aux hydrocarbures.
Le gouvernement s'engage à poursuivre la politique nationale de développement social à travers, notamment, la promotion des secteurs de l'éducation, de la santé, la préservation du système de la sécurité sociale, la réduction du taux dechômage, la préservation de la politiquede solidarité nationale ainsi que la promotionde la femme et de la jeunesse.
Au volet économique, le gouvernement aprévu une série de mesures visant à améliorerla gouvernance financière du pays,en passant par la modernisation de l'administrationdes finances, du secteur bancaireet du marché financier, dont notammentune nouvelle mesure qui consisteau recours exceptionnel et transitoire au financement non conventionnel destinéexclusivement au budget d'investissement.Pour ce qui est des finances publiques, la démarche du gouvernement s'articule sur trois axes, à savoir la maîtrise de ladépense publique, l'amélioration de lacollecte des ressources fiscales ordinaires,ainsi que l'amélioration de la gestion dudomaine public de l'Etat.
A cet égard, le gouvernement poursuivrala démarche de redressement des équilibres du budget de l'Etat, en s'appuyantsur la feuille de route adoptée par leConseil des ministres en juillet 2016.Cette feuille de route prévoit plusieursréformes qui se déclinent à travers uneréforme de l'administration fiscale pouraméliorer les recouvrements, la mise en place de la fiscalité locale, une gestionpluriannuelle du budget de l'Etat, unerationalisation des dépenses publiqueslimitant au maximum les dépenses defonctionnement et une réforme de la politique des subventions publiques.
Pour ce qui est du recours au financement non conventionnel, il sera dédié exclusivement vers le budget d'investissement de l'Etat et non pas vers les dépenses defonctionnement.Dans le but de maîtriser les dépenses budgétaires,la démarche du gouvernement s'appuiera sur la rationalisation desdépenses publiques de subventions auprofit de la population, l'amélioration del'environnement des affaires et la facilitationdes investissements productifs desbiens et services figurent égalementparmi les priorités du plan d'action dugouvernement en vue de maintenir ladynamique de la croissance et la progressiondans le développement des exportations hors secteur des hydrocarbures.
Avant de présenter son Plan d'actiondevant la Chambre basse du Parlement,M. Ouyahia a tenu mardi dernier, auPalais du gouvernement, une réunionavec les chefs des partis de la majoritéparlementaire en présence des responsablesdu parti du Front de libération nationale(FLN), du Rassemblement national démocratique (RND), de Tajamou Amal al-Jazair (TAJ) et du Mouvement populaire algérien (MPA), ainsi que des présidentsdes groupes parlementaires de ces quatre partis.
Le Premier ministre est très confiant car il dispose d'une majorité absolue à la Chambre basse du Parlement. Les députés du FLN, du RND, du MPA et de TAJ, qui ont d'ores et déjà annoncé leur totale soutien au Premier ministre, vont voter en faveur de ce document. C'est dire que l'opposition, minoritaire, ne pourra nullement constituer un écueil.
Les députés de l'opposition auront, toutefois, l'opportunité, comme cela a toujours été le cas, de formuler leurs critiques puisqu'ils ont annoncé la couleur il y a quelques jours lorsque le plan d'action du gouvernement a été rendu public par l'Exécutif. Aujourd'hui, demain et après demain, les députés vont débattre et donner leur avis en laissant la place, jeudi prochain, à Ouyahia pour répondre aux critiques et préoccupations.
C'est jeudi aussi que le document sera adopté en séance plénière. Ce document constitue une véritable feuille de route pour la poursuite de la mise en oeuvre du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, lancé en 2014 et qui s'articule autour de plusieurs axes, notamment la consolidation de la démocratie, la préservation des acquis sociaux et la promotion d'une économie diversifiée libérée de la dépendance aux hydrocarbures.
Le gouvernement s'engage à poursuivre la politique nationale de développement social à travers, notamment, la promotion des secteurs de l'éducation, de la santé, la préservation du système de la sécurité sociale, la réduction du taux dechômage, la préservation de la politiquede solidarité nationale ainsi que la promotionde la femme et de la jeunesse.
Au volet économique, le gouvernement aprévu une série de mesures visant à améliorerla gouvernance financière du pays,en passant par la modernisation de l'administrationdes finances, du secteur bancaireet du marché financier, dont notammentune nouvelle mesure qui consisteau recours exceptionnel et transitoire au financement non conventionnel destinéexclusivement au budget d'investissement.Pour ce qui est des finances publiques, la démarche du gouvernement s'articule sur trois axes, à savoir la maîtrise de ladépense publique, l'amélioration de lacollecte des ressources fiscales ordinaires,ainsi que l'amélioration de la gestion dudomaine public de l'Etat.
A cet égard, le gouvernement poursuivrala démarche de redressement des équilibres du budget de l'Etat, en s'appuyantsur la feuille de route adoptée par leConseil des ministres en juillet 2016.Cette feuille de route prévoit plusieursréformes qui se déclinent à travers uneréforme de l'administration fiscale pouraméliorer les recouvrements, la mise en place de la fiscalité locale, une gestionpluriannuelle du budget de l'Etat, unerationalisation des dépenses publiqueslimitant au maximum les dépenses defonctionnement et une réforme de la politique des subventions publiques.
Pour ce qui est du recours au financement non conventionnel, il sera dédié exclusivement vers le budget d'investissement de l'Etat et non pas vers les dépenses defonctionnement.Dans le but de maîtriser les dépenses budgétaires,la démarche du gouvernement s'appuiera sur la rationalisation desdépenses publiques de subventions auprofit de la population, l'amélioration del'environnement des affaires et la facilitationdes investissements productifs desbiens et services figurent égalementparmi les priorités du plan d'action dugouvernement en vue de maintenir ladynamique de la croissance et la progressiondans le développement des exportations hors secteur des hydrocarbures.
Avant de présenter son Plan d'actiondevant la Chambre basse du Parlement,M. Ouyahia a tenu mardi dernier, auPalais du gouvernement, une réunionavec les chefs des partis de la majoritéparlementaire en présence des responsablesdu parti du Front de libération nationale(FLN), du Rassemblement national démocratique (RND), de Tajamou Amal al-Jazair (TAJ) et du Mouvement populaire algérien (MPA), ainsi que des présidentsdes groupes parlementaires de ces quatre partis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.