Real Madrid - Manchester City : Les compositions d'équipes avec Mahrez titulaire    Benzema a prolongé avec le Real Madrid    Coronavirus en Algérie : L'inquiétude monte à Sétif    L'UA attachée à la tenue d'un référendum au Sahara occidental    ILS SE SERAIENT ACCAPARES DE 600 TERRAINS : Vers la levée de l'immunité de 2 députés FLN    Djerad reçoit l'Envoyé spécial du PM britannique pour le partenariat économique avec l'Algérie    Mustapha Berraf renonce à sa démission !    ARABIE SAOUDITE : Le président Tebboune en visite d'Etat    Education: sit-in des enseignants et travailleurs de l'Unpef    Protection civile: des mesures anticipatives pour faire face au Coronavirus    RENAULT ALGERIE FERME SES PORTES : Près de 1300 travailleurs au chômage technique    COUR D'ALGER : Le procès Ouyahia-Sellal à nouveau reporté    REMISE DES DECISIONS D'AFFECTATION AADL : Vers la convocation de 120 000 souscripteurs    Le parquet requiert des peines allant de 2 à 10 ans de prison    EXPLOSION DANS UNE HABITATION : 19 blessés dont 7 enfants à Oum El Bouaghi    60.000 étudiants étrangers sont passés par l'Université algérienne    Ligue (USM Alger) : séparation à l'amiable avec l'entraîneur Dziri Billel    L'ONU dénonce la violence israélienne en Cisjordanie    Un changement pour la route    Le projet de Jaguar Land Rover    Seddik Chihab conteste son exclusion    L'instance présidentielle veut mettre fin aux dysfonctionnements du parti    L'inébranlable détermination des étudiants    «Nous devons d'abord évaluer notre potentiel»    L'ESS et le PAC accrochés, la JSS nouveau leader    Aït Djoudi optimiste malgré la situation du club    Le choc de titans    La Libye en tête des préoccupations    Une médaille pour le hirak à Montréal    La chambre d'accusation renvoie le dossier au 3 mars    Sanders confirme son avantage face à Biden    Doute sur la tenue du sommet quadripartite sur la Syrie    2 vendeurs de drogue et psychotropes arrêtés    ACTUCULT    Des témoignages poignants sur la Guerre d'Algérie    "Intertextualité et conversation dans l'œuvre de Kateb Yacine"    Lettre écrite par Tahar Djaout après la mort de Mouloud Mammeri (25 février 1989) et publiée par Awal    Coup de mou chez Scorsese    Affluence du public    Constitution: l'université a un rôle "pivot" dans l'encadrement du débat de la société    Boxe/Tournoi pré-olympique: Houmri et Bouloudinats passent en demi-finale    Tizi-Ouzou: Mouloud Mammeri, fondateur de l'anthropologie algérienne    Pour se défaire de la dépendance aux hydrocarbures : Djerad prône une transition vers le solaire    Alger: la distribution de l'eau potable totalement rétablie mercredi avant le délai prévu    Synthétisation de l'écosystème digital : Les acteurs du numérique s'organisent    Haï Es-Sabah: Plus de 372 kilogrammes de viande impropre à la consommation saisis    Des individus pas très respectables    Lavrov : les terroristes ne seront pas "les maîtres" à Idlib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Hirak inébranlable
Pour le 14e vendredi consécutif
Publié dans Le Midi Libre le 25 - 05 - 2019

Hier, les Algériens sont sortis manifester pour le 14e vendredi consécutif. Par ces marches et rassemblements, ils signifient clairement leurinébranlable détermination,pour un changement radical du régime et le départ de tous les symboles qui l'incarnent.
Hier, les Algériens sont sortis manifester pour le 14e vendredi consécutif. Par ces marches et rassemblements, ils signifient clairement leurinébranlable détermination,pour un changement radical du régime et le départ de tous les symboles qui l'incarnent.
Dans toutes les villes du pays, les images d'un peuple déterminé sontles mêmes. A Alger, comme à Oran,Batna Tlemcen, Tizi-Ouzou, Annaba ouMédéa, les manifestants ont scandé, àl'unisson, des slogans contre l'électionprésidentielle, qui est normalement prévuele 4 juillet prochain.
"MakanachIntikhabat ya El Issabat", a été leur slogan fétiche, pour ce vendredi aussi. Ce rendezvousélectoral rejeté ainsi massivementpar les Algériens, est de pus en plus hypothéqué,tant plusieurs signes avants coureurs laissent clairement penser, que l'ons'achemine vers un report du scrutin présidentiel,pour une date ultérieure. Dans lacapitale, il a été constaté le déploiementd'un impressionnant dispositif de sécurité.Des renforts plus importants par rapport àla semaine passée, ont été déployés de BabEzzouar à Bab El Oued.
