Ce sera le 8 juin au stade Mustapha-Tchaker    Les clubs de la région sud-est menacent de boycotter le championnat    ACTUCULT    Pain boulou    Barquettes au poulet et à la moutarde    Le douteux voisinage du Soudan    Présentation d'une exposition sur le patrimoine culturel islamique    Le patrimoine culturel des wilayas du Centre à l'honneur    Pyongyang répond par une insulte aux critiques de Bolton    Sahara Occidental : Pour les Sahraouis, la France a saboté le travail de Köhler    Sport : Des champions internationaux oubliés    11 milliards pour l'aménagement des plages    Douadi Boussella. Poète : Une passion dans les veines    Pluies au Centre et à l'Est: Des inondations et des coupures d'électricité    Alger: Incendie à l'hôpital Nefissa Hamoud    Election présidentielle: Une équation sans inconnues ?    Transition politique: Nabni se penche sur huit expériences démocratiques concluantes    Le ministre de l'Energie, Mohamed Arkab: «L'Etat ne reviendra pas sur la règle du 51/49»    Le dossier de 12 hauts responsables transmis par le parquet d'Alger: Ouyahia, Sellal et d'autres ministres devant la Cour suprême    Le GS Pétroliers passe en finale    Faudrait-il un Poutine pour l'Algérie?    Comme en 1962? Comme en 1992?    L'avion de l'opposant Katumbi attend l'autorisation d'atterrir à Goma    Des médecins algériens au chevet des Rohingyas    Amazon Prime Video, bientôt lancé en France, menace Netflix    Le Thought 4 Food s'invite à Annaba    Saisie de 7,4 tonnes de cannabis au large de l'Algérie    Treize blessés dans la collision de deux bus    La pénétrante de Oued Ouchayeh dans un sale état    Le FFS appelle à un dialogue sans prélable    Jérôme Boateng sur le départ    Lopetegui convoité pour remplacer Sarri?    Fermé depuis 27 ans, le Mausolée royal de Maurétanie rouvre    Le Hirak sur la planète Mars    Le site Medias DZ a fait un sondage sur les programmes du Ramadhan    Japon : Baisse des exportations pour un cinquième mois consécutif    Situation en Libye : Smail Chergui dénonce une guerre par procuration    Européennes : LREM entre le marteau des gilets jaunes et l'enclume des divisions internes    A Oran : Les superficies consacrées aux arbres fruitiers et à la vigne en baisse    Tournoi de Sassari : Médaille de bronze pour Fateh Benferdjellah    MC Oran : le président insiste sur son départ, l'ère Hyproc loin de commencer    Gouvernement : Nouvelles nominations à la tête d'entreprises publiques clés    Lacunes de sécurité et mauvaise exploitation    Quel Brexit sans Theresa May ?    L'Algérie s'opposera à la transaction    La feuille de route des Moudjahidine    Le gouvernement annonce le gel des poursuites    Programme du Planétarium de Chenoua pour lemois de Ramadhan    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'horreur à Alger !
Effondrement à la casbah
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 04 - 2019

Alger était sous le choc, hier! Un premier bilan vient de tomber, suite àl'incroyable effondrement d'un immeuble de quatre étages,
Alger était sous le choc, hier! Un premier bilan vient de tomber, suite àl'incroyable effondrement d'un immeuble de quatre étages,
situéau niveau de la rue Tamglit (exRue Boutin à la basse Casbah), vers 6h du matin. Au moment oùnous mettons sous presse, selonnos informations, cinq personnesétaient toujours sous lesdécombres. Mais, selon laProtection civile, on dénombre deux victimes sorties par les éléments de la Protection civile quiassure que "les recherches sont en cours". Il s'agit d'un enfant de 3 ans et son père d'une trentaine d'années.
L'horreur est à son comble! La colère des habitant a poussés à chasser lewali d'Alger, AbdelkaderZoukh, qui a dû être évacué par les forces de l'ordre. Les habitants de la rue Ali-Tameghlit avaient lancé plusieurs S.O.SLes habitants du quartier d'Ali- ont lancé à maintereprises, des appels de détresse les autorités régionales et ilsdemandaient et demandentencore un relogement, leurs viesétant sous le risque. Les catastrophes naturelles et les sinistres, tels les incendies et les explosions de gaz, ont dégradé davantage l'état des immeubles qui datent du 19e siècle.
