LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    Ces quatre nouveaux joueurs convoqués par Belmadi pour le prochain stage de l'EN    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Coronavirus: 197 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    Eau: une commission pour développer le renouvelable au niveau des équipements énergivores    5e rassemblement de solidarité avec Khaled Drareni    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Ighil prolonge d'une année    Un attaquant étranger pour boucler le recrutement    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Le timing se précise    Boukaroum exclu de l'AG    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    La répression israélienne s'intensifie    Les états-Unis se mettent à dos la communauté internationale    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le Sébaou, un fleuve spolié    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Les femmes en force à Jijel    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Annaba: Les exportations des produits agricoles en débat    ECORCHURE    Les comportements-barrières d'antan    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





"Nous sommes innocents"
Sallal et Ouyahia aprés le réquisitoire du procureur de la république :
Publié dans Le Midi Libre le 10 - 12 - 2019

L'affaire d'anciens responsables et hommes d'affaires poursuivis dans des dossiers de corruption, dont le montage automobile et le financement occulte de la campagne électorale de l'ex- Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a été mise en délibération pour la journée du mardi pour le prononcé du verdict, a décidé, dimanche soir, le juge de l'audience.
L'affaire d'anciens responsables et hommes d'affaires poursuivis dans des dossiers de corruption, dont le montage automobile et le financement occulte de la campagne électorale de l'ex- Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a été mise en délibération pour la journée du mardi pour le prononcé du verdict, a décidé, dimanche soir, le juge de l'audience.
L'audience du soir a été marquée par la poursuite des plaidoiries du collectif de défense des hommes d'affaires et procureur de la République qui a donné la parole aux prévenus pour faireleurs dernières déclarations. Le collectif a centré sa défense sur la présentationde preuves concernant les activités d'investissement en rejetant "catégoriquement"l'existence de relations de "favoritisme ou de clientélisme" entre les investisseurs, les anciens ministres et les cadres des ministères de l'Industrie et desFinances.
La défense a relevé, à cet égard, que lesdécisions du Conseil national del'investissement (CNI) relatives aux projets de montage de camions étaient soumises au "principe de consultation collective", le CNI étant présidé par le Premier ministre et comprend 11 départements ministériels. Les avocats de la défense ont également "critiqué" la teneur des rapports élaborés par l'Inspection générale de Finances (IGF), "dénudés de toute preuve matérielle impliquant les hommes d'affaires poursuivis dans l'affaire", avant de qualifier ces rapports de "violation substantielle des procédures légales". Les hommes d'affaires prévenus ont respecté toutes les procédures en matière d'exercice de leur activité économique, notamment en ce qui concerne le montage de véhicules et affirmé leur engagement (hommes d'affaires) de s'acquitter de tous les droits douaniers et des impôts.
La défense a tenté de mettre en relief le rôle des entreprise de ses clients dans le développement de l'économie nationale à travers la création des postes d'emploi et la formation des travailleurs, mettant en exergue que les sources de leurs biens "sont légitimes, issues de leurs bénéfices de différents projets d'investissement". S'agissant du "financement occulte de lacampagne électorale de Bouteflika, les avocats de laDéfense ont indiqué que la loi interdit à tout candidat de recevoir des dons et pas les donneurs, eux-mêmes", précisant que le recours aux chèques bancaires pour le financement de la campagne exclut, selon eux, l'aspect occulte de ce financement. Enfin, le collectif de défense a plaidé l'innocence des hommes d'affaires et la levée de main sur leurs biens, estimant que ces investisseurs "sont des citoyens honnêtes et innocents qui ambitionnaient à travers leurs activités de développer l'économie nationale". Au terme de l'intervention du procureur de la République sur les plaidoiries de la défense, le juge a donné la parole aux prévenus pour faire leurs dernières déclarations. Plaidant "leur innocence", les accusés ont souligné qu'ils plaçaient "leur entière confiance en la justice nationale".
"Je suis innocent et je demande à être acquitté. Je nie toutes les accusations portées contre ma personne", a déclaré l'ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia. Abdelmalek Sellal a, quant à lui, affirmé "son amour pour sa patrie, son dévouement et son abnégation dans l'accomplissement des missions qui lui ont été confiées dans son parcours professionnel", niant, en bloc, toutes les accusations qui sont portés contre lui. "Je n'ai pas trahi mon pays, je suis innocent et Dieu en est témoin. Il ne me reste pas grand chose dans cette vie. Je n'ai jamais eu recours à la corruption ni au népotisme", a-t-il dit, se disant fier de l'Armée nationale populaire (ANP) notamment pour ce qui est de gestion de la prise d'otages de Tiguentourine (wilaya d'Illizi). Il dit s'être retiré de la direction de la campagne de l'ex-Président de la République,
Abdelaziz Bouteflika, ayant relevé des dépassements. Pour leur part, les anciens ministres de l'Industrie, Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, l'ancien ministre des Transports et des Travaux publics, Abdelghani Zaâlane et l'ex-wali de Boumerdès, Yamina Zerhouni ont déclaré "avoir servi la patrie avec dévouement et abnégation", se disant confiants en la justice nationale, plaidant leur acquittement et leur innocence de toutes les accusations qui leurs sont portées. A l'instar de Farès Sellal, fils du Premier ministre Abdelmalek Sellal, Senaï Karim, Senaï Sofiane ainsi que des fonctionnaires du ministère de l'Industrie et des Mines, les hommes d'affaires poursuivis, Ali Haddad, Ferrat Ahmed, Hadj Malek Saïd,Mohamed Baïri, Maazouz Mohamed,Achour Abboud, Hassan Larbaoui et Nemroud Abdelkader ont demandé leur acquittement, plaidant leur innocence des accusations qui leurs sont portées.
