Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter sur les plaintes relatives aux souscriptions de signatures    Création de start-up: sept incubateurs seront opérationnels en 2020    Offensive turque contre la Syrie: nouvelle réunion mercredi du Conseil de sécurité de l'ONU    Gaïd Salah: l'Algérie aiguillée sur la bonne voie    Les instituteurs reviennent à la charge    Mandat de dépôt renouvelé pour 6 détenus    Marche du 34e mardi à Alger : Les manifestants plus déterminés que jamais    Le RCD, le FFS et le PT appellent au retrait du projet    Pleins pouvoirs à la police judiciaire    L'Opep maintient le cap    L'autre dossier brûlant pour le gouvernement    VFS Global reprend le traitement des demandes    Promesses d'une révolution décomplexée    Les Verts au révélateur colombien    Batelli convoque 23 joueurs    Deux matchs de suspension pour Casoni    Les leaders à l'aise    250 stadiers et 400 agents de police mobilisés    Rassemblement hier à la faculté de médecine de Tizi Ouzou    L'émigration clandestine en recrudescence    Fondant au chocolat au micro-ondes    L'auteur du quadruple crime refuse de se rendre    11e Fcims à Alger: La Corée du Sud, l'Italie, la Turquie et l'Autriche à l'honneur    La chanson kabyle, vecteur des idées militantes    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Araba oua hikayat, une nouvelle comédie musicale en montage    L'Alternative démocratique dénonce la poursuite des «arrestations» de militants    Chlef : Neuf sages-femmes en renfort dans les maternités    Mostaganem : Des élevages illicites s'implantent en milieu urbain    Proche-Orient : Moscou et Riyad refondent leur coopération    MO Béjaïa : Les Crabes préparent l'ABS    Vérité et justice, réclament des associations et organisations syndicales et politiques    Une urbanisation désordonnée    Université d'Oran : Mohamed Moulfi présente son ouvrage sur la philosophie et la civilisation    Une belle exploration dans une œuvre majeure    «Une programmation professionnelle pour un festival de proximité»    Recouvrement de la fiscalité: Les chiffres «erronés» du gouvernement    LE DICTAT DU TEMPS    Oran : Intégration de l'aquaculture en agriculture: la ferme "Moulay Abdelaziz" réalise un franc succès    Cyclisme (Tour de France): Le voile se lève après le départ de Nice    SNTF: Lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Salon national de la micro-activité : Ouverture aujourd'hui à Alger sous le thème de l'entrepreneuriat    Bordj-Bou-Arreridj : Une stratégie de création de richesses et d'emplois    Pologne : Les conservateurs remportent les élections législatives avec 45 % des voix    François Aissa Touazi : " Les Saoudiens ont pris conscience que l'instabilité régionale menace leur économie "    Brexit : "Il reste beaucoup de travail à faire", prévient Barnier    Amical Algérie-France: Rencontre aujourd'hui entre le président de la FAF et la FFF    Le parti conservateur PiS largement favori    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un bilan avant l'élection de 2019
Les walis et le gouvernement en conclave
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 11 - 2018

La rencontre des walis avec le gouvernement le 28 et 29 dece mois sera décisive. Il s'agitde faire un bilan sur lesactions menées au niveau descollectivités, mais égalementde se concentrer sur la feuillede route lancée par Bedouiavant l'élection présidentielle.
La rencontre des walis avec le gouvernement le 28 et 29 dece mois sera décisive. Il s'agitde faire un bilan sur lesactions menées au niveau descollectivités, mais égalementde se concentrer sur la feuillede route lancée par Bedouiavant l'élection présidentielle.
Une source du ministère de l'Intérieur indique que « la réunion entre legouvernement et les Walis à Algerportera sur "les dernières décisions du gouvernementconcernant les wilayas frontalièreset la préparation à l'élection présidentielleprévue en avril 2019".Mais pas que çà. Les walis seront conviésselon la même source pour "une application
stricte de la nouvelle feuille du gouvernement"et qui touche à plusieurs chantiersdont la cadence de réalisation doit êtreaccélérée. Par priorités, le gouvernementva instruire les nouveaux walis issus dudernier remaniement à "la modernisationdu service public, la lutte contre les lenteursadministratives, la promotion del'investissement local".Des axes bien choisis par le gouvernementet qui semblent depuis quelques mois sujetà des "freins et blocages" dans certainesrégions. Pour rappeler à l'ordre les gestionnairesdes collectivités locales, leministre de l'Intérieur Noureddine Bedouine va pas aller par le dos de la cuillère. Cedernier qui vient de sillonner plusieurs
régions du pays, n'a eu de cesse de rappeler"l'importance cruciale de la gestion desressources financières" à l'ombre d'unecrise qui devient de plus en plus menaçante.
