Tottenham : Un international portugais pour remplacer Eriksen ?    Brésil : Tite se défend au sujet de Neymar    Manchester United: Mandzukic en approche    Education: Belabed pour une politique prospective pour renforcer les compétences du secteur    Bensalah: l'Etat soucieux de rationaliser l'exploitation des ressources et richesses souterraines nationales    HABITAT : Le gouvernement Bedoui rassure les demandeurs de logements    Gaïd Salah présente un exposé sur le projet de loi relatif au statut général des personnels militaires    Les Tunisiens commencent à voter pour le second tour de la présidentielle    Mise en garde russe contre l'aggravation de la situation humanitaire dans le Nord-Est    Le WAT reste leader malgré la défaite, l'ASK sur le podium    Khirreddine Madoui démissionne de son poste d'entraîneur    Ouargla: lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Le gouvernement consacre 17 milliards de DA pour le dégel de plusieurs projets    Vers l'augmentation de la taxe de pollution    Neuf morts et 9 blessés au cours des dernières 48 heures    Sahara occidental/Manifestation à Paris: la France dénoncée, une date pour le référendum d'autodétermination revendiquée    Rassemblement en solidarité avec les détenus d'opinion à Sidi Bel Abbès    Foot/ Algérie - Colombie : Abeid réintègre le groupe, Tahrat ménagé    Qui sera le partenaire de Suzuki en Algérie ?    Ce que prévoit la loi de finances pour les start-up    Les joueurs sénégalais refusent la prime de la Fédération    Début de stage demain    Retour à la case départ    1er Salon international des technologies et équipements dentaires    L'Anie face à la dure réalité du terrain    Des détenus d'opinion en grève de la faim à partir du 23 octobre    22 cas de méningite enregistrés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les films algériens Abou Leila et 143, rue du désert en compétition    Hans Hartung en réouverture du Musée d'art moderne de Paris    Micheline la Française, la tante Zalamite et les autres    Ouverture des journées de lecture publique à Tamanrasset    Bir Ghbalou : Entre le portrait de BenSalah et les promesses du Hirak    Face aux difficultés rencontrées par la CNR et la CNAS : Les solutions des experts    «Le pouvoir rame à contre-courant d'un mouvement historique de libération d'un peuple»    Investissement : le FCE soutient fortement la révision de la règle 49/51    En bref…    Soudan : Une femme nommée à la tête de la Cour suprême    En bref…    Journée mondiale de la santé mentale : Un suicide toutes les 40 secondes, selon l'OMS    Première thèse algérienne identifiant les facteurs prédictibles    «J'intégrerai des personnages algériens dans ma prochaine histoire»    Ghardaïa : Appel à la préservation du patrimoine architectural et culturel    «Le plasticien doit être responsable»    Centre-ville: Deux dealers sous les verrous    Mostaganem: Des arrestations en marge de la visite du ministre de la Jeunesse et des Sports    Pour réclamer «la libération de tous les détenus d'opinion»: Marche nationale des avocats le 24 octobre    Le Pentagone déploie 3.000 soldats supplémentaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les enfants en sont les premières victimes
Affaires liées à la cybercriminalité
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 12 - 2018

Les services de la Gendarmerie nationale ont recensé depuis le début de l'année près de 1.140 affaires liées à la cybercriminalité. 30 % des cas sont relatifs aux délits de chantage et publications frauduleuses d'images et de photos. Les enfants et adolescents en sont les premières victimes.
Les services de la Gendarmerie nationale ont recensé depuis le début de l'année près de 1.140 affaires liées à la cybercriminalité. 30 % des cas sont relatifs aux délits de chantage et publications frauduleuses d'images et de photos. Les enfants et adolescents en sont les premières victimes.
C'est un bilan qui s'apparente à un virage dangereux pour lafrange juvénile. La Gendarmerienationale, qui a recensé plus d'un millierde cas, révèle l'ampleur de ces délits.136 affaires concernant des publicationsde photos et images non autorisées ont été enregistrées dont la plupart concernantdes mineurs. Le service de luttecontre la cybercriminalité de la GNexplique que "des réseaux de fraude sur leNet visent particulièrement les fillesmineures qui sont exposées dans des images - éhontées -". Les adolescentssont en effet les premières victimes de"relations virtuelles" fabriquées qui sedéveloppent via les réseaux sociaux etqui en sortent traumatisés de voir leursimages détournées et mal traitées par lesdélinquants de la Toile.
