Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La défense fait appel    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La colère de Tebboune    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    Hausse de la production à Chlef    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    La direction tente de rassurer les supporters    Sit-in des supporters pour demander une entreprise nationale    "Retour au confinement si besoin"    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    L'apolitique supplante le politique ?    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    El-Bayadh: Le nouveau procureur général installé    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    495 nouveaux cas et 11 décès    JS Kabylie : Becheker, Aguieb et Hadouche en renfort    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bouchons monstres à Alger
Mouvement de protestation des radiés de l'armée
Publié dans Le Midi Libre le 19 - 08 - 2019

"Ceux qui n'ont pas encore pris leur voiture pour se rendre à Alger, doivent s'en abstenir". Ce message a été massivement relayé hier matin sur les réseaux sociaux, (Facebook, Twitter)par les internautes qui sont déjà prisdans la nasse sur l'autoroute
"Ceux qui n'ont pas encore pris leur voiture pour se rendre à Alger, doivent s'en abstenir". Ce message a été massivement relayé hier matin sur les réseaux sociaux, (Facebook, Twitter)par les internautes qui sont déjà prisdans la nasse sur l'autoroute
Est-ouest.Tous les accès sur la capitale ont étébloqués par des barrages de gendarmerie,pour empêcher les retaités del'Armée d'investir une nouvelle fois la rue, pour réitérer leurs revendications,déjà exprimées à l'occasion de précédentes manifestations qui ont d'ailleurs provoqué les mêmes bouchons dantesques."Je suis sorti de chez moi à 7 hdu matin de Bordj El Bahri, pour merendre au travail à Oued Semmar, jeviens juste de dépasser le barrage degendarmerie de Swachet, présque troisheures pour à peine une dizaine de kilométres", a raconté un internaute sur Facebook, appuyant son récit avec unephoto montrant une longue enfilade de voitures, qui sont presque à touchetouche.
Ceux qui ont cru trouver une parade en empruntant l'ancienne route Bordj el Bahri-Bourdj el Kifffan, pour accéder à l'ancienne route moutonnière, ne sont pas plus chanceux. L'embouteillage commence à partir de Beni Mered. Même constat au niveau de la cité des bananiers, pour les habitants de Bab Ezzouar, confrontés aussi au problème de la perturbation du réseau téléphonique, selon des internautes. Le blocage des accés à la capitale s'est répercuté sur tous les axes, comme Bouira vers Alger, Baraki-Baba Ali-Dar el Beida vers Alger. Une véritable galère due au fait que la Gendarmerie nationale voulait empêcher les retraités de l'ANP, de rallier la capitale pour tenir le sit-in.En effet, des retraités et radiés de l'Armée, qui tentaient hier de rejoindre la capitale, ont été empêchés par les éléments de la Gendarmerie nationale.
Des échauffourées ont éclaté dans la nuit du samedi à dimanche, à Hamam el Biban, dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, entre des membres de l'association des anciens, retraités et radiés de l'Armée, et la Gendarmerie. Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre plusieurs groupes essayant de forcer un cordon sécuritaire, dans une atmosphère tendue. D'autres images montrent plusieurs cas de blessés, dont des victimes de balles en caoutchouc. Des images montrent également des voitures accidentées. Pour empêcher l'avancée des protestataires vers Alger, la Gendarmerie nationale a aussi installé plusieurs barrages filtrants, sur les axes routiers menant vers la capitale. Beaucoup de manifestants ont quand même réussi à atteindre la capitale. Ils se sont rassemblés devant le square Port Said, encerclé par plusieurs cordons. Plusieurs interpellations ont été effectuées, a-t-on constaté
Est-ouest.Tous les accès sur la capitale ont étébloqués par des barrages de gendarmerie,pour empêcher les retaités del'Armée d'investir une nouvelle fois la rue, pour réitérer leurs revendications,déjà exprimées à l'occasion de précédentes manifestations qui ont d'ailleurs provoqué les mêmes bouchons dantesques."Je suis sorti de chez moi à 7 hdu matin de Bordj El Bahri, pour merendre au travail à Oued Semmar, jeviens juste de dépasser le barrage degendarmerie de Swachet, présque troisheures pour à peine une dizaine de kilométres", a raconté un internaute sur Facebook, appuyant son récit avec unephoto montrant une longue enfilade de voitures, qui sont presque à touchetouche.
Ceux qui ont cru trouver une parade en empruntant l'ancienne route Bordj el Bahri-Bourdj el Kifffan, pour accéder à l'ancienne route moutonnière, ne sont pas plus chanceux. L'embouteillage commence à partir de Beni Mered. Même constat au niveau de la cité des bananiers, pour les habitants de Bab Ezzouar, confrontés aussi au problème de la perturbation du réseau téléphonique, selon des internautes. Le blocage des accés à la capitale s'est répercuté sur tous les axes, comme Bouira vers Alger, Baraki-Baba Ali-Dar el Beida vers Alger. Une véritable galère due au fait que la Gendarmerie nationale voulait empêcher les retraités de l'ANP, de rallier la capitale pour tenir le sit-in.En effet, des retraités et radiés de l'Armée, qui tentaient hier de rejoindre la capitale, ont été empêchés par les éléments de la Gendarmerie nationale.
Des échauffourées ont éclaté dans la nuit du samedi à dimanche, à Hamam el Biban, dans la wilaya de Bordj Bou Arreridj, entre des membres de l'association des anciens, retraités et radiés de l'Armée, et la Gendarmerie. Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux montre plusieurs groupes essayant de forcer un cordon sécuritaire, dans une atmosphère tendue. D'autres images montrent plusieurs cas de blessés, dont des victimes de balles en caoutchouc. Des images montrent également des voitures accidentées. Pour empêcher l'avancée des protestataires vers Alger, la Gendarmerie nationale a aussi installé plusieurs barrages filtrants, sur les axes routiers menant vers la capitale. Beaucoup de manifestants ont quand même réussi à atteindre la capitale. Ils se sont rassemblés devant le square Port Said, encerclé par plusieurs cordons. Plusieurs interpellations ont été effectuées, a-t-on constaté


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.