Le ministre a rappelé "qu'il ne seraplus question de rallonges de budgets surdes projets qui traînent en retard" et que la"priorité sera accordée aux wilayas frontalièrespour supprimer leur isolement".Pour le gouvernement, la tâche sera ardueavec un manque de ressources alors que lesprojets "dispendieux" ne seront plus autorisés.C'est le cas de le dire avec le gel du projetde l'autoroute des Hauts-Plateaux avec uncoût énorme pour sa réalisation.Et ce n'est pas le seul projet puisque d'autres infrastructures moins importantes sont concernées par leur report de leur réalisation en raison des restrictions budgétaires. Sauf les secteurs de l'Education, de la Santé et de l'Eau, tous les autres départementsverront leurs budgets réduits aumaximum. Sur le front de la modernisation du servicepublic, le département de Bedoui est déterminé à supprimer une fois pour toutes les blocages de l'administration. "Débarrassez-nous de la bureaucratie"avait-il martelé à un wali d'une wilaya de l'Est.
Avant la fin de l'année, le ministre de l'Intérieur promet de mettre en pratique "l'administration virtuelle à travers le processus de la numérisation déjà en marche".En termes concrets, il s'agit de se débarrassede documents administratifs inutiles en allégeant au maximum les procédures, de généraliser les guichets uniques pour encourager les promoteurs d'investissements locaux. Les logement tous types confondus devront constituer l'autre priorité et aucun retard de livraison ne sera désormais permis. Le secteur privé devra bénéficier de largessesdans
l'octroi des marchés publics avec un traitement de faveur lorsqu'il est question de création d'entreprises et de Nourredine Bedoui l'avait déjà"la création d'emplois ne sera plusmains de l'Etat". Faudra-t-il encore lever les blocages sur certains secteurs où les investisseurs sont mécontents ? Les chefs d'exécutifs locaux devront s'atteler également à répondre aux doléances citoyennes quel que soit le motif. La paix sociale et la stabilité sont les enjeux sur lesquels le gouvernement misent actuellement face à certaines "menaces brandies par l'extérieur" comme l'a déclaré récemment le Premier ministre. A quelques mois du rendez-vous électoral d'avril prochain, les préparatifs seront duressort des walis pour garantir un déroulementsans faille de cette importanteéchéance.
Une source du ministère de l'Intérieur indique que « la réunion entre legouvernement et les Walis à Algerportera sur "les dernières décisions du gouvernementconcernant les wilayas frontalièreset la préparation à l'élection présidentielleprévue en avril 2019".Mais pas que çà. Les walis seront conviésselon la même source pour "une application
stricte de la nouvelle feuille du gouvernement"et qui touche à plusieurs chantiersdont la cadence de réalisation doit êtreaccélérée. Par priorités, le gouvernementva instruire les nouveaux walis issus dudernier remaniement à "la modernisationdu service public, la lutte contre les lenteursadministratives, la promotion del'investissement local".Des axes bien choisis par le gouvernementet qui semblent depuis quelques mois sujetà des "freins et blocages" dans certainesrégions. Pour rappeler à l'ordre les gestionnairesdes collectivités locales, leministre de l'Intérieur Noureddine Bedouine va pas aller par le dos de la cuillère. Cedernier qui vient de sillonner plusieurs
régions du pays, n'a eu de cesse de rappeler"l'importance cruciale de la gestion desressources financières" à l'ombre d'unecrise qui devient de plus en plus menaçante.
Le ministre a rappelé "qu'il ne seraplus question de rallonges de budgets surdes projets qui traînent en retard" et que la"priorité sera accordée aux wilayas frontalièrespour supprimer leur isolement".Pour le gouvernement, la tâche sera ardueavec un manque de ressources alors que lesprojets "dispendieux" ne seront plus autorisés.C'est le cas de le dire avec le gel du projetde l'autoroute des Hauts-Plateaux avec uncoût énorme pour sa réalisation.Et ce n'est pas le seul projet puisque d'autres infrastructures moins importantes sont concernées par leur report de leur réalisation en raison des restrictions budgétaires. Sauf les secteurs de l'Education, de la Santé et de l'Eau, tous les autres départementsverront leurs budgets réduits aumaximum. Sur le front de la modernisation du servicepublic, le département de Bedoui est déterminé à supprimer une fois pour toutes les blocages de l'administration. "Débarrassez-nous de la bureaucratie"avait-il martelé à un wali d'une wilaya de l'Est.
Avant la fin de l'année, le ministre de l'Intérieur promet de mettre en pratique "l'administration virtuelle à travers le processus de la numérisation déjà en marche".En termes concrets, il s'agit de se débarrassede documents administratifs inutiles en allégeant au maximum les procédures, de généraliser les guichets uniques pour encourager les promoteurs d'investissements locaux. Les logement tous types confondus devront constituer l'autre priorité et aucun retard de livraison ne sera désormais permis. Le secteur privé devra bénéficier de largessesdans
l'octroi des marchés publics avec un traitement de faveur lorsqu'il est question de création d'entreprises et de Nourredine Bedoui l'avait déjà"la création d'emplois ne sera plusmains de l'Etat". Faudra-t-il encore lever les blocages sur certains secteurs où les investisseurs sont mécontents ? Les chefs d'exécutifs locaux devront s'atteler également à répondre aux doléances citoyennes quel que soit le motif. La paix sociale et la stabilité sont les enjeux sur lesquels le gouvernement misent actuellement face à certaines "menaces brandies par l'extérieur" comme l'a déclaré récemment le Premier ministre. A quelques mois du rendez-vous électoral d'avril prochain, les préparatifs seront duressort des walis pour garantir un déroulementsans faille de cette importanteéchéance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.