Accusations, révélations et des milliards dilapidés    Un plan de sabotage fomenté par le MAK déjoué    Le Hirak n'abdique pas    Arrestation d'activistes présumés du PNP    Les Verts affronteront la Belgique en mars    Le ministère répond aux grévistes    Chelsea : Abramovich offre un gros chèque à Lampard    Massimiliano Allegri va patienter jusqu'en juin    La fin de la récréation !    OM – Villas-Boas: «Brahimi était dans nos plans, mais…»    Mobilisation exceptionnelle à Alger    OIT: "faire du travail décent une réalité pour la jeunesse africaine"    MDN: large campagne sanitaire pour les habitants de zones enclavées à Ouargla    MASCARA : Création d'une zone industrielle à Mohammadia    ANSEJ MOSTAGANEM : 352 projets validés en 9 mois    PROGRAMME DE LOGEMENTS LPA : Les souscripteurs d'Alger convoqués fin décembre    A TAMANRASSET : Tebboune s'engage à faire de la wilaya un pôle touristique    CAMPAGNE ELECTORALE : La campagne de Benflis visée par un plan d'infiltration    TISSEMSILT : Saisie de 80 kg de viandes blanches impropres à la consommation    BECHAR : Arrestation de 4 braconniers à Beni Ounif    SURETE DE WILAYA DE TIARET : 307 permis de conduire retirés en novembre    Cancer de la prostate : des spécialistes plaident pour "un dépistage de masse précoce"    Harbi s'attaque à l'Armée     Championnats arabes de Cyclisme sur route: deux autres médailles pour l'Algérie en clôture de la compétition    Gaïd Salah : l'Algérie mérite de la part de ses enfants qu'ils demeurent la "forteresse impénétrable"    Loukal rappelle en Egypte l'engagement de l'Algérie pour l'autonomie financière de l'UA    Sonatrach "qualifiée" pour évaluer les actifs d'Anadarko en Algérie    Jeux Paralympiques Tokyo-2020: l'Algérie candidate à l'organisation de deux tournois qualificatifs    Lutte antiterroriste: Une bombe artisanale détruite à Tlemcen    Le projet de loi relative à l'organisation territoriale du pays adopté, un acquis pour la redynamisation du développement dans le Sud    La pièce de théâtre "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    "L'Algérie contemporaine, cultures et identités", un nouvel essai en ligne de Ahmed Cheniki    LOPIS: vulgarisation du contenu du guide scientifique au niveau des établissements éducatifs    JM Oran-2021 : la "nouvelle dynamique" des préparatifs de la 19e édition saluée    Prix Assia-Djebar 2019: les noms des lauréats dévoilés    LOPIS : des laboratoires politiques oeuvrent à susciter "une crise de terminologies"    54 appareils distribués aux handicapés    L'ONU lance un appel de près de 29 milliards de dollars    Nouvelle réunion tripartite à Washington lundi    Projecteurs braqués sur Vienne    La commission du renseignement du Congrès accable Trump    ACTUCULT    Ligue des champions d'Afrique. ES Tunis – JS Kabylie (demain à 20h à Radès) : Mission compliquée pour les Kabyles    Malgré des divergences entre ses pays membres : L'Otan adopte une déclaration consensuelle    Intérêts d'Anadarko en Algérie: Sonatrach va exercer son droit de préemption    France-Algérie : Nadia Kaci, le prix de la liberté    70e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Bulgarie Ouverture à Sofia d'une exposition d'art sino-bulgare    Projection du film "Le voleur de bicyclette" le 7 décembre à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouyahia, la chute d'un dinosaure
Convoqué par le tribunal de sidi m'hamed
Publié dans Le Midi Libre le 22 - 04 - 2019

La convocation de l'ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, par le tribunal de Sidi M'hamed, est perçu par de nombreux observateurs, comme un signe qui ne trompe pas sur la volonté de la justice de faire toute la lumière sur de nombreuses affaires de corruption.
La convocation de l'ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia, par le tribunal de Sidi M'hamed, est perçu par de nombreux observateurs, comme un signe qui ne trompe pas sur la volonté de la justice de faire toute la lumière sur de nombreuses affaires de corruption.
Selon l'information rapportée avanthier soir par la chaine de télévision publique, l'ENTV, dans son JT de 20H, cette convocation est liée à des enquêtes sur des affaires de corruption et pour "des affaires de dilapidation des eniers publics et de privilèges indus". Ahmed Ouyahia a été convoqué, au même titre que le ministre des Finances, Mohamed Loukal. Les deux devaient comparaitre hier, devant le tribunal de Sidi M'hamed.
