La lutte contre la corruption : Zeghmati déclare la guerre à la mafia    26e vendredi du Hirak: Les manifestants à Alger réitèrent leur attachement à leurs revendications    Affaire Hamel: Abdelmalek Boudiaf sous contrôle judiciaire, mise en liberté pour Bensebane Zoubir    USA : Le patron de la FTC pas opposé à un démantèlement des géants du numérique    Bourses : Les places européennes terminent en baisse    Russie : Comment expliquer l'absence inattendue de chaleur cet été ?    Répression de manifestants sahraouis à Laâyoune: L'usage excessif de la force par les forces marocaines dénoncé    Côte d'Ivoire : Vers la fin du procès Gbagbo à la CPI ?    Al-Aqsa: L'OLP avertit contre les conséquences des tentatives d'Israël de changer le statu quo    Ligue 1 (1ère journée) : Le MC Alger tenu en échec par l'AS Aïn M'lila    Guinée : L'entraîneur et le 1er vice-président de la fédération sanctionnés pour corruption    Khenchela: Le "Khliî" (viande séchée), une tradition qui résiste au temps à Tazghart    Education: La rentrée scolaire aura lieu aux dates fixées    Crise politique : La solution passe par une présidentielle à travers un dialogue "inclusif et constructif"    "Je reste attaché à la plateforme de Aïn-Bénian"    Mandat de saisie du pétrolier iranien relâché par Gibraltar    Air Algérie parmi les compagnies affichant le plus grand taux de retards    Un navigateur palestinien pour éviter les checkpoints israéliens    Infinix, les nouveaux Smartphones mis en lumière à Constantine    Le comité des sages installé    29 harraga interceptés en mer    Décès de 18 hadjis algériens    La conférence reportée au 24 août    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les états-Unis    NAHD : Un nul au goût de victoire    Les raisons du limogeage de la Juge d'El Harrach    SIDI BEL ABBES : Un octogénaire et sa fille meurent écrasés par un train    Le MCA rate son premier match    La peau de mouton, un patrimoine en perdition    Rabat prête à relever le défi    Des facilitations au profit des agriculteurs pour l'octroi des autorisations    Signature d'un mémorandum d'entente entre l'Algérie et les USA    Belaili de retour à Angers? Le président du SCO dit non    Les Algériennes en stage à Blida    L'Unicef tire la sonnette d'alarme    Le pétrolier iranien "Grace 1" relâché    Des administrateurs pour assurer la gestion    Raids des forces de Haftar contre des aéroports civils    Appel à participation pour le 5e Grand prix El-Hachemi-Guerouabi    Ouverture du Festival du raï    Projection du documentaire "Tadeles''    Djam sélectionné dans la compétition officielle    Des soirées dédiées au monologue et à l'humour    MCO - USMBA: Commencer la saison par un succès    Sûreté de wilaya: Deux campagnes de sensibilisation sur le respect du code de la route    Pour le 26ème vendredi de suite: La mobilisation continue malgré la canicule    Le secteur de l'éducation renforcé par des infrastructures scolaires: 5 lycées, 30 groupes scolaires et 8 CEM pour la prochaine rentrée    L'armée se rapproche de la ville clé de Khan Cheikhoun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Il n'y a pas de quota de visas pour les Algériens"
Xavier driencourt
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 01 - 2019

"Il n'y a pas de quota de visas pour les Algériens. On n'a pas dit que cette année nous allons délivrer un certain nombre de visas. Il est important de le dire", a déclaré à TSA, hier, Xavrier Driencourt, à l'occasion de la réouverture de la librairie,Mauguin à Blida.
"Il n'y a pas de quota de visas pour les Algériens. On n'a pas dit que cette année nous allons délivrer un certain nombre de visas. Il est important de le dire", a déclaré à TSA, hier, Xavrier Driencourt, à l'occasion de la réouverture de la librairie,Mauguin à Blida.