Les autorités ont fait la sourde oreille à ses habitants, malgré plusieurs articles médiatiques qui ont dénoncé les conditions de viedes habitants de La Casbah. On cite un témoignage récolté par le quotidien Liberté et publié dans un article en 2009 : "Je suis un habitant d'un immeuble construit au XIXe siècle, il a été expertisé et classé, après le séisme de 2003, en orange (catégorie4)". "Nous lançons un SOS où nous demandons juste un recasement. Le président de l'APC de La Casbah nousrépond qu'il faut attendre comme tout le monde. Est-ce que nous avons le choix d'attendre une situation pareille ?" L'appel a été lancé par un habitant, de la rue Ali-Tameglit, nommé Bensaâda Fouad, en 2009, dix ans après et toujours aucune réponse de la part des autorités.L'incroyable explication de wilaya d'Alger À travers un communiqué publiésur sa page officielleFacebook, le deuxième de la journée,
lawilaya d'Alger a donné plus d'informations sur la bâtisse quis'est effondrée, causant la mort d'au moins deux personnes. Cette dernière informe que "selon les données enregistrées au niveau du contrôle technique de la construction, l'immeuble en question a été classé Orange 4 en 2003, après le tremblement terre de Boumerdès". La wilaya d'Alger affirme avoir entrepris, à l'époque, des démarches pour le relogement familles qui occupent l'immeuble, sis 2 rue Tamglit à la nbasse Casbah, mais que ces dernières ont refusé de rejoindre les chalets provisoires. La wilaya d'Alger révèle, par ailleurs, que "cet immeuble a subi un autre contrôle en 2016, suite auquel il a été demandé aux occupants de quitter les lieux, mais une desdeux familles a refusé, ce qui a rendu impossible l'opération derelogement".
On apprend, donc, de la part de la wilaya d'Alger, que cette bâtisse menaçait ruine depuis plus de quinze années. Cequi devait arriver arriva, un certain 22 avril 2019. Résultat : Au moins deux morts et trois autres corps seraient toujours sous les décombres.
situéau niveau de la rue Tamglit (exRue Boutin à la basse Casbah), vers 6h du matin. Au moment oùnous mettons sous presse, selonnos informations, cinq personnesétaient toujours sous lesdécombres. Mais, selon laProtection civile, on dénombre deux victimes sorties par les éléments de la Protection civile quiassure que "les recherches sont en cours". Il s'agit d'un enfant de 3 ans et son père d'une trentaine d'années.
L'horreur est à son comble! La colère des habitant a poussés à chasser lewali d'Alger, AbdelkaderZoukh, qui a dû être évacué par les forces de l'ordre. Les habitants de la rue Ali-Tameghlit avaient lancé plusieurs S.O.SLes habitants du quartier d'Ali- ont lancé à maintereprises, des appels de détresse les autorités régionales et ilsdemandaient et demandentencore un relogement, leurs viesétant sous le risque. Les catastrophes naturelles et les sinistres, tels les incendies et les explosions de gaz, ont dégradé davantage l'état des immeubles qui datent du 19e siècle.
Les autorités ont fait la sourde oreille à ses habitants, malgré plusieurs articles médiatiques qui ont dénoncé les conditions de viedes habitants de La Casbah. On cite un témoignage récolté par le quotidien Liberté et publié dans un article en 2009 : "Je suis un habitant d'un immeuble construit au XIXe siècle, il a été expertisé et classé, après le séisme de 2003, en orange (catégorie4)". "Nous lançons un SOS où nous demandons juste un recasement. Le président de l'APC de La Casbah nousrépond qu'il faut attendre comme tout le monde. Est-ce que nous avons le choix d'attendre une situation pareille ?" L'appel a été lancé par un habitant, de la rue Ali-Tameglit, nommé Bensaâda Fouad, en 2009, dix ans après et toujours aucune réponse de la part des autorités.L'incroyable explication de wilaya d'Alger À travers un communiqué publiésur sa page officielleFacebook, le deuxième de la journée,
lawilaya d'Alger a donné plus d'informations sur la bâtisse quis'est effondrée, causant la mort d'au moins deux personnes. Cette dernière informe que "selon les données enregistrées au niveau du contrôle technique de la construction, l'immeuble en question a été classé Orange 4 en 2003, après le tremblement terre de Boumerdès". La wilaya d'Alger affirme avoir entrepris, à l'époque, des démarches pour le relogement familles qui occupent l'immeuble, sis 2 rue Tamglit à la nbasse Casbah, mais que ces dernières ont refusé de rejoindre les chalets provisoires. La wilaya d'Alger révèle, par ailleurs, que "cet immeuble a subi un autre contrôle en 2016, suite auquel il a été demandé aux occupants de quitter les lieux, mais une desdeux familles a refusé, ce qui a rendu impossible l'opération derelogement".
On apprend, donc, de la part de la wilaya d'Alger, que cette bâtisse menaçait ruine depuis plus de quinze années. Cequi devait arriver arriva, un certain 22 avril 2019. Résultat : Au moins deux morts et trois autres corps seraient toujours sous les décombres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.