L'AS Roma vise un jeune buteur brésilien    Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    Un 53e vendredi grandiose à Alger    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'AVICULTURE EN CRISE : Le poussin ne trouve pas preneur à Tiaret    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Une expulsion et des interrogations    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mobiliser les efforts internationaux
Conférence de berlin sur la crise en Libye
Publié dans Le Midi Libre le 20 - 01 - 2020

Le président Abdelmadjid Tebboune est arrivé hier en fin d'après-midi, à la salle du Congrès où doivent s'ouvrirent les travaux de la réunion sur la crise libyenne, à Berlin. Avant de rejoindre son siège en compagnie de Sabri Boukadoum, ministre des Affaires étrangères, le président Tebboune a échangé quelques mots avec son homologue égyptien Abdelfattah Al Sissi, et dans la matinée, il a eu une rencontre avec le président Tayep Erdogan. Plusieurs pays, dont l'Algérie, ont prit part hier à Berlin,
Le président Abdelmadjid Tebboune est arrivé hier en fin d'après-midi, à la salle du Congrès où doivent s'ouvrirent les travaux de la réunion sur la crise libyenne, à Berlin. Avant de rejoindre son siège en compagnie de Sabri Boukadoum, ministre des Affaires étrangères, le président Tebboune a échangé quelques mots avec son homologue égyptien Abdelfattah Al Sissi, et dans la matinée, il a eu une rencontre avec le président Tayep Erdogan. Plusieurs pays, dont l'Algérie, ont prit part hier à Berlin,
à la Conférence internationale sur la Libye qui devrait être l'occasion de mobiliser les efforts de la communauté internationale, en vue de mettre fin à la crise dans ce pays. Depuis le début de cette crise, l'Algérie n'a eu de cesse de prôner la non ingérence dans les affaires internes de la Libye, et d'appeler les parties en conflit au dialogue, pour parvenir à une solution politique, à long terme. La position adoptée par l'Algérie, vis-à-vis du conflit en Libye, pays avec lequel elle partage une bande frontalière de 982 km, va au delà du facteur géographique, en ce sens où elle procède de la doctrine de sa politique étrangère, basée sur le respect de la souveraineté des Etats, et le rejet de toute immixtion dans leurs affaires internes, tout en faisant prévaloir les solutions politiques et les choix diplomatiques.
Partant, l'Algérie s'emploiera à Berlin, à convaincre de la nécessité d'une détente de la situation en Libye, au lieu d'en faire un terrain de règlement de comptes et de défense d'intérêts étroits. Dans cet esprit, elle a intensifié récemment, ses efforts pour amener les parties en conflit, à s'asseoir autour de la table de négociations afin de préserver l'effusion du sang desLibyens. A ce propos, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait déclaré que l'Algérie, étant la plus concernée par la stabilité de la Libye, consentira davantage d'efforts pour la préservation de son intégrité populaire et territoriale. Il avait rappelé, dans ce sillage, que l'Algérie qui doit être un partenaire dans tous les processus de règlement de la crise, n'acceptera point qu'elle soit écartée de la solution en Libye, c'est pourquoi,il a été décidé lors de la réunion du Haut-conseil de sécurité, de réactiver du rôle de l'Algérie sur le plan international, notammen en ce qui concerne la crise libyenne et la situation au Mali. Dans ce contexte, Alger a connu récemment, un véritable ballet diplomatique avec le déplacement de parties en lien direct avec le conflit en Libye, à commencer par le président du
Conseil présidentiel du Gouvernement d'union nationale (GNA) libyen Fayez El- Serraj, accompagné d'une délégation, suivie respectivement, du ministre turc des Affaires étrangères (MAE), Mevlut Cavusoglu, du chef de la diplomatie italienne, Luigi Di Maio, du ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Chokri, et du président du Conseil italien, Giuseppe Conte. Dans le cadre des efforts de l'Algérie, visant le rapprochement des vues entre les différentes composantes et parties libyennes pour renouer avec le dialogue inclusif, une délégation représentant le Maréchal Khalifa Haftar a effectué également une visite à Alger.
Quête d'une solution politique pour le rétablissement de la paix escomptée
L'Allemagne table sur l'aboutissement de la Conférence, prévue sous l'égide de l'ONU, à un compromis à même de mettre fin au chaos prévalant en Libye. Si le défi majeur de cette Conférence est de faire la différence par rapport aux précédentes initiatives internationales à travers la relance du processus politique viable, le rapprochement des vues de toutes les parties internationales concernée par le conflit, demeure un défi tout aussi difficile et complexe.
L'Allemagne reste optimiste, quant aux chances de la Conférence de déboucher à des résultats positives pour mettre fin aux divisions que vit le pays, depuis l'automne de 2011, et aux hostilités en cours depuis avril dernier aux frontières de la capitale Tripoli ,entre les forces du Gouvernement libyen d'union nationale (GNA) et les forces de Khalifa Haftar. La Conférence de Berlin intervient quelques jours après les discussions sur la paix, tenues à Moscou, entre les deux parties belligérantes en Libye. Ces discussions ont été couronnées par la signature de l'accord de cessezle-feu par le GNA, tandis que le maréchal Khalifa Haftar a demandé du temps supplémentaire pour l'examiner.
à la Conférence internationale sur la Libye qui devrait être l'occasion de mobiliser les efforts de la communauté internationale, en vue de mettre fin à la crise dans ce pays. Depuis le début de cette crise, l'Algérie n'a eu de cesse de prôner la non ingérence dans les affaires internes de la Libye, et d'appeler les parties en conflit au dialogue, pour parvenir à une solution politique, à long terme. La position adoptée par l'Algérie, vis-à-vis du conflit en Libye, pays avec lequel elle partage une bande frontalière de 982 km, va au delà du facteur géographique, en ce sens où elle procède de la doctrine de sa politique étrangère, basée sur le respect de la souveraineté des Etats, et le rejet de toute immixtion dans leurs affaires internes, tout en faisant prévaloir les solutions politiques et les choix diplomatiques.
Partant, l'Algérie s'emploiera à Berlin, à convaincre de la nécessité d'une détente de la situation en Libye, au lieu d'en faire un terrain de règlement de comptes et de défense d'intérêts étroits. Dans cet esprit, elle a intensifié récemment, ses efforts pour amener les parties en conflit, à s'asseoir autour de la table de négociations afin de préserver l'effusion du sang desLibyens. A ce propos, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, avait déclaré que l'Algérie, étant la plus concernée par la stabilité de la Libye, consentira davantage d'efforts pour la préservation de son intégrité populaire et territoriale. Il avait rappelé, dans ce sillage, que l'Algérie qui doit être un partenaire dans tous les processus de règlement de la crise, n'acceptera point qu'elle soit écartée de la solution en Libye, c'est pourquoi,il a été décidé lors de la réunion du Haut-conseil de sécurité, de réactiver du rôle de l'Algérie sur le plan international, notammen en ce qui concerne la crise libyenne et la situation au Mali. Dans ce contexte, Alger a connu récemment, un véritable ballet diplomatique avec le déplacement de parties en lien direct avec le conflit en Libye, à commencer par le président du
Conseil présidentiel du Gouvernement d'union nationale (GNA) libyen Fayez El- Serraj, accompagné d'une délégation, suivie respectivement, du ministre turc des Affaires étrangères (MAE), Mevlut Cavusoglu, du chef de la diplomatie italienne, Luigi Di Maio, du ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Chokri, et du président du Conseil italien, Giuseppe Conte. Dans le cadre des efforts de l'Algérie, visant le rapprochement des vues entre les différentes composantes et parties libyennes pour renouer avec le dialogue inclusif, une délégation représentant le Maréchal Khalifa Haftar a effectué également une visite à Alger.
Quête d'une solution politique pour le rétablissement de la paix escomptée
L'Allemagne table sur l'aboutissement de la Conférence, prévue sous l'égide de l'ONU, à un compromis à même de mettre fin au chaos prévalant en Libye. Si le défi majeur de cette Conférence est de faire la différence par rapport aux précédentes initiatives internationales à travers la relance du processus politique viable, le rapprochement des vues de toutes les parties internationales concernée par le conflit, demeure un défi tout aussi difficile et complexe.
L'Allemagne reste optimiste, quant aux chances de la Conférence de déboucher à des résultats positives pour mettre fin aux divisions que vit le pays, depuis l'automne de 2011, et aux hostilités en cours depuis avril dernier aux frontières de la capitale Tripoli ,entre les forces du Gouvernement libyen d'union nationale (GNA) et les forces de Khalifa Haftar. La Conférence de Berlin intervient quelques jours après les discussions sur la paix, tenues à Moscou, entre les deux parties belligérantes en Libye. Ces discussions ont été couronnées par la signature de l'accord de cessezle-feu par le GNA, tandis que le maréchal Khalifa Haftar a demandé du temps supplémentaire pour l'examiner.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.