Quelques vérités bonnes à dire    harcha    Un riche programme culturel pour agrémenter les soirées de Ramadhan    Hamdi Benani en concert    Tajine malsouka au poulet    Réunion EPTV-FAF : Les droits TV au menu    Le temps de plus en plus compté    En bref…    L'USMA a son destin en main    Sport et tourisme : Signature d'une convention de partenariat aujourd'hui    Du talent à revendre    On vous le dit    L'événement estival    L'armée syrienne dément avoir utilisé des armes chimiques à Lattaquié    Retrait des passeports de responsables de banques: L'ABEF dément    «Sans préalables ni conditions»: Le FFS propose une «conférence nationale de concertation»    CROYANCES ET CONVICTIONS    Alger: Marche des étudiants sous haute surveillance policière    Tlemcen: La Justice enquête sur le détournement de foncier    Sidi Saïd sévit contre ses adversaires    Le professeur Chems Eddine Chitour : "Le spectre de l'année blanche universitaire peut encore être écarté"    Le dernier coup de maître de Ribéry    Kanté à nouveau dans le viseur du PSG?    L'ES Tadjenanet dernier qualifié pour les demis    Chacha TV pourra-t-il concurrencer Netflix en Algérie?    Après les voitures moins de 3 ans, les crédits sans intérêts    Des membres de la société civile, des politiques et des universitaires réagissent    La semaine de Dame justice    La Protection civile, le ventre creux, mais déjà un pied dans l'eau    A quand un fichier national?    Importations Opérations de contrôle drastique durant le premier trimestre    Le déclic    Le peuple algérien se classe premier de l'Afrique    Le drapeau palestinien flotte sur l'Eurovision    Quand l'URSS aspirait à rejoindre l'Otan    L'alternative de la dernière chance    Les étudiants ont marché    Almodovar ne tourne pas rond, tant mieux!    Jusqu'au bout de la nuit à Tizi Ouzou    Actions et rendements baissent : L'actualité commerciale domine les bourses    Coupe d'Angleterre: Troisième trophée domestique pour Mahrez et Manchester City    Championnat d'Angleterre de Rugby : Northampton miraculeusement en demi-finales    Sahara Occidental-Maroc : Une loi instrumentalisée contre la liberté de la presse    En 11 ans : Nissan s'attend à son plus mauvais résultat    Japon : Probable contraction de l'économie au premier trimestre    Des législatives sur fond d'enjeu climatique    Saisie de 16,5 quintaux de kif traité,    La classe politique et les personnalités nationales réagissent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouyahia, la chute d'un dinosaure
Convoqué par le tribunal de sidi m'hamed
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 04 - 2019

La convocation de l'ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, par le tribunal de Sidi M'hamed, est perçu par de nombreux observateurs, comme un signe qui ne trompe pas sur la volonté de la justice de faire toute la lumière sur de nombreuses affaires de corruption.
La convocation de l'ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, par le tribunal de Sidi M'hamed, est perçu par de nombreux observateurs, comme un signe qui ne trompe pas sur la volonté de la justice de faire toute la lumière sur de nombreuses affaires de corruption.
Selon l'information rapportée avanthier soir par la chaine de télévision publique, l'ENTV, dans son JT de 20H, cette convocation est liée à des enquêtes sur des affaires de corruption et pour "des affaires de dilapidation des eniers publics et de privilèges indus". Ahmed Ouyahia a été convoqué, au même titre que le ministre des Finances, Mohamed Loukal. Les deux devaient comparaitre hier, devant le tribunal de Sidi M'hamed.
Selon de nombreuses sources, cette convocation a un rapport directe, avec la question du financement non conventionnel, communément appelé la planche à billets. Pour faire face aux besoins du financement du Trésor public, le gouvernement a eu recours à la planche à billets et, ainsi, des milliers de milliards de dinars ont été créés et repartis sur de nombreux secteurs. Le chiffre excact de ce montant, comme publié par la Banque d'Algerie, est de 6.500 milliards de dinars. Et alors que tout se passait de façon ordinaire, la Banque d'Algerie émet, au début du mois d'avril, une note dans laquelle elle indique que le pays aurait pu ne jamais recourir à cette operation.
