Enquête au FLN    «Les problèmes sécuritaires n'ont pas empêché l'avancement»    Les ambitions du ministère de l'Agriculture    L'électrique à portée de tous    La mobilité de demain    Baghdad Bounedjah sacré    Tahrat forfait face à la Gambie    Enfin la répartition des tâches !    Le monoxyde de carbone enregistre sa première victime de l'année    Plus de 2 000 enseignants au concours de promotion au grade de professeur principal et formateur    Les localités touchées par la fièvre aphteuse demandent des quotas de vaccins en urgence    La perte, la peur et le mystère des yeux bandés    ACTUCULT    Les écrivains et les écrevisses    Tunisie, Une démocratisation au-dessus de tout soupçon ?    L'Algérie au coeur d'un ouvrage de référence paru à Washington    Hydrocarbures: l'Algérie possède des capacités importantes de production    Zaalane appelle à accorder “la priorité absolue” à l'entretien des routes    Brexit: Que va-t-il se passer après le rejet de l'accord par le parlement britannique?    Le pays est surendetté et en état de faillite : La contestation sociale gagne le Zimbabwe    La CPI lave de tout soupçon l'ex-président ivoirien : Laurent Gbagbo acquitté    Le retour de Boudiaf    Nouvel an amazigh 2969 : La tradition perpétuée en Kabylie    Football - Mercato d'hiver: Une transhumance aux résultats incertains    FAF: Ould Zmirli démissionne pour se consacrer à la politique    Selon des syndicats de l'Education: La grève du 21 janvier inévitable    Grippe saisonnière: Le ministère de la Santé rappelle la nécessité de se faire vacciner    Ballon carré    Importation de blé: Moscou évincera-t-il Paris du marché algérien ?    L'Alliance présidentielle dans l'expectative    En visite à Alger : Bedoui appelle à la création de délégations au niveau des nouvelles circonscriptions administratives    Un crime odieux pour 200 euros !    Des responsables limogés    Le nœud syrien sera-t-il dénoué sans les USA?    Algérie -Afrique du Sud : Signature d'une feuille de route pour renforcer la coopération économique et commerciale    Ligue des champions (2e J/ Gr.D) Al-Ahly du Caire : Forfait de cinq joueurs égyptiens face à la JS Saoura    Le président du Parlement libéré après avoir été brièvement détenu    Priorité de tous : le bien-être du peuple    10èmes Journées internationales du Marketing Touristique : La "destination Algérie"… le défi de 2019    6 productions en compétition    Un aboutissement de la revendication identitaire    MASCARA : Découverte de 15 bombes artisanales à Maoussa    TIERS PRESIDENTIEL : Report de l'installation des nouveaux sénateurs    FFS : vers le rejet de la présidentielle    Makri candidat ?    Anniversaire ... en prison    L'énigme Hamrouche    CAN-2019 : Le tirage au sort de la phase finale début avril    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition invisible
Spéculations autour des élections présidentielles
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 12 - 2018

La conjoncture politique actuelle, marquée par les spéculations autour des élections présidentielles, est révélatrice de la situation que traverse l'opposition.
La conjoncture politique actuelle, marquée par les spéculations autour des élections présidentielles, est révélatrice de la situation que traverse l'opposition.
Dans ce brouhaha politique, qui est essentiellement l'oeuvre des partisde l'alliance présidentielle, l'oppositionest confinée dans un rôle secondaire.Réduite à un rôle de simple spectatrice,l'opposition n'arrive plus à donner de lavoix. Elle est inaudible et se contente leplus souvent de réagir par à-coups autempo imposé par les partis qui soutiennentle président Bouteflika. En d'autrestermes, l'opposition n'arrive pas à pesersur le cours des événements. Atomisée etminée par ses contradictions et ses luttespour le leadership, l'opposition donne,ainsi, l'impression d'être totalementdémunie face à la toute puissance du pouvoiret de ses relais politiques.
Ce sont cesderniers, en effet, qui font l'actualité politiqueet donnent le ton des événements.Les spéculations autour des élections présidentiellesen est la parfaite illustrationcar, les partis qui comptent dans le camp de l'opposition en sont réduits à de simplesscrutateurs de ce qui pourrait émanerdu pouvoir et des partis politiques qui lesoutiennent, pour essayer d'interpréter lemoindre indice pouvant indiquer la tournuredu vent. Des spéculations qui tournentautour de la possibilité du report desélections présidentielles, de la prolongationdu mandat du président de laRépublique ou même, de l'éventualitéd'une révision de la Constitution. Toutesces hypothèses émanent des cercles dupouvoir ou de leurs relais politiques.
