MOUVEMENT PARTIEL DANS LE CORPS DIPLOMATIQUE : Le président Tebboune opère un changement    REVISION EXCEPTIONNELLE DES LISTES ELECTORALES : Début de l'opération dimanche    Le général Medjahed quitte la Présidence de la République    REDJEM DEMOUCHE (SIDI BEL ABBES) : Des bénéficiaires de lots à bâtir réclament les travaux de viabilisation    FORMATION PROFESSIONNELLE A MOSTAGANEM : Cap sur le secteur agricole    Le juge chargé du dossier ‘'Kamel El Bouchi'' inculpé    BENBOUZID AFFIRME : ‘'La situation sanitaire en Algérie est stable''    SAF SAF (MOSTAGANEM) : Les habitants du douar ‘'El Mgarnia'' demandent le revêtement de la route    MASCARA : Des demandeurs de logements dans la rue    Mali: appel à un retour rapide à l'ordre constitutionnel et une transition civile    Complexe Sider El Hadjar: remise en service du haut fourneau n° 2    Décès de l'historien Abdelmadjid Merdaci: Goudjil présente ses condoléances    Libye: levée "sous conditions" du blocus sur les champs et ports pétroliers    Affaire Prince Ibara: l'interdiction de recrutement infligée à l'USMA levée    Parution du livre "Béjaïa, terre des lumières" de Rachik Bouanani    Ligue 1-USMA: l'entraîneur Ciccolini attendu dimanche à bord d'un vol spécial    CAN U17 et U20 (Qualifications): les sélections nationales en stage en septembre    Covid19-Salles de sport: réouverture timide sous un strict protocole sanitaire    Quelque 3300 habitations palestiniennes démolies les six dernières années    Les 4 samedis    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    La Facebook-Solidarité !    L'alopécie    Fraude au Bac: des peines de prison à l'encontre de plusieurs individus    Covid-19: des sociétés d'assurance font un don à la PCH    Projet de musée dédié au costume traditionnel    ANP: installation du commandant de l'Ecole d'application de la reconnaissance    Tebboune adresse une instruction aux membres du gouvernement et aux responsables des corps de sécurité    Rezig préside une réunion sur la promotion des exportations de services    Le comité de village de Tighilt-Mahmoud perpétue les valeurs de "Tajmaat"    Décès du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci    Des intellectuels appellent à la libération des détenus politiques et d'opinion    Khaled Drareni emprisonné : la liberté d'expression condamnée à Alger.    Fin des épreuves aujourd'hui    Neghiz plaide la cause de Mebarakou    Entre les espoirs d'un vaccin et la baisse des stocks et de l'offre    13,4 millions de personnes ont besoin d'aide humanitaire et de protection, selon l'ONU    Le dernier délai fixé au 5 octobre    La renaissance de Mohammed Dib, le Simorgh    Le 11 septembre oublié ?    Des critères de diversité pour la catégorie «meilleur film» aux Oscars    La fille des Aurès    CORONA, l'ennemi sans nom    Vers l'abolition du règlement de Dublin sur les demandes d'asile    La JSK a déposé un recours auprès de la FAF    La traditionnelle nouba de la rentrée de Lila Borsali passe au virtuel    Détournement, dilapidation de deniers publics...: 8 ans de prison pour Ould-Abbès et 4 pour Barkat    Paix et subterfuges    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'énigmatique visite de MBS...
Son voyage est prévu pour le 6 décembre prochain
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 11 - 2018

Le Prince héritier saoudien, Mohamed ben Salmane dit MBS, a entamé jeudi 22 novembre aux Emirats Arabes unis, une tournée à l'étranger, sa première depuis l'affaire au retentissement mondial du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué le 2 octobre au consulat de son pays à Istanbul.
Le Prince héritier saoudien, Mohamed ben Salmane dit MBS, a entamé jeudi 22 novembre aux Emirats Arabes unis, une tournée à l'étranger, sa première depuis l'affaire au retentissement mondial du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué le 2 octobre au consulat de son pays à Istanbul.
Cette tournée devrait le conduire ensuite en Egypte, au Bahreïn, enTunisie et en Algérie. Il doit aussi serendre en Argentine, pour assister au sommetdu G20 où il devrait rencontrer le présidentErdogan."Cette tournée arabe intervient sur instructiondu roi saoudien Salmane benAbdelaziz, afin de renforcer les relations duRoyaume aux niveaux régional et international,et en réponse à des invitationsreçues de la part de chefs d'Etats", a indiquéle communiqué du palais royal, cité par l'agence officielle saoudienne SPA.
