Man City : Sterling aurait également pris sa décision    Gouvernement-walis: un cadre de concertation pour améliorer la gestion des collectivités locales    Appel à consacrer davantage d'études historiques au parcours du cheikh Larbi Tébessi    Un fichier du produit national fin prêt dans six mois    Les anciens walis de Skikda, Mohamed Bouderbali et Faouzi Benhassine, placés en détention provisoire    Gouvernement-Walis: concrétiser la nouvelle feuille de route pour la relance de l'investissement et le développement local    Slimani dans l'équipe type de France Football    Appel à l'ouverture d'un dialogue entre syndicats et ministère de l'Education nationale    L'Algérie s'emploie "activement" à trouver une solution à la crise libyenne    LOGEMENT : Vers l'unification du Fichier national    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Vers la création prochaine de 7 pôles d'excellence    AIR ALGERIE : Grève sans préavis du personnel naviguant    CORONAVIRUS : Les Algériens rapatriés de Wuhan quittent l'hôpital    BECHAR : Saisie de plus de 2708 comprimés de psychotropes    BATNA : Deux éléments de soutien aux terroristes appréhendés    Karim Younes: un Médiateur de la République pour veiller au respect des droits des citoyens    Enquête : après Anis, son épouse    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 18ème journée    Nouveaux tirs de roquettes près de l'ambassade américaine à Bagdad    Les discussions entre Doha et Riyadh «suspendues»    Le club des magistrats algériens rend hommage au peuple    D'importantes décisions attendues    Marche et rassemblement hier à Tizi Ouzou    Les Canaris décidés à reprendre la seconde place !    Le Targui    À tout jamais…    Mahour Bacha précise    Le derby de toutes les souffrances !    Foncier économique : nécessité d'un cadre juridique global pour l'octroi des assiettes    L'Algérie après Bouteflika vue par Benjamin Stora    Grandes déceptions après l'annonce du nouveau gouvernement    Le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Les éleveurs qui ratent cette vaccination se mettront face au risque    Les 2 300 recalés obtiennent gain de cause    Alors que les affaires de contrebande connaissent une légère baisse, les crimes et délits en hausse    Les résidents dénoncent un promoteur immobilier    L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    31 civils tués par la coalition saoudienne au Yémen    ACTUCULT    Vent divin de Merzak Allouache : un discours sur la vie, l'amour, la mort et le djihad armé    "Tighremt", premier quotidien national en langue amazighe    La crème des humoristes africains sur la scène de Cotonou    Maâzouz Bouadjadj et Abderrahmane El-Koubi honorés au TNA    Vive les vieux ! Tahya la gérontocratie !    Brèves    Tebboune ne veut plus de cortèges officiels de 30 voitures    La ville de Kherrata célèbre le 1er anniversaire    Le Président s'attaque aux lobbies de l'importation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'horreur à Alger !
Effondrement à la casbah
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 04 - 2019

Alger était sous le choc, hier! Un premier bilan vient de tomber, suite àl'incroyable effondrement d'un immeuble de quatre étages,
Alger était sous le choc, hier! Un premier bilan vient de tomber, suite àl'incroyable effondrement d'un immeuble de quatre étages,
situéau niveau de la rue Tamglit (exRue Boutin à la basse Casbah), vers 6h du matin. Au moment oùnous mettons sous presse, selonnos informations, cinq personnesétaient toujours sous lesdécombres. Mais, selon laProtection civile, on dénombre deux victimes sorties par les éléments de la Protection civile quiassure que "les recherches sont en cours". Il s'agit d'un enfant de 3 ans et son père d'une trentaine d'années.
L'horreur est à son comble! La colère des habitant a poussés à chasser lewali d'Alger, AbdelkaderZoukh, qui a dû être évacué par les forces de l'ordre. Les habitants de la rue Ali-Tameghlit avaient lancé plusieurs S.O.SLes habitants du quartier d'Ali- ont lancé à maintereprises, des appels de détresse les autorités régionales et ilsdemandaient et demandentencore un relogement, leurs viesétant sous le risque. Les catastrophes naturelles et les sinistres, tels les incendies et les explosions de gaz, ont dégradé davantage l'état des immeubles qui datent du 19e siècle.
