Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres consacrée au Plan national de relance socioéconomique    Un confinement partiel dans cinq communes à M'sila    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    "Nous devons la vérité aux Algériens"    Le RCD dénonce la "reconduction de schémas sortis des laboratoires de la police politique"    Le marché pétrolier retombe dans le doute    Sapta sommée de livrer le pont métallique Haouch-Messaoudi avant septembre prochain    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La BAD octroie une aide d'urgence pour la Libye    Forte convergence sur le dossier libyen entre Alger et Rome    La reprise à nouveau renvoyée    Khacef veut continuer à Bordeaux    Les athlètes «qualifiés et qualifiables» autorisés à reprendre les entraînements    Les 4 samedis    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    34 personnes qui fêtaient un anniversaire, arrêtées    2 morts et un blessé grave suite à une électrocution    Des villageois de Haïzer interpellent le wali    Hakim Belahcel prend le pouvoir    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Le blues des colonies et l'implacable holocauste des origines    "Nous avons 25 milliards en instance d'encaissement"    Boussouf prêté à Courtrai puis à Eindhoven    L'exemple français    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    Les journalistes seront expulsés des chambres de Sidi Fredj    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Alger insiste sur la fin des ingérences en Libye    8 décès et 434 nouveaux cas en 24 heures    La France risque de perdre le marché algérien    Le P-DG et 3 responsables de l'EPMC sous mandat de dépôt    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Khaled rêve d'un Maghreb uni    Numidia TV dans la tourmente    L'ONEC dénonce les déclarations de Marine Le Pen contre l'Algérie    Sétif: Décès d'une infirmière du Covid-19    Une mère écrouée à Oran: Elle avait attaché sa fille de 7 ans avec une chaîne    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Entre la liberté de réfléchir et l'interdiction de penser    Institut Cervantès d'Oran: Le cycle « Hispanistadesdecasa » à partir de demain    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    Impact du Covid-19: la presse sportive algérienne touchée de plein fouet    Libye: reprise de la production et des exportations de pétrole après des mois de blocage    Premier League: L'Algérien Mahrez 2e meilleur passeur africain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Polémique autour du sort de 43 travailleurs du groupe Cevital
Béjaïa
Publié dans Le Midi Libre le 06 - 01 - 2019

Après avoir mobilisé des milliers de personnes dans une gigantesque marche àBéjaïa, le groupe Cevital du milliardaireIssad Rebrab, se retrouve aujourd'hui aucoeur d'une vive polémique,
Après avoir mobilisé des milliers de personnes dans une gigantesque marche àBéjaïa, le groupe Cevital du milliardaireIssad Rebrab, se retrouve aujourd'hui aucoeur d'une vive polémique,
en raison dutriste sort qui a été réservé à 43 travailleurs.Le destin de ces travailleurs, qui ont perduleur travail et leur détresse, divise les partisanset adversaires du groupe Cevital. Entenant un rassemblement devant le complexeindustriel de Cevital à Béjaïa, cestravailleurs ont exprimé haut et fort, leurdétresse quelques jours à peine après avoirparticipé à une immense marche pourcontester le blocage des équipementsindustriels importés par le groupe d'IssadRebrab.
"La majorité de ces 43 employés ont étérecrutés juste au début de l'exploitation dela nouvelle usine située au sein de l'enceinteportuaire. Selon certains témoignages,ces salariés ont été formés par legroupe pour davantage d'efficacité et derentabilité économique. Pendant desannées, ils ont travaillé ardemment, ilsont même failli perdre leurs vies, commecertains de leurs collègues au sein de cetteentreprise", relate à ce sujet Samir Larabi, ancien journaliste et militant actif du PartiSocialiste des Travailleurs (PST), l'un des derniers partis de la gauche algérienne.Sur sa page Facebook, Samir Larabi s'enprend sévèrement aux "supporters" de l'homme d'affaires Issad Rebrab.
"Le dernier rassemblement des ex-travailleurs de Cévital devant le siège de l'entreprise à Béjaia, nous interpelle collectivement sur la gestion RH de ce groupe, qui veut soidisant créer 100.000 emplois, mais il est incapable de réintégrer 43 travailleurs, dont certains ont passé plus de 20 ans dans cette entreprise. Une réintégration non pas pour faire du+social+, mais pour réparer une injustice commise par ce groupe, depuis 2013", s'indigne ce militant politique, lequel appelle à une large solidarité avec ces travailleurs "qui ne demandent qu'à travailler, gagner honnêtement leurs salaires et faire vivre leurs familles".
