Le FLN sauve les meubles    La Chine veut contrer la remontée des prix    Hanoï, la capitale confinée    Les matchs de la JSK face au CRB et à l'USMA fixés    Carapaz et Szilagyi au sommet pour la première journée    Vaste programme de sensibilisation contre les incendies    Soin douceur et anti-âge pour les mains    À l'origine d'une crise !    La Cantera, il était une fois Bab-El-Oued, nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Le clan de Oujda, Saadani ou Cheb Khaled, qui a donné les numéros de téléphone aux Marocains ?    La FIJ et le SNPM interpellent le Maroc    Nourine suspendu par la FIJ    Na Hussein Dey : Les Nahdistes s'enlisent    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Belazri retenu comme juge de ligne    Melih et Sahnoune officiellement engagés    Benchabla passe en 8es de finale    208 migrants secourus en 48 heures    Affrontements avec la police à Sydney    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Le retour au confinement de nouveau abordé    Rym Feroukhi sur le podium    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Abdelmalek Boussahel n'est plus    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Connexion perturbée et silence des autorités
Publié dans Le Midi Libre le 17 - 06 - 2019

L'accès à Internet a été très fortement perturbé hier en Algérie, au premier jour desépreuves du baccalauréat. Plusieurs plateformes à l'image de Facebook,
L'accès à Internet a été très fortement perturbé hier en Algérie, au premier jour desépreuves du baccalauréat. Plusieurs plateformes à l'image de Facebook,
Twitter, Instagram, YouTube, WhatsApp ainsi que plusieurs sites étaient difficilement accessibles, voire complètement bloqués. Ces sites représentent la grande majorité dutrafic sur Internet en Algérie. En outre, les autorités ont, semble-t-il, également bloqué ou perturbé hier l'accèsà Internet par le biais d'un réseau virtuel privé (VPN), une technique utilisée cesdernières années par les internautes algérienspour contourner le fait du princeimposé par les autorités de manière potentiellementillégale, et certainement en violation du droit fondamental d'accès à Internet. À ce blocage lié au contexte du baccalauréat s'ajoute le blocage de plusieurs autres sites internet, imposé de manière arbitraire par les autorités pour des raisonsobscures.
Dans les deux cas, aucune communicationofficielle n'a émergé de la part desautorités et du principal fournisseur d'accès à Internet, Algérie Télécom. Alorsque l'opérateur public avait annoncél'année dernière la suspension du serviceinternet pendant la première heure de chaque épreuve pour éviter toute tentative de publication de sujets du baccalauréatsur internet, cette année aucune annonce n'a été faite dans ce sens. Les internautes algériens ne disposent donc d'aucune information sur les tenantset aboutissants de ce blocage, et restentdonc dans le flou en attendant un éventueldéblocage en fin de journée. Citoyenscomme entreprises restent donc paralysésen attendant des jours meilleurs.
Twitter, Instagram, YouTube, WhatsApp ainsi que plusieurs sites étaient difficilement accessibles, voire complètement bloqués. Ces sites représentent la grande majorité dutrafic sur Internet en Algérie. En outre, les autorités ont, semble-t-il, également bloqué ou perturbé hier l'accèsà Internet par le biais d'un réseau virtuel privé (VPN), une technique utilisée cesdernières années par les internautes algérienspour contourner le fait du princeimposé par les autorités de manière potentiellementillégale, et certainement en violation du droit fondamental d'accès à Internet. À ce blocage lié au contexte du baccalauréat s'ajoute le blocage de plusieurs autres sites internet, imposé de manière arbitraire par les autorités pour des raisonsobscures.
Dans les deux cas, aucune communicationofficielle n'a émergé de la part desautorités et du principal fournisseur d'accès à Internet, Algérie Télécom. Alorsque l'opérateur public avait annoncél'année dernière la suspension du serviceinternet pendant la première heure de chaque épreuve pour éviter toute tentative de publication de sujets du baccalauréatsur internet, cette année aucune annonce n'a été faite dans ce sens. Les internautes algériens ne disposent donc d'aucune information sur les tenantset aboutissants de ce blocage, et restentdonc dans le flou en attendant un éventueldéblocage en fin de journée. Citoyenscomme entreprises restent donc paralysésen attendant des jours meilleurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.