En outre, il a étérelevé que ces "jeunes adolescentes quinourrissent le rêve de se lier avec d'autresjeunes étrangers sont victimes dechantages sur leurs personnes". Lesréseaux de la criminalité profitent de lafragilité de ces jeunes pour leur "exigerdes sommes d'argent" si les relations neseraient pas durables. Après des dépôtsde plainte au niveau de la Gendarmerienationale, les connectés de la Toile ontfait savoir que "ces personnes agissentavec des faux noms et parfois dans l'anonymatpour brouiller les pistes". Pisencore, les services de sécurité ont enregistrédes "cas de commerce de drogue etautres stupéfiants qui visent les jeunesde moins de 18 ans". Le danger fait quemême ces réseaux tentent de développerleurs activités illicites en établissant descontacts avec des écoliers. C'est suite àl'intervention de parents qui ont vu leursenfants affolés que des plaintes ont été déposées aux services concernés.
A noterque l'année dernière, près de 300 affaires liées aux atteintes à la vie privée touchaient des jeunes suite à la publicationd'images et photos à caractère sexuel prohibitif. Les services de lutte et prévention contre la cybercriminalité considèrent que "les moyens d'investigations actuelles peuvent aboutir à l'identité des auteurs au niveau local" mais peuvent longtemps et parfois sans résultatsà l'étranger, vu la mobilité des auteurs de délits qui ne laissent pas beaucoup d'indices.
Cela dit, ces services qui sont mis en état d'alerte développent avec le ministère de l'Education une approche de sensibilisation à l'endroit des élèves sur les dangers résultants de la mauvaise utilisation de la Toile. Le but n'étant pas de restreindre ces libertés mais de mieuxaviser les enfants en prime adolescence sur l'exploitation des réseaux du Net aux visées criminelles.
C'est un bilan qui s'apparente à un virage dangereux pour lafrange juvénile. La Gendarmerienationale, qui a recensé plus d'un millierde cas, révèle l'ampleur de ces délits.136 affaires concernant des publicationsde photos et images non autorisées ont été enregistrées dont la plupart concernantdes mineurs. Le service de luttecontre la cybercriminalité de la GNexplique que "des réseaux de fraude sur leNet visent particulièrement les fillesmineures qui sont exposées dans des images - éhontées -". Les adolescentssont en effet les premières victimes de"relations virtuelles" fabriquées qui sedéveloppent via les réseaux sociaux etqui en sortent traumatisés de voir leursimages détournées et mal traitées par lesdélinquants de la Toile.
En outre, il a étérelevé que ces "jeunes adolescentes quinourrissent le rêve de se lier avec d'autresjeunes étrangers sont victimes dechantages sur leurs personnes". Lesréseaux de la criminalité profitent de lafragilité de ces jeunes pour leur "exigerdes sommes d'argent" si les relations neseraient pas durables. Après des dépôtsde plainte au niveau de la Gendarmerienationale, les connectés de la Toile ontfait savoir que "ces personnes agissentavec des faux noms et parfois dans l'anonymatpour brouiller les pistes". Pisencore, les services de sécurité ont enregistrédes "cas de commerce de drogue etautres stupéfiants qui visent les jeunesde moins de 18 ans". Le danger fait quemême ces réseaux tentent de développerleurs activités illicites en établissant descontacts avec des écoliers. C'est suite àl'intervention de parents qui ont vu leursenfants affolés que des plaintes ont été déposées aux services concernés.
A noterque l'année dernière, près de 300 affaires liées aux atteintes à la vie privée touchaient des jeunes suite à la publicationd'images et photos à caractère sexuel prohibitif. Les services de lutte et prévention contre la cybercriminalité considèrent que "les moyens d'investigations actuelles peuvent aboutir à l'identité des auteurs au niveau local" mais peuvent longtemps et parfois sans résultatsà l'étranger, vu la mobilité des auteurs de délits qui ne laissent pas beaucoup d'indices.
Cela dit, ces services qui sont mis en état d'alerte développent avec le ministère de l'Education une approche de sensibilisation à l'endroit des élèves sur les dangers résultants de la mauvaise utilisation de la Toile. Le but n'étant pas de restreindre ces libertés mais de mieuxaviser les enfants en prime adolescence sur l'exploitation des réseaux du Net aux visées criminelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.