Projet de Plan national de relance socio-économique: le Président Tebboune préside une réunion    Confinement partiel imposé dans 18 communes de Sétif : soulagement chez les citoyens    L'UE réaffirme sa position de non reconnaissance de la marocanité du Sahara Occidental    Mahieddine Tahkout auditionné pour son implication dans plusieurs affaires de corruption    IMPORTATION DE VEHICULES NEUFS EN ALGERIE : Le ministre de l'Industrie se prononce de nouveau    La justice libanaise este en justice le représentant de Sonatrach    MULTIPLICATION DES CAS DE CORONAVIRUS A ORAN : Les médecins tirent la sonnette d'alarme    SETIF : Retour au confinement partiel de 13h00 à 05h00    Boukadoum prend part à la 9e réunion ministérielle du FCCEA    M'sila: nécessité d'accélérer les travaux de la station déminéralisation de Hamam Dhalaa    Laghouat: équipement du laboratoire du nouveau CHU en appareil de dépistage du Covid19    475 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    JM Oran-2022: le COJM mobilisera près de 1 milliard de dinars pour l'équipement des sites    Le Président Tebboune préside une séance de travail sur l'élaboration du plan national de relance socio-économique    Afrique du Nord/économie: un recul de 4,2% prévu en 2020 à cause du covid-19    Deux listes se disputeront l'instance présidentielle    «L'Algérie ne souffre pas de manque de ressources»    Manifestation dans la province de Hassaké contre la présence des troupes américaines    Courrier des lecteurs    Les Algériens Benchabla et Mordjane dans le Top 10    Fermeture de la Grande Poste suite à la mort suspecte d'un employé    Ennio Morricone, le Beethoven du western spaghetti    L'Unesco alerte sur une «escroquerie» aux biens culturels issus d'Afrique    Un bon, une brute, un truand, un harmonica et un pan du mur de ma jeunesse qui s'écroule !    Benhadid réhabilité    Reprise des négociations à Londres pour un accord post-Brexit    Le ton monte entre Pékin et Ottawa    Deuxième tir de roquettes contre des intérêts américains en 24 heures    Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Treize activites acquittés    83 ha de récoltes ravagés depuis début juin    Les programmes achevés distribués avant la fin de l'année    "Interdiction de toucher aux statuts des fédérations"    La Juventus pied au plancher    La JSK, l'USMA et le PAC perçoivent les primes de la CAF    "Il reste encore 80 crânes de résistants des Zaâtcha"    Le théâtre pour conter la tolérance    Une nouvelle alliance entre l'homme et les sciences    Des structures baptisées des noms du Chahid Din Amhamed et du Moudjahid Zenati Bikat    E-conférence – AIPS : Le président Merlo insiste sur l'accès aux sources    On vous le dit    Prix du Brent : Petite hausse pour commencer la semaine    «Un mépris confondant et scandaleux envers ceux que la France coloniale a exploités, opprimés et massacrés»    La FAF veut «assainir» le métier    Décès de Bettina Heinen-Ayech : La Mahouna s'est effondrée    "Papicha" de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    El Tarf: Décès du bâtonnier Brinis Ammour    Football national: Où sont passés les clubs formateurs ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant le juge
Cour suprême
Publié dans Le Midi Libre le 16 - 06 - 2019

Abdelkader Zoukh, ex-wali d'Alger, Karim Djoudi et AmarTou respectivement, anciensministres des Finances etcelui des Transportscomparaitront aujourd'huidevant le juge d'instructionprès la Cour suprême.
Abdelkader Zoukh, ex-wali d'Alger, Karim Djoudi et AmarTou respectivement, anciensministres des Finances etcelui des Transportscomparaitront aujourd'huidevant le juge d'instructionprès la Cour suprême.