Les piétons portant un sac-à-dos sont fouillés, tandis queceux qui ont un drapeau ou une pancarte enleur possession, sont interpellés. La stationde bus de Tafourah a été investie pardes dizaines de policiers. Eparpillés pargroupe dans plusieurs endroits, ils fouillent, eux aussi, les passants portant dessac-à-dos ou des sacs. La Grande-Posteétait quadrillée par des dizaines de fourgons.Outre les policiers en uniforme,d'autres en tenue civile, femmes et hommes, sont déployés, par dizaines, de larue Abdelkrim Khettabi à l'esplanade dumonument, fouillant les piétons. Les interpellations ont suscité l'indignation dequelques partis politiques et des organisationsde la société civile.
Devant la Grande Poste, les manifestants,contrairement aux vendredis passés, n'ontpu accéder au parvis de l'édifice fermé cesderniers jours pour travaux. Les manifestants,face au dispositif de sécurité mis en place, n'ont pas essayé, comme vendredidernier, d'accéder au parvis. Mais, les manifestants sont restés pacifiques."Silmiya, Silmiya", scandait la foule."On ne s'arrêtera pas jusqu'à ce qu'ils partenttous. Nous allons continuer nos marches pacifiques", déclarent les manifestants.Hier à Alger, les manifestants ont,une première, organisé une marche jusqu'àla Place des Martyrs, en passant par leboulevard de Zighioud Youcef. Devant le sénat comme devant l'APN, la foule a scandé "klitou labled ya sarakine".
LaPlace des Martyrs a été investie par unefoule très nombreuse. Par ailleurs, à Skikda, des milliers de manifestants ontmarché dans la rue pour réclamer le départdu système. A Sétif, une imposante manifestation a été organisée pour le mêmeobjectif. A Tizi-Ouzou, et comme d'habitude, la mobilisation était très forte.Dans toutes les villes du pays, c'était lecas tant, malgré le Ramadhan et la chaleur,les Algériens ont réitéré leur volonté pourune Etat démocratique et pour un Etat dedroit
Dans toutes les villes du pays, les images d'un peuple déterminé sontles mêmes. A Alger, comme à Oran,Batna Tlemcen, Tizi-Ouzou, Annaba ouMédéa, les manifestants ont scandé, àl'unisson, des slogans contre l'électionprésidentielle, qui est normalement prévuele 4 juillet prochain.
"MakanachIntikhabat ya El Issabat", a été leur slogan fétiche, pour ce vendredi aussi. Ce rendezvousélectoral rejeté ainsi massivementpar les Algériens, est de pus en plus hypothéqué,tant plusieurs signes avants coureurs laissent clairement penser, que l'ons'achemine vers un report du scrutin présidentiel,pour une date ultérieure. Dans lacapitale, il a été constaté le déploiementd'un impressionnant dispositif de sécurité.Des renforts plus importants par rapport àla semaine passée, ont été déployés de BabEzzouar à Bab El Oued.
Les piétons portant un sac-à-dos sont fouillés, tandis queceux qui ont un drapeau ou une pancarte enleur possession, sont interpellés. La stationde bus de Tafourah a été investie pardes dizaines de policiers. Eparpillés pargroupe dans plusieurs endroits, ils fouillent, eux aussi, les passants portant dessac-à-dos ou des sacs. La Grande-Posteétait quadrillée par des dizaines de fourgons.Outre les policiers en uniforme,d'autres en tenue civile, femmes et hommes, sont déployés, par dizaines, de larue Abdelkrim Khettabi à l'esplanade dumonument, fouillant les piétons. Les interpellations ont suscité l'indignation dequelques partis politiques et des organisationsde la société civile.
Devant la Grande Poste, les manifestants,contrairement aux vendredis passés, n'ontpu accéder au parvis de l'édifice fermé cesderniers jours pour travaux. Les manifestants,face au dispositif de sécurité mis en place, n'ont pas essayé, comme vendredidernier, d'accéder au parvis. Mais, les manifestants sont restés pacifiques."Silmiya, Silmiya", scandait la foule."On ne s'arrêtera pas jusqu'à ce qu'ils partenttous. Nous allons continuer nos marches pacifiques", déclarent les manifestants.Hier à Alger, les manifestants ont,une première, organisé une marche jusqu'àla Place des Martyrs, en passant par leboulevard de Zighioud Youcef. Devant le sénat comme devant l'APN, la foule a scandé "klitou labled ya sarakine".
LaPlace des Martyrs a été investie par unefoule très nombreuse. Par ailleurs, à Skikda, des milliers de manifestants ontmarché dans la rue pour réclamer le départdu système. A Sétif, une imposante manifestation a été organisée pour le mêmeobjectif. A Tizi-Ouzou, et comme d'habitude, la mobilisation était très forte.Dans toutes les villes du pays, c'était lecas tant, malgré le Ramadhan et la chaleur,les Algériens ont réitéré leur volonté pourune Etat démocratique et pour un Etat dedroit


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.