Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition invisible
Spéculations autour des élections présidentielles
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 12 - 2018

La conjoncture politique actuelle, marquée par les spéculations autour des élections présidentielles, est révélatrice de la situation que traverse l'opposition.
La conjoncture politique actuelle, marquée par les spéculations autour des élections présidentielles, est révélatrice de la situation que traverse l'opposition.
Dans ce brouhaha politique, qui est essentiellement l'oeuvre des partisde l'alliance présidentielle, l'oppositionest confinée dans un rôle secondaire.Réduite à un rôle de simple spectatrice,l'opposition n'arrive plus à donner de lavoix. Elle est inaudible et se contente leplus souvent de réagir par à-coups autempo imposé par les partis qui soutiennentle président Bouteflika. En d'autrestermes, l'opposition n'arrive pas à pesersur le cours des événements. Atomisée etminée par ses contradictions et ses luttespour le leadership, l'opposition donne,ainsi, l'impression d'être totalementdémunie face à la toute puissance du pouvoiret de ses relais politiques.
Ce sont cesderniers, en effet, qui font l'actualité politiqueet donnent le ton des événements.Les spéculations autour des élections présidentiellesen est la parfaite illustrationcar, les partis qui comptent dans le camp de l'opposition en sont réduits à de simplesscrutateurs de ce qui pourrait émanerdu pouvoir et des partis politiques qui lesoutiennent, pour essayer d'interpréter lemoindre indice pouvant indiquer la tournuredu vent. Des spéculations qui tournentautour de la possibilité du report desélections présidentielles, de la prolongationdu mandat du président de laRépublique ou même, de l'éventualitéd'une révision de la Constitution. Toutesces hypothèses émanent des cercles dupouvoir ou de leurs relais politiques.
Pendant ce temps, l'opposition n'arrive même pas à avoir son mot à dire.Fortement affaiblie, elle étale au grand jour ses divisions, tant chaque formation politique essaye de jouer sa propre partition.Il en est ainsi du MSP qui a plaidé ouvertement pour le report de l'échéance électorale, prévue au mois d'avril de l'année prochaine, soit dans quatre mois plus exactement. Une proposition qui n'arrive pas à susciter la moindre réaction positive et elle est même frappée du sceau de la suspicion. Le FFS clame à qui veut l'entendre que le Consensus national reste la seule alternative pour sortir de la crise que traverse le pays. Mais ce parti, embourbé dans ses divisions internes, n'est que l'ombre de lui-même et sa proposition est rejetée comme cela était prévisible. Le RCD, le PT et d'autres partis de l'opposition, qui se contentent des traditionnelles mises en garde à l'adresse du pouvoir, paraissent totalement désarmés. Pourtant, il y'a juste quelques années, l'opposition a réussi la gageure de resserrer ses rangs soulevant même moult espérances au sein d'une partie de l'opinion publique nationale, et suscitant même les inquiétudes du pouvoir. L'expérience de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique
(CLTD), est en effet encore très vivace dans les esprits. Transcendant ses clivages politiques, l'opposition s'est mise d'accord sur une plate-forme politique. En parant d'une seule voix, l'opposition a incontestablement gagné en puissance, devenant par là même, une réelle force de proposition capable d'agir sur le cours des événements. Hélas, ce fut de très courte durée et l'oppositiin est très vite retombée dans ses travers. Chose qui n'a pas été pour déplaire le pouvoir. Un pouvoir plus que jamais revigoré qui peut mettre en place tous ses plans, sans crainted'être véritablement contrarié.
Dans ce brouhaha politique, qui est essentiellement l'oeuvre des partisde l'alliance présidentielle, l'oppositionest confinée dans un rôle secondaire.Réduite à un rôle de simple spectatrice,l'opposition n'arrive plus à donner de lavoix. Elle est inaudible et se contente leplus souvent de réagir par à-coups autempo imposé par les partis qui soutiennentle président Bouteflika. En d'autrestermes, l'opposition n'arrive pas à pesersur le cours des événements. Atomisée etminée par ses contradictions et ses luttespour le leadership, l'opposition donne,ainsi, l'impression d'être totalementdémunie face à la toute puissance du pouvoiret de ses relais politiques.
Ce sont cesderniers, en effet, qui font l'actualité politiqueet donnent le ton des événements.Les spéculations autour des élections présidentiellesen est la parfaite illustrationcar, les partis qui comptent dans le camp de l'opposition en sont réduits à de simplesscrutateurs de ce qui pourrait émanerdu pouvoir et des partis politiques qui lesoutiennent, pour essayer d'interpréter lemoindre indice pouvant indiquer la tournuredu vent. Des spéculations qui tournentautour de la possibilité du report desélections présidentielles, de la prolongationdu mandat du président de laRépublique ou même, de l'éventualitéd'une révision de la Constitution. Toutesces hypothèses émanent des cercles dupouvoir ou de leurs relais politiques.
Pendant ce temps, l'opposition n'arrive même pas à avoir son mot à dire.Fortement affaiblie, elle étale au grand jour ses divisions, tant chaque formation politique essaye de jouer sa propre partition.Il en est ainsi du MSP qui a plaidé ouvertement pour le report de l'échéance électorale, prévue au mois d'avril de l'année prochaine, soit dans quatre mois plus exactement. Une proposition qui n'arrive pas à susciter la moindre réaction positive et elle est même frappée du sceau de la suspicion. Le FFS clame à qui veut l'entendre que le Consensus national reste la seule alternative pour sortir de la crise que traverse le pays. Mais ce parti, embourbé dans ses divisions internes, n'est que l'ombre de lui-même et sa proposition est rejetée comme cela était prévisible. Le RCD, le PT et d'autres partis de l'opposition, qui se contentent des traditionnelles mises en garde à l'adresse du pouvoir, paraissent totalement désarmés. Pourtant, il y'a juste quelques années, l'opposition a réussi la gageure de resserrer ses rangs soulevant même moult espérances au sein d'une partie de l'opinion publique nationale, et suscitant même les inquiétudes du pouvoir. L'expérience de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique
(CLTD), est en effet encore très vivace dans les esprits. Transcendant ses clivages politiques, l'opposition s'est mise d'accord sur une plate-forme politique. En parant d'une seule voix, l'opposition a incontestablement gagné en puissance, devenant par là même, une réelle force de proposition capable d'agir sur le cours des événements. Hélas, ce fut de très courte durée et l'oppositiin est très vite retombée dans ses travers. Chose qui n'a pas été pour déplaire le pouvoir. Un pouvoir plus que jamais revigoré qui peut mettre en place tous ses plans, sans crainted'être véritablement contrarié.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.