Contrecarrer l'axe Ankara-Doha
Pour François Aissa Touazi, expert des pays du Golfe et co-fondateur du ThinktankCapMena, "cette tournée vise àrenforcer les relations entre le royaumeet ses partenaires arabes, et s'inscritdans le cadre de la compétition entreSaoudiens et Turcs pour le leadershipdu monde sunnite". Le meurtre de Khashoggi a accentué en effet, les rivalités entre la Turquie et l'Arabie saoudite, avec en toile de fond, le leadership du monde musulman. D ' a u t a n t qu'Ankara a joué un rôle clé dans l'éclatement de l'affaire Khashoggi, qui a définit i v em e n t t e r n i l'image du Royaume et de son Prince héritier dans le m o n d e entier.La Turquie asaisi l'aff a i r e Khashoggi, pour marquer des points contre son rival saoudien. Son président Recep Tayep Erdogan a visité plusieurs paysmusulmans dont l'Algérie, avec lequel il cherche à renforcer des relations économiques et politiques, déjà fortes.
"Il faut savoir que depuis 2015, MBS s'est beaucoup investi dans les relations avec les Etats-Unis, l'Europe et l'Asie, dans le cadre de son plan de diversification économique mais, aussi, pour isoler son grandrival iranien. Il a été très peu présent dans le monde sunnite, à la différence des Turcs qui sont très actifs au Maghreb et en Afrique, ainsi que leur allié qatari. MBS entend ainsi contrecarrer l'axe Ankara- Doha. Il a conscience, que ces deux pays cherchent à occuper le terrain d'ou l'importance pour l'Arabie saoudite, de revenir en force dans la région, la Turquie est aujourd'hui, un des principaux partenaires économiques de l'Algérie ainsi qu'enTunisie, et les Qataris ont beaucoup investi au Maghreb", explique M. Touazi, auteur de l'ouvrage "Le ciel est leur limite" consacré aux pays du Golfe. Plus précisément l'Algérie, de par son import ance stratégique, et ses pos i -tions différentes de celles de Riyad sur de nombreux dossiers (Iran, Syrie), figure logiquement dans l'agenda du prince héritier MBS, estime M. Touazi. "Les sujets de discussion entre les deux pays sont nombreux.
Il y a les questions énergétiques, compte tenu du poids de l'Arabie saoudite sur le marché pétrolier. Les Algériens sont préoccupés par la baisse actuelle du prix du baril. Par ailleurs, l'Algérie est une puissance régionale et acteur majeur en Afrique, surtout sur le plan politique. La sécurité dans le Sahel pourrait également être abordée, d'autant plus que Riyad s'est engagée à soutenir financièrement la force du G5 Sahel", détaille M. Touazi. Enfin, il faut souligner que Riyad a toujours soin de respecter la position algérienne sur les crises au Moyen-Orient. Alger n'a jamais souhaité être suiveur dans les initiatives régionales de MBS,notamment dans son bras de fer avecTéhéran, notamment au Yémen et en Syrie, et réaffirmant son attachement à s e sgrands principes diplomatiques.
Baisse du prix du pétrole
Dans ce contexte, la visite de MBS à Algerpourrait faciliter le dialogue entre les deux
pays, notamment sur les questions énergétiques. L'Arabie saoudite, plus grand producteur de pétrole de l'OPEP, joue un rôlecrucial dans la fixation des prix du baril, dont dépend entièrement l'économie algérienne.
Et la visite de MBS en Algérie, tombe aumoment où les cours du pétrole poursuivent leur dégringolade. Vendredi, les prix de l'or noir ont chuté de plus belle, dans un marché menacé par la surproduction, àdeux semaines d'une réunion de l'OPEP où les Saoudiens seront sous forte pression américaine. "En réalité, les deux pays veulent avoir des relations apaisées", confirme un ancien diplomate algérien,
qui a requis l'anonymat. "L'Algérie a beaucoup d'atouts. Elle entretient des relations avec le président syrien Bachar Al Assad, et c'est l'un des rares pays sunnites qui a de bonnes relations avec l'Iran, avec qui l'Arabie saoudite est en conflit. Elle pourrait être un médiateur efficace entre les deux pays. Enfin, il ne faut pas oublier qu'Alger a été toujours le pré-carré du prince MohamedBen Naïf, le cousin de MBS, que ce dernier a écarté", et qui était très apprécié par le pouvoir algérien, poursuit l'ancien diplomate algérien. Et parmi les autres sujets qui pourraient être abordés lors de la visite de MBS à Alger, figure le développementdes relations économiques entre les deux pays, selon M. Touazi."Les échanges économiques entre les deux pays restent faibles, mais de nombreux grands Saoudiens lorgnent le potentiel du marché algérien", affirme-til.
