Zeghmati depuis Oran : La quête de justice, devise où se fondent toutes les revendications    Bordj Bou-Arreridj : Installation du nouveau président de la Cour eu Procureur général    Dans le cadre du suivi de l'activité gouvernementale : Bensalah et Bedoui examinent la situation politique et socio-économique du pays    Climatiseurs DualCool et ArtCool : Les nouveaux nés de LG    Bourses : L'Europe finit en hausse, portée par les espoirs de relance    Importations: Des matériels roulants en souffrance au niveau des zones sous-douanes débloqués    Sahara occidental : Bolton n'est pas le seul responsable américain à ne plus vouloir ignorer le conflit    Chine : Réunion du PCC pour analyser la situation économique    Rencontre Poutine-Macron : La Russie ne souhaite pas un scénario à la Gilets jaunes à Moscou    Ligue 1 (2e journée) : L'USMA tient bon à Constantine, le MCA remporte le derby face au PAC    ATP: Le Sud-Coréen Lee, le 1er joueur sourd à gagner un match sur le circuit    Saison estivale à Blida: Plusieurs programmes de loisirs au profit des enfants nécessiteux    Afin d'atteindre "rapidement" ses objectifs : Le chef de l'Etat renouvelle son appel à faire avancer le processus de dialogue    Deuxième jour du ministre de l'Intérieur à Illizi : Les jeunes expriment leurs préoccupations    Plus de 180.000 unités en 2018    Le chef de l'Etat appelle à faire avancer le processus de dialogue    Karim Younes ne baisse pas les bras    37 décès et 1.919 blessés en une semaine    Des étudiants déterminés    Etat d'urgence dans deux provinces de l'Est    L'ONM demande la dissolution du FLN    Nouvelle publication    Galatasaray : Falcao est attendu demain    Un match contre ses détracteurs    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    Johnson brandit la fin immédiate de la libre circulation des personnes    Le ministère de la Santé nous écrit    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le calvaire des usagers
Nouvelle aérogare d'Alger :
Publié dans Le Midi Libre le 18 - 07 - 2019

aérogare d'Alger, en service depuis fin avril, sedisent "impressionnés" par la beauté et l'immensité de l'infrastructure, mais déplorentun léger "manque" d'organisation etd'information, à l'origine de la perte d'untemps précieux.
aérogare d'Alger, en service depuis fin avril, sedisent "impressionnés" par la beauté et l'immensité de l'infrastructure, mais déplorentun léger "manque" d'organisation etd'information, à l'origine de la perte d'untemps précieux.
Approchés par l'APS, des usagers de ce qui est appelé désormais l'"aérogare Ouest" de l'aéroport international Houari-Boumediene, ont recommandé le renforcement de la signalisation (panneaux, indications delieux et de services...) et de bureaux de renseignement, censés les aider à se retrouver dans une construction, flambant neuf, étaléesur plus de 200.000 m2.Ils demandent également une présence humaine plus accrue,car beaucoup d'entre eux se disent peu familiersavec le "tout automatique". "C'estcomplètement différent de l'ancien aéroport. Ca a chamboulé nos habitudes, en commençantpar l'entrée du parking jusqu'àl'embarquement. Il faut plus d'agents et un système de signalisation simplifié et généralisépour nous orienter", a estimé Nasreddine, un voyageur algérien qui s'apprêtait à prendre son vol pour Montréal. "J'ai mis un temps fou pour emprunterl'ascenseur conduisant au hall des départs pendant que des agents d'entretien s'en servaient pour acheminer des caddies. Entre temps, une file d'attente interminable, s'est amassée. C'était fatiguant...!", a témoigné, Nora, une sexagénaire d'origine tunisienne, en partance vers Frankfort.
Cette passagère qui s'est dit "désorientée", dénonce le fait que "personne n'est là pour nous montrer les accès, l'endroit des caddies et autres. Ce n'est pas évident de trouver tout ça par soimême, surtout pour des personnes âgées". Au hall des départs de l'aérogare, une autre doléance est émise. Il s'agit, selon des usagers, de "restreinte" de services et de "manque" de commodités, sachant que même les bancs publics font défaut à cet espace, contraignant les voyageurs et leurs accompagnateurs à "faire le pied de grue" durant les enregistrements, pouvant durer des heures suite au retard de vol. "Il n'y a aucun endroit pour s'asseoir. On n'a même pas pensé aux personnes âgées, aux malades et aux femmes enceintes ! Regardez-les (les voyageurs) en train de se reposer sur leurs bagages, c'est honteux !", a critiqué Abdelkader, venu accompagner son fils qui partait en vacances à l'étranger.