"Ces salariés ont été victimes d'un abus de pouvoir, de naïveté et d'abus de confiance. Ils ont même participé à la marche de soutien àCévital organisée le 11 décembre 2018, à Béjaia", explique celui qui fut par le passé, le porte-parole du Comité national pour la défense des droits des chômeurs. Mais ces travailleurs ont-ils été vraiment trahis par les managers dugroupe Cévital ? Ont-ils été victimes d'un mépris immoral comme le dénonce le militant du PST ? Moussa Nait Amara, l'un des observateurs les plus avertis de la scène économique de Béjaïa, réfute totalement ces accusations et explique sur page Facebook que ces travailleurs ont fait uniquement les frais d'un conflit entre un sous-traitant privé et le groupe Cévital. Les 43 travailleurs privés de leurs emplois ne sont pas des employésdu groupe Cévital, mais travaillent pour le compte d'un sous-traitant privé. Moussa Nait
Amara a dénoncé ainsi, une campagne de dénigrement mensongère, qui vise le groupe Cévital. Selon nos informations, il est vrai que ces 43 travailleurs ont été employés par une entreprise de sous-traitance, appelée PRO-SMI spécialisée dans la maintenance. En 2017 et 2018, le contrat de sous-traitance entre le groupe Cévital et cette entreprise privée est reconduit, "mais sans la clause de réintégration de ces ex salariés de Cévital", déplore Samir qui n'a pas manqué de rappeler que ces ouvriers ont, d'abord, travaillé pour Cévital avant d'être confiés à cette entreprise privée dans le cadre de l'externalisation de certaines activités de maintenance du groupe d'Issad Rebrab. "L'ironie de l'histoire, Cévital décide de ne pas reconduire contrat de maintenance avec PROSMI et les 43 ex-salariés se retrouvent au chômage", dénonce enfin le militant du PST. Signalons enfin, que l'homme d'affaires Issad Rebrab ne s'est toujours pas prononcé au sujet de cette polémique.
en raison dutriste sort qui a été réservé à 43 travailleurs.Le destin de ces travailleurs, qui ont perduleur travail et leur détresse, divise les partisanset adversaires du groupe Cevital. Entenant un rassemblement devant le complexeindustriel de Cevital à Béjaïa, cestravailleurs ont exprimé haut et fort, leurdétresse quelques jours à peine après avoirparticipé à une immense marche pourcontester le blocage des équipementsindustriels importés par le groupe d'IssadRebrab.
"La majorité de ces 43 employés ont étérecrutés juste au début de l'exploitation dela nouvelle usine située au sein de l'enceinteportuaire. Selon certains témoignages,ces salariés ont été formés par legroupe pour davantage d'efficacité et derentabilité économique. Pendant desannées, ils ont travaillé ardemment, ilsont même failli perdre leurs vies, commecertains de leurs collègues au sein de cetteentreprise", relate à ce sujet Samir Larabi, ancien journaliste et militant actif du PartiSocialiste des Travailleurs (PST), l'un des derniers partis de la gauche algérienne.Sur sa page Facebook, Samir Larabi s'enprend sévèrement aux "supporters" de l'homme d'affaires Issad Rebrab.
"Le dernier rassemblement des ex-travailleurs de Cévital devant le siège de l'entreprise à Béjaia, nous interpelle collectivement sur la gestion RH de ce groupe, qui veut soidisant créer 100.000 emplois, mais il est incapable de réintégrer 43 travailleurs, dont certains ont passé plus de 20 ans dans cette entreprise. Une réintégration non pas pour faire du+social+, mais pour réparer une injustice commise par ce groupe, depuis 2013", s'indigne ce militant politique, lequel appelle à une large solidarité avec ces travailleurs "qui ne demandent qu'à travailler, gagner honnêtement leurs salaires et faire vivre leurs familles".
"Ces salariés ont été victimes d'un abus de pouvoir, de naïveté et d'abus de confiance. Ils ont même participé à la marche de soutien àCévital organisée le 11 décembre 2018, à Béjaia", explique celui qui fut par le passé, le porte-parole du Comité national pour la défense des droits des chômeurs. Mais ces travailleurs ont-ils été vraiment trahis par les managers dugroupe Cévital ? Ont-ils été victimes d'un mépris immoral comme le dénonce le militant du PST ? Moussa Nait Amara, l'un des observateurs les plus avertis de la scène économique de Béjaïa, réfute totalement ces accusations et explique sur page Facebook que ces travailleurs ont fait uniquement les frais d'un conflit entre un sous-traitant privé et le groupe Cévital. Les 43 travailleurs privés de leurs emplois ne sont pas des employésdu groupe Cévital, mais travaillent pour le compte d'un sous-traitant privé. Moussa Nait
Amara a dénoncé ainsi, une campagne de dénigrement mensongère, qui vise le groupe Cévital. Selon nos informations, il est vrai que ces 43 travailleurs ont été employés par une entreprise de sous-traitance, appelée PRO-SMI spécialisée dans la maintenance. En 2017 et 2018, le contrat de sous-traitance entre le groupe Cévital et cette entreprise privée est reconduit, "mais sans la clause de réintégration de ces ex salariés de Cévital", déplore Samir qui n'a pas manqué de rappeler que ces ouvriers ont, d'abord, travaillé pour Cévital avant d'être confiés à cette entreprise privée dans le cadre de l'externalisation de certaines activités de maintenance du groupe d'Issad Rebrab. "L'ironie de l'histoire, Cévital décide de ne pas reconduire contrat de maintenance avec PROSMI et les 43 ex-salariés se retrouvent au chômage", dénonce enfin le militant du PST. Signalons enfin, que l'homme d'affaires Issad Rebrab ne s'est toujours pas prononcé au sujet de cette polémique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.