"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'opposition invisible
Spéculations autour des élections présidentielles
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 12 - 2018

La conjoncture politique actuelle, marquée par les spéculations autour des élections présidentielles, est révélatrice de la situation que traverse l'opposition.
La conjoncture politique actuelle, marquée par les spéculations autour des élections présidentielles, est révélatrice de la situation que traverse l'opposition.
Dans ce brouhaha politique, qui est essentiellement l'oeuvre des partisde l'alliance présidentielle, l'oppositionest confinée dans un rôle secondaire.Réduite à un rôle de simple spectatrice,l'opposition n'arrive plus à donner de lavoix. Elle est inaudible et se contente leplus souvent de réagir par à-coups autempo imposé par les partis qui soutiennentle président Bouteflika. En d'autrestermes, l'opposition n'arrive pas à pesersur le cours des événements. Atomisée etminée par ses contradictions et ses luttespour le leadership, l'opposition donne,ainsi, l'impression d'être totalementdémunie face à la toute puissance du pouvoiret de ses relais politiques.
Ce sont cesderniers, en effet, qui font l'actualité politiqueet donnent le ton des événements.Les spéculations autour des élections présidentiellesen est la parfaite illustrationcar, les partis qui comptent dans le camp de l'opposition en sont réduits à de simplesscrutateurs de ce qui pourrait émanerdu pouvoir et des partis politiques qui lesoutiennent, pour essayer d'interpréter lemoindre indice pouvant indiquer la tournuredu vent. Des spéculations qui tournentautour de la possibilité du report desélections présidentielles, de la prolongationdu mandat du président de laRépublique ou même, de l'éventualitéd'une révision de la Constitution. Toutesces hypothèses émanent des cercles dupouvoir ou de leurs relais politiques.
Pendant ce temps, l'opposition n'arrive même pas à avoir son mot à dire.Fortement affaiblie, elle étale au grand jour ses divisions, tant chaque formation politique essaye de jouer sa propre partition.Il en est ainsi du MSP qui a plaidé ouvertement pour le report de l'échéance électorale, prévue au mois d'avril de l'année prochaine, soit dans quatre mois plus exactement. Une proposition qui n'arrive pas à susciter la moindre réaction positive et elle est même frappée du sceau de la suspicion. Le FFS clame à qui veut l'entendre que le Consensus national reste la seule alternative pour sortir de la crise que traverse le pays. Mais ce parti, embourbé dans ses divisions internes, n'est que l'ombre de lui-même et sa proposition est rejetée comme cela était prévisible. Le RCD, le PT et d'autres partis de l'opposition, qui se contentent des traditionnelles mises en garde à l'adresse du pouvoir, paraissent totalement désarmés. Pourtant, il y'a juste quelques années, l'opposition a réussi la gageure de resserrer ses rangs soulevant même moult espérances au sein d'une partie de l'opinion publique nationale, et suscitant même les inquiétudes du pouvoir. L'expérience de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique
(CLTD), est en effet encore très vivace dans les esprits. Transcendant ses clivages politiques, l'opposition s'est mise d'accord sur une plate-forme politique. En parant d'une seule voix, l'opposition a incontestablement gagné en puissance, devenant par là même, une réelle force de proposition capable d'agir sur le cours des événements. Hélas, ce fut de très courte durée et l'oppositiin est très vite retombée dans ses travers. Chose qui n'a pas été pour déplaire le pouvoir. Un pouvoir plus que jamais revigoré qui peut mettre en place tous ses plans, sans crainted'être véritablement contrarié.
Dans ce brouhaha politique, qui est essentiellement l'oeuvre des partisde l'alliance présidentielle, l'oppositionest confinée dans un rôle secondaire.Réduite à un rôle de simple spectatrice,l'opposition n'arrive plus à donner de lavoix. Elle est inaudible et se contente leplus souvent de réagir par à-coups autempo imposé par les partis qui soutiennentle président Bouteflika. En d'autrestermes, l'opposition n'arrive pas à pesersur le cours des événements. Atomisée etminée par ses contradictions et ses luttespour le leadership, l'opposition donne,ainsi, l'impression d'être totalementdémunie face à la toute puissance du pouvoiret de ses relais politiques.
Ce sont cesderniers, en effet, qui font l'actualité politiqueet donnent le ton des événements.Les spéculations autour des élections présidentiellesen est la parfaite illustrationcar, les partis qui comptent dans le camp de l'opposition en sont réduits à de simplesscrutateurs de ce qui pourrait émanerdu pouvoir et des partis politiques qui lesoutiennent, pour essayer d'interpréter lemoindre indice pouvant indiquer la tournuredu vent. Des spéculations qui tournentautour de la possibilité du report desélections présidentielles, de la prolongationdu mandat du président de laRépublique ou même, de l'éventualitéd'une révision de la Constitution. Toutesces hypothèses émanent des cercles dupouvoir ou de leurs relais politiques.
Pendant ce temps, l'opposition n'arrive même pas à avoir son mot à dire.Fortement affaiblie, elle étale au grand jour ses divisions, tant chaque formation politique essaye de jouer sa propre partition.Il en est ainsi du MSP qui a plaidé ouvertement pour le report de l'échéance électorale, prévue au mois d'avril de l'année prochaine, soit dans quatre mois plus exactement. Une proposition qui n'arrive pas à susciter la moindre réaction positive et elle est même frappée du sceau de la suspicion. Le FFS clame à qui veut l'entendre que le Consensus national reste la seule alternative pour sortir de la crise que traverse le pays. Mais ce parti, embourbé dans ses divisions internes, n'est que l'ombre de lui-même et sa proposition est rejetée comme cela était prévisible. Le RCD, le PT et d'autres partis de l'opposition, qui se contentent des traditionnelles mises en garde à l'adresse du pouvoir, paraissent totalement désarmés. Pourtant, il y'a juste quelques années, l'opposition a réussi la gageure de resserrer ses rangs soulevant même moult espérances au sein d'une partie de l'opinion publique nationale, et suscitant même les inquiétudes du pouvoir. L'expérience de la Coordination pour les libertés et la transition démocratique
(CLTD), est en effet encore très vivace dans les esprits. Transcendant ses clivages politiques, l'opposition s'est mise d'accord sur une plate-forme politique. En parant d'une seule voix, l'opposition a incontestablement gagné en puissance, devenant par là même, une réelle force de proposition capable d'agir sur le cours des événements. Hélas, ce fut de très courte durée et l'oppositiin est très vite retombée dans ses travers. Chose qui n'a pas été pour déplaire le pouvoir. Un pouvoir plus que jamais revigoré qui peut mettre en place tous ses plans, sans crainted'être véritablement contrarié.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.