Réveil de la classe politique    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    3,5 sur l'échelle ouverte de Richter    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    Baisse drastique des visas pour les Algériens    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avant le choléra, l'intox
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 09 - 2018

Les «fake news» ou les fausses informations, l'intox, sont devenues un danger viral dans notre pays. Peut-être plus qu'une pandémie elle-même, fût-elle celle du choléra, qui a contaminé et continue de le faire dans les réseaux sociaux en Algérie. La réapparition de cette maladie, dont le foyer originel continue de nourrir de vives conjectures entre les parties concernées et l'opinion publique qu'exacerbent les «fake news», a montré toute la dangerosité, à l'ère du numérique, du séquestre de l'information réelle et sa non-divulgation immédiate autant à l'opinion publique, aux médias qu'aux politiques.
Car si la «fake news» est combattue dans les pays occidentaux pour sa dangerosité politique, et plus par les gestionnaires des réseaux sociaux, facebook ayant supprimé plus de 30.000 faux comptes lors de l'élection présidentielle française de 2017, alors que Trump a été élu grâce à ce type de désinformations, la santé est son terrain favori. Parce qu'elle représente un marché de plusieurs centaines de milliards de dollars, la santé est le terreau fertile et viral pour ce genre d'informations, une véritable industrie liée à la «fake news» médicale. C'est ce qui s'est passé chez nous avec des informations sur le choléra circulant sur les réseaux qui ont pris plus de crédibilité que celles des autorités sanitaires. Les chefs de partis politiques comme les opérateurs économiques ne sont pas épargnés par cette marée de l'intox et de la fausse information, alors que sur le terrain sportif les ravages sont à la mesure de l'absence de résultats des élites nationales.
Tout cela a un prix et les canaux de la «fake news» sont très souvent, chez nous, des médias peu regardants sur l'origine même de l'information qu'ils diffusent. Les exemples sont légion et ce phénomène devenu planétaire avec la démocratisation de l'internet et l'expansion ahurissante des réseaux sociaux a causé du tort à la diplomatie algérienne, à certaines de ses institutions comme l'ANP, la police et la gendarmerie nationales, et au pays même avec la diffusion de fausses informations notamment durant cette période préélectorale. Ailleurs, dans les autres secteurs, le mal est profond et souvent il est difficile de lutter efficacement contre ce phénomène si des lois ne sont pas mises en place pour lutter contre la «fake news». Dans le monde, des dispositifs juridiques sont en train d'être mis en place pour limiter, sinon restreindre l'amplitude de la «fake news», et il est dans notre pays urgent de réagir contre cette menace. Car les auteurs de «fake news», qu'ils soient des médias ou de simples relais sur les réseaux sociaux, n'ont pas conscience qu'ils participent et amplifient cette sinistrose et ce défaitisme qui ont pris en otage les Algériens et la nation, qu'ils déstabilisent quand ils menacent sa sécurité, ses fondements, son avenir.
Maintenant, une réaction du gouvernement et le ministre du secteur concerné n'est pas de trop dans ce fatras de vérités et de contre-vérités, même si lutter contre la «fake news» est un combat peut-être perdu d'avance devant une pandémie numérique planétaire. Mais, le mérite est de le vouloir, de l'entamer. Chacun pourra ensuite se faire sa propre opinion sur l'état de la nation, sans «œillères» ni «mors aux dents».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.