Le projet alternatif à la mascarade électorale.    Questions sans réponses    Facebook s'invite à la présidentielle    Makri sensible à l'option    50 millions de dollars de services numériques exportés    L'Algérie manque de cadres dans le commerce international !    Création d'une agence de régulation    Le maréchal dira-t-il me voilà ?    «Le plan de partition de la Syrie n'est pas nouveau»    Mohammed Bensalmane en quête d'alliés et de contrats en Asie    Le temps des regrets    Rien ne résiste au NC Magra    «La nature de la demande syndicale a changé»    Deux amateurs de parapente meurent accidentellement au cours d'exercices    Un assassin sous les verrous    Création de l'orchestre symphonique de la ville d'Oran    Les Constantinois renouent avec le cinéma    Tikoubaouine à la conquête de la capitale du chaâbi    Chlef : L'annexe d'athlétisme fermée devant les participants aux championnats de wilaya    Division nationale amateur - Ouest: La JSMT maintient la pression sur l'OMA    Conférence internationale sur la sécurité: La fracture de l'Occident    Allez-y tout doucement Messieurs !    Le ras-le-bol    Prescription des traitements d'oncologie innovants: Le ministère de la Santé revoit sa copie    Anem: Près de 400 cadres demandeurs d'emploi placés en 2018    Le Complexe olympique de Belgaïd aborde sa dernière ligne droite: Le poids des «aberrations» du passé et des «fausses» réserves    RC Relizane: Latrèche démissionne, Beldjilali limogé    80ème anniversaire de la Guerre civile espagnole: Oran, pour un hommage aux réfugiés républicains    Le terroir algérien à l'honneur: Une semaine gastronomique de la ville d'El Oued à l'hôtel Royal    Commémoration de la Journée du Chahid    La révolution algérienne, un exemple pour la liberté des peuples    Les droits de l'Homme infiltrent nos prisons    La France domine la compétition, l'Algérie au tableau des 32    La double confrontation CRB - NAHD au stade du 5-Juillet    Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Le système actif à Oran, Alger et Annaba    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au jeudi 4 avril 2019    «Si on venait à mourir, défendez nos mémoires» (Didouche Mourad)    Un terroriste arrêté à Alger    L'or perd-t-il de son éclat ?    L'opposition cherche toujours un candidat    Chine : Les prix ralentissent, la crainte d'une déflation monte    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    17 millions de dinars dérobés !    Horreur à Haouch El Makhfi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Alliance présidentielle dans l'expectative
Election présidentielle
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 01 - 2019

Après une période marquée par une offensive tous azimuts, marquée notamment par la multiplication des rencontres et la création d'une instance de coordination, les 4 partis de l'Alliance présidentielle marquent le pas
Après une période marquée par une offensive tous azimuts, marquée notamment par la multiplication des rencontres et la création d'une instance de coordination, les 4 partis de l'Alliance présidentielle marquent le pas
Depuis de longues semaines déjà ils se trouvent certainement dans l'expectativeà l'instar d'ailleurs de l'ensemblede la classe politique nationale.Preuve que ces 4 partis politiques ne sontpas, comme pourraient le penser certains,dans le secret et que eux aussi sont enmanque d'informations concernant la prochaineélection présidentielle et surtout lesintentions du Président Bouteflika et sioui ou non il va briguer un 5e mandat etainsi répondre favorablement aux appels depied qui lui sont justement lancés par cegroupement politique avec insistance. Lespartis de l'Alliance présidentielle, à savoirle FLN, le RND, le MPA et TAJ, ne sesont pas rencontrés depuis un peu plus d'un mois maintenant. Leur dernière rencontre remonte, en effet, au 9 décembre dernier.
