Galatasaray : Falcao est attendu demain    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    Le pouvoir d'achat des citoyens sera préservé    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    Un match contre ses détracteurs    Le FC Barcelone va faire une offre de prêt pour Neymar    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Les habitants revendiquent la délocalisation de la décharge    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    L'activité commerciale peine à reprendre    Gros marché    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Les fausses peurs des «experts»    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Le ministère de la Santé nous écrit    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    La citoyenneté en débat    Convergence à Ifri pour un ressourcement    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Une campagne vouée a l'échec    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    17.200 Seat vendues en 7 mois    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La grogne continue
L'intersyndicale de l'éducation annonce une nouvelle gréve
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 02 - 2019

Les cinq syndicats de nationale, regroupés au sein de vont renouer la grève. Le Snapest, le Cnapest, le Satef, le Cela, et l'UNPEF, ont annoncé avanthier, une grève générale de jours, les 26 et 27 février prochains, à l'appui de revendications socioprofessionnelles.
Les cinq syndicats de nationale, regroupés au sein de vont renouer la grève. Le Snapest, le Cnapest, le Satef, le Cela, et l'UNPEF, ont annoncé avanthier, une grève générale de jours, les 26 et 27 février prochains, à l'appui de revendications socioprofessionnelles.
Cette décision a été prise lors d'une réunion des syndicats, au siège del'UNPEF à Alger."Nous avons décidé d'organiser deux joursde grève, les 26 et 27 février prochains'',suivis de sit-in régionaux le 27 février, aaffirmé à TSA une source syndicale. Cessit-in régionaux, a ajouté la même source,auront lieu à Relizane (Ouest), Blida(Centre), Batna (Est) et
Laghouat (Sud)."Nos revendications restent les mêmes'', a assuré la même source.La semaine dernière, l'Intersyndicale avaitmanifesté son étonnement, quant aucontenu des PV relatifs aux discussionstenues à la mi-janvier dernier, avec des représentants du ministère de l'Educationnationale. Selon certains membres del'Intersyndicale, ces "PV ne reflètent pasles discussions que nous avons eues avecles représentants du ministère''.Boualem Amoura, du Satef, a relevé que"les réponses du ministère sont vagues,sans délais."
Pour lui, "le ministèrepousse au pourrissement''.La ministre de l'Education nationale,Nouria Benghabrit, a fait savoir que "leprojet de PV des rencontres bilatérales avecles syndicats relevant du secteur de l'Education,a été communiqué à l'ensemble dessyndicats", dont ceux ayant appelé à lagrève du 21 janvier dernier, c'est-à-direl'Intersyndicale, ou ceux souhaitant souleverune série de préoccupations au ministère. Elle a expliqué que le ministère "travaille sur la base d'un protocole de dialogue avec le partenaire social.'' Cependant, elle a suscité la colère des syndicats début février, lorsqu'elle a déclaré à la radio chaîne 3, que le cycle des discussions avec les syndicats serait "un échec''.
"Nous ne sommes plus dans la problématique des années 2014-2015, où les syndicats obligeaient le ministère à appliquer leurs revendications", a-t-elle dit, avant de qu'''il y a de grands désaccords entre syndicats.'' Sur le point du statut particulier, une des revendications des syndicats, elle a expliqué : "Nous leur avons dit qu'il y a une du ministère qui travaille avec la Fonction publique", tout en reconnaissant que la mise en place d'une commission du statut particulier "a pris du temps". Les revendications de l'Intersyndicale portent notamment, sur "le statut particulier, le maintien de la retraite proportionnelle etde la retraite sans condition d'âge, l'abrogation définitive de l'article 87 bis (de la Loi de finances de 2015), et la création d'une prime spécifique aux corps communs et ouvriers qualifiés", ou l'application décret présidentiel 266/14,
qui reclasse les enseignants détenteurs de licences ou de DEUA, dans la catégorie 12 de la grille indiciaire des salaires, au lieu de la 11 actuellement. Jeudi dernier à l'APN, Nouria Benghebrit annoncé qu'il a été procédé "au reclassement du Diplôme d'études universitaires appliquées (DEUA), à la 11e catégorie au lieu de la 10e, et la licence (classique et LMD) à la catégorie 12 au lieu de la 11", au profit des catégories de personnels détenteurs de ces diplômes. Le bras de fer avec l'Intersyndicale n'est pas prêt de s'estomper, d'autant que la ministre de l'Education nationale a expliqué aux syndicats, que certaines de leurs revendications relèvent des compétences et prérogatives du gouvernement, notamment le dossier de la retraite anticipée et les revalorisations des salaires.