Par conséquent, nombreux sont ceux qui seréfugient dans la cafétéria, même si les prix n'y sont pas à la portée de tous. "Mais au moins là on peut s'asseoir et profiter pour recharger la batterie de son smatrphone ou laptop", a estimé Akram, un jeune émigré qui voyage souvent entre l'Algérie et la France. Des lacunes sont également constatées au parking de l'aérogare. Le manque de panneaux de signalisation et la rareté d'agents de l'ordre, figurent en tête de liste. Cette "anarchie" pousse certains à stationner n'importe où et n'importe comment, à la limite de l'incivisme.Venue récupérer des parents, Nassima dénonce le manque de panneaux :
"J'ai fait plusieurs fois le tour pour accéder au parking. Il n'y a pas assez d'indications. Celles qui existent induisent les conducteurs en erreur. Les gens ne savent pas où aller". Ce "désordre" a créé des bouchons sur les accès de l'aéroport notamment durant les horaires de pointe, selon cette usagère, qui réclame l'amélioration de la signalétique pour un gain de temps. En sus, les automobilistes doivent payer leurs stationnements via des caisses automatiques. Et, là aussi, le manque d'informationgénère la "confusion et le "désagrément", a souligné Abdelkrim, un chauffeur de taxi habitué des lieux.
Approchés par l'APS, des usagers de ce qui est appelé désormais l'"aérogare Ouest" de l'aéroport international Houari-Boumediene, ont recommandé le renforcement de la signalisation (panneaux, indications delieux et de services...) et de bureaux de renseignement, censés les aider à se retrouver dans une construction, flambant neuf, étaléesur plus de 200.000 m2.Ils demandent également une présence humaine plus accrue,car beaucoup d'entre eux se disent peu familiersavec le "tout automatique". "C'estcomplètement différent de l'ancien aéroport. Ca a chamboulé nos habitudes, en commençantpar l'entrée du parking jusqu'àl'embarquement. Il faut plus d'agents et un système de signalisation simplifié et généralisépour nous orienter", a estimé Nasreddine, un voyageur algérien qui s'apprêtait à prendre son vol pour Montréal. "J'ai mis un temps fou pour emprunterl'ascenseur conduisant au hall des départs pendant que des agents d'entretien s'en servaient pour acheminer des caddies. Entre temps, une file d'attente interminable, s'est amassée. C'était fatiguant...!", a témoigné, Nora, une sexagénaire d'origine tunisienne, en partance vers Frankfort.
Cette passagère qui s'est dit "désorientée", dénonce le fait que "personne n'est là pour nous montrer les accès, l'endroit des caddies et autres. Ce n'est pas évident de trouver tout ça par soimême, surtout pour des personnes âgées". Au hall des départs de l'aérogare, une autre doléance est émise. Il s'agit, selon des usagers, de "restreinte" de services et de "manque" de commodités, sachant que même les bancs publics font défaut à cet espace, contraignant les voyageurs et leurs accompagnateurs à "faire le pied de grue" durant les enregistrements, pouvant durer des heures suite au retard de vol. "Il n'y a aucun endroit pour s'asseoir. On n'a même pas pensé aux personnes âgées, aux malades et aux femmes enceintes ! Regardez-les (les voyageurs) en train de se reposer sur leurs bagages, c'est honteux !", a critiqué Abdelkader, venu accompagner son fils qui partait en vacances à l'étranger.
Par conséquent, nombreux sont ceux qui seréfugient dans la cafétéria, même si les prix n'y sont pas à la portée de tous. "Mais au moins là on peut s'asseoir et profiter pour recharger la batterie de son smatrphone ou laptop", a estimé Akram, un jeune émigré qui voyage souvent entre l'Algérie et la France. Des lacunes sont également constatées au parking de l'aérogare. Le manque de panneaux de signalisation et la rareté d'agents de l'ordre, figurent en tête de liste. Cette "anarchie" pousse certains à stationner n'importe où et n'importe comment, à la limite de l'incivisme.Venue récupérer des parents, Nassima dénonce le manque de panneaux :
"J'ai fait plusieurs fois le tour pour accéder au parking. Il n'y a pas assez d'indications. Celles qui existent induisent les conducteurs en erreur. Les gens ne savent pas où aller". Ce "désordre" a créé des bouchons sur les accès de l'aéroport notamment durant les horaires de pointe, selon cette usagère, qui réclame l'amélioration de la signalétique pour un gain de temps. En sus, les automobilistes doivent payer leurs stationnements via des caisses automatiques. Et, là aussi, le manque d'informationgénère la "confusion et le "désagrément", a souligné Abdelkrim, un chauffeur de taxi habitué des lieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.