En tout cas, la Banque des banques soutient cette thèse, sur la base d'analyses de ses experts. Mais, la Banque d'Algerie ne s'arrête pas à ce point, et indique que c'est le Premier ministère n'a pas tenu compte de l'avis de ses experts, en forçant donc le passage à cette opération de planche à billets. Une opération sur laquelle pèse de grands soupçons d'irrégularité et de malversations, puisque des dizaines, ou voire même des centaines de milliards de dinars, sonnants et trébuchants, se seraient volatilisés ou pris la direction des poches de certains hommes d'affaires, qui ont pignon sur rue sur la place d'Alger. Dans ce registre, c'est surtout la famille Kouninef qui est le plus cité par la vox populi. En tout cas, cette affaire, qui est maintenant entre les mains de la justice, a suscité la curiosité de l'opinion publique, ce d'autant que personne ne s'attendait à ce que l'ancien Premier ministre,
Ahmed Ouyahia, soit convoqué par la justice, lui qui était tout puissant, il y 'a seulement quelques semaines. On comprend, dès lors, pourquoi il y'avait une grande foule devant le tribunal de Sidi Mhamed. Des centaines de personnes se sont en effet massés hier devant ce tribunal, pour attendre l'arrivée d'Ahmed Ouyahia. Certains sont venus avec des pots de yaourt, pour rappeler à l'ancien Premier ministre ses déclarations blessantes. A l'heure ou nous mettons sous presse, Ouyahia ne s'est pas encore manifesté.
Selon l'information rapportée avanthier soir par la chaine de télévision publique, l'ENTV, dans son JT de 20H, cette convocation est liée à des enquêtes sur des affaires de corruption et pour "des affaires de dilapidation des eniers publics et de privilèges indus". Ahmed Ouyahia a été convoqué, au même titre que le ministre des Finances, Mohamed Loukal. Les deux devaient comparaitre hier, devant le tribunal de Sidi M'hamed.
Selon de nombreuses sources, cette convocation a un rapport directe, avec la question du financement non conventionnel, communément appelé la planche à billets. Pour faire face aux besoins du financement du Trésor public, le gouvernement a eu recours à la planche à billets et, ainsi, des milliers de milliards de dinars ont été créés et repartis sur de nombreux secteurs. Le chiffre excact de ce montant, comme publié par la Banque d'Algerie, est de 6.500 milliards de dinars. Et alors que tout se passait de façon ordinaire, la Banque d'Algerie émet, au début du mois d'avril, une note dans laquelle elle indique que le pays aurait pu ne jamais recourir à cette operation.
En tout cas, la Banque des banques soutient cette thèse, sur la base d'analyses de ses experts. Mais, la Banque d'Algerie ne s'arrête pas à ce point, et indique que c'est le Premier ministère n'a pas tenu compte de l'avis de ses experts, en forçant donc le passage à cette opération de planche à billets. Une opération sur laquelle pèse de grands soupçons d'irrégularité et de malversations, puisque des dizaines, ou voire même des centaines de milliards de dinars, sonnants et trébuchants, se seraient volatilisés ou pris la direction des poches de certains hommes d'affaires, qui ont pignon sur rue sur la place d'Alger. Dans ce registre, c'est surtout la famille Kouninef qui est le plus cité par la vox populi. En tout cas, cette affaire, qui est maintenant entre les mains de la justice, a suscité la curiosité de l'opinion publique, ce d'autant que personne ne s'attendait à ce que l'ancien Premier ministre,
Ahmed Ouyahia, soit convoqué par la justice, lui qui était tout puissant, il y 'a seulement quelques semaines. On comprend, dès lors, pourquoi il y'avait une grande foule devant le tribunal de Sidi Mhamed. Des centaines de personnes se sont en effet massés hier devant ce tribunal, pour attendre l'arrivée d'Ahmed Ouyahia. Certains sont venus avec des pots de yaourt, pour rappeler à l'ancien Premier ministre ses déclarations blessantes. A l'heure ou nous mettons sous presse, Ouyahia ne s'est pas encore manifesté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.