Et contrairement à l'Arabie saoudite, la Turquie figure parmi les principaux partenaires économiques de l'Algérie. Les échanges économiques entre les deux pays avoisinent actuellement, 4 milliards dedollars (contre un peu plus de 500 millions de dollars avec l'Arabie saoudite), etdoivent "atteindre dans une première étape 5 milliards, puis 10 milliards de dollars", avait estimé M. Erdogan, lors de sa visite à Alger en février dernier. De leurs côtés,les Qataris ont multiplié les investissements dans notre pays, ces dernièresannées.
Et si l'Algérie fait partie logiquement de la liste des pays que le prince héritier saoudien a décidé de visiter dans le cadre de cette tournée, ce n'est pas apparemment le cas du Maroc, ce qui peutparaître surprenant, compte tenu des relations anciennes et profondes entre les deux monarchies.
Pourquoi MBS boude le Maroc
"Il semblerait qu'il y a un froid dans les relations entre le Maroc et l'Arabie saoudite. Les Marocains ont très mal pris le soutien de l'Arabie saoudite pour la candidature des Etats-Unis, du Canada et du Mexique, pour l'organisationdu Mondial 2026, alors que leur pays s'était porté candidat pour accueillir cette compétition. Les Saoudiens ont donné l'impression de ne pas soutenir financièrement le Maroc qui a besoin de ses partenaires du Golfe,
pour faire face à la crise qui frappe son économie. Au Forum de Riyad, le Davos du désert, le Maroc était d'ailleurs le grand absent. Cette année, le roi Salmane, pourtant habitué à passer ses vacances d'été dans son palais de Tanger, a boudé le Maroc", remarque un expert algérien dans les relations internationales. "Il ne faut oublier, que Rabat a soutenu Doha dans sa crise avec les pays du Golfe, en raison de l'importance des investissements qataris au Maroc.
Cette attitude n'a pas plus à MBS", ajoute-t-il. la Tunisie, MBS "veut aussi contrecarrer" l'axe Doha-Ankara, "très actif dans ce pays". "La Tunisie est aussi un paysimportant pour MBS. Le parti Ennahdaest réputé proche des Frères musulmans, c'est un allié des Turcs et des Qataris. Il est fortement soutenu par ces deux pays", analysel'ancien diplomate algérien.
Cette tournée devrait le conduire ensuite en Egypte, au Bahreïn, enTunisie et en Algérie. Il doit aussi serendre en Argentine, pour assister au sommetdu G20 où il devrait rencontrer le présidentErdogan."Cette tournée arabe intervient sur instructiondu roi saoudien Salmane benAbdelaziz, afin de renforcer les relations duRoyaume aux niveaux régional et international,et en réponse à des invitationsreçues de la part de chefs d'Etats", a indiquéle communiqué du palais royal, cité par l'agence officielle saoudienne SPA.
Contrecarrer l'axe Ankara-Doha
Pour François Aissa Touazi, expert des pays du Golfe et co-fondateur du ThinktankCapMena, "cette tournée vise àrenforcer les relations entre le royaumeet ses partenaires arabes, et s'inscritdans le cadre de la compétition entreSaoudiens et Turcs pour le leadershipdu monde sunnite". Le meurtre de Khashoggi a accentué en effet, les rivalités entre la Turquie et l'Arabie saoudite, avec en toile de fond, le leadership du monde musulman. D ' a u t a n t qu'Ankara a joué un rôle clé dans l'éclatement de l'affaire Khashoggi, qui a définit i v em e n t t e r n i l'image du Royaume et de son Prince héritier dans le m o n d e entier.La Turquie asaisi l'aff a i r e Khashoggi, pour marquer des points contre son rival saoudien. Son président Recep Tayep Erdogan a visité plusieurs paysmusulmans dont l'Algérie, avec lequel il cherche à renforcer des relations économiques et politiques, déjà fortes.
"Il faut savoir que depuis 2015, MBS s'est beaucoup investi dans les relations avec les Etats-Unis, l'Europe et l'Asie, dans le cadre de son plan de diversification économique mais, aussi, pour isoler son grandrival iranien. Il a été très peu présent dans le monde sunnite, à la différence des Turcs qui sont très actifs au Maghreb et en Afrique, ainsi que leur allié qatari. MBS entend ainsi contrecarrer l'axe Ankara- Doha. Il a conscience, que ces deux pays cherchent à occuper le terrain d'ou l'importance pour l'Arabie saoudite, de revenir en force dans la région, la Turquie est aujourd'hui, un des principaux partenaires économiques de l'Algérie ainsi qu'enTunisie, et les Qataris ont beaucoup investi au Maghreb", explique M. Touazi, auteur de l'ouvrage "Le ciel est leur limite" consacré aux pays du Golfe. Plus précisément l'Algérie, de par son import ance stratégique, et ses pos i -tions différentes de celles de Riyad sur de nombreux dossiers (Iran, Syrie), figure logiquement dans l'agenda du prince héritier MBS, estime M. Touazi. "Les sujets de discussion entre les deux pays sont nombreux.
