NAAMA : Près de 5000 candidats au baccalauréat    Le FLN insiste toujours sur la démission de Bouchareb    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Les idées sont au chevet des actions    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Non à l'implication de l'armée dans le débat politique"
Groupe parlementaire des indépendants
Publié dans Le Midi Libre le 05 - 08 - 2018

Le groupe parlementaire des indépendants à l'APN rejointd'autres partis politiques quiont dit non à l'implication del'armée nationale populaire(ANP) dans le jeu politique
Le groupe parlementaire des indépendants à l'APN rejointd'autres partis politiques quiont dit non à l'implication del'armée nationale populaire(ANP) dans le jeu politique
Dans un communiqué rendu public hier et signé de la main de son premierresponsable, LamineOsmani, ce groupe parlementaire invite en effet la classe politique à hisser ledébat au niveau des enjeux et des défisauxquels fait face le pays dans cetteconjoncture difficile. Le communiquéinvite aussi la classe politique à "ne pasimpliquer
l'Armée nationale populairedans le débat politique" et de saluer "sa mission constitutionnelle et de reconnaître ses sacrificesdans la défense du pays". Par cette position le groupe des indépendants à l'APN rejoint le camp des partis politiques qui ont abondé dans le mêmesens en réponse à l'initiative du MSP qui a invité l'ANP à garantir une transitionpolitique. Cette initiative du MSP, qui a notamment plaidé la nécessité d'unconsensus national pour sortir le pays de a crise multidimensionnelle dans laquelle il se débat a été rejeté par les partis partisans du président de laRépublique, Abdelaziz Bouteflika. Eneffet le FLN, le RND et Taj, pour ne citer que ces trois partis, ont d'emblée ditnon à l'initiative du MSP. Ce d'autant que l'initiative de ce dernier évoque ouvertement l'hypothèse d'un candidat consensuel lors de la prochaine électionprésidentielles prévue au printemps de l'année prochaine. Djamal Ould Abbès, Ahmed Ouyahia et Amar Ghoul, au nomrespectivement du FLN , du RND et de Taj ont décliné cette dernière proposition.
"Pour nous la question d'un soutien à un 5e mandat est déjà tranchée" a dit Amar Ghoul à Abderazak Makri avant-hier vendredi lorsque ce dernier estvenu lui exposer l'initiative de son mouvement. C'est dire que ce camp politique a resserré ses rangs pour parler presque d'une même voix et ce au moment oùmême les partis de l'opposition ont réservé un accueil mitigé à l'appel duMSP. L'ANP n'est pas resté loin de cedebat et par la voix du vice-ministre de la Défense nationale, chef d' état-major,Ahmed Gaid Salah, elle a mis en garde contre toute tentative de l'impliquer dans le jeu politique. L'armée "ne peut enaucun cas être mêlée aux enchevêtrements des parties et des politiques" aindiqué Gaid Salah en précisant qu'"au lieu d'essayer de s'approcher du citoyen en conférant davantage d'importance àses préoccupations, quelques personnes,et certaines partiess'éloignent volontairement de l'exercice politique".
Le chefd'état-major de l'ANP a aussi soutenu que l'ANP n'a comme seul tuteur que leprésident de la République. Par ailleurs le chef du groupe parlementaire des indépendants, Lamine Osmani, a invité le peuple algérien à rester attaché "à l'uniténationale et à la défense des principes de République algérienne démocratique etpopulaire". A propos de l'élection présidentielle de 2019 le groupe des indépendants a estimé quecette échéance est à même de garantir "la poursuite des réalisations politiques, économiques sociales et culturelles".
Dans un communiqué rendu public hier et signé de la main de son premierresponsable, LamineOsmani, ce groupe parlementaire invite en effet la classe politique à hisser ledébat au niveau des enjeux et des défisauxquels fait face le pays dans cetteconjoncture difficile. Le communiquéinvite aussi la classe politique à "ne pasimpliquer
l'Armée nationale populairedans le débat politique" et de saluer "sa mission constitutionnelle et de reconnaître ses sacrificesdans la défense du pays". Par cette position le groupe des indépendants à l'APN rejoint le camp des partis politiques qui ont abondé dans le mêmesens en réponse à l'initiative du MSP qui a invité l'ANP à garantir une transitionpolitique. Cette initiative du MSP, qui a notamment plaidé la nécessité d'unconsensus national pour sortir le pays de a crise multidimensionnelle dans laquelle il se débat a été rejeté par les partis partisans du président de laRépublique, Abdelaziz Bouteflika. Eneffet le FLN, le RND et Taj, pour ne citer que ces trois partis, ont d'emblée ditnon à l'initiative du MSP. Ce d'autant que l'initiative de ce dernier évoque ouvertement l'hypothèse d'un candidat consensuel lors de la prochaine électionprésidentielles prévue au printemps de l'année prochaine. Djamal Ould Abbès, Ahmed Ouyahia et Amar Ghoul, au nomrespectivement du FLN , du RND et de Taj ont décliné cette dernière proposition.
"Pour nous la question d'un soutien à un 5e mandat est déjà tranchée" a dit Amar Ghoul à Abderazak Makri avant-hier vendredi lorsque ce dernier estvenu lui exposer l'initiative de son mouvement. C'est dire que ce camp politique a resserré ses rangs pour parler presque d'une même voix et ce au moment oùmême les partis de l'opposition ont réservé un accueil mitigé à l'appel duMSP. L'ANP n'est pas resté loin de cedebat et par la voix du vice-ministre de la Défense nationale, chef d' état-major,Ahmed Gaid Salah, elle a mis en garde contre toute tentative de l'impliquer dans le jeu politique. L'armée "ne peut enaucun cas être mêlée aux enchevêtrements des parties et des politiques" aindiqué Gaid Salah en précisant qu'"au lieu d'essayer de s'approcher du citoyen en conférant davantage d'importance àses préoccupations, quelques personnes,et certaines partiess'éloignent volontairement de l'exercice politique".
Le chefd'état-major de l'ANP a aussi soutenu que l'ANP n'a comme seul tuteur que leprésident de la République. Par ailleurs le chef du groupe parlementaire des indépendants, Lamine Osmani, a invité le peuple algérien à rester attaché "à l'uniténationale et à la défense des principes de République algérienne démocratique etpopulaire". A propos de l'élection présidentielle de 2019 le groupe des indépendants a estimé quecette échéance est à même de garantir "la poursuite des réalisations politiques, économiques sociales et culturelles".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.