Tebboune autorise la réouverture progressive des mosquées et des plages    4 ans de prison ferme requis à l'encontre de Drarni, Belarbi et Hamitouche    Décès de Saïd Amara: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    Constantine: saisie de 90 000 comprimés psychotropes    Djerad accuse des parties qui chercheraient à provoquer la « Fitna »    AID EL ADHA : Plus de 10 000 commerçants non mobilisés ont assuré la permanence    Louisa Hanoune évoque son emprisonnement    COUPURES DE L'ALIMENTATION EN EAU POTABLE : Le DG de l'ADE s'explique    TRAITEMENT CONTRE LA COVID-19 : Le ministre de la santé Benbouzid apporte des précisions    Covid-19: 507 nouveaux cas, 482 guérisons et 8 décès    Boumerdès: fin de confinement pour 236 algériens rapatriés de Russie    M'hamed Benredouane enterré au cimetière de Bouzaréah à Alger    Raids israéliens sur Ghaza: le Hamas dénonce une "escalade et une agression"    FEUX DE FORETS : 8800 Hectares ravagés en 2 mois    MOSTAGANEM : Les citoyens appelés au respect des horaires de dépôt des ordures ménagères    La chaîne "El Maarifa" désormais diffusée sur Nilesat    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Louisa    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Une palette azurée pour effacer le gris du confinement    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    CHEQUES ET LIQUIDITES    Nucléarisation rampante    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Tôt ou tard, la tarification de l'électricité doit augmenter"
Le pdg de sonelgaz avertit :
Publié dans Le Midi Libre le 13 - 12 - 2018

La stratégie engagée par la Sonelgaz jusqu'à 2030 tend, en priorité, à répondre àla demande grandissante des foyers algériens en énergie, assure son
La stratégie engagée par la Sonelgaz jusqu'à 2030 tend, en priorité, à répondre àla demande grandissante des foyers algériens en énergie, assure son
Présidentdirecteur général, Mohamed Arkab, relevant le faible apport de la tarification quicontraint, dit-il, à en appeler aux banques pour financer les investissements.Accueilli hier à l'émission L'Invité de larédaction de la chaine 3 de la Radio algérienne, il rappelle que depuis la promulgation,en 2002, de la loi sur l'électricité,son entreprise s'est engagée dans unevision stratégique consistant à diversifierses ressources énergétiques.Pour ce qui a trait à la consommation nationale d'électricité, il signale qu'à juillet2018, celle-ci a atteint une pointe de13.676 mégawatts, nécessitant, dit-il, desvolumes d'investissement en équipementsde quelque 2.500 milliards de dinars, à raisonde 300 à 400 milliards/an.Au passage, il tient à préciser que la tarificationactuelle de ses services ne permet
pas à son entreprise de dégager dessommes lui permettant d'autofinancer sesprogrammes d'investissement et donc, desolliciter des crédits auprès des banques.Toujours pour ce qui concerne cette tarification,M. Arkab rappelle que 99% de laproduction d'électricité est obtenue à partirde gaz naturel prélevé des puits de Sonatrach, laquelle, dit-il, "n'applique pas des coûts réels". C'est la raison pour laquelle, explique-t-il, Sonelgaz n'arrive pas à disposer d'une trésorerie pour pouvoir financer en propre ses investissements. Il estime finalement que "tôt ou tard", il est impératif de revoir la questionde la tarification, "en tenant compte d'une classe qu'il faut toujours préserver" et en appliquant le principe consistant à appliquer le principe que celui qui consomme plus, "doit payer le prix réel de l'électricité".
Indiquant que la production nationale de ce type d'énergie qui se situait à environ 6.000 mégawatts au début des années2000, est passée actuellement à 19.000 mégawatts, le PDG de Sonelgaz prévoit qu'elle devrait atteindre 25.000 mégawatts, en 2024. Notant, par ailleurs, que l'objectif de Sonelgaz vise de dégager des surplus de production d'électricité d'environ 20%, l'intervenant annonce qu'elles permettront d'augmenter de 100 à 300 mégawatts lesexportations vers le Maroc et la Tunisie.
Présidentdirecteur général, Mohamed Arkab, relevant le faible apport de la tarification quicontraint, dit-il, à en appeler aux banques pour financer les investissements.Accueilli hier à l'émission L'Invité de larédaction de la chaine 3 de la Radio algérienne, il rappelle que depuis la promulgation,en 2002, de la loi sur l'électricité,son entreprise s'est engagée dans unevision stratégique consistant à diversifierses ressources énergétiques.Pour ce qui a trait à la consommation nationale d'électricité, il signale qu'à juillet2018, celle-ci a atteint une pointe de13.676 mégawatts, nécessitant, dit-il, desvolumes d'investissement en équipementsde quelque 2.500 milliards de dinars, à raisonde 300 à 400 milliards/an.Au passage, il tient à préciser que la tarificationactuelle de ses services ne permet
pas à son entreprise de dégager dessommes lui permettant d'autofinancer sesprogrammes d'investissement et donc, desolliciter des crédits auprès des banques.Toujours pour ce qui concerne cette tarification,M. Arkab rappelle que 99% de laproduction d'électricité est obtenue à partirde gaz naturel prélevé des puits de Sonatrach, laquelle, dit-il, "n'applique pas des coûts réels". C'est la raison pour laquelle, explique-t-il, Sonelgaz n'arrive pas à disposer d'une trésorerie pour pouvoir financer en propre ses investissements. Il estime finalement que "tôt ou tard", il est impératif de revoir la questionde la tarification, "en tenant compte d'une classe qu'il faut toujours préserver" et en appliquant le principe consistant à appliquer le principe que celui qui consomme plus, "doit payer le prix réel de l'électricité".
Indiquant que la production nationale de ce type d'énergie qui se situait à environ 6.000 mégawatts au début des années2000, est passée actuellement à 19.000 mégawatts, le PDG de Sonelgaz prévoit qu'elle devrait atteindre 25.000 mégawatts, en 2024. Notant, par ailleurs, que l'objectif de Sonelgaz vise de dégager des surplus de production d'électricité d'environ 20%, l'intervenant annonce qu'elles permettront d'augmenter de 100 à 300 mégawatts lesexportations vers le Maroc et la Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.