Dimanche dernier, l'ancien wali avait comparu devant le juge d'instruction près le tribunal de Sidi-M'hamed, à Alger. Il a quitté les lieux après avoir été entendu par le juge.Abdelkader Zoukh et plusieurs hauts responsableont été convoqués par la justiceà la mi-mai pour être auditionner sur lesplusieurs affaires. Certains, à l'image deAhmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, deux anciens Premier ministre, ont depuisété mis en détention provisoire.Les deux anciens ministres devront êtreentendus séparément par le juge enquêteurde la Cour suprême dans des affairesde corruption. Karim Djoudi sera auditionnéà 9h. Quant à Amar Tou, il sera interrogé à 14h.
La loi sera "appliquée pour tout le monde"
S'exprimant lors de la cérémonie d'installation du nouveau Premier président de laCour suprême, Slimane Brahmi, ministrede la Justice, garde des Sceaux, a défendul'action de la Justice qui a mené jusque-làà la mise en détention provisoire de plusieursanciens hauts cadres de l'Etat ainsique des hommes d'affaires. Pour le ministre de la Justice, il n y aura aucun traitementde faveur.
"La loi sera appliquée surtout le monde sans exception", a-t-ilnotamment affirmé lors de son allocution.Dans ce contexte, le nouveau garde desSceaux a estimé que le secteur de la justice connait "des étapes importantes quise solderont par plus d'indépendance et de responsabilités". Car, en fin de compte, la justice constitue, d'après lui, l'unique refuge des Algériens pour l'équité etl'égalité.Le ministre a, par ailleurs, appelé lesmagistrats à faire preuve de déontologie et à mettre en avant le principe "du procèséquitable".
installation d'Abderrachid Tabi
Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Slimane Brahmi, a présidé, hier à Alger, la cérémonie d'installation du nouveau premier président de la Cour suprême, Abderrachid Tabi. Cette cérémonie, qui a eu lieu au siège dela Cour suprême, a vu également l'installation du procureur général, Abderrahim Madjid. Le chef de l'Etat, AbdelkaderBensalah, avait procédé, lundi dernier, à la nomination d'Abderrachid Tabi au poste de Premier président de la Cour suprêmeen remplacement de Slimane Boudi, quioccupait ce poste depuis 2013, et deAbderrahim Madjid, procureur général près la Cour suprême, en remplacementde Benabid El Ouardi.
Agé de 59 ans, Abderrachid Tabi est diplômé de l'école nationald'Administration (Ena) en 1983 et titulaire du diplôme de l'Ecole nationale d'administration publique de Québec (Enap) au Canada.Tabi a occupé les postes de Secrétairegénéral (SG) du Tribunal militaire deBlida (dans le cadre du service national),
de procureur de la République près plusieurstribunaux (Sidi-Aïssa, Sour el- Ghozlane, Bou-Saâda et Bouhadjar), de procureur général adjoint près la cour deSétif, de directeur du personnel de rééducation au ministère de la Justice, de chef de cabinet du ministre de la Justice, garde des Sceaux, de procureur général près les cours d'Oum el-Bouaghi et de Bouira etavocat général et procureur généraladjoint près la Cour suprême.Tabi a occupé également des postes supérieurs en dehors du secteur de la justice, notamment ceux de chef de cabinet du gouvernement
d'Ahmed Benbitour, de chef de cabinet du ministre desMoudjahidine, de chef de cabinet du président de l'Assemblée populaire nationale (APN), de secrétaire général de l'APN et de directeur général des relations internationalesau sein de la même instance législative.Il a participé, en cette qualité, à plusieursrencontres internationales et conférences régionales dans la cadre de l'Union interparlementaire arabe (UIPA),
de l'Union interparlementaire (UIP), de l'Assembléeparlementaire euro-méditerranéenne(Apem), de la Cour pénale internationale(CPI), du Parlement européen, ainsiqu'aux séances d'Audition parlementaire annuelle des Nations unies et de l'Uniondes Etats membres de l'Organisation de la coopération islamique (UPCI).
