La facture des importations recule de 7 %    Tebboune propose d'accueillir un dialogue direct entre Libyens    Appel du pied de Salvini à Israël    Le Hyundai H100 Plateau disponible en livraison immédiate    Inédit dans le football national    Le bilan effarant du terrorisme routier    177 décès depuis 2019    8 individus appréhendés    "Je suis un souvenir" sélectionné au Festival "Nikon" de Paris    Règlement de la crise libyenne: la Conférence de Berlin souligne le rôle important des pays voisins    Ligue 1 (mise à jour) : la JSK domine le MCO (1-0) et remonte sur le podium    Enseignement supérieur: plan d'action relatif à la promotion de l'éthique et de déontologie    Hand/CAN-2020-Tour Principal (Gr. MII): Algérie-Cap-Vert (25-23)    Pomme de terre: les chambres froides mises gratuitement à la disposition des agriculteurs    Le Hirak peut-il déjouer le complot contre l'Algérie?    CAN à Laâyoune occupée: l'ANPDSF dénonce "l'instrumentalisation politique du sport"    Augmenter les exportations hors hydrocarbures, l'un des défis majeurs du quinquennat    Abdelkader Ouali dans le viseur de la justice    3 oligarques transférés d'El-Harrach vers Koléa    PARTI JIL JADID : Soufiane Djilali fustige ‘'des parties fachosphères''    ASPHYXIE PAR MONOXYDE DE CARBONE : Le tueur silencieux fait encore deux morts    EXAMENS DE PROMOTION AUX GRADES D'ENSEIGNANT : Les résultats annoncés    MONTAGE AUTOMOBILE :Le président Tebboune s'engage à mettre de l'ordre    Les pluies continueront d'affecter l'Ouest du pays jusqu'à mardi matin    Barça : le retour d'Ousmane Dembélé se précise    Chay : "Tous les joueurs sont concentrés sur le match du MCO"    La dégradation de la situation au Mali inquiète l'ONU    Le vrai combat, selon Hassan Nasrallah    Le premier qui l'ouvre, on le démonte !    La wilaya d'Alger tarde    L'administration des impôts entame la réflexion    Tebboune : "Il est impératif d'y mettre un terme"    WAC-USMA : le Gabonais Otogo-Castane au sifflet    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ou l'échec des idéologies qui confortent les systèmes de pensée anciens    On en sait plus sur Venise grâce à la découverte d'un dessin du XIVe siècle    «Sbitar» des mabouls    Un Sud-Africain en quête de record    Près de 2 000 signatures récoltées en moins de 24 heures    Liberté provisoire pour 20 manifestants    Baisse de la demande, chute du pouvoir d'achat et désorganisation des circuits de distribution : L'activité commerciale en récession    Le Président Tebboune s'entretient à Berlin avec son homologue français    Handball : L'Algérie termine en tête du groupe D    12 morts et 59 blessés dans un accident de bus: Nouvelle hécatombe à El Oued    Bouira: Incendie dans un local commercial    USM Bel-Abbès: Les joueurs sont entrés en stage bloqué    Alarmant !    "La belle au bois dormant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les enfants en sont les premières victimes
Affaires liées à la cybercriminalité
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 12 - 2018

Les services de la Gendarmerie nationale ont recensé depuis le début de l'année près de 1.140 affaires liées à la cybercriminalité. 30 % des cas sont relatifs aux délits de chantage et publications frauduleuses d'images et de photos. Les enfants et adolescents en sont les premières victimes.
Les services de la Gendarmerie nationale ont recensé depuis le début de l'année près de 1.140 affaires liées à la cybercriminalité. 30 % des cas sont relatifs aux délits de chantage et publications frauduleuses d'images et de photos. Les enfants et adolescents en sont les premières victimes.
C'est un bilan qui s'apparente à un virage dangereux pour lafrange juvénile. La Gendarmerienationale, qui a recensé plus d'un millierde cas, révèle l'ampleur de ces délits.136 affaires concernant des publicationsde photos et images non autorisées ont été enregistrées dont la plupart concernantdes mineurs. Le service de luttecontre la cybercriminalité de la GNexplique que "des réseaux de fraude sur leNet visent particulièrement les fillesmineures qui sont exposées dans des images - éhontées -". Les adolescentssont en effet les premières victimes de"relations virtuelles" fabriquées qui sedéveloppent via les réseaux sociaux etqui en sortent traumatisés de voir leursimages détournées et mal traitées par lesdélinquants de la Toile.
