Arsenal - Özil : "c'est toujours de ma faute"    JSK: Les nouvelles recrues seront qualifiées face au Raja    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    Courbis : «L'Algérie a fait honneur à son statut face à la Colombie, c'était presque un match abouti»    Campagne de solidarité en faveur de Dahmani Nour El-Houda Yasmine    Les préparatifs vont bon train    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    Karim Tabbou devant le juge aujourd'hui    Quel sort pour le projet ?    Abdelkrim Zeghilèche de nouveau devant les juges    «On peut faire encore plus mal»    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    Hamroune : "Je serai prêt pour le match du CSC"    L'absence du wali inquiète la direction    Le compte facebook du CNLD bloqué jusqu'au 22 octobre    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    Gâteau fondant aux poires    150 migrants secourus dans plusieurs opérations    4 idées pour pratiquer massages et gymnastique du visage    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Respect des délais d'achèvement des travaux    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Sonatrach est le nouvel actionnaire majoritaire de Medgaz    En réaction à l'appel du report des élections    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Renault reprendra en 2020    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un procès hors normes
Saïd Bouteflika, le général Toufik, le général Tartag et Louisa Hanoune devant le juge aujourd'hui
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 09 - 2019

C'est un procès hors normes qui s'ouvre aujourd'hui au tribunal militaire de Blida où seront normalement jugés, Saïd Bouteflika, le général-major Mohamed Medienne, dit "Toufik", tout puissant chef des services de sécurité algériens (DRS), jusqu'à septembre 2015, le général Athmane Tartag dit "Bachir", conseiller à la présidence de la République et patron de la Direction de services de sécurité (DSS) jusqu'au 4 avril 2019 et enfin Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs
C'est un procès hors normes qui s'ouvre aujourd'hui au tribunal militaire de Blida où seront normalement jugés, Saïd Bouteflika, le général-major Mohamed Medienne, dit "Toufik", tout puissant chef des services de sécurité algériens (DRS), jusqu'à septembre 2015, le général Athmane Tartag dit "Bachir", conseiller à la présidence de la République et patron de la Direction de services de sécurité (DSS) jusqu'au 4 avril 2019 et enfin Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs
Les quatre prévenus qui seront dans le même box des accusés lundi, puisqu'il s'agit de la même affaire, seront poursuivis pour "atteinte à l'autorité de l'Armée et complot contre l'autorité de l'Etat", selon le communiqué du procureur du tribunal militaire de Blida, datant du 5 mai dernier, jour d'arrestation de Saïd Bouteflika, le général Toufik et le général Tartag, qui sont incarcérés à la prison militaire de Blida, alors que Louisa Hanoune est arrêtée le 9 mai, date de sa mise en détention à la prison civile de Blida. Les quatre prévenus, accusés "d'atteinte à l'autorité de l'Armée et complot contre l'autorité de l'Etat" ont organisé deux réunions secrètes les 27 et 31 mars, à la résidence d'Etat Dar el-Afia pour "examiner la situation politique du pays", selon Rachid
Khane, un des avocats de Louisa Hanoune. Mais selon l'entourage du chef d'état-major de l'Armée, Ahmed Gaïd Salah, cette réunion avait pour objet son limogeage pour être remplacé par un haut gradé de l'Armée, proche du clan Bouteflika, favorable à l'instauration de l'Etat de siège pour interdire les manifestations dont les animateurs refusent un cinquième mandat pour le Président Bouteflika. L'ouverture de ce procès intervient une semaine juste après que l'instruction soit achevée, selon un communiqué du procureur militaire de Blida et l'audience ne devrait pas aller au-delà de trois jours, selon un des avocats de Louisa Hanoune. Selon les articles l'article 248 du code de la justice militaires sur lequel le procureur s'est appuyé pour les mettre en détention préventive, les quatre mis en cause encourent des peines allant de 5 à dix ans de prison.
Les quatre prévenus qui seront dans le même box des accusés lundi, puisqu'il s'agit de la même affaire, seront poursuivis pour "atteinte à l'autorité de l'Armée et complot contre l'autorité de l'Etat", selon le communiqué du procureur du tribunal militaire de Blida, datant du 5 mai dernier, jour d'arrestation de Saïd Bouteflika, le général Toufik et le général Tartag, qui sont incarcérés à la prison militaire de Blida, alors que Louisa Hanoune est arrêtée le 9 mai, date de sa mise en détention à la prison civile de Blida. Les quatre prévenus, accusés "d'atteinte à l'autorité de l'Armée et complot contre l'autorité de l'Etat" ont organisé deux réunions secrètes les 27 et 31 mars, à la résidence d'Etat Dar el-Afia pour "examiner la situation politique du pays", selon Rachid
Khane, un des avocats de Louisa Hanoune. Mais selon l'entourage du chef d'état-major de l'Armée, Ahmed Gaïd Salah, cette réunion avait pour objet son limogeage pour être remplacé par un haut gradé de l'Armée, proche du clan Bouteflika, favorable à l'instauration de l'Etat de siège pour interdire les manifestations dont les animateurs refusent un cinquième mandat pour le Président Bouteflika. L'ouverture de ce procès intervient une semaine juste après que l'instruction soit achevée, selon un communiqué du procureur militaire de Blida et l'audience ne devrait pas aller au-delà de trois jours, selon un des avocats de Louisa Hanoune. Selon les articles l'article 248 du code de la justice militaires sur lequel le procureur s'est appuyé pour les mettre en détention préventive, les quatre mis en cause encourent des peines allant de 5 à dix ans de prison.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.