Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Tôt ou tard, la tarification de l'électricité doit augmenter"
Le pdg de sonelgaz avertit :
Publié dans Le Midi Libre le 13 - 12 - 2018

La stratégie engagée par la Sonelgaz jusqu'à 2030 tend, en priorité, à répondre àla demande grandissante des foyers algériens en énergie, assure son
La stratégie engagée par la Sonelgaz jusqu'à 2030 tend, en priorité, à répondre àla demande grandissante des foyers algériens en énergie, assure son
Présidentdirecteur général, Mohamed Arkab, relevant le faible apport de la tarification quicontraint, dit-il, à en appeler aux banques pour financer les investissements.Accueilli hier à l'émission L'Invité de larédaction de la chaine 3 de la Radio algérienne, il rappelle que depuis la promulgation,en 2002, de la loi sur l'électricité,son entreprise s'est engagée dans unevision stratégique consistant à diversifierses ressources énergétiques.Pour ce qui a trait à la consommation nationale d'électricité, il signale qu'à juillet2018, celle-ci a atteint une pointe de13.676 mégawatts, nécessitant, dit-il, desvolumes d'investissement en équipementsde quelque 2.500 milliards de dinars, à raisonde 300 à 400 milliards/an.Au passage, il tient à préciser que la tarificationactuelle de ses services ne permet
pas à son entreprise de dégager dessommes lui permettant d'autofinancer sesprogrammes d'investissement et donc, desolliciter des crédits auprès des banques.Toujours pour ce qui concerne cette tarification,M. Arkab rappelle que 99% de laproduction d'électricité est obtenue à partirde gaz naturel prélevé des puits de Sonatrach, laquelle, dit-il, "n'applique pas des coûts réels". C'est la raison pour laquelle, explique-t-il, Sonelgaz n'arrive pas à disposer d'une trésorerie pour pouvoir financer en propre ses investissements. Il estime finalement que "tôt ou tard", il est impératif de revoir la questionde la tarification, "en tenant compte d'une classe qu'il faut toujours préserver" et en appliquant le principe consistant à appliquer le principe que celui qui consomme plus, "doit payer le prix réel de l'électricité".
Indiquant que la production nationale de ce type d'énergie qui se situait à environ 6.000 mégawatts au début des années2000, est passée actuellement à 19.000 mégawatts, le PDG de Sonelgaz prévoit qu'elle devrait atteindre 25.000 mégawatts, en 2024. Notant, par ailleurs, que l'objectif de Sonelgaz vise de dégager des surplus de production d'électricité d'environ 20%, l'intervenant annonce qu'elles permettront d'augmenter de 100 à 300 mégawatts lesexportations vers le Maroc et la Tunisie.
Présidentdirecteur général, Mohamed Arkab, relevant le faible apport de la tarification quicontraint, dit-il, à en appeler aux banques pour financer les investissements.Accueilli hier à l'émission L'Invité de larédaction de la chaine 3 de la Radio algérienne, il rappelle que depuis la promulgation,en 2002, de la loi sur l'électricité,son entreprise s'est engagée dans unevision stratégique consistant à diversifierses ressources énergétiques.Pour ce qui a trait à la consommation nationale d'électricité, il signale qu'à juillet2018, celle-ci a atteint une pointe de13.676 mégawatts, nécessitant, dit-il, desvolumes d'investissement en équipementsde quelque 2.500 milliards de dinars, à raisonde 300 à 400 milliards/an.Au passage, il tient à préciser que la tarificationactuelle de ses services ne permet
pas à son entreprise de dégager dessommes lui permettant d'autofinancer sesprogrammes d'investissement et donc, desolliciter des crédits auprès des banques.Toujours pour ce qui concerne cette tarification,M. Arkab rappelle que 99% de laproduction d'électricité est obtenue à partirde gaz naturel prélevé des puits de Sonatrach, laquelle, dit-il, "n'applique pas des coûts réels". C'est la raison pour laquelle, explique-t-il, Sonelgaz n'arrive pas à disposer d'une trésorerie pour pouvoir financer en propre ses investissements. Il estime finalement que "tôt ou tard", il est impératif de revoir la questionde la tarification, "en tenant compte d'une classe qu'il faut toujours préserver" et en appliquant le principe consistant à appliquer le principe que celui qui consomme plus, "doit payer le prix réel de l'électricité".
Indiquant que la production nationale de ce type d'énergie qui se situait à environ 6.000 mégawatts au début des années2000, est passée actuellement à 19.000 mégawatts, le PDG de Sonelgaz prévoit qu'elle devrait atteindre 25.000 mégawatts, en 2024. Notant, par ailleurs, que l'objectif de Sonelgaz vise de dégager des surplus de production d'électricité d'environ 20%, l'intervenant annonce qu'elles permettront d'augmenter de 100 à 300 mégawatts lesexportations vers le Maroc et la Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.