L'ambassadeur de France à Alger répondait à notre question sur la baisse du nombre de visas délivréspar les services consulaires français auxAlgériens, en 2018, comparé à 2017. Le chiffre est passé de 413.000 à 297.000.Yaura-t-il plus de visas pour les Algériensen 2019 ? "Il faut poser la question auconsul général, je n'en sais rien", aréponduXavier Driencourt. "Il est difficile de le dire à l'avance", a repris Marc Sédille,consul général de France en Algérie, présent
également à Blida. Dans une précédentedéclaration à TSA, Marc Sédille aprécisé que la baisse du nombre de visas est lié notamment, au changement de prestataire( TLS a été remplacé par VFS), et aurenforcement du contrôle aux frontières "àcause de la crise migratoire". Interrogé sur la non-programmation de la visite d'Etat du président Emmanuel Macron en 2018(l'annonce a été faite en décembre 2017lors de la visite d'amitié d'EmmanuelMarcon en Algérie), l'ambassadeur deFrance a expliqué ce report, par la situationsociale interne dans son pays.
Le Premier ministre français a annulé une visite en Algérie
"J'ai cru comprendre que depuis deux mois, il y a pas mal d'actualité (manifestationsdes Gilets jaunes) qui ont fait que le président de la République, qui effectivement envisageait de venir en visite d'Etat en Algérie, ait annulé plusieurs déplacements à l'étranger. Il est quelque peu retenu en France. Il a d'autres préoccupations", a-t-il précisé. Selon lui, le Premier ministre français, Edouard Philippe, a également annulé une visite en Algérie qui devaitavoir lieu en décembre 2018. "En décembre, le gouvernement avait un certain nombre d'urgences à traiter", a-t-il noté. Une réunion duComité intergouvernemental de haut niveau (CIHN) est prévue en 2019, mais sans date précise. "Compte tenu des annonces qui ont été faites en Algérie (organisation de la présidentielle en avril prochain), cette réunion sera retardée un peu. Nous gardons, pour l'instant, tous les projets et on les sortira dès que lefour sera chaud.
Là, vous allez être occupés plus par les questions internes, que les questions étrangères en Algérie", a souligné Xavier Driencourt. Manière de dire que rien ne sera décidé avant la tenue de l'élection présidentielle, annoncée pour le 18 avril 2019. "Nous cherchons à étendre notre coopération culturelle à l'ensemble du territoire algérien" Selon lui, la coopération entre les deux pays fonctionne dans tous les domaines (économie, éducation, formation, etc..) "C'est la dixième fois que je viens à Blida. Aujourd'hui, c'est un peu exceptionnel avec la réouverture de cette librairie.
L'Institut français d'Algérie (IFA), a apporté sa contribution en fournissantun certain nombre de livres. Il y aura des collaborations entre l'IFA et la librairie pour inviter des écrivains, aux fins d'y animer des conférences et desdébats", a annoncé Xavier Driencourt. Selon Grégor Trumel, conseiller de coopération et d'action culturelles de l'ambassade de France, la coopération culturelleentre l'Algérie et la France est dynamique."Cela concerne le cinéma, les arts, lamusique, mais aussi les écoles et les universités",a-t-il dit. Xavier Driencourt a annoncé l'ouverture de deux écoles, à Oranet àAnnaba. "Et, en décembre, nous avons ouvert la maternelle et le collège du Lycée français d'Alger. Pas mal de choses avancentdiscrètement dans le domaine de l'éducation", a-t-il dit. Grégor Trumel a parlé de plusieurs projets pour 2019.
"Nous cherchonsà étendre notre coopération culturelle, à l'ensemble du territoire algérien. Nous essayons de travailler avec l'Algérie dans son ensemble, pas uniquement les grandes villes du Nord. Nous travaillons avec les universités, pour essayer d'ouvrir des espaces. Nous soutenons le rachat de droits de livres francophones édités en France, pour qu'ils soient publiés en Algérie à des prix abordables. Nous soutenons la traduction de livres de l'arabe vers le français et du français vers l'arabe. C'est important pour dépasser la barrière de la langue", a-t-il détaillé. Un concert du chanteur Julien Clerc est prévu à l'Opéra d'Alger Boualem Bessaieh, en septembre 2019. La venue d'artistes français de renom en Algérie est en discussion actuellement.
