Comment faire du Bouteflika sans Bouteflika    Référendum sur la constitution en Egypte : Un plébiscite pour renforcer le pouvoir d'Al Sissi    Foyers de rougeole à Jijel : Rush sur les centres de vaccination    On vous le dit    Jijel : Des aigles retrouvés morts dans la nature    Décès de l'historienne Annie-Rey Goldzeiguer    Réconciliation historique    Musique : Amgud ula ahriq nouvel album d'Idir Akfadou    49 imams algériens accueillis par la Grande Mosquée de Paris    Football - Ligue 1: Des enjeux énormes pour tout le monde    Ligue 2: Le RCR hors course, l'ESM et l'ASMO en panique    UAFA - Incident entre Raouraoua et Bahloul: La FAF réagit et exige des excuses    Tizi Ouzou, Bouira: Imposantes marches pour le printemps berbère    Une mascarade de plus au détriment de l'intérêt national    Le choix des armes    51 morts sur les routes en une semaine    Pour réclamer leur dû auprès de l'APC d'Oran: Des entreprises privées, chargées des démolitions des habitations protestent    Plusieurs quartiers et cités ciblés par l'opération: Vers la réhabilitation des façades de 433 immeubles    Rencontre des Fédérations de wilaya, aujourd'hui, à Alger: L'UGTA à l'heure du changement    128 millions de mètres cubes: Situation rassurante des réserves en eau    RND: Des dizaines de militants demandent le départ de Ouyahia    Le quart de rôle de Bensalah    Grande-Bretagne : L'hypothèse du "no Brexit" plus probable que celle du Brexit dur    Contestation populaire : Renforcer la cohésion politique    En soutien aux revendications du Hirak populaire : Les avocats poursuivent le boycott des audiences    EDF: Des experts recommandent de réparer les soudures de l'EPR    "Le rôle de leader des Etats-Unis à l'Otan" n'est dû qu'"à la contrainte et au chantage"    Transition politique : Me Brahimi plaide pour la mise en place d'une commission souveraine    Création de zones de pêche réglementées : Pour une exploitation durable de la ressource halieutique    Bourses : L'Europe finit en légère hausse avant le week-end de Pâques    Japon : L'inflation restera sous 2% pendant encore 3 ans, selon la BoJ    CAN-2019 (préparation): Algérie - Mali le 16 juin à Abu Dhabi    FAC : L'AG élective fixée pour le 27 avril    13 présumés auteurs de crimes et délits interpellés    Légère baisse des importations    Sharp, un prototype d'un mobile pliable présenté au Japon    Ould Abbès obtient l'autorisation    Forte explosion et tirs dans le centre de Kaboul    Un 39e anniversaire particulier    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    La semaine du titre pour le Barça ?    Papicha sur la croisette    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les enfants en sont les premières victimes
Affaires liées à la cybercriminalité
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 12 - 2018

Les services de la Gendarmerie nationale ont recensé depuis le début de l'année près de 1.140 affaires liées à la cybercriminalité. 30 % des cas sont relatifs aux délits de chantage et publications frauduleuses d'images et de photos. Les enfants et adolescents en sont les premières victimes.
Les services de la Gendarmerie nationale ont recensé depuis le début de l'année près de 1.140 affaires liées à la cybercriminalité. 30 % des cas sont relatifs aux délits de chantage et publications frauduleuses d'images et de photos. Les enfants et adolescents en sont les premières victimes.
C'est un bilan qui s'apparente à un virage dangereux pour lafrange juvénile. La Gendarmerienationale, qui a recensé plus d'un millierde cas, révèle l'ampleur de ces délits.136 affaires concernant des publicationsde photos et images non autorisées ont été enregistrées dont la plupart concernantdes mineurs. Le service de luttecontre la cybercriminalité de la GNexplique que "des réseaux de fraude sur leNet visent particulièrement les fillesmineures qui sont exposées dans des images - éhontées -". Les adolescentssont en effet les premières victimes de"relations virtuelles" fabriquées qui sedéveloppent via les réseaux sociaux etqui en sortent traumatisés de voir leursimages détournées et mal traitées par lesdélinquants de la Toile.
