Neutralité écornée    Alger: Trois militants du FFS arrêtés    Importation des véhicules en CKD: Une facture de près de 3 milliards de dollars    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Division nationale amateur - Est: Le MOC et le CRBOD en arbitres    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Lutte contre l'habitat précaire: Réception de plus de 3.500 nouveaux logements, fin 2019, à Misserghine    Ils seront installés le mois d'avril prochain pour la gestion des plages: Un administrateur et deux élus, dans chaque commune côtière    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    La balle dans le camp des actionnaires    L'Histoire des peuples ne se falsifie pas    Session de formation au profit d'officiers de la police mauritanienne    Ligue des champions    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Partenaire de la Fédération Algérienne d'Escrime : Ooredoo accompagne l'équipe nationale dans la Coupe du monde de Sabre féminin-junior    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Réunion des partis de l'opposition    Deux suspects arrêtés    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Que décidera Bouteflika ?
Appels pour un 5e mandat
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 01 - 2019

Maintenant que le corps électoral est convoqué pour le 18 avril prochain, les choses sérieuses vont commencer pour l'élection présidentielle.
Maintenant que le corps électoral est convoqué pour le 18 avril prochain, les choses sérieuses vont commencer pour l'élection présidentielle.
Les partisans du président Bouteflika n'ont pas attendu longtemps pourrelancer avec force leurs appels pourun 5e mandat. En effet, aussitôt la convocationdu corps électoral annoncée, les partis de l'alliance présidentielle sont vitemontés au créneau à cette fin. C'est notamment le cas du RND et du parti de TAJ, en attendant à ce que le FLN et leMPA en fassent de même. Le RND aréuni dans l'après midi d'avant-hier sonbureau national, soit quelques heures seukeentaprès la désignation de la date de la tenue de l'élection présidentielle.
Lebureau national a accueilli ainsi favorablement,la convocation du corps électoralet a, dans la foulée, réitéré son appelau moudjahid Bouteflika pour briguer un5e mandat. Une invitation qui sera, sansaucun doute, appuyée par le Conseilnational de ce parti qui tiendra sa sixièmesession le 31 janvier et le 1er février. Lemême jour, le parti de TAJ, que dirigeAmar Ghoul, emboite le pas au parti deAhmed Ouyahia. TAJ appelle en effet leprésident Bouteflika, à "continuer à dirigerle pays en se portant candidat pourl'élection présidentielle". Dans le brefcommuniqué redu public à cet effet, ilréaffirme son soutien et sa fidélité auprésident Bouteflika. Dimanche c'était autour du parti du FLN d'en faire de même.
Le vieux parti se réjouit de la convocationdu corps électoral laquelle, d'après le communiqué rendu public, "met définitivement fin à la polémique" relative à la tenue ou non de l'élection présidentielle, conformément aux délais requis par la loi. Le FLN invite donc le président Bouteflika, qui est faut il encore le rappeler le president du parti, à "continuer à diriger" le pays et "exercer ses hautes fonctions" pour une Algérie "unie, souveraine, réconciliée et prospère". Maintenant on attend à ce que l'autreparti de l'alliance présidentielle, le MPAen l'occurrence rejoigne les trois partis en appelant lui aussi le presidentBouteflika, à succéder à lui-même.
Le MPA de Amara Benyounes, contrairement aux partis du FLN, du RND et de TAJ, s'est toujours distingué sur cette épineuse question. En effet, il est le seul parti à n'avoir jamais appelé le président Bouteflika à briguer un 5e mandat. Son président, Amara Benyounes, qui a toujours apporté un soutien sans faille au chef de l'Etat, a expliqué cela par le fait qu'il attend d'abord que Bouteflika exprime sa volonté de continuer à diriger le pays. Ces appels seront certainement suivis par d'autres partis politiques de moindre envergure, ainsi que par des organisations et associations de la sociéténcivile à l'exemple, notamment, de l'UGTA et du FCE.
Il en sera de mémepour les organisations de la "famillerévolutionnaire" qui vont, elles aussi, ce concert d'appels. Des appels qui vont peut être peser dans la balance, alors que le président Bouteflika s'est gardé jusqu'à présent de donner le moindre signe sur sa volonté et ce, même si pour de nombreux analystes il ne fait plus aucun doute que l'actuel locataire dela présidence sera bel et bien au rendezvous du 18 avril prochain.
Les partisans du président Bouteflika n'ont pas attendu longtemps pourrelancer avec force leurs appels pourun 5e mandat. En effet, aussitôt la convocationdu corps électoral annoncée, les partis de l'alliance présidentielle sont vitemontés au créneau à cette fin. C'est notamment le cas du RND et du parti de TAJ, en attendant à ce que le FLN et leMPA en fassent de même. Le RND aréuni dans l'après midi d'avant-hier sonbureau national, soit quelques heures seukeentaprès la désignation de la date de la tenue de l'élection présidentielle.
Lebureau national a accueilli ainsi favorablement,la convocation du corps électoralet a, dans la foulée, réitéré son appelau moudjahid Bouteflika pour briguer un5e mandat. Une invitation qui sera, sansaucun doute, appuyée par le Conseilnational de ce parti qui tiendra sa sixièmesession le 31 janvier et le 1er février. Lemême jour, le parti de TAJ, que dirigeAmar Ghoul, emboite le pas au parti deAhmed Ouyahia. TAJ appelle en effet leprésident Bouteflika, à "continuer à dirigerle pays en se portant candidat pourl'élection présidentielle". Dans le brefcommuniqué redu public à cet effet, ilréaffirme son soutien et sa fidélité auprésident Bouteflika. Dimanche c'était autour du parti du FLN d'en faire de même.
Le vieux parti se réjouit de la convocationdu corps électoral laquelle, d'après le communiqué rendu public, "met définitivement fin à la polémique" relative à la tenue ou non de l'élection présidentielle, conformément aux délais requis par la loi. Le FLN invite donc le président Bouteflika, qui est faut il encore le rappeler le president du parti, à "continuer à diriger" le pays et "exercer ses hautes fonctions" pour une Algérie "unie, souveraine, réconciliée et prospère". Maintenant on attend à ce que l'autreparti de l'alliance présidentielle, le MPAen l'occurrence rejoigne les trois partis en appelant lui aussi le presidentBouteflika, à succéder à lui-même.
Le MPA de Amara Benyounes, contrairement aux partis du FLN, du RND et de TAJ, s'est toujours distingué sur cette épineuse question. En effet, il est le seul parti à n'avoir jamais appelé le président Bouteflika à briguer un 5e mandat. Son président, Amara Benyounes, qui a toujours apporté un soutien sans faille au chef de l'Etat, a expliqué cela par le fait qu'il attend d'abord que Bouteflika exprime sa volonté de continuer à diriger le pays. Ces appels seront certainement suivis par d'autres partis politiques de moindre envergure, ainsi que par des organisations et associations de la sociéténcivile à l'exemple, notamment, de l'UGTA et du FCE.
Il en sera de mémepour les organisations de la "famillerévolutionnaire" qui vont, elles aussi, ce concert d'appels. Des appels qui vont peut être peser dans la balance, alors que le président Bouteflika s'est gardé jusqu'à présent de donner le moindre signe sur sa volonté et ce, même si pour de nombreux analystes il ne fait plus aucun doute que l'actuel locataire dela présidence sera bel et bien au rendezvous du 18 avril prochain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.