L'ambassadeur de France à Alger répondait à notre question sur la baisse du nombre de visas délivréspar les services consulaires français auxAlgériens, en 2018, comparé à 2017. Le chiffre est passé de 413.000 à 297.000.Yaura-t-il plus de visas pour les Algériensen 2019 ? "Il faut poser la question auconsul général, je n'en sais rien", aréponduXavier Driencourt. "Il est difficile de le dire à l'avance", a repris Marc Sédille,consul général de France en Algérie, présent
également à Blida. Dans une précédentedéclaration à TSA, Marc Sédille aprécisé que la baisse du nombre de visas est lié notamment, au changement de prestataire( TLS a été remplacé par VFS), et aurenforcement du contrôle aux frontières "àcause de la crise migratoire". Interrogé sur la non-programmation de la visite d'Etat du président Emmanuel Macron en 2018(l'annonce a été faite en décembre 2017lors de la visite d'amitié d'EmmanuelMarcon en Algérie), l'ambassadeur deFrance a expliqué ce report, par la situationsociale interne dans son pays.
Le Premier ministre français a annulé une visite en Algérie
"J'ai cru comprendre que depuis deux mois, il y a pas mal d'actualité (manifestationsdes Gilets jaunes) qui ont fait que le président de la République, qui effectivement envisageait de venir en visite d'Etat en Algérie, ait annulé plusieurs déplacements à l'étranger. Il est quelque peu retenu en France. Il a d'autres préoccupations", a-t-il précisé. Selon lui, le Premier ministre français, Edouard Philippe, a également annulé une visite en Algérie qui devaitavoir lieu en décembre 2018. "En décembre, le gouvernement avait un certain nombre d'urgences à traiter", a-t-il noté. Une réunion duComité intergouvernemental de haut niveau (CIHN) est prévue en 2019, mais sans date précise. "Compte tenu des annonces qui ont été faites en Algérie (organisation de la présidentielle en avril prochain), cette réunion sera retardée un peu. Nous gardons, pour l'instant, tous les projets et on les sortira dès que lefour sera chaud.
Là, vous allez être occupés plus par les questions internes, que les questions étrangères en Algérie", a souligné Xavier Driencourt. Manière de dire que rien ne sera décidé avant la tenue de l'élection présidentielle, annoncée pour le 18 avril 2019. "Nous cherchons à étendre notre coopération culturelle à l'ensemble du territoire algérien" Selon lui, la coopération entre les deux pays fonctionne dans tous les domaines (économie, éducation, formation, etc..) "C'est la dixième fois que je viens à Blida. Aujourd'hui, c'est un peu exceptionnel avec la réouverture de cette librairie.
L'Institut français d'Algérie (IFA), a apporté sa contribution en fournissantun certain nombre de livres. Il y aura des collaborations entre l'IFA et la librairie pour inviter des écrivains, aux fins d'y animer des conférences et desdébats", a annoncé Xavier Driencourt. Selon Grégor Trumel, conseiller de coopération et d'action culturelles de l'ambassade de France, la coopération culturelleentre l'Algérie et la France est dynamique."Cela concerne le cinéma, les arts, lamusique, mais aussi les écoles et les universités",a-t-il dit. Xavier Driencourt a annoncé l'ouverture de deux écoles, à Oranet àAnnaba. "Et, en décembre, nous avons ouvert la maternelle et le collège du Lycée français d'Alger. Pas mal de choses avancentdiscrètement dans le domaine de l'éducation", a-t-il dit. Grégor Trumel a parlé de plusieurs projets pour 2019.
"Nous cherchonsà étendre notre coopération culturelle, à l'ensemble du territoire algérien. Nous essayons de travailler avec l'Algérie dans son ensemble, pas uniquement les grandes villes du Nord. Nous travaillons avec les universités, pour essayer d'ouvrir des espaces. Nous soutenons le rachat de droits de livres francophones édités en France, pour qu'ils soient publiés en Algérie à des prix abordables. Nous soutenons la traduction de livres de l'arabe vers le français et du français vers l'arabe. C'est important pour dépasser la barrière de la langue", a-t-il détaillé. Un concert du chanteur Julien Clerc est prévu à l'Opéra d'Alger Boualem Bessaieh, en septembre 2019. La venue d'artistes français de renom en Algérie est en discussion actuellement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.