LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Les procureurs généraux instruits de superviser les enquêtes    L'ACCUSANT D'AVOIR ORDONNE LE ‘'CADENASSAGE'' DE L'APN : Said Bouhadja charge l'ex SG du FLN    SYNDICAT SNAPO : Sit-in de pharmaciens devant le ministère de la Justice    ZAKAT EL FITR : Le montant fixé cette année à 120 DA    BRADAGE DU FONCIER AGRICOLE : Des terres agricoles utilisées pour des usines et des stations d'essence    ORAN : 10 ‘'harraga'' arrêtés à Ain El Turck    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Débouté par la commission de recours, le WA Tlemcen saisira le TAS    Médéa : Portes ouvertes à la Caisse de retraite    Egypte: 16 terroristes présumés tués par la police    Conflit Palestino-israélien : Les confidences de Moubarak à propos de Netanyahu et Trump    Le maintien de ces élections, un risque pour la cohésion et la stabilité nationale    Le procès d'Ali Haddad aura lieu le 3 juin    NAHD – JSK : Les Canaris veulent retrouver leur nid de champions    Les étudiants ne lâchent pas prise    Les souscripteurs accéderont à leurs logements samedi    Mostaganem : 57 dealers arrêtés en 10 jours    On vous le dit    Nouvelles d'Oran    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Chaou anime la soirée de clôture    Concert de jazz algéro-polonais    Les armes affluent vers Tripoli et Benghazi malgré l'embargo : Libye, une guerre par procuration ?    Le Brent progresse à plus de 72 dollars à Londres    Real : Kroos évoque la rumeur Pogba    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    Feghouli, la nouvelle année de grâce !    OC Alger-Hussein-Dey Marines pour une place en demies    «Faire de la politique n'est pas dans le rôle de l'armée»    ACTUCULT    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    Propositions de sortie de crise : Le chef d'état-major de l'ANP verse dans le déni de réalité    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    Boulaya prolonge jusqu'en 2022    3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Le pire a été évité    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 04 - 2019

Le drame s'est produit, selon le chargé de communication de la direction de wilaya de la protection civile, le lieutenant Khaled Benkhalfallah, vers six heures du matin.
Un immeuble de quatre étages s'est effondré, hier à la rue Tamaghlit, dans la basse Casbah, à proximité de la mosquée Ketchoua, faisant plusieurs victimes, deux morts (un homme d'une trentaine d'années et un jeune garçon de trois ans), dont les corps ont été retirés des décombres, et probablement plusieurs blessés, alors que les fouilles se poursuivaient au moment où nous mettions sous presse.
Le drame s'est produit, selon le chargé de communication de la direction de wilaya de la protection civile, le lieutenant Khaled Benkhalfallah, vers six heures du matin. La protection civile a été, en effet, alertée tôt de l'effondrement de l'immeuble constitué de quatre étages. Six ambulances et et six camions citernes, ainsi qu'une équipe cynotechnique ont été dépêchés sur les lieux du drame.
Le lieutenant Benkhalfallah a mis en garde sur l‘éventualité d'autres effondrements au niveau d'immeubles vulnérables, sachant que beaucoup de bâtisses datent de l'époque ottomane. Juste après ce drame, le wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, s'est déplacé au niveau du quartier, et a donné instruction de sécuriser les lieux, afin de protéger les passants et permettre les évacuations dans de meilleures conditions. Cependant, Le wali et la délégation qui l'accompagnait ont été rabroués par les habitants du quartier. «Vous êtes responsables de ce qui vient d'arriver. Nous vous avons sollicité à maintes reprises sur le danger imminent qui guettait cet immeuble particulièrement, mais vous avez fait la sourde oreille», ont lancé certains d'entre eux. D'autres expliquent que le bâtiment en question présentait des fissures profondes, et était classé immeuble menaçant ruine. La délégation a été contrainte de quitter les lieux face à une foule déchaînée, criant des mots hostiles au système.
Un architecte rencontré sur place est revenu sur la problématique des vieilles bâtisses, expliquant qu'Alger abrite quelque 14.000 immeubles devant être analysés et retapés. «L'on constate malheureusement, dit-il, qu'on se contente de réhabiliter les immeubles et de soigner leurs façades, alors qu'il s'agit d'un travail en profondeur. Le malheur, c'est qu'il n'est pas question d'argent, puisque des sommes faramineuses ont été débloquées pour la réhabilitation des immeubles de la capitale, mais à mon avis, on est là devant une mauvaise gestion du dossier». Concernant la Casbah, l'architecte parle d'interférence des responsables politiques dans le travail des techniciens et des spécialistes. Suite à ce drame, la wilaya d'Alger a posté sur son site un communiqué, précisant que les familles qui y logeaient étaient des indues occupantes. «En 2003, après le séisme qui a frappé la capitale, une équipe du CTC a classé l'immeuble en catégorie orange 4.
Les services de la wilaya prenant acte, ont pris des mesures pour reloger les familles afin de restaurer l'immeuble. Mais les occupants ont refusé d'habiter les chalets mis à leur disposition, et ont préféré rester sur place», souligne le communiqué. De même selon ce dernier, l'OPGI de Bir Mourad Rais qui gérait cet immeuble a résilié en 2004; le contrat le liant aux habitants devenus indus occupants.
«En 2016 ajoute le communiqué, les services de la wilaya sont revenus à la charge pour demander aux deux familles sur les lieux de fournir les dossiers nécessaires à leur relogement, mais l'une d'elles n'a pas répondu à la convocation et n'a donc pas pu être relogée».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.