Les autorités ont fait la sourde oreille à ses habitants, malgré plusieurs articles médiatiques qui ont dénoncé les conditions de viedes habitants de La Casbah. On cite un témoignage récolté par le quotidien Liberté et publié dans un article en 2009 : "Je suis un habitant d'un immeuble construit au XIXe siècle, il a été expertisé et classé, après le séisme de 2003, en orange (catégorie4)". "Nous lançons un SOS où nous demandons juste un recasement. Le président de l'APC de La Casbah nousrépond qu'il faut attendre comme tout le monde. Est-ce que nous avons le choix d'attendre une situation pareille ?" L'appel a été lancé par un habitant, de la rue Ali-Tameglit, nommé Bensaâda Fouad, en 2009, dix ans après et toujours aucune réponse de la part des autorités.L'incroyable explication de wilaya d'Alger À travers un communiqué publiésur sa page officielleFacebook, le deuxième de la journée,
lawilaya d'Alger a donné plus d'informations sur la bâtisse quis'est effondrée, causant la mort d'au moins deux personnes. Cette dernière informe que "selon les données enregistrées au niveau du contrôle technique de la construction, l'immeuble en question a été classé Orange 4 en 2003, après le tremblement terre de Boumerdès". La wilaya d'Alger affirme avoir entrepris, à l'époque, des démarches pour le relogement familles qui occupent l'immeuble, sis 2 rue Tamglit à la nbasse Casbah, mais que ces dernières ont refusé de rejoindre les chalets provisoires. La wilaya d'Alger révèle, par ailleurs, que "cet immeuble a subi un autre contrôle en 2016, suite auquel il a été demandé aux occupants de quitter les lieux, mais une desdeux familles a refusé, ce qui a rendu impossible l'opération derelogement".
On apprend, donc, de la part de la wilaya d'Alger, que cette bâtisse menaçait ruine depuis plus de quinze années. Cequi devait arriver arriva, un certain 22 avril 2019. Résultat : Au moins deux morts et trois autres corps seraient toujours sous les décombres.
situéau niveau de la rue Tamglit (exRue Boutin à la basse Casbah), vers 6h du matin. Au moment oùnous mettons sous presse, selonnos informations, cinq personnesétaient toujours sous lesdécombres. Mais, selon laProtection civile, on dénombre deux victimes sorties par les éléments de la Protection civile quiassure que "les recherches sont en cours". Il s'agit d'un enfant de 3 ans et son père d'une trentaine d'années.
L'horreur est à son comble! La colère des habitant a poussés à chasser lewali d'Alger, AbdelkaderZoukh, qui a dû être évacué par les forces de l'ordre. Les habitants de la rue Ali-Tameghlit avaient lancé plusieurs S.O.SLes habitants du quartier d'Ali- ont lancé à maintereprises, des appels de détresse les autorités régionales et ilsdemandaient et demandentencore un relogement, leurs viesétant sous le risque. Les catastrophes naturelles et les sinistres, tels les incendies et les explosions de gaz, ont dégradé davantage l'état des immeubles qui datent du 19e siècle.
Les autorités ont fait la sourde oreille à ses habitants, malgré plusieurs articles médiatiques qui ont dénoncé les conditions de viedes habitants de La Casbah. On cite un témoignage récolté par le quotidien Liberté et publié dans un article en 2009 : "Je suis un habitant d'un immeuble construit au XIXe siècle, il a été expertisé et classé, après le séisme de 2003, en orange (catégorie4)". "Nous lançons un SOS où nous demandons juste un recasement. Le président de l'APC de La Casbah nousrépond qu'il faut attendre comme tout le monde. Est-ce que nous avons le choix d'attendre une situation pareille ?" L'appel a été lancé par un habitant, de la rue Ali-Tameglit, nommé Bensaâda Fouad, en 2009, dix ans après et toujours aucune réponse de la part des autorités.L'incroyable explication de wilaya d'Alger À travers un communiqué publiésur sa page officielleFacebook, le deuxième de la journée,
lawilaya d'Alger a donné plus d'informations sur la bâtisse quis'est effondrée, causant la mort d'au moins deux personnes. Cette dernière informe que "selon les données enregistrées au niveau du contrôle technique de la construction, l'immeuble en question a été classé Orange 4 en 2003, après le tremblement terre de Boumerdès". La wilaya d'Alger affirme avoir entrepris, à l'époque, des démarches pour le relogement familles qui occupent l'immeuble, sis 2 rue Tamglit à la nbasse Casbah, mais que ces dernières ont refusé de rejoindre les chalets provisoires. La wilaya d'Alger révèle, par ailleurs, que "cet immeuble a subi un autre contrôle en 2016, suite auquel il a été demandé aux occupants de quitter les lieux, mais une desdeux familles a refusé, ce qui a rendu impossible l'opération derelogement".
On apprend, donc, de la part de la wilaya d'Alger, que cette bâtisse menaçait ruine depuis plus de quinze années. Cequi devait arriver arriva, un certain 22 avril 2019. Résultat : Au moins deux morts et trois autres corps seraient toujours sous les décombres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.