Météo.. Des pluies soutenues à l'Est    ANNONÇANT SON SOUTIEN AU MOUVEMENT POPULAIRE : Bouchareb dit que le FLN est une victime    600 milliards de dollars : Mellah accuse Ouyahia    FCE : Haddad convoque un Conseil exécutif pour fin mars    LES SOUSCRIPTEURS DU LPA MONTENT AU CRENEAU : Un sit-in observé devant le siège de la wilaya    Des forces non-constitutionnelles gèrent le pays    Démission du président Nazarbaiev après près de 30 ans de pouvoir    Washington accuse la Russie et la Chine de menacer la paix dans l'espace    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Deux matchs à huis clos pour l'AS Aïn M'lila    Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500 000 dollars d'amende    Les médecins marchent contre la prolongation du 4e mandat    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    La déveine de Lakhdar Brahimi    Comment a-t-on pu ruiner ce pays ?    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9»: Suspension des vols dans l'espace aérien algérien    La mobilisation ne faiblit pas: Blouses blanches et étudiants investissent la rue    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Selon Ali Benflis: La lettre de Bouteflika «va au-delà des limites de la provocation et du défi»    Tébessa: Les devises flambent !    La Russie hostile à toute ingérence extérieure    Mise en vente des billets mercredi    Des matches risquent de toucher le fond    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Ouyahia dément    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Classement ITF Juniors: L'Algérien Rihane, désormais 109e mondial    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Le choix du destin de l'Algérie    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'opposition cherche toujours un candidat
La rencontre de mercredi dera décisive
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 02 - 2019

Les partis de l'opposition vont de nouveau se réunir mercredi prochain pour examiner le choix de candidatde consensus. Ce sera larencontre de la dernière chance avant l'expiration du délai des candidatures le 3 mars prochain
Les partis de l'opposition vont de nouveau se réunir mercredi prochain pour examiner le choix de candidatde consensus. Ce sera larencontre de la dernière chance avant l'expiration du délai des candidatures le 3 mars prochain
L'opposition se cherche toujoursdepuis l'annonce de la candidature deBouteflika à l'élection du 18 avril.D'abord la défection de quelques-uns arendu le défi plus ardu pour une électionqui devait les mobiliser encore plus.Ahmed Benbitour, qui ne fait plus partiede la course,
et les partisans du boycott àl'instar du FFS et du RCD fracturent lecamp de l'opposition et le rend fragile faceaux partisans du 5e mandat plus que déterminés et bien organisés à cet effet.Les islamistes tenteront selon une sourcede "se fédérer en un bloc pour soutenir un candidat du consensus".Et c'est à cet effet qu'on apprend que leprésident du FJD Abdellah Djaballah a prisl'initiative d'organiser en son domicile"une réunion des candidats qui se présententà l'élection et d'autres personnalitéspour élire le candidat potentiel". C'estdonc le dernier carré pour ceux qui espèrentmarquer le paysage politique avant l'électionprésidentielle. Mais d'ores et déjà leslangues se délient à propos du soutienapporté au candidat.Les noms d'Ali Gediri, Ali Benflis etAbderezzak Makri figurent en bonne listepour battre le pavé au cas où l'un desnoms serait retenu. Le chef de file du MSP vient de déclarerque "le choix se portera pour celui qui aune probité et une honnêteté de sa personneet non celui d'un parti". Il sera ainsi difficile de choisir en un laps aussi court un candidat sachant que chacun tente de valider son option. Pour Sofiane Djilali de Jil el
-Djadid "il faudra se contenter d'un minimum de cohésion et asseoir une stratégie commune pour se dégager des sentiers battus". Il faudra également tenir compte des campagnes de signatures en faveur du candidat choisi et pour lequel il exigé une accélération de la cadence avant la date fixée par les autorités publiques. Ça sera une course contre la montre. Pour l'heure, aucun nom ne sera avancé tant que les initiateurs de la plateforme de Mazafranne se mettront pas en rang serré pour une décision commune.Les observateurs de la scène politique estiment qu'une telle initiative a peu de chance à réussir. Les divergences restent visibles entre les différentes factions et le contexte dans lequel évolue actuellement l'opposition n'est plus celui de 2014. Les fissures entre partisans de l'opposition apparaissent maintenant au grand jour où il reste difficile de concilier les points de vue malgré l'apparence d'un bloc uni.
L'opposition se cherche toujoursdepuis l'annonce de la candidature deBouteflika à l'élection du 18 avril.D'abord la défection de quelques-uns arendu le défi plus ardu pour une électionqui devait les mobiliser encore plus.Ahmed Benbitour, qui ne fait plus partiede la course,
et les partisans du boycott àl'instar du FFS et du RCD fracturent lecamp de l'opposition et le rend fragile faceaux partisans du 5e mandat plus que déterminés et bien organisés à cet effet.Les islamistes tenteront selon une sourcede "se fédérer en un bloc pour soutenir un candidat du consensus".Et c'est à cet effet qu'on apprend que leprésident du FJD Abdellah Djaballah a prisl'initiative d'organiser en son domicile"une réunion des candidats qui se présententà l'élection et d'autres personnalitéspour élire le candidat potentiel". C'estdonc le dernier carré pour ceux qui espèrentmarquer le paysage politique avant l'électionprésidentielle. Mais d'ores et déjà leslangues se délient à propos du soutienapporté au candidat.Les noms d'Ali Gediri, Ali Benflis etAbderezzak Makri figurent en bonne listepour battre le pavé au cas où l'un desnoms serait retenu. Le chef de file du MSP vient de déclarerque "le choix se portera pour celui qui aune probité et une honnêteté de sa personneet non celui d'un parti". Il sera ainsi difficile de choisir en un laps aussi court un candidat sachant que chacun tente de valider son option. Pour Sofiane Djilali de Jil el
-Djadid "il faudra se contenter d'un minimum de cohésion et asseoir une stratégie commune pour se dégager des sentiers battus". Il faudra également tenir compte des campagnes de signatures en faveur du candidat choisi et pour lequel il exigé une accélération de la cadence avant la date fixée par les autorités publiques. Ça sera une course contre la montre. Pour l'heure, aucun nom ne sera avancé tant que les initiateurs de la plateforme de Mazafranne se mettront pas en rang serré pour une décision commune.Les observateurs de la scène politique estiment qu'une telle initiative a peu de chance à réussir. Les divergences restent visibles entre les différentes factions et le contexte dans lequel évolue actuellement l'opposition n'est plus celui de 2014. Les fissures entre partisans de l'opposition apparaissent maintenant au grand jour où il reste difficile de concilier les points de vue malgré l'apparence d'un bloc uni.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.