Dimanche dernier, l'ancien wali avait comparu devant le juge d'instruction près le tribunal de Sidi-M'hamed, à Alger. Il a quitté les lieux après avoir été entendu par le juge.Abdelkader Zoukh et plusieurs hauts responsableont été convoqués par la justiceà la mi-mai pour être auditionner sur lesplusieurs affaires. Certains, à l'image deAhmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, deux anciens Premier ministre, ont depuisété mis en détention provisoire.Les deux anciens ministres devront êtreentendus séparément par le juge enquêteurde la Cour suprême dans des affairesde corruption. Karim Djoudi sera auditionnéà 9h. Quant à Amar Tou, il sera interrogé à 14h.
La loi sera "appliquée pour tout le monde"
S'exprimant lors de la cérémonie d'installation du nouveau Premier président de laCour suprême, Slimane Brahmi, ministrede la Justice, garde des Sceaux, a défendul'action de la Justice qui a mené jusque-làà la mise en détention provisoire de plusieursanciens hauts cadres de l'Etat ainsique des hommes d'affaires. Pour le ministre de la Justice, il n y aura aucun traitementde faveur.
"La loi sera appliquée surtout le monde sans exception", a-t-ilnotamment affirmé lors de son allocution.Dans ce contexte, le nouveau garde desSceaux a estimé que le secteur de la justice connait "des étapes importantes quise solderont par plus d'indépendance et de responsabilités". Car, en fin de compte, la justice constitue, d'après lui, l'unique refuge des Algériens pour l'équité etl'égalité.Le ministre a, par ailleurs, appelé lesmagistrats à faire preuve de déontologie et à mettre en avant le principe "du procèséquitable".
installation d'Abderrachid Tabi
Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Slimane Brahmi, a présidé, hier à Alger, la cérémonie d'installation du nouveau premier président de la Cour suprême, Abderrachid Tabi. Cette cérémonie, qui a eu lieu au siège dela Cour suprême, a vu également l'installation du procureur général, Abderrahim Madjid. Le chef de l'Etat, AbdelkaderBensalah, avait procédé, lundi dernier, à la nomination d'Abderrachid Tabi au poste de Premier président de la Cour suprêmeen remplacement de Slimane Boudi, quioccupait ce poste depuis 2013, et deAbderrahim Madjid, procureur général près la Cour suprême, en remplacementde Benabid El Ouardi.
Agé de 59 ans, Abderrachid Tabi est diplômé de l'école nationald'Administration (Ena) en 1983 et titulaire du diplôme de l'Ecole nationale d'administration publique de Québec (Enap) au Canada.Tabi a occupé les postes de Secrétairegénéral (SG) du Tribunal militaire deBlida (dans le cadre du service national),
de procureur de la République près plusieurstribunaux (Sidi-Aïssa, Sour el- Ghozlane, Bou-Saâda et Bouhadjar), de procureur général adjoint près la cour deSétif, de directeur du personnel de rééducation au ministère de la Justice, de chef de cabinet du ministre de la Justice, garde des Sceaux, de procureur général près les cours d'Oum el-Bouaghi et de Bouira etavocat général et procureur généraladjoint près la Cour suprême.Tabi a occupé également des postes supérieurs en dehors du secteur de la justice, notamment ceux de chef de cabinet du gouvernement
d'Ahmed Benbitour, de chef de cabinet du ministre desMoudjahidine, de chef de cabinet du président de l'Assemblée populaire nationale (APN), de secrétaire général de l'APN et de directeur général des relations internationalesau sein de la même instance législative.Il a participé, en cette qualité, à plusieursrencontres internationales et conférences régionales dans la cadre de l'Union interparlementaire arabe (UIPA),
de l'Union interparlementaire (UIP), de l'Assembléeparlementaire euro-méditerranéenne(Apem), de la Cour pénale internationale(CPI), du Parlement européen, ainsiqu'aux séances d'Audition parlementaire annuelle des Nations unies et de l'Uniondes Etats membres de l'Organisation de la coopération islamique (UPCI).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.