Selon de nombreuses sources, cette convocation a un rapport directe, avec la question du financement non conventionnel, communément appelé la planche à billets. Pour faire face aux besoins du financement du Trésor public, le gouvernement a eu recours à la planche à billets et, ainsi, des milliers de milliards de dinars ont été créés et repartis sur de nombreux secteurs. Le chiffre excact de ce montant, comme publié par la Banque d'Algerie, est de 6.500 milliards de dinars. Et alors que tout se passait de façon ordinaire, la Banque d'Algerie émet, au début du mois d'avril, une note dans laquelle elle indique que le pays aurait pu ne jamais recourir à cette operation.
En tout cas, la Banque des banques soutient cette thèse, sur la base d'analyses de ses experts. Mais, la Banque d'Algerie ne s'arrête pas à ce point, et indique que c'est le Premier ministère n'a pas tenu compte de l'avis de ses experts, en forçant donc le passage à cette opération de planche à billets. Une opération sur laquelle pèse de grands soupçons d'irrégularité et de malversations, puisque des dizaines, ou voire même des centaines de milliards de dinars, sonnants et trébuchants, se seraient volatilisés ou pris la direction des poches de certains hommes d'affaires, qui ont pignon sur rue sur la place d'Alger. Dans ce registre, c'est surtout la famille Kouninef qui est le plus cité par la vox populi. En tout cas, cette affaire, qui est maintenant entre les mains de la justice, a suscité la curiosité de l'opinion publique, ce d'autant que personne ne s'attendait à ce que l'ancien Premier ministre,
Ahmed Ouyahia, soit convoqué par la justice, lui qui était tout puissant, il y 'a seulement quelques semaines. On comprend, dès lors, pourquoi il y'avait une grande foule devant le tribunal de Sidi Mhamed. Des centaines de personnes se sont en effet massés hier devant ce tribunal, pour attendre l'arrivée d'Ahmed Ouyahia. Certains sont venus avec des pots de yaourt, pour rappeler à l'ancien Premier ministre ses déclarations blessantes. A l'heure ou nous mettons sous presse, Ouyahia ne s'est pas encore manifesté.
Selon l'information rapportée avanthier soir par la chaine de télévision publique, l'ENTV, dans son JT de 20H, cette convocation est liée à des enquêtes sur des affaires de corruption et pour "des affaires de dilapidation des eniers publics et de privilèges indus". Ahmed Ouyahia a été convoqué, au même titre que le ministre des Finances, Mohamed Loukal. Les deux devaient comparaitre hier, devant le tribunal de Sidi M'hamed.
Selon de nombreuses sources, cette convocation a un rapport directe, avec la question du financement non conventionnel, communément appelé la planche à billets. Pour faire face aux besoins du financement du Trésor public, le gouvernement a eu recours à la planche à billets et, ainsi, des milliers de milliards de dinars ont été créés et repartis sur de nombreux secteurs. Le chiffre excact de ce montant, comme publié par la Banque d'Algerie, est de 6.500 milliards de dinars. Et alors que tout se passait de façon ordinaire, la Banque d'Algerie émet, au début du mois d'avril, une note dans laquelle elle indique que le pays aurait pu ne jamais recourir à cette operation.
En tout cas, la Banque des banques soutient cette thèse, sur la base d'analyses de ses experts. Mais, la Banque d'Algerie ne s'arrête pas à ce point, et indique que c'est le Premier ministère n'a pas tenu compte de l'avis de ses experts, en forçant donc le passage à cette opération de planche à billets. Une opération sur laquelle pèse de grands soupçons d'irrégularité et de malversations, puisque des dizaines, ou voire même des centaines de milliards de dinars, sonnants et trébuchants, se seraient volatilisés ou pris la direction des poches de certains hommes d'affaires, qui ont pignon sur rue sur la place d'Alger. Dans ce registre, c'est surtout la famille Kouninef qui est le plus cité par la vox populi. En tout cas, cette affaire, qui est maintenant entre les mains de la justice, a suscité la curiosité de l'opinion publique, ce d'autant que personne ne s'attendait à ce que l'ancien Premier ministre,
Ahmed Ouyahia, soit convoqué par la justice, lui qui était tout puissant, il y 'a seulement quelques semaines. On comprend, dès lors, pourquoi il y'avait une grande foule devant le tribunal de Sidi Mhamed. Des centaines de personnes se sont en effet massés hier devant ce tribunal, pour attendre l'arrivée d'Ahmed Ouyahia. Certains sont venus avec des pots de yaourt, pour rappeler à l'ancien Premier ministre ses déclarations blessantes. A l'heure ou nous mettons sous presse, Ouyahia ne s'est pas encore manifesté.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.