Ce jour-là, au siège du RND, l'instance de coordination a passé en revueles récents développements de la scènepolitique nationale. La question dominanteen ce début du mois de décembre ayant trait à la proposition du parti de TAJsur la tenue d'une conférence du consensusnationaal et surtout sur l'éventualitédu report des élections présidentielles. Al'unisson, l'Alliance présidentielle a soutenucette proposition alors que ce n'était pas le cas lorsque Amar Ghoul, chef de filede Taj, a émis cette idée puisque le FLN, le RND et le MPA ont fait preuve toutd'abord de leur scepticisme. Dans le communiqué commun signé à l'issue de la réunion l'Alliance présidentielle a annoncé accueillir favorablement toutes les initiatives politiques visant à approfondir les réformes politiques entamées par le Président Bouteflika. L'allusion à l'initiative de
Taj est on ne peut plus évidente. Cette prise de position commune avait, alors, renforcée considérablement l'idée d'un inéluctable report de l'élection présidentielle. Cette option s'en est trouvée confortée quelques jours plus tard par l'Alliance présidentielle, mais cette fois-ci à un niveau plus élevé puisque ce sont les leaders des 4 partis, à savoir Ahmed Ouyahia, Mouad Bouchareb, Amara Benyounès et Amar Ghoul, qui ont pris le relais de l'instance de coordination en disant oui à la proposition de TAJ. "Nous sommes ouverts à toute bonne initiative et proposition constructive et pleinement disposés à les examiner, en vue de garantir la poursuite de la mise en oeuvre du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et la marche glorieuse de l'Algérie" a en effet indiqué Mouad Bouchareb dans une déclaration lue lors du congrès de Taj au nom des partis de l'Alliance présidentielle et ce en présence des leaders des trois autres partis. Il était dès lors presque évident, comme cela a été dit par nombre d'observateurs,
que le report de l'élection présidentielle est presque acté. Mais depuisl'Alliance présidentielle n'a plus donné signe de vie puisqu'aucune réunion à un quelconque niveau n'a eu lieu. Ce silence radio, qui s'est accompagné d'un retournemen de situation puisque l'option du report de l'élection presidentielle ne semble plus de mise, est sans doute la preuve tangible que l'Alliance présidentielle est en pleine expectative.
Depuis de longues semaines déjà ils se trouvent certainement dans l'expectativeà l'instar d'ailleurs de l'ensemblede la classe politique nationale.Preuve que ces 4 partis politiques ne sontpas, comme pourraient le penser certains,dans le secret et que eux aussi sont enmanque d'informations concernant la prochaineélection présidentielle et surtout lesintentions du Président Bouteflika et sioui ou non il va briguer un 5e mandat etainsi répondre favorablement aux appels depied qui lui sont justement lancés par cegroupement politique avec insistance. Lespartis de l'Alliance présidentielle, à savoirle FLN, le RND, le MPA et TAJ, ne sesont pas rencontrés depuis un peu plus d'un mois maintenant. Leur dernière rencontre remonte, en effet, au 9 décembre dernier.
Ce jour-là, au siège du RND, l'instance de coordination a passé en revueles récents développements de la scènepolitique nationale. La question dominanteen ce début du mois de décembre ayant trait à la proposition du parti de TAJsur la tenue d'une conférence du consensusnationaal et surtout sur l'éventualitédu report des élections présidentielles. Al'unisson, l'Alliance présidentielle a soutenucette proposition alors que ce n'était pas le cas lorsque Amar Ghoul, chef de filede Taj, a émis cette idée puisque le FLN, le RND et le MPA ont fait preuve toutd'abord de leur scepticisme. Dans le communiqué commun signé à l'issue de la réunion l'Alliance présidentielle a annoncé accueillir favorablement toutes les initiatives politiques visant à approfondir les réformes politiques entamées par le Président Bouteflika. L'allusion à l'initiative de
Taj est on ne peut plus évidente. Cette prise de position commune avait, alors, renforcée considérablement l'idée d'un inéluctable report de l'élection présidentielle. Cette option s'en est trouvée confortée quelques jours plus tard par l'Alliance présidentielle, mais cette fois-ci à un niveau plus élevé puisque ce sont les leaders des 4 partis, à savoir Ahmed Ouyahia, Mouad Bouchareb, Amara Benyounès et Amar Ghoul, qui ont pris le relais de l'instance de coordination en disant oui à la proposition de TAJ. "Nous sommes ouverts à toute bonne initiative et proposition constructive et pleinement disposés à les examiner, en vue de garantir la poursuite de la mise en oeuvre du programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et la marche glorieuse de l'Algérie" a en effet indiqué Mouad Bouchareb dans une déclaration lue lors du congrès de Taj au nom des partis de l'Alliance présidentielle et ce en présence des leaders des trois autres partis. Il était dès lors presque évident, comme cela a été dit par nombre d'observateurs,
que le report de l'élection présidentielle est presque acté. Mais depuisl'Alliance présidentielle n'a plus donné signe de vie puisqu'aucune réunion à un quelconque niveau n'a eu lieu. Ce silence radio, qui s'est accompagné d'un retournemen de situation puisque l'option du report de l'élection presidentielle ne semble plus de mise, est sans doute la preuve tangible que l'Alliance présidentielle est en pleine expectative.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.