Pendant ce temps, l'opposition n'arrive même pas à avoir son mot à dire.Fortement affaiblie, elle étale au grand jour ses divisions, tant chaque formation politique essaye de jouer sa propre partition.Il en est ainsi du MSP qui a plaidé ouvertement pour le report de l'échéance électorale, prévue au mois d'avril de l'année prochaine, soit dans quatre mois plus exactement. Une proposition qui n'arrive pas à susciter la moindre réaction positive et elle est même frappée du sceau de la suspicion. Le FFS clame à qui veut l'entendre que le Consensus national reste la seule alternative pour sortir de la crise que traverse le pays. Mais ce parti, embourbé dans ses divisions internes, n'est que l'ombre de lui-même et sa proposition est rejetée comme cela était prévisible. Le RCD, le PT et d'autres partis de l'opposition, qui se contentent des traditionnelles mises en garde à l'adresse du pouvoir, paraissent totalement désarmés. Pourtant, il y'a juste quelques années, l'opposition a réussi la gageure de resserrer ses rangs soulevant même moult espérances au sein d'une partie de l'opinion publique nationale, et suscitant même les inquiétudes du pouvoir. L'expérience de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique
(CLTD), est en effet encore très vivace dans les esprits. Transcendant ses clivages politiques, l'opposition s'est mise d'accord sur une plate-forme politique. En parant d'une seule voix, l'opposition a incontestablement gagné en puissance, devenant par là même, une réelle force de proposition capable d'agir sur le cours des événements. Hélas, ce fut de très courte durée et l'oppositiin est très vite retombée dans ses travers. Chose qui n'a pas été pour déplaire le pouvoir. Un pouvoir plus que jamais revigoré qui peut mettre en place tous ses plans, sans crainted'être véritablement contrarié.
Dans ce brouhaha politique, qui est essentiellement l'oeuvre des partisde l'alliance présidentielle, l'oppositionest confinée dans un rôle secondaire.Réduite à un rôle de simple spectatrice,l'opposition n'arrive plus à donner de lavoix. Elle est inaudible et se contente leplus souvent de réagir par à-coups autempo imposé par les partis qui soutiennentle président Bouteflika. En d'autrestermes, l'opposition n'arrive pas à pesersur le cours des événements. Atomisée etminée par ses contradictions et ses luttespour le leadership, l'opposition donne,ainsi, l'impression d'être totalementdémunie face à la toute puissance du pouvoiret de ses relais politiques.
Ce sont cesderniers, en effet, qui font l'actualité politiqueet donnent le ton des événements.Les spéculations autour des élections présidentiellesen est la parfaite illustrationcar, les partis qui comptent dans le camp de l'opposition en sont réduits à de simplesscrutateurs de ce qui pourrait émanerdu pouvoir et des partis politiques qui lesoutiennent, pour essayer d'interpréter lemoindre indice pouvant indiquer la tournuredu vent. Des spéculations qui tournentautour de la possibilité du report desélections présidentielles, de la prolongationdu mandat du président de laRépublique ou même, de l'éventualitéd'une révision de la Constitution. Toutesces hypothèses émanent des cercles dupouvoir ou de leurs relais politiques.
Pendant ce temps, l'opposition n'arrive même pas à avoir son mot à dire.Fortement affaiblie, elle étale au grand jour ses divisions, tant chaque formation politique essaye de jouer sa propre partition.Il en est ainsi du MSP qui a plaidé ouvertement pour le report de l'échéance électorale, prévue au mois d'avril de l'année prochaine, soit dans quatre mois plus exactement. Une proposition qui n'arrive pas à susciter la moindre réaction positive et elle est même frappée du sceau de la suspicion. Le FFS clame à qui veut l'entendre que le Consensus national reste la seule alternative pour sortir de la crise que traverse le pays. Mais ce parti, embourbé dans ses divisions internes, n'est que l'ombre de lui-même et sa proposition est rejetée comme cela était prévisible. Le RCD, le PT et d'autres partis de l'opposition, qui se contentent des traditionnelles mises en garde à l'adresse du pouvoir, paraissent totalement désarmés. Pourtant, il y'a juste quelques années, l'opposition a réussi la gageure de resserrer ses rangs soulevant même moult espérances au sein d'une partie de l'opinion publique nationale, et suscitant même les inquiétudes du pouvoir. L'expérience de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique
(CLTD), est en effet encore très vivace dans les esprits. Transcendant ses clivages politiques, l'opposition s'est mise d'accord sur une plate-forme politique. En parant d'une seule voix, l'opposition a incontestablement gagné en puissance, devenant par là même, une réelle force de proposition capable d'agir sur le cours des événements. Hélas, ce fut de très courte durée et l'oppositiin est très vite retombée dans ses travers. Chose qui n'a pas été pour déplaire le pouvoir. Un pouvoir plus que jamais revigoré qui peut mettre en place tous ses plans, sans crainted'être véritablement contrarié.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.