Cette décision a été prise lors d'une réunion des syndicats, au siège del'UNPEF à Alger."Nous avons décidé d'organiser deux joursde grève, les 26 et 27 février prochains'',suivis de sit-in régionaux le 27 février, aaffirmé à TSA une source syndicale. Cessit-in régionaux, a ajouté la même source,auront lieu à Relizane (Ouest), Blida(Centre), Batna (Est) et
Laghouat (Sud)."Nos revendications restent les mêmes'', a assuré la même source.La semaine dernière, l'Intersyndicale avaitmanifesté son étonnement, quant aucontenu des PV relatifs aux discussionstenues à la mi-janvier dernier, avec des représentants du ministère de l'Educationnationale. Selon certains membres del'Intersyndicale, ces "PV ne reflètent pasles discussions que nous avons eues avecles représentants du ministère''.Boualem Amoura, du Satef, a relevé que"les réponses du ministère sont vagues,sans délais."
Pour lui, "le ministèrepousse au pourrissement''.La ministre de l'Education nationale,Nouria Benghabrit, a fait savoir que "leprojet de PV des rencontres bilatérales avecles syndicats relevant du secteur de l'Education,a été communiqué à l'ensemble dessyndicats", dont ceux ayant appelé à lagrève du 21 janvier dernier, c'est-à-direl'Intersyndicale, ou ceux souhaitant souleverune série de préoccupations au ministère. Elle a expliqué que le ministère "travaille sur la base d'un protocole de dialogue avec le partenaire social.'' Cependant, elle a suscité la colère des syndicats début février, lorsqu'elle a déclaré à la radio chaîne 3, que le cycle des discussions avec les syndicats serait "un échec''.
"Nous ne sommes plus dans la problématique des années 2014-2015, où les syndicats obligeaient le ministère à appliquer leurs revendications", a-t-elle dit, avant de qu'''il y a de grands désaccords entre syndicats.'' Sur le point du statut particulier, une des revendications des syndicats, elle a expliqué : "Nous leur avons dit qu'il y a une du ministère qui travaille avec la Fonction publique", tout en reconnaissant que la mise en place d'une commission du statut particulier "a pris du temps". Les revendications de l'Intersyndicale portent notamment, sur "le statut particulier, le maintien de la retraite proportionnelle etde la retraite sans condition d'âge, l'abrogation définitive de l'article 87 bis (de la Loi de finances de 2015), et la création d'une prime spécifique aux corps communs et ouvriers qualifiés", ou l'application décret présidentiel 266/14,
qui reclasse les enseignants détenteurs de licences ou de DEUA, dans la catégorie 12 de la grille indiciaire des salaires, au lieu de la 11 actuellement. Jeudi dernier à l'APN, Nouria Benghebrit annoncé qu'il a été procédé "au reclassement du Diplôme d'études universitaires appliquées (DEUA), à la 11e catégorie au lieu de la 10e, et la licence (classique et LMD) à la catégorie 12 au lieu de la 11", au profit des catégories de personnels détenteurs de ces diplômes. Le bras de fer avec l'Intersyndicale n'est pas prêt de s'estomper, d'autant que la ministre de l'Education nationale a expliqué aux syndicats, que certaines de leurs revendications relèvent des compétences et prérogatives du gouvernement, notamment le dossier de la retraite anticipée et les revalorisations des salaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.