Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire
Publié dans Le Midi Libre le 13 - 12 - 2018

Un monument à Alexandre Soljenitsyne a été inauguré mardi à Moscou dans le cadre des évènementsvisant à marquer les 100 ans de la naissance ducélèbre écrivain et dissident soviétique, Prix Nobelde littérature.
Un monument à Alexandre Soljenitsyne a été inauguré mardi à Moscou dans le cadre des évènementsvisant à marquer les 100 ans de la naissance ducélèbre écrivain et dissident soviétique, Prix Nobelde littérature.
Installé dans la rue qui porte son nom,en plein centre de Moscou, le monument en bronzesur un piédestal en granit représente l'auteur del'"Archipel du Goulag" regardant droit devant lui,en chemise hors du pantalon.Il est simplement accompagné des lettres dorées"Alexandre Soljenitsyne", sans faire mention de
son rôle de dissident, "parce que le monde entierconnaît Soljenitsyne et aucune explication n'est nécessaire", a affirmé à l'agence officielle TASS lesculpteur Andreï Kovaltchouk, auteur du monument. Présent à la cérémonie d'inauguration, aux côtés de la veuve de l'écrivain Natalia Soljenitsyne, le présidentrusse Vladimir Poutine a fait l'éloge de la
"sagesse" de l'écrivain et de son "amour sansfrontières" pour sa patrie."Même en exil, Soljenitsyne ne permettait à personnede parler de la Russie de manière dédaigneuse,méchante, et il résistait à toute forme derussophobie", a déclaré M. Poutine."Il distinguait clairement la vraie Russie, celle du
peuple, et les particularités d'un système totalitairequi a apporté des souffrances et des épreuves difficiles pour des millions de personnes", a estimé le président russe. "Mais le plus important est que la voix d'Alexandre Issaïevitch continue de se faire entendre, que ses pensées, ses idées, trouvent de l'écho dans les esprits et les coeurs des gens", a-t-il souligné. Pour marquer le centenaire de la naissance de Soljenitsyne, le 11 décembre, plusieurs théâtres russes montent des productions basées sur ses oeuvres et la mairie de Moscou a lancé une application proposant une "visite guidée" de la capitale sur les traces de l'écrivain.
Pour sa part, Ignat Soljenitsyne, le fils de l'écrivain,a dirigé à cette occasion au célèbre théâtre moscovite du Bolchoï un opéra basé sur le roman de sonpère "Une journée d'Ivan Denissovitch".Expulsé d'URSS en 1974 pour avoir exposé au monde les horreurs des camps de travail,Soljenitsyne est revenu triomphalement en Russieen 1994, après deux décennies d'exil. Il a rencontré plusieurs fois Vladimir Poutine à lafin de sa vie et ne faisait pas partie de ses critiques.
Installé dans la rue qui porte son nom,en plein centre de Moscou, le monument en bronzesur un piédestal en granit représente l'auteur del'"Archipel du Goulag" regardant droit devant lui,en chemise hors du pantalon.Il est simplement accompagné des lettres dorées"Alexandre Soljenitsyne", sans faire mention de
son rôle de dissident, "parce que le monde entierconnaît Soljenitsyne et aucune explication n'est nécessaire", a affirmé à l'agence officielle TASS lesculpteur Andreï Kovaltchouk, auteur du monument. Présent à la cérémonie d'inauguration, aux côtés de la veuve de l'écrivain Natalia Soljenitsyne, le présidentrusse Vladimir Poutine a fait l'éloge de la
"sagesse" de l'écrivain et de son "amour sansfrontières" pour sa patrie."Même en exil, Soljenitsyne ne permettait à personnede parler de la Russie de manière dédaigneuse,méchante, et il résistait à toute forme derussophobie", a déclaré M. Poutine."Il distinguait clairement la vraie Russie, celle du
peuple, et les particularités d'un système totalitairequi a apporté des souffrances et des épreuves difficiles pour des millions de personnes", a estimé le président russe. "Mais le plus important est que la voix d'Alexandre Issaïevitch continue de se faire entendre, que ses pensées, ses idées, trouvent de l'écho dans les esprits et les coeurs des gens", a-t-il souligné. Pour marquer le centenaire de la naissance de Soljenitsyne, le 11 décembre, plusieurs théâtres russes montent des productions basées sur ses oeuvres et la mairie de Moscou a lancé une application proposant une "visite guidée" de la capitale sur les traces de l'écrivain.
Pour sa part, Ignat Soljenitsyne, le fils de l'écrivain,a dirigé à cette occasion au célèbre théâtre moscovite du Bolchoï un opéra basé sur le roman de sonpère "Une journée d'Ivan Denissovitch".Expulsé d'URSS en 1974 pour avoir exposé au monde les horreurs des camps de travail,Soljenitsyne est revenu triomphalement en Russieen 1994, après deux décennies d'exil. Il a rencontré plusieurs fois Vladimir Poutine à lafin de sa vie et ne faisait pas partie de ses critiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.