Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Emmanuel Macron renonce
Débat controversé sur l'immigration
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 12 - 2018

Un mouvement d'indignation a répondu à l'annonce duprésident françaisEmmanuel Macron, la semainedernière, d'organiser un débatnational sur l'immigration.
Un mouvement d'indignation a répondu à l'annonce duprésident françaisEmmanuel Macron, la semainedernière, d'organiser un débatnational sur l'immigration.
Uneindignation d'autant plus vive quele thème, associé à l'identiténationale dans son adresse à laNation, n'a pas été un axe de sacampagne électorale. Pas plusqu'il n'a émergé dans le cadre de larévolte des "gilets jaunes" àlaquelle était censé répondre le discours de lundi dernier."Je veux aussi que nous mettionsd'accord la nation avec elle-même,sur ce qu'est son identité profonde,que nous abordions la questionde l'immigration", a déclaréEmmanuel Macron. Face au tollésoulevé, le gouvernement a finipar reculer.L'immigration ne sera plus qu'unsous-thème abordé dans le cadre dela question sur la démocratie et lacitoyenneté."Ce sujet, il ne faut pas l'éviter.Mais il ne faut pas le traiter à part. Si on en fait un sujet à part,on en fait un totem. Or, on saitque c'est sensible", a reconnu lePremier ministère. Le porte-parole du gouvernementa expliqué qu'il fallait quandmême mettre sur la table "lessujets dont on ne souhaite pasqu'ils soient instrumentalisés"par l'Extrême droite. Marine Le Pen a répondu.
"Plus que du déni, c'est de la censure", a-t-elle dénoncé. Juste avant ce recul, la question figurait bien mercredi dans lecommuniqué préparé à l'avance du Conseil des ministres. "Quelles sont les attentes et les inquiétudes des Français relatives à l'immigration, dans un contexte de mondialisation et de laïcité parfois bousculée ?" Telle que posée, la questionvise clairement les musulmanset valide un sentiment d'inquiétude que la diffusion de leur religion propagerait en France. Le Premier ministre, Edouard Philippe, ancien de l'UMP, s'est souvenu que le même débat a eu lieu sous la présidence de Nicolas Sarkozy mais qu'il s'est "mal passé".
Confié à l'époque au ministre de l'Immigration et de l'Identité, nationale, Eric Besson, transfuge du Parti Socialiste, le débat fut brutalement interrompu. Les conférences publiques à travers la France étaient devenues des déversoirs de haine. C'est de là que date l'expression de "libération de la parole raciste". "LaCFDT refuse à ce que +immigration"+ et +identité profonde+ fassent partie des cinq thèmes" retenus pour la grande concertationdécidée par Emmanuel Macron, a tranché, pour sa part, lepatron du premier syndicat deFrance, Laurent Beger. "C'estincompréhensible et dangereux alors que l'enjeu est clairement la justice sociale", a renchéri le Secrétaire général du syndicat réformiste. Même parmi les députés du parti macronien, certains n'ont pas caché leur consternation.
"Au secours!", alerte l'un d'eux. "C'est une blague ?", s'étonne un autre. Le premier à dégainer fut Dominique Sopo, le président de l'Association SOS Racisme, selon lequel "le débat n'augure rien de bon". Il a dénoncé un "cynisme inadmissible". Dans les rangs des organisations islamiques, le délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, adétonné auprès de TSA un "débatmalsain". Le thème de l'islam,lui, figurera bien dans les assises la laïcité lancées par le ministèrede l'Intérieur. Elles doivent déboucher sur une révision de la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l'Etat. Parmi leurs objectifs, contrôler le financement de la deuxième religion de France et la soustraire à l'influence des Etats étrangers
Uneindignation d'autant plus vive quele thème, associé à l'identiténationale dans son adresse à laNation, n'a pas été un axe de sacampagne électorale. Pas plusqu'il n'a émergé dans le cadre de larévolte des "gilets jaunes" àlaquelle était censé répondre le discours de lundi dernier."Je veux aussi que nous mettionsd'accord la nation avec elle-même,sur ce qu'est son identité profonde,que nous abordions la questionde l'immigration", a déclaréEmmanuel Macron. Face au tollésoulevé, le gouvernement a finipar reculer.L'immigration ne sera plus qu'unsous-thème abordé dans le cadre dela question sur la démocratie et lacitoyenneté."Ce sujet, il ne faut pas l'éviter.Mais il ne faut pas le traiter à part. Si on en fait un sujet à part,on en fait un totem. Or, on saitque c'est sensible", a reconnu lePremier ministère. Le porte-parole du gouvernementa expliqué qu'il fallait quandmême mettre sur la table "lessujets dont on ne souhaite pasqu'ils soient instrumentalisés"par l'Extrême droite. Marine Le Pen a répondu.
"Plus que du déni, c'est de la censure", a-t-elle dénoncé. Juste avant ce recul, la question figurait bien mercredi dans lecommuniqué préparé à l'avance du Conseil des ministres. "Quelles sont les attentes et les inquiétudes des Français relatives à l'immigration, dans un contexte de mondialisation et de laïcité parfois bousculée ?" Telle que posée, la questionvise clairement les musulmanset valide un sentiment d'inquiétude que la diffusion de leur religion propagerait en France. Le Premier ministre, Edouard Philippe, ancien de l'UMP, s'est souvenu que le même débat a eu lieu sous la présidence de Nicolas Sarkozy mais qu'il s'est "mal passé".
Confié à l'époque au ministre de l'Immigration et de l'Identité, nationale, Eric Besson, transfuge du Parti Socialiste, le débat fut brutalement interrompu. Les conférences publiques à travers la France étaient devenues des déversoirs de haine. C'est de là que date l'expression de "libération de la parole raciste". "LaCFDT refuse à ce que +immigration"+ et +identité profonde+ fassent partie des cinq thèmes" retenus pour la grande concertationdécidée par Emmanuel Macron, a tranché, pour sa part, lepatron du premier syndicat deFrance, Laurent Beger. "C'estincompréhensible et dangereux alors que l'enjeu est clairement la justice sociale", a renchéri le Secrétaire général du syndicat réformiste. Même parmi les députés du parti macronien, certains n'ont pas caché leur consternation.
"Au secours!", alerte l'un d'eux. "C'est une blague ?", s'étonne un autre. Le premier à dégainer fut Dominique Sopo, le président de l'Association SOS Racisme, selon lequel "le débat n'augure rien de bon". Il a dénoncé un "cynisme inadmissible". Dans les rangs des organisations islamiques, le délégué général du Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, adétonné auprès de TSA un "débatmalsain". Le thème de l'islam,lui, figurera bien dans les assises la laïcité lancées par le ministèrede l'Intérieur. Elles doivent déboucher sur une révision de la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l'Etat. Parmi leurs objectifs, contrôler le financement de la deuxième religion de France et la soustraire à l'influence des Etats étrangers


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.