En outre, il a étérelevé que ces "jeunes adolescentes quinourrissent le rêve de se lier avec d'autresjeunes étrangers sont victimes dechantages sur leurs personnes". Lesréseaux de la criminalité profitent de lafragilité de ces jeunes pour leur "exigerdes sommes d'argent" si les relations neseraient pas durables. Après des dépôtsde plainte au niveau de la Gendarmerienationale, les connectés de la Toile ontfait savoir que "ces personnes agissentavec des faux noms et parfois dans l'anonymatpour brouiller les pistes". Pisencore, les services de sécurité ont enregistrédes "cas de commerce de drogue etautres stupéfiants qui visent les jeunesde moins de 18 ans". Le danger fait quemême ces réseaux tentent de développerleurs activités illicites en établissant descontacts avec des écoliers. C'est suite àl'intervention de parents qui ont vu leursenfants affolés que des plaintes ont été déposées aux services concernés.
A noterque l'année dernière, près de 300 affaires liées aux atteintes à la vie privée touchaient des jeunes suite à la publicationd'images et photos à caractère sexuel prohibitif. Les services de lutte et prévention contre la cybercriminalité considèrent que "les moyens d'investigations actuelles peuvent aboutir à l'identité des auteurs au niveau local" mais peuvent longtemps et parfois sans résultatsà l'étranger, vu la mobilité des auteurs de délits qui ne laissent pas beaucoup d'indices.
Cela dit, ces services qui sont mis en état d'alerte développent avec le ministère de l'Education une approche de sensibilisation à l'endroit des élèves sur les dangers résultants de la mauvaise utilisation de la Toile. Le but n'étant pas de restreindre ces libertés mais de mieuxaviser les enfants en prime adolescence sur l'exploitation des réseaux du Net aux visées criminelles.
C'est un bilan qui s'apparente à un virage dangereux pour lafrange juvénile. La Gendarmerienationale, qui a recensé plus d'un millierde cas, révèle l'ampleur de ces délits.136 affaires concernant des publicationsde photos et images non autorisées ont été enregistrées dont la plupart concernantdes mineurs. Le service de luttecontre la cybercriminalité de la GNexplique que "des réseaux de fraude sur leNet visent particulièrement les fillesmineures qui sont exposées dans des images - éhontées -". Les adolescentssont en effet les premières victimes de"relations virtuelles" fabriquées qui sedéveloppent via les réseaux sociaux etqui en sortent traumatisés de voir leursimages détournées et mal traitées par lesdélinquants de la Toile.
En outre, il a étérelevé que ces "jeunes adolescentes quinourrissent le rêve de se lier avec d'autresjeunes étrangers sont victimes dechantages sur leurs personnes". Lesréseaux de la criminalité profitent de lafragilité de ces jeunes pour leur "exigerdes sommes d'argent" si les relations neseraient pas durables. Après des dépôtsde plainte au niveau de la Gendarmerienationale, les connectés de la Toile ontfait savoir que "ces personnes agissentavec des faux noms et parfois dans l'anonymatpour brouiller les pistes". Pisencore, les services de sécurité ont enregistrédes "cas de commerce de drogue etautres stupéfiants qui visent les jeunesde moins de 18 ans". Le danger fait quemême ces réseaux tentent de développerleurs activités illicites en établissant descontacts avec des écoliers. C'est suite àl'intervention de parents qui ont vu leursenfants affolés que des plaintes ont été déposées aux services concernés.
A noterque l'année dernière, près de 300 affaires liées aux atteintes à la vie privée touchaient des jeunes suite à la publicationd'images et photos à caractère sexuel prohibitif. Les services de lutte et prévention contre la cybercriminalité considèrent que "les moyens d'investigations actuelles peuvent aboutir à l'identité des auteurs au niveau local" mais peuvent longtemps et parfois sans résultatsà l'étranger, vu la mobilité des auteurs de délits qui ne laissent pas beaucoup d'indices.
Cela dit, ces services qui sont mis en état d'alerte développent avec le ministère de l'Education une approche de sensibilisation à l'endroit des élèves sur les dangers résultants de la mauvaise utilisation de la Toile. Le but n'étant pas de restreindre ces libertés mais de mieuxaviser les enfants en prime adolescence sur l'exploitation des réseaux du Net aux visées criminelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.