En outre, il a étérelevé que ces "jeunes adolescentes quinourrissent le rêve de se lier avec d'autresjeunes étrangers sont victimes dechantages sur leurs personnes". Lesréseaux de la criminalité profitent de lafragilité de ces jeunes pour leur "exigerdes sommes d'argent" si les relations neseraient pas durables. Après des dépôtsde plainte au niveau de la Gendarmerienationale, les connectés de la Toile ontfait savoir que "ces personnes agissentavec des faux noms et parfois dans l'anonymatpour brouiller les pistes". Pisencore, les services de sécurité ont enregistrédes "cas de commerce de drogue etautres stupéfiants qui visent les jeunesde moins de 18 ans". Le danger fait quemême ces réseaux tentent de développerleurs activités illicites en établissant descontacts avec des écoliers. C'est suite àl'intervention de parents qui ont vu leursenfants affolés que des plaintes ont été déposées aux services concernés.
A noterque l'année dernière, près de 300 affaires liées aux atteintes à la vie privée touchaient des jeunes suite à la publicationd'images et photos à caractère sexuel prohibitif. Les services de lutte et prévention contre la cybercriminalité considèrent que "les moyens d'investigations actuelles peuvent aboutir à l'identité des auteurs au niveau local" mais peuvent longtemps et parfois sans résultatsà l'étranger, vu la mobilité des auteurs de délits qui ne laissent pas beaucoup d'indices.
Cela dit, ces services qui sont mis en état d'alerte développent avec le ministère de l'Education une approche de sensibilisation à l'endroit des élèves sur les dangers résultants de la mauvaise utilisation de la Toile. Le but n'étant pas de restreindre ces libertés mais de mieuxaviser les enfants en prime adolescence sur l'exploitation des réseaux du Net aux visées criminelles.
C'est un bilan qui s'apparente à un virage dangereux pour lafrange juvénile. La Gendarmerienationale, qui a recensé plus d'un millierde cas, révèle l'ampleur de ces délits.136 affaires concernant des publicationsde photos et images non autorisées ont été enregistrées dont la plupart concernantdes mineurs. Le service de luttecontre la cybercriminalité de la GNexplique que "des réseaux de fraude sur leNet visent particulièrement les fillesmineures qui sont exposées dans des images - éhontées -". Les adolescentssont en effet les premières victimes de"relations virtuelles" fabriquées qui sedéveloppent via les réseaux sociaux etqui en sortent traumatisés de voir leursimages détournées et mal traitées par lesdélinquants de la Toile.
En outre, il a étérelevé que ces "jeunes adolescentes quinourrissent le rêve de se lier avec d'autresjeunes étrangers sont victimes dechantages sur leurs personnes". Lesréseaux de la criminalité profitent de lafragilité de ces jeunes pour leur "exigerdes sommes d'argent" si les relations neseraient pas durables. Après des dépôtsde plainte au niveau de la Gendarmerienationale, les connectés de la Toile ontfait savoir que "ces personnes agissentavec des faux noms et parfois dans l'anonymatpour brouiller les pistes". Pisencore, les services de sécurité ont enregistrédes "cas de commerce de drogue etautres stupéfiants qui visent les jeunesde moins de 18 ans". Le danger fait quemême ces réseaux tentent de développerleurs activités illicites en établissant descontacts avec des écoliers. C'est suite àl'intervention de parents qui ont vu leursenfants affolés que des plaintes ont été déposées aux services concernés.
A noterque l'année dernière, près de 300 affaires liées aux atteintes à la vie privée touchaient des jeunes suite à la publicationd'images et photos à caractère sexuel prohibitif. Les services de lutte et prévention contre la cybercriminalité considèrent que "les moyens d'investigations actuelles peuvent aboutir à l'identité des auteurs au niveau local" mais peuvent longtemps et parfois sans résultatsà l'étranger, vu la mobilité des auteurs de délits qui ne laissent pas beaucoup d'indices.
Cela dit, ces services qui sont mis en état d'alerte développent avec le ministère de l'Education une approche de sensibilisation à l'endroit des élèves sur les dangers résultants de la mauvaise utilisation de la Toile. Le but n'étant pas de restreindre ces libertés mais de mieuxaviser les enfants en prime adolescence sur l'exploitation des réseaux du Net aux visées criminelles.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.