Il y a les questions énergétiques, compte tenu du poids de l'Arabie saoudite sur le marché pétrolier. Les Algériens sont préoccupés par la baisse actuelle du prix du baril. Par ailleurs, l'Algérie est une puissance régionale et acteur majeur en Afrique, surtout sur le plan politique. La sécurité dans le Sahel pourrait également être abordée, d'autant plus que Riyad s'est engagée à soutenir financièrement la force du G5 Sahel", détaille M. Touazi. Enfin, il faut souligner que Riyad a toujours soin de respecter la position algérienne sur les crises au Moyen-Orient. Alger n'a jamais souhaité être suiveur dans les initiatives régionales de MBS,notamment dans son bras de fer avecTéhéran, notamment au Yémen et en Syrie, et réaffirmant son attachement à s e sgrands principes diplomatiques.
Baisse du prix du pétrole
Dans ce contexte, la visite de MBS à Algerpourrait faciliter le dialogue entre les deux
pays, notamment sur les questions énergétiques. L'Arabie saoudite, plus grand producteur de pétrole de l'OPEP, joue un rôlecrucial dans la fixation des prix du baril, dont dépend entièrement l'économie algérienne.
Et la visite de MBS en Algérie, tombe aumoment où les cours du pétrole poursuivent leur dégringolade. Vendredi, les prix de l'or noir ont chuté de plus belle, dans un marché menacé par la surproduction, àdeux semaines d'une réunion de l'OPEP où les Saoudiens seront sous forte pression américaine. "En réalité, les deux pays veulent avoir des relations apaisées", confirme un ancien diplomate algérien,
qui a requis l'anonymat. "L'Algérie a beaucoup d'atouts. Elle entretient des relations avec le président syrien Bachar Al Assad, et c'est l'un des rares pays sunnites qui a de bonnes relations avec l'Iran, avec qui l'Arabie saoudite est en conflit. Elle pourrait être un médiateur efficace entre les deux pays. Enfin, il ne faut pas oublier qu'Alger a été toujours le pré-carré du prince MohamedBen Naïf, le cousin de MBS, que ce dernier a écarté", et qui était très apprécié par le pouvoir algérien, poursuit l'ancien diplomate algérien. Et parmi les autres sujets qui pourraient être abordés lors de la visite de MBS à Alger, figure le développementdes relations économiques entre les deux pays, selon M. Touazi."Les échanges économiques entre les deux pays restent faibles, mais de nombreux grands Saoudiens lorgnent le potentiel du marché algérien", affirme-til.
Et contrairement à l'Arabie saoudite, la Turquie figure parmi les principaux partenaires économiques de l'Algérie. Les échanges économiques entre les deux pays avoisinent actuellement, 4 milliards dedollars (contre un peu plus de 500 millions de dollars avec l'Arabie saoudite), etdoivent "atteindre dans une première étape 5 milliards, puis 10 milliards de dollars", avait estimé M. Erdogan, lors de sa visite à Alger en février dernier. De leurs côtés,les Qataris ont multiplié les investissements dans notre pays, ces dernièresannées.
Et si l'Algérie fait partie logiquement de la liste des pays que le prince héritier saoudien a décidé de visiter dans le cadre de cette tournée, ce n'est pas apparemment le cas du Maroc, ce qui peutparaître surprenant, compte tenu des relations anciennes et profondes entre les deux monarchies.
Pourquoi MBS boude le Maroc
"Il semblerait qu'il y a un froid dans les relations entre le Maroc et l'Arabie saoudite. Les Marocains ont très mal pris le soutien de l'Arabie saoudite pour la candidature des Etats-Unis, du Canada et du Mexique, pour l'organisationdu Mondial 2026, alors que leur pays s'était porté candidat pour accueillir cette compétition. Les Saoudiens ont donné l'impression de ne pas soutenir financièrement le Maroc qui a besoin de ses partenaires du Golfe,
pour faire face à la crise qui frappe son économie. Au Forum de Riyad, le Davos du désert, le Maroc était d'ailleurs le grand absent. Cette année, le roi Salmane, pourtant habitué à passer ses vacances d'été dans son palais de Tanger, a boudé le Maroc", remarque un expert algérien dans les relations internationales. "Il ne faut oublier, que Rabat a soutenu Doha dans sa crise avec les pays du Golfe, en raison de l'importance des investissements qataris au Maroc.
Cette attitude n'a pas plus à MBS", ajoute-t-il. la Tunisie, MBS "veut aussi contrecarrer" l'axe Doha-Ankara, "très actif dans ce pays". "La Tunisie est aussi un paysimportant pour MBS. Le parti Ennahdaest réputé proche des Frères musulmans, c'est un allié des Turcs et des Qataris. Il est fortement soutenu par ces deux pays", analysel'ancien diplomate algérien.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.