Amar Tou devant le juge d'instruction près la Cour suprême    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Plaidoyer contre la détention préventive    La société civile décline sa feuille de route    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    La preuve de la «généralisation de la corruption»    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Le temps judiciaire et le ton politique    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Malgré le soutien du pétrole Les place européennes finissent en petite hausse    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Hirak inébranlable
Pour le 14e vendredi consécutif
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 05 - 2019

Hier, les Algériens sont sortis manifester pour le 14e vendredi consécutif. Par ces marches et rassemblements, ils signifient clairement leurinébranlable détermination,pour un changement radical du régime et le départ de tous les symboles qui l'incarnent.
Hier, les Algériens sont sortis manifester pour le 14e vendredi consécutif. Par ces marches et rassemblements, ils signifient clairement leurinébranlable détermination,pour un changement radical du régime et le départ de tous les symboles qui l'incarnent.
Dans toutes les villes du pays, les images d'un peuple déterminé sontles mêmes. A Alger, comme à Oran,Batna Tlemcen, Tizi-Ouzou, Annaba ouMédéa, les manifestants ont scandé, àl'unisson, des slogans contre l'électionprésidentielle, qui est normalement prévuele 4 juillet prochain.
"MakanachIntikhabat ya El Issabat", a été leur slogan fétiche, pour ce vendredi aussi. Ce rendezvousélectoral rejeté ainsi massivementpar les Algériens, est de pus en plus hypothéqué,tant plusieurs signes avants coureurs laissent clairement penser, que l'ons'achemine vers un report du scrutin présidentiel,pour une date ultérieure. Dans lacapitale, il a été constaté le déploiementd'un impressionnant dispositif de sécurité.Des renforts plus importants par rapport àla semaine passée, ont été déployés de BabEzzouar à Bab El Oued.
Les piétons portant un sac-à-dos sont fouillés, tandis queceux qui ont un drapeau ou une pancarte enleur possession, sont interpellés. La stationde bus de Tafourah a été investie pardes dizaines de policiers. Eparpillés pargroupe dans plusieurs endroits, ils fouillent, eux aussi, les passants portant dessac-à-dos ou des sacs. La Grande-Posteétait quadrillée par des dizaines de fourgons.Outre les policiers en uniforme,d'autres en tenue civile, femmes et hommes, sont déployés, par dizaines, de larue Abdelkrim Khettabi à l'esplanade dumonument, fouillant les piétons. Les interpellations ont suscité l'indignation dequelques partis politiques et des organisationsde la société civile.
Devant la Grande Poste, les manifestants,contrairement aux vendredis passés, n'ontpu accéder au parvis de l'édifice fermé cesderniers jours pour travaux. Les manifestants,face au dispositif de sécurité mis en place, n'ont pas essayé, comme vendredidernier, d'accéder au parvis. Mais, les manifestants sont restés pacifiques."Silmiya, Silmiya", scandait la foule."On ne s'arrêtera pas jusqu'à ce qu'ils partenttous. Nous allons continuer nos marches pacifiques", déclarent les manifestants.Hier à Alger, les manifestants ont,une première, organisé une marche jusqu'àla Place des Martyrs, en passant par leboulevard de Zighioud Youcef. Devant le sénat comme devant l'APN, la foule a scandé "klitou labled ya sarakine".
LaPlace des Martyrs a été investie par unefoule très nombreuse. Par ailleurs, à Skikda, des milliers de manifestants ontmarché dans la rue pour réclamer le départdu système. A Sétif, une imposante manifestation a été organisée pour le mêmeobjectif. A Tizi-Ouzou, et comme d'habitude, la mobilisation était très forte.Dans toutes les villes du pays, c'était lecas tant, malgré le Ramadhan et la chaleur,les Algériens ont réitéré leur volonté pourune Etat démocratique et pour un Etat dedroit
Dans toutes les villes du pays, les images d'un peuple déterminé sontles mêmes. A Alger, comme à Oran,Batna Tlemcen, Tizi-Ouzou, Annaba ouMédéa, les manifestants ont scandé, àl'unisson, des slogans contre l'électionprésidentielle, qui est normalement prévuele 4 juillet prochain.
"MakanachIntikhabat ya El Issabat", a été leur slogan fétiche, pour ce vendredi aussi. Ce rendezvousélectoral rejeté ainsi massivementpar les Algériens, est de pus en plus hypothéqué,tant plusieurs signes avants coureurs laissent clairement penser, que l'ons'achemine vers un report du scrutin présidentiel,pour une date ultérieure. Dans lacapitale, il a été constaté le déploiementd'un impressionnant dispositif de sécurité.Des renforts plus importants par rapport àla semaine passée, ont été déployés de BabEzzouar à Bab El Oued.
Les piétons portant un sac-à-dos sont fouillés, tandis queceux qui ont un drapeau ou une pancarte enleur possession, sont interpellés. La stationde bus de Tafourah a été investie pardes dizaines de policiers. Eparpillés pargroupe dans plusieurs endroits, ils fouillent, eux aussi, les passants portant dessac-à-dos ou des sacs. La Grande-Posteétait quadrillée par des dizaines de fourgons.Outre les policiers en uniforme,d'autres en tenue civile, femmes et hommes, sont déployés, par dizaines, de larue Abdelkrim Khettabi à l'esplanade dumonument, fouillant les piétons. Les interpellations ont suscité l'indignation dequelques partis politiques et des organisationsde la société civile.
Devant la Grande Poste, les manifestants,contrairement aux vendredis passés, n'ontpu accéder au parvis de l'édifice fermé cesderniers jours pour travaux. Les manifestants,face au dispositif de sécurité mis en place, n'ont pas essayé, comme vendredidernier, d'accéder au parvis. Mais, les manifestants sont restés pacifiques."Silmiya, Silmiya", scandait la foule."On ne s'arrêtera pas jusqu'à ce qu'ils partenttous. Nous allons continuer nos marches pacifiques", déclarent les manifestants.Hier à Alger, les manifestants ont,une première, organisé une marche jusqu'àla Place des Martyrs, en passant par leboulevard de Zighioud Youcef. Devant le sénat comme devant l'APN, la foule a scandé "klitou labled ya sarakine".
LaPlace des Martyrs a été investie par unefoule très nombreuse. Par ailleurs, à Skikda, des milliers de manifestants ontmarché dans la rue pour réclamer le départdu système. A Sétif, une imposante manifestation a été organisée pour le mêmeobjectif. A Tizi-Ouzou, et comme d'habitude, la mobilisation était très forte.Dans toutes les villes du pays, c'était lecas tant, malgré le Ramadhan et la chaleur,les Algériens ont réitéré leur volonté pourune Etat démocratique et pour un Etat dedroit


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.