Le procureur de la République avait requis, dimanche, des peines d'emprisonnement allant de 8 à 20 ans à l'encontre des accusés assorties d'amendes ainsi que la saisie de tous les biens et fonds illégaux des accusés, tout en "leur interdisant d'exercer leurs droits civiques". Le procureur de la République près le tribunal de Sidi-M'hamed (Alger) a requis, dimanche, une peine de 20 ans de prison ferme assortie d'une amende d'1 million DA contre les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, poursuivis dans des affaires de corruption et d'abus de pouvoir, notamment dans l'affaire de montage automobile et le financement de la campagne électorale de l'ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika.
L'audience du soir a été marquée par la poursuite des plaidoiries du collectif de défense des hommes d'affaires et procureur de la République qui a donné la parole aux prévenus pour faireleurs dernières déclarations. Le collectif a centré sa défense sur la présentationde preuves concernant les activités d'investissement en rejetant "catégoriquement"l'existence de relations de "favoritisme ou de clientélisme" entre les investisseurs, les anciens ministres et les cadres des ministères de l'Industrie et desFinances.
La défense a relevé, à cet égard, que lesdécisions du Conseil national del'investissement (CNI) relatives aux projets de montage de camions étaient soumises au "principe de consultation collective", le CNI étant présidé par le Premier ministre et comprend 11 départements ministériels. Les avocats de la défense ont également "critiqué" la teneur des rapports élaborés par l'Inspection générale de Finances (IGF), "dénudés de toute preuve matérielle impliquant les hommes d'affaires poursuivis dans l'affaire", avant de qualifier ces rapports de "violation substantielle des procédures légales". Les hommes d'affaires prévenus ont respecté toutes les procédures en matière d'exercice de leur activité économique, notamment en ce qui concerne le montage de véhicules et affirmé leur engagement (hommes d'affaires) de s'acquitter de tous les droits douaniers et des impôts.
La défense a tenté de mettre en relief le rôle des entreprise de ses clients dans le développement de l'économie nationale à travers la création des postes d'emploi et la formation des travailleurs, mettant en exergue que les sources de leurs biens "sont légitimes, issues de leurs bénéfices de différents projets d'investissement". S'agissant du "financement occulte de lacampagne électorale de Bouteflika, les avocats de laDéfense ont indiqué que la loi interdit à tout candidat de recevoir des dons et pas les donneurs, eux-mêmes", précisant que le recours aux chèques bancaires pour le financement de la campagne exclut, selon eux, l'aspect occulte de ce financement. Enfin, le collectif de défense a plaidé l'innocence des hommes d'affaires et la levée de main sur leurs biens, estimant que ces investisseurs "sont des citoyens honnêtes et innocents qui ambitionnaient à travers leurs activités de développer l'économie nationale". Au terme de l'intervention du procureur de la République sur les plaidoiries de la défense, le juge a donné la parole aux prévenus pour faire leurs dernières déclarations. Plaidant "leur innocence", les accusés ont souligné qu'ils plaçaient "leur entière confiance en la justice nationale".
"Je suis innocent et je demande à être acquitté. Je nie toutes les accusations portées contre ma personne", a déclaré l'ancien Premier ministre, Ahmed Ouyahia. Abdelmalek Sellal a, quant à lui, affirmé "son amour pour sa patrie, son dévouement et son abnégation dans l'accomplissement des missions qui lui ont été confiées dans son parcours professionnel", niant, en bloc, toutes les accusations qui sont portés contre lui. "Je n'ai pas trahi mon pays, je suis innocent et Dieu en est témoin. Il ne me reste pas grand chose dans cette vie. Je n'ai jamais eu recours à la corruption ni au népotisme", a-t-il dit, se disant fier de l'Armée nationale populaire (ANP) notamment pour ce qui est de gestion de la prise d'otages de Tiguentourine (wilaya d'Illizi). Il dit s'être retiré de la direction de la campagne de l'ex-Président de la République,
Abdelaziz Bouteflika, ayant relevé des dépassements. Pour leur part, les anciens ministres de l'Industrie, Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, l'ancien ministre des Transports et des Travaux publics, Abdelghani Zaâlane et l'ex-wali de Boumerdès, Yamina Zerhouni ont déclaré "avoir servi la patrie avec dévouement et abnégation", se disant confiants en la justice nationale, plaidant leur acquittement et leur innocence de toutes les accusations qui leurs sont portées. A l'instar de Farès Sellal, fils du Premier ministre Abdelmalek Sellal, Senaï Karim, Senaï Sofiane ainsi que des fonctionnaires du ministère de l'Industrie et des Mines, les hommes d'affaires poursuivis, Ali Haddad, Ferrat Ahmed, Hadj Malek Saïd,Mohamed Baïri, Maazouz Mohamed,Achour Abboud, Hassan Larbaoui et Nemroud Abdelkader ont demandé leur acquittement, plaidant leur innocence des accusations qui leurs sont portées.
Le procureur de la République avait requis, dimanche, des peines d'emprisonnement allant de 8 à 20 ans à l'encontre des accusés assorties d'amendes ainsi que la saisie de tous les biens et fonds illégaux des accusés, tout en "leur interdisant d'exercer leurs droits civiques". Le procureur de la République près le tribunal de Sidi-M'hamed (Alger) a requis, dimanche, une peine de 20 ans de prison ferme assortie d'une amende d'1 million DA contre les deux anciens Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, poursuivis dans des affaires de corruption et d'abus de pouvoir, notamment dans l'affaire de montage automobile et le financement de la campagne électorale de l'ex-président de la République, Abdelaziz Bouteflika.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.