L'entrevue retransmise sur les chaînes de télé    La pénurie refait surface    Issad Rebab classé 6e fortune d'Afrique    Les pays voisins se réunissent à Alger    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Des roquettes tirées près de l'ambassade américaine à Baghdad    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    Révision de la Constitution: le Président Tebboune affirme la poursuite des concertations avec les personnalités    CAN-2020-Tour Principal: l'Algérie s'incline face à la Tunisie (22-26)    Les agrumes d'Algérie pénètrent le marché européen    Le ministre des Affaires étrangères allemand, M. Heiko Maas, effectuera, jeudi 23 janvier 2020, une visite de travail en Algérie    Un plan d'urgence à court terme    Fakhfakh promet une équipe «restreinte et sérieuse»    Le site de la nouvelle mosaïque découverte à Négride serait probablement celui d'un thermes romain    Alger: 10 personnes asphyxiées par des gaz brûlés dans une douche    Niger: Jean-Guy Wallemme :«Groupe facile pour l'Algérie ? Je ne pense pas que c'est l'avis de Belmadi !»    Classement mondial des clubs: le CRB en tête des formations algériennes    Commémoration du 60e anniversaire de la création de l'état-major de l'ALN    Le PT alerte sur la dégradation de l'état de santé de Hanoune    SIT-IN D'ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE : Les protestataires appellent à l'ouverture du dialogue    PRODUITS FABRIQUES EN ALGERIE : Rezig annonce un fichier national    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Manipulation des législatives 2017 : Tayeb Louh épinglé    Liban: le nouveau cabinet de Hassane Diab tient son premier conseil des ministres    Virus en Chine: l'épidémie gagne d'autres pays, réunion d'urgence de l'OMS    Hand/Coupe arabe des clubs champions: l'ED Arzew obtient l'accord des autorités locales pour accueillir la compétition    Conflit au Sahara Occidental: l'UA doit prendre en considération les graves pratiques marocaines    Le 25 janvier prochain à la Safex    L'USMBA a tout intérêt à vendre Belhocini    Ghanem, troisième et dernière recrue du CRB    Gâteau fondant aux poires    Un étudiant découvert mort dans sa chambre    Saâdou : "Cette victoire face au MCO est bonne pour le moral"    Le Hirak dérange    Les autorités irakiennes poussent à l'escalade    Le ballet "La belle au bois dormant", l'arnaque    Les écoliers à la découverte de l'univers livresque    Le court métrage "Je suis un souvenir" sélectionné    ACTUCULT    La première "Classe d'eau" pilote inaugurée à Alger    Le ministère déclare la guerre aux spéculateurs    Le huis clos pour l'USMA, Meftah prend trois matchs    Fondemnt du développement, instaurer la bonne gouvernance    Une foule nombreuse l'accompagne à sa dernière demeure    Lakhdaria: Une femme morte dans l'explosion d'un extincteur    Malfaçons dans les logements neufs: Des mesures seront prises à l'encontre des responsables    48ème mardi de manifestation estudiantine: La mobilisation se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés
Publié dans Le Temps d'Algérie le 22 - 04 - 2019

Le drame s'est produit, selon le chargé de communication de la direction de wilaya de la protection civile, le lieutenant Khaled Benkhalfallah, vers six heures du matin.
Un immeuble de quatre étages s'est effondré, hier à la rue Tamaghlit, dans la basse Casbah, à proximité de la mosquée Ketchoua, faisant plusieurs victimes, deux morts (un homme d'une trentaine d'années et un jeune garçon de trois ans), dont les corps ont été retirés des décombres, et probablement plusieurs blessés, alors que les fouilles se poursuivaient au moment où nous mettions sous presse.
Le drame s'est produit, selon le chargé de communication de la direction de wilaya de la protection civile, le lieutenant Khaled Benkhalfallah, vers six heures du matin. La protection civile a été, en effet, alertée tôt de l'effondrement de l'immeuble constitué de quatre étages. Six ambulances et et six camions citernes, ainsi qu'une équipe cynotechnique ont été dépêchés sur les lieux du drame.
Le lieutenant Benkhalfallah a mis en garde sur l‘éventualité d'autres effondrements au niveau d'immeubles vulnérables, sachant que beaucoup de bâtisses datent de l'époque ottomane. Juste après ce drame, le wali d'Alger, Abdelkader Zoukh, s'est déplacé au niveau du quartier, et a donné instruction de sécuriser les lieux, afin de protéger les passants et permettre les évacuations dans de meilleures conditions. Cependant, Le wali et la délégation qui l'accompagnait ont été rabroués par les habitants du quartier. «Vous êtes responsables de ce qui vient d'arriver. Nous vous avons sollicité à maintes reprises sur le danger imminent qui guettait cet immeuble particulièrement, mais vous avez fait la sourde oreille», ont lancé certains d'entre eux. D'autres expliquent que le bâtiment en question présentait des fissures profondes, et était classé immeuble menaçant ruine. La délégation a été contrainte de quitter les lieux face à une foule déchaînée, criant des mots hostiles au système.
Un architecte rencontré sur place est revenu sur la problématique des vieilles bâtisses, expliquant qu'Alger abrite quelque 14.000 immeubles devant être analysés et retapés. «L'on constate malheureusement, dit-il, qu'on se contente de réhabiliter les immeubles et de soigner leurs façades, alors qu'il s'agit d'un travail en profondeur. Le malheur, c'est qu'il n'est pas question d'argent, puisque des sommes faramineuses ont été débloquées pour la réhabilitation des immeubles de la capitale, mais à mon avis, on est là devant une mauvaise gestion du dossier». Concernant la Casbah, l'architecte parle d'interférence des responsables politiques dans le travail des techniciens et des spécialistes. Suite à ce drame, la wilaya d'Alger a posté sur son site un communiqué, précisant que les familles qui y logeaient étaient des indues occupantes. «En 2003, après le séisme qui a frappé la capitale, une équipe du CTC a classé l'immeuble en catégorie orange 4.
Les services de la wilaya prenant acte, ont pris des mesures pour reloger les familles afin de restaurer l'immeuble. Mais les occupants ont refusé d'habiter les chalets mis à leur disposition, et ont préféré rester sur place», souligne le communiqué. De même selon ce dernier, l'OPGI de Bir Mourad Rais qui gérait cet immeuble a résilié en 2004; le contrat le liant aux habitants devenus indus occupants.
«En 2016 ajoute le communiqué, les services de la wilaya sont revenus à la charge pour demander aux deux familles sur les lieux de fournir les dossiers nécessaires à leur relogement, mais l'une d'elles n'a pas répondu à la convocation et n'a donc pas pu être relogée».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.