Liverpool - Klopp : "c'est toujours de ma faute quand les choses ne marchent pas"    Ligue 1: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Boudjemaa Boushaba, nouveau directeur de l'Education de la wilaya de Sétif    Real : Odegaard se rapproche de ce club anglais    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Saïd Bouteflika, Mohamed Mediene, Bachir Tartag et Louiza Hanoune bientôt devant le juge
Publié dans La Nouvelle République le 05 - 08 - 2019

Le Tribunal militaire de Blida vient de clore l'enquête ouverte contre Saïd Bouteflika, le frère de l'ancien Chef de l'Etat, Abdellaziz Bouteflika, ainsi que ceux de l'ex-chef de l'ex-Département du renseignement et de la sécurité (DRS), le général Mohamed Mediène, alias Tewfik, de Bachir Tartag, ex-chef du Département de surveillance et de sécurité (DSS) et de Louiza Hanoune, Secrétaire générale du Parti des travailleur (PT), a annoncé, hier dimanche, la radio nationale Chaîne III.
Le juge d'instruction du Tribunal militaire de Blida, a précisé ce média citant les services chargés de ce dossier, a achevé son enquête concernant ces prévenus, rappelant que cette affaire a éclaté au début du mois de mai 2019. Soit, a-t-on poursuivi de même source, au moment de leur interpellation. Le procès de ces quatre prévenus, a poursuivi ce média, débutera dans les prochaines semaines, le temps que leur dossier soit transféré vers les services habilités à le programmer. Après avoir été auditionnés par le parquet général près le Tribunal militaire de Blida, rappelle la même source citée par ce média, ces prévenus qui s'étaient réunis dans une résidence des hauteurs d'Alger, aux fins de « déstabiliser le pays », ont été placé sous mandat de dépôt pour, notamment, «atteinte à l'autorité de l'Armée et de complot contre l'autorité de l'Etat ». Des faits prévus et punis par les articles 284 du code de justice militaire et 77 et 78 du code pénal. Le 5 mai dernier, le juge d'instruction militaire près le tribunal militaire de Blida a ordonné le placement en détention provisoire d'Athmane Tartag, Mohamed Mediène et Said Bouteflika, interpellés, la veille, soit, samedi 4/5/2019, par des éléments de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), une structure rattachée à la Direction des services de sécurité (DSS), pour «atteinte à l'autorité de l'Armée» et «complot contre l'autorité de l'Etat», a indiqué un communiqué de la Cour d'appel militaire de Blida. «La Cour d'appel militaire de Blida porte à la connaissance de l'opinion publique qu'une poursuite judiciaire a été ouverte ce jour, 5 mai 2019, à l'encontre des nommés Athmane Tartag, Mohamed Mediène et Said Bouteflika, ainsi qu'à l'encontre de toute personne, dont l'implication est établie par l'enquête, pour les chefs d'inculpation d'atteinte à l'autorité de l'Armée et complot contre l'autorité de l'Etat », précise ce communiqué. Pour les besoins de l'enquête, a poursuivi la même source, le procureur militaire de la République près le Tribunal militaire de Blida a chargé un juge d'instruction militaire d'entamer la procédure d'instruction, et après la mise en inculpation, ce dernier a rendu des mandats de placement en détention provisoire à l'encontre des trois prévenus. Citant l'article 284 du code de justice militaire qui stipule que «tout individu coupable de complot ayant pour but de porter atteinte à l'autorité du commandant d'une formation militaire, d'un bâtiment ou d'un aéronef militaire, ou à la discipline ou à la sécurité de la formation, du bâtiment ou de l'aéronef, est puni de la réclusion criminelle de cinq à dix ans». Quatre jours après, soit le 9 mai dernier, la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, convoquée, en tant que témoin, par le juge d'instruction dans le cadre de l'enquête pour «complot» impliquant Saïd Bouteflika et les généraux Toufik et Tartag a été placée sous mandat de dépôt par le tribunal militaire de Blida. Elle avait répondu le matin à une convocation du juge d'instruction dans le cadre de l'enquête pour «complot contre l'autorité de l'Etat» impliquant Saïd Bouteflika et les généraux Toufik et Tartag. Selon des cadres de son parti, Louiza Hanoune avait, reçu la veille, une convocation du juge d'instruction pour se rendre au tribunal en qualité de témoin. Elle a été convoquée comme témoin et non comme prévenue, ont-ils affirmé. Soutenant que son audition était liée aux discussions qui avaient eu lieu en décembre dernier au sommet du pouvoir autour du report de l'élection présidentielle d'avril 2019, et de l'idée de prolonger le